UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

resf - Page 2

  • Encore des évêques solidaires des hors la loi ! : Optima corruptio pessima...

                Le camarade Schockert remet ça ! (1). A peine avait-on vu partir Mgr de Berranger, et croyait-on Mgr Schockert orphelin, qu'il faut se rendre à l'évidence. Le camarade n'a rien perdu de sa virulence politique, mise au service de ses chers frères, les hors la loi.....

                Il le montre en utilisant d enouveau un procédé largement utilisé par tous les révolutionnaires, et pendant toutes les révolutions : quelques personnes rédigent un texte et prétendent le faire passer pour l'opinion générale. Ici, en l’occurrence, trois évêques, qui se proclament « les évêques ».

                 Mais il y a environ 110 évêques en France, et l’on n’est pas sûr du tout que ces trois évêques représentent la totalité, ni même la  majorité, de leurs confrères.....

    SCHOCKERT.jpg

    Lire la suite

  • La CGT contre ..... la CGT ?.....

                Coup de sang à la CGT. A l'initiative du syndicat, les deux cents sans-papiers africains (en bon français: hors la loi, clandestins, à expulser immédiatement), qui avaient élu domicile dans les locaux syndicaux de la rue Charlot (IIIème), à la Bourse du travail de Paris, depuis près de quatorze mois, ont été évacués manu militari par le service d'ordre du syndicat, le mercredi 24 juin.

    SANS PAPIERISME 7.jpg

                Le jeudi 25, au matin, une grande partie de ces hors la loi s'étaient installés sur le trottoir en face du bâtiment, sous surveillance (ci dessus). "Environ 150 personnes se sont installées sur des matelas, y compris des enfants", a déclaré un membre du Réseau éducation sans frontières (RESF). "C'est le début d'un nouveau Cachan", a-t-il ajouté, précisant que des dizaines de militants de RESF étaient également sur les lieux pour soutenir les plusieurs dizaines de sans-papiers, délogés la veille.

    Lire la suite

  • Intermède presque burlesque à l'Assemblée. Ou : Quand les manipulateurs de mots s'étranglent lorsque d'autres font comme eux...

                Le projet Hadopi (1) traîne en longueur et tourne au mauvais feuilleton. Mais, au milieu des interminables enlisements qu'il connaît, on aura eu droit malgré tout à quelques moments réjouisssants, qui ont quelque peu dissipé l'ennui mortel qui s'attache à ce projet de loi.

                On a ainsi, par exemple, joué l'arroseur arrosé, le 19 mars, à l'Assemblée Nationale, lorsque Christine Albanel a "choqué" le PS (mon Dieu !) et qu'un député -toujours du PS- s'est même déclaré "bouleversé" : le pauvre homme, comme dirait Molière.....

    ALBANEL 1.jpg

    Lire la suite

  • Le monde est plein d'anciennes vertus chrétiennes devenues folles...

                L'association Emmaüs s'est cru finaude de dénoncer, le mercredi 18, l'interpellation par la police de Helder Dos Santos, citoyen angolais clandestin, dans les locaux de la Caisse primaire d'assurance maladie de l'Yonne.

                Et, comme si cela ne suffisait pas, de protester contre "la délation" dont il aurait été l'objet de la part de la Caisse....

    Lire la suite

  • Le raisonnement (?) spécieux de Modibo Sissoko...

                Une quinzaine d'étrangers en situation irrégulière retenus au centre de rétention administrative (CRA) de Palaiseau (Essonne) observent depuis le samedi 14 février au soir une grève de la faim pour demander leur régularisation.

                Selon Modibo Sissoko, un Malien de 41 ans menacé d'expulsion, en France depuis 1989, la plupart des sans-papiers retenus à Palaiseau vivent en France depuis "10, 12, 15 ans", travaillent et paient des cotisations sociales. Moyennant quoi, explique-t-il, leur présence ici est devenu un droit. Ben, voyons !...

                Si l'on suit bien le raisonnement, que leur a appris la CGT -à moins que ce ne soit le NPA- Ils vivent ici, ils bossent ici, ils restent ici. En quelque sorte, la duréee d'une infraction finirait par ouvrir droit à.... la régularisation de situation.

                C'est un nouveau Droit que l'on tente d'écrire là. Ce serait évidemment un signal fort, très fort, envoyé au monde entier, ou plutôt confirmé au monde entier, lequel sait très bien à quoi s'en tenir sur cette pétaudière/foutoir qui s'appelle république française...

  • Kad Merad, de « Bienvenue chez les Chtis !... » au dérapage de « Qui veut gagner des millions ». Ou : « Dis-moi qui tu hantes… »

              Jeudi 3 juillet, TF1 et son jeu « Qui veut gagner des millions ? » accueillait toute l’équipe du film « Bienvenue chez les Chtis » pour un spécial « Nord ».

              Les gains devaient aller, comme c'est l'usage, à des associations caritatives. On sait qu'elles ne manquent pas, qu'il y en a qui font un travail admirable, pour soulager une misère qui, hélas, s'étend. Il n'y avait donc, semblait-il, que l'embarras du choix.....         

    Lire la suite

  • Hortefeux interdit une manifestation devant un centre de rétention : il a raison, mais cela ne suffit pas ; il faut dissoudre…

                 Une manifestation de soutien aux sans-papiers était prévue début août devant le centre de rétention de Mesnil-Amelot que des retenus ont tenté d'incendier le samedi 2 août. Or les autorités ont accusé le collectif SOS Soutien aux sans-papiers d'avoir incité les clandestins à la révolte, et ont donc interdit la manifestation.

    20080507151499805042700.jpg

    Lire la suite

  • La RPE et le GBSA poursuivent leur implantation, tranquilles...

               Le mouvement des sans-papiers ne faiblit pas, annonce Claire Chazal lors de son JT du 23 mai. Mais qu'est-ce que cela veut dire, concrètement, dans les faits ?

               Deux choses.

    Lire la suite

  • La loi des hors la loi.....

    881713077.2.jpg

              On est prévenu, c'est clair, net et précis: la France n'est plus tout à fait à nous, nous n'y sommes plus tout à fait les maîtres......

              Le visage n'est pas forcément antipathique, et même pas vraiment méchant, juste un peu dur; et résolu (très résolu...): un noir baraqué, pas exactement "armoire à glace" mais pas loin quand même, marche en tête d'une manif', portant une banderole: "Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici !"

    Lire la suite

  • Palme d'or à la fraude... ou : Les Trotskos-Paillettes en renfort du sans-papiérisme...

              Marre des fraudeurs ! marre du sans-papiérisme ! marre des escrocs présentés à longueur de journée sinon comme des saints, du moins comme des modèles; et de l'escroquerie présentée comme "la" conduite à suivre ! Marre des RESF qui imposent à tout un pays la loi des hors la loi !...

               Après l'attribution de la Palme d'Or du Festival de Cannes, on voit se déchaîner et redoubler le bourrage de crâne, déjà asséné quotidiennement par la secte intellectuelle trotsko/gaucharde qui colonise scandaleusement les médias.

              D'habitude c'est un matraquage en règle, là c'est carrément le blietzkrieg !...

    Lire la suite

  • Encore un "signal fort" envoyé aux escrocs, clandestins et tutti quanti...

              Le tribunal de Rennes a abandonné toute poursuite contre une mère congolaise vivant illégalement en France depuis 2001...    

    Lire la suite

  • Le piège du "racisme"...

              Nous disposions d'une grande liberté de parole et de pensée  sous les Rois: c'est aujourd'hui que la pensée est surveillée, que la parole n'est plus tout à fait libre, que le conformisme règne en maître et que le conformatage des esprits est devenue une triste réalité. Le meilleur exemple de cet étouffement de toute pensée libre, de tout débat, de toute parole en dehors du politiquement correct, nous est donné par l'anti racisme, promu Valeur Suprême. Le chef de l'État lui même ne cesse d'appeler à la vigilance sur ce sujet, qui est devenu "la" référence absolue, l'alpha et l'oméga universels....

             Il est bon, naturellement, que nul ne puisse impunément diffuser ou faire l'apologie de thèses racistes (1): tout le monde est d'accord là dessus et ce n'est bien sûr pas ce qui nous choque, pas plus que le fait d'avoir déclaré le racisme "délit" et non "opinion". Cest la manipulation du mot par la police de la pensée qui est dangereuse, cette police de la pensée étant exercée par une minorité trotskiste, gardienne autoproclamée du politiquement correct, dont la machiavélique machination a été parfaitement analysée par Finkielkraut (2)... 

              Le problème est autre: on voit bien qu'à tout propos, et surtout lorsqu'on évoque la déferlante migratoire et la sur-délinquance qui s'y rattache (évaluée entre 50% et 80%) certaines personnes et certaines associations n'hésitent pas à dénoncer du racisme imaginaire là ou il n'y a que rappel à la loi (par exemple, dans le cas d'expulsion d'immigrés clandestins, c'est à dire de hors la loi que certains persistent à appeler "sans papiers"). Et là, on n'est plus dans le cadre du racisme et de l'anti racisme, mais dans le cadre de la supercherie, de la tartufferie; dire : "du complot" serait peut être excessif, quoique certains fassent vraiment tout pour aboutir à accréditer cette idée...

              On cherche manifestement par là à faire taire ceux et celles qui trouvent qu'on a laissé entrer beaucoup trop d'étrangers en trop peu de temps, ce qui rend impossible toute intégration, et encore moins toute assimilation. Evoquer le sujet c'est immanquablement -au mieux- se faire suspecter de "racisme" et -au pire- se faire traiter de "raciste": une fois l'injure proférée, le cri de ralliement poussé, on voit aussitôt toute l'intelligentsia, tout l'établissement, tous les conformistes et les conformatés ne faire plus qu'un bloc pour essayer de faire taire celui ou celle...qui n'a fait que constater la montée des violences et des insécurités, et qui ose poser la question du pourquoi.

              Ce terrorisme intellectuel aboutit déjà à une auto censure certaine (voyez l'affaire Redeker...) et devient une menace mortelle pour la liberté de pensée, donc a terme pour la pensée tout court....Le Système en place s'est fait une spécialité de vivre, dans les faits de tous les jours, le contraire de ce qu'il annonce, en paroles: on écrit "Liberté" sur tous les monuments, mais l'une des plus plus fondamentales et des plus indispensables de nos libertés, celle de penser et de parler, est mise en danger et se voit limitée et surveillée. On est bien loin de l'optimisme et des belles promesses des "philosophes" du XVIII° qui, eux, vivaient dans une société policée et raffinée, ou l'esprit était roi... 

    (1) ; Voir la première partie de la Conférence "Contre la France métisse";

    (2) : Pour faire court, se rendant bien compte que leur marxisme-léninisme avait échoué, mais ne voulant ni reconnaître leur erreur, ni perdre leur situation procurée par l'agit-prop, les trotskistes ont imaginé de remplacer le marxisme par l'immigration, pour casser les vieilles Nations historiques d'Europe, et de discréditer toute tentative de réaction des peuples européens sous l'accusation infâmante de racisme. Un tel plan requiert évidemment la rencontre et l'entente au moins tacite entre le trotskisme, une fraction du monde économique (patronat attiré par une main d'oeuvre bon marché) et une autre fraction de la classe politique. On a là un cas typique de la malfaisance du Système en place, qui est bien le premier délinquant de France, et sans lequel les patrons avides ou les trotskistes révolutionnaires ne pourraient pas avoir la même influence, ni obtenir les mêmes résultats....

    ( http://www.planetenonviolence.org/Finkielkraut-et-violences-urbaines-Traduction-integrale-de-l-interview-du-Haaretz_a309.html )

  • Des bretons sympas ? Ou une solidarité dévoyée ?

              Dans une petite ville, près de Rennes, il existe un abattoir, et dans cet abattoir, six Maliens travaillent depuis plusieurs mois, voire plusieurs années; or on vient de s'apercevoir qu'il s'agit en fait de hors la loi, qu'une partie de la gauche persiste à appeler sans-papiers.

              Devant la perspective d'une expulsion du territoire national, certains ont carrément manifesté leur soutien à ces Maliens: est ce bien raisonnable ? il ne faut pas laisser la solidarité être dévoyée par l'idéologie et l'aveuglement; il vaut mieux en revenir au simple bon sens et cesser de marcher sur la tête: quand on connaît les problèmes d'emploi en France, le nombre de chômeurs, il est aberrant de penser que la saine organisation de l'économie consiste à laisser des habitants de notre pays au chômage alors que l'on offre du travail à des hors la loi.          

              On ne peut organiser ni le monde, ni la France ainsi; un monde raisonnable, c'est un monde ou les Français trouvent du travail dans leur pays, et les Maliens dans le leur. "Optima corruptio pessima" disait-on à Rome, c'est à dire "la corruption des meilleurs est la pire"...

              Il est désolant de voir des gens probablement généreux se tromper à ce point et confondre générosité et idéologie: on sait depuis bien longtemps que les bons sentiments ne font pas forcément les bons films, et que l'enfer est pavé de bonnes intentions; cette attitude est suicidaire, elle ne peut que générer de l'inefficacité et  desservir la cause que l'on prétend justement favoriser; au lieu de faire reculer la pauvreté, une telle attitude, généralisée, affaiblirait l'économie de la France sans développer pour autant ni le Mali, ni aucun autre pays....

  • Pour en finir avec les "sans papiers"...

                Ca n'existe pas "les sans papiers": il y a des lois et des règlements, sans lesquels toute vie en société est impossible.

                Or certains s'affranchissent de ces règlements et, dans le cas de l'immigration, font un véritable coup de force: au lieu de suivre la procédure normale, ils entrent en France clandestinement, ou y restent illégalement, après l'expiration, par exemple, d'un visa touristique; ensuite, soutenus par des agitateurs aux motivations douteuses, ils manifestent et exigent une régularisation, des papiers et la scolarisation de leurs enfants, prélude évident à leur naturalisation.

                Cette perversion doit être combattue avec la plus grande fermeté, et ceux qui s'en rendent coupables devraient ne recevoir rien d'autre que l'application stricte, et sans états d'âme, du vieil adage intangible: "Dura lex, sed lex". Est-ce la cas, et notre Pays légal fait-il appliquer la loi ?....

                Les soi disant "sans papiers" ne sont en fait que de simples hors la loi, et doivent être traités comme tels...

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL