Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

casseurs

  • Après tant d'autres endroits, Firminy....

              Une caricature royaliste a eu une belle carrière: c'est celle qui, pour montrer l'horreur (et l'absurdité...) de la Terreur montre une guillotine avec cette inscription, Ci-gît toute la France....

              Avec les violences des banlieues, il faudra dorénavant -il faut déjà- dire: ci-brûle, ou ci-saute, ou ci-explose toute la France !

    VIOLENCES 21.jpg
    A Firminy, après la mort d'un délinquant
    "Les jeunes se sont révoltés, c'était une grosse émeute, qui a duré quatre à cinq heures" (un témoin).

              Mohamed Benmouna, 21 ans, pratiquant de l'extorsion de fond, se fait coffrer, puis se suicide. Résultat: ses potes, les "jeunes" de la cité, la "chance pour la France"selon Stasi, les "enfants de la république" selon Chirac, cassent tout à Firminy, pendant cinq heures.

              Et c'est reparti pour la sempiternelle chanson reprise par les malfrats et leurs complices: c'est la faute à la police, c'est une bavure, on veut la vérité et gna-gna-gna...

               La vérité c'est que, pour le braqueur en question, il a été victime du choix de vie (!) qu'il a fait. Que personne ne l'a obligé à faire. Et que la société française se trouve ainsi confrontée à un problème de fond -problème créé de toutes pièces par le système lui-même, que nul n'a obligé à enclancher, depuis trente ans, cette folle politique d'importation de population extérieure. Et que, dans l'opinion, l'exaspération monte, monte, monte. Et que l'une des principales solutions de ce problème, ce sera l'expulsion, qui s'impose déjà à nombre d'esprits lucides et réalistes-et qui s'imposera de plus en plus...

               C'est lassant de le dire, on se répète, mais, en même temps, on ne peut pas laisser passer des trucs pareils sans, au moins, marquer le coup. Et comme le dit Molière dans son Dom Juan "Je te dis toujours la même chose parce que c'est toujours la même chose; et si ce n'était pas toujours la même chose je ne dirais pas toujours la même chose".....

  • Réflexions sur cette violence qui monte, qui monte, qui monte… : mais n'est-ce pas, finalement, assez logique ?

                Sabotage(s) de lignes de chemin de fer, séquestration de patrons, manifestations violentes (en Corse puis à Strasbourg), casse dans des Universités (comme à la fac des Sciences de Marseille Saint-Charles, affrontements quasi quotidiens entre bandes ethniques (tamoules, africaines...). Les violences, en elles-mêmes, ne sont pas nouvelles. Ce qui est nouveau c’est leur démultiplication, et le fait qu’elles soient donc de plus en plus rapprochées. Certain sociologues –tel Michel  Wieviorka- seraient presque prêts -semble-t-il-  à les excuser, voire les légitimer, lorsqu‘ils expliquent doctement qu’elles expriment « de la rage et une inquiétude »  face à l’incapacité du pouvoir « à offrir un traitement politique et une médiation ».

                Mais, n’est-il pas trop facile de dire que l’on est « inquiet » ou que l’on a « la rage » ?

    Lire la suite

  • Que faire d'Halassane, 20 ans, gazeur de prof.....

                 Une dépêche AFP du 4 avril nous apprend que le tribunal de Montbéliard, dans le Doubs, a condamné  un collégien, âgé de 20 ans (sans commentaire !...) à un an de prison dont six mois avec sursis, pour avoir aspergé de gaz lacrymogène le visage d'une enseignante. Une enseignante parce que, probablement, gazer une prof femme, c'est plus facile.....

                La victime avait refusé que le collégien prenne place en cours parce qu'il avait du retard. Elle lui avait demandé de quitter la salle, selon l'enquête des gendarmes.

    Lire la suite

  • Un reportage de M6 sur Sarcelles : le vrai problème…

              Le maire de Sarcelles n’est pas content, mais alors pas content du tout, de M6 (1). Des « associations locales » ont protesté lundi contre un reportage jugé "réducteur" sur leur ville, et François Pupponi  (PS) partage leur indignation.

              La belle affaire ! Ces associations sont grassement payées par la mairie, grâce aux subventions, donc en fait à l’argent des contribuables : leur témoignage est un plaidoyer pro domo !...

    Lire la suite

  • Aveuglement, quand tu nous tiens : une réponse aux propos de monsieur Tiberg apportée par le même journal...(2/2).

              Voici donc un exemple -mais on pourrait en apporter mille....- tiré de l'actualité immédiate, et rapporté par ce même journal qui vient de donner la parole à monsieur Tiberg ( un journal qui n'est ni de près ni de loin proche de nous...). Et les faits, on va le voir, se chargent de démentir l'optimisme béat du dit Monsieur Tiberg. Il est juste curieux que le journal ait publié le texte suivant à peine trois semaines après l'entretien précédent..... sans même avoir fait un quelconque lien entre les deux ! Pourtant l'alarmisme du second contredit radicalement l'ingénuité angélique (louche ?...) du premier !....      

    Lire la suite

  • Aveuglement, quand tu nous tiens ! : Les mensonges délirants d'un immigrationniste "angéliste"...(1/2).

              Le quotidien La Provence (1), qui l'a interrogé, l'annonce fièrement: Vincent Tiberg est chercheur au Cevipof. Il faut bien avouer que nous ne connaissions jusque là ni l'un ni l'autre, mais bon....

              Cet éminent politologue -très connu en tout cas dans son immeuble......- est formel: il nous assène, dans le-dit entretien, qu'il faut "....penser l'immigration comme une chance... alors que c'est notamment un moyen d'équilibre démographique, nécessaire par exemple pour le paiement des retraites..."

    Lire la suite

  • Que sont nos banlieues devenues ? Le cas des Beaudottes, à Sevran.....

              C'est -hélas, puisque l'actualité nous l'a en quelque sorte imposé...- le titre d'une des Catégories de ce blog: "Banlieues: des bombes à retardement...". Et nous avions déjà posé la question: "Que sont nos banlieues devenues ?....." à propos du Clos Saint Lazare, cité et zone de non-droit de la Seine Saint-Denis : c'était juste après la parution dans Le Figaro magazine du 16 juin 2007 d'un article mi ahurissant, mi terrifiant racontant l'éxécution en plein jour, et devant ses parents, d'un jeune trafiquant de la cité par d'autres jeunes trafiquants de la même cité (1) ...

              Voici aujourd'hui une autre illustration de ce même phénomène, avec l'article édifiant publié par Léna Mauger, dans Le Nouvel Observateur du jeudi 8 mai (n°2270). Il est inutile de redire ce que nous avons déjà dit mille fois (2), nous et aussi beaucoup d'autres, comme ici Le Nouvel Obs, pourtant peu suspect d'être à la pointe des critiques contre une certaine immigration, devenue une véritable bombe à retardement.....

             

    1912685156.jpg

              Il est simplement heureux de voir qu'au moins il y a un peu partout de la lucidité, et une certaine prise de conscience d'un des problèmes majeurs qui se posent maintenant à la France, suite la folle politique initiée depuis 1975.....

    Lire la suite

  • Grigny : l'état d'urgence

    1339448651.jpg

          Pour celles et ceux qui penseraient -peut être....- que nous parlons trop souvent des problèmes d'insécurité; ou que nous exagérons quand nous critiquons la politique que mène la république, quand nous disons qu'elle conduit à la banalisation et à l'institutionnalisation de la violence et de la délinquance ordinaire (la pire, donc...).....

            Voici -sans autres commentaires- l'article publié dans Le Monde du vendredi 25 avril, sous le titre "Grigny: l'état d'urgence".....

    Lire la suite

  • "Flic dans le 9.3" : "Les délinquants ne veulent qu’une chose: tuer du flic"

    90121059.jpg

                               A l'heure où les médias se focalisent sur l'insécurité, où l'accent est mis sur les violences urbaines, en particulier en banlieue, un policier raconte et témoigne. L'ex-commandant de police Patrick Trotignon a passé 30 ans dans la police, dont 25 dans le 9.3. D'Aulnay-sous-Bois à Bobigny, il a assisté à la métamorphose de la banlieue, au passage d'une petite délinquance traditionnelle à une véritable criminalité organisée autour de l'économie souterraine de la drogue. Maintenant reconverti dans la formation et l’accompagnement d’officiers au syndicat Synergie-Officiers, il publie "Flic dans le 9.3" (1) et s'explique sur le Post.

    Lire la suite

  • Qui est le plus fautif, le plus coupable ?

              Cinq jours après la descente de police à Villiers le Bel, la procureure de Pontoise fait le bilan (vendredi 22/02) à l'occasion d'une conférence de presse.

              Elle estime que l'enquête a "permis d'obtenir des résultats et d'élucider des faits criminels et correctionnels". S'efforçant de désamorcer d'éventuelles réactions de colère à Villiers-le-Bel, elle a convié à s'exprimer lors de cette conférence de presse l'avocat d'un des prévenus et a autorisé les "grands frères" de Villiers-le-Bel, présents en nombre au tribunal, à assister à la conférence. Elle a souligné que 11 "seulement" sur 18 mis en examen avait été écroués, "ce qui veut bien dire que (...) la détention qui a été requise dans les différentes procédures l'a été avec discernement". Elle a en outre déclaré qu'il n'y avait pas de "justice à deux vitesses", et que l'enquête sur la mort des deux jeunes "se (poursuivait) activement"....

    Lire la suite

  • Les comptes de Villiers-le-Bel après les violences de novembre 2007

              Ne vaut-il pas mieux, parfois, laisser parler les autres? Surtout quand cela vient du "Monde", peu suspect d'alignement sur nos thèses...? Mettra-t-on en doute les faits suivants, rapportés par Olivier Zanetta, qui les dénonce dans son article du cinq janvier? Nous allons parler bientôt du énième "plan banlieue", en disant pourquoi, à notre avis, ce plan ne marchera pas plus et pas mieux que les autres (ce dont, d'ailleurs, nous ne nous réjouissons pas...). Laissons d'abord "Le Monde" dresser en quelque sorte l'état des lieux, dans l'une de ces véritables bombes à retardement follement crées par la république, et qui se comptent maintenant par centaines en France. Ça promet...

    Lire la suite

  • Déchoir et expulser....

              Les personnes que nous évoquons ici font partie du premier tiers des "français de plastique" entrés en France par le fait du prince Chirac depuis 1975, sans que le peuple souverain ait été consulté: nous proposons de déchoir ces personnes d'une nationalité française dont, sitôt gratifiés, ils montrent qu'ils ne sont pas dignes; et nous proposons de les expulser du territoire....

    Lire la suite

  • Déchoir et expulser...

              Les personnes que nous évoquons ici font partie du premier tiers des "français de plastique" entrés en France par le fait du prince Chirac depuis 1975, sans que le peuple souverain ait été consulté: nous proposons de déchoir ces personnes d'une nationalité française dont, sitôt gratifiés, ils montrent qu'ils ne sont pas dignes; et nous proposons de les expulser du territoire....

    Lire la suite

  • Déchoir et expulser...

              Les personnes que nous évoquons ici font partie du premier tiers des "français de plastique" entrés en France par le fait du prince Chirac depuis 1975, sans que le peuple souverain ait été consulté: nous proposons de déchoir ces personnes d'une nationalité française dont, sitôt gratifiés, ils montrent qu'ils ne sont pas dignes; et nous proposons de les expulser du territoire....

    Lire la suite

  • Déchoir et expulser...

              Les personnes que nous évoquons ici font partie du premier tiers des "français de plastique" entrés en France par le fait du prince Chirac depuis 1975, sans que le peuple souverain ait été consulté: nous proposons de déchoir ces personnes d'une nationalité française dont, sitôt gratifiés, ils montrent qu'ils ne sont pas dignes; et nous proposons de les expulser du territoire....

    Lire la suite