UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

royaute - Page 3

  • Faiblesse du Système : il manque quelqu'un pour porter le tout.....

                Sous le double titre LE TOUT A L'EGO - POURRONT-ILS SURMONTER LEURS DEMONS D'ICI 2012 ? le fil AOL a récemment publié la photo suivante:
    pays legal.jpg
                Il s'agit en fait d'illustrer la présentation du livre PS, la bataille des ego, par François-Xavier Bourmaud (Éditions l'Archipel - 16,95 euros): Ils se voyaient déjà installés à l.pdf
                Dans ces misérables calculs politiques de bas étage du Pays légal, où le mesquin le dispute au sordide, on est évidemment bien loin du Bien commun. Pourtant, il serait trop facile de se contenter de taper sur le-dit Pays légal. Nous l'avons dit souvent, et peut-être est-il bon de le répeter une fois encore: ce qui est choquant ce n'est pas le jeu des partis en soi. Après tout, les partis sont aussi l'une des façons de représenter l'opinion. Ce qui est choquant -et sur ce point le Système est faible...-  c'est qu'il n'y ait que les partis pour représenter l'opinion; qu'ils accaparent donc la totalité de la représentation nationale, et qu'ils concentrent donc en leurs mains la totalité des pouvoirs.
                C'est sur ce point précis que la Royauté représente un plus par rapport au déjà ancien régime actuel: avoir, à la tête de l'Etat, un espace a-démocratique permettrait, à côté des majorités naturellement changeantes et fluctuantes, reflétant les légitimes évolutions de l'opinion, de manifester la non moins légitime permanence de la Nation, de ce qui ne change pas en elle.
                Et, grâce au temps long dont dispose la royauté, d'assurer sa pérennité. Un temps long dont, évidemment, le Système actuel est singulièrement dépourvu, et qui lui fait si cruellement défaut .....
    PRINCE JEAN 4 GENERATIONS.jpg

    "C'est la grande vertu des monarchies héréditaires de porter leur renouvellement dans leur propre principe, de suivre le mouvement du temps et, à chaque génération d'hommes, de se régénérer elles-mêmes". Jacques Bainville

  • Amusant : "Ils" ont descendu la Canebière pour célèbrer la fin des privilèges, mais pour dénoncer leur retour !..... Ou : "ils" savent casser, mais quand construiront-ils?

                Oui, on a beau chercher, on a du mal à trouver un autre adjectif pour qualifier leur démarche, et surtout pour les qualifier, eux.

                "Eux", c'est-à-dire, en l'occurrence cette petite "cinquantaine de manifestants affiliés à des syndicats, associations et partis de gauche" qui - raconte La Provence du 5 août - ont défilé sur la Canebière pour célébrer cette journée du 4 août "où, en 1789, les privilèges furent officiellement abandonnés, faisant entrer la France en République" !

                Comme c'est beau ! On en pleurerait presque... Sauf qu'on a franchement envie de rigoler un bon coup.

                Car, enfin, si c'était vrai, ce que dit La Provence, si on avait basculé dans la République, si c'en était fini des privilèges, pourquoi manifester, après 135 ans de République, héritière de la Révolution, contre le retour de ces mêmes privilèges ? Serait-ce que ce merveilleux système, cette merveilleuse république les crée, ou les re-crée, ou est impuissante à les annihiler ?

                On nage en pleine aberration, mais cela ne semble pas troubler un seul instant la cinquantaine de marcheurs et, à travers eux, toutes celles et tous ceux qui ont leur réflexion anesthésiée par l'idéologie.....

                Car, enfin, en être réduits, 135 ans après l'instauration d'une République qui règne sans partage, à demander "un sursaut républicain à l'heure où le peuple est constamment obligé de courber l'échine", cela devrait, semble-t-il, les interpeller quelque part, et leur faire se poser la question : tout çà, pour çà ?

                Mais non, ils ne veulent pas voir ce qui crève les yeux : leur merveilleux système n'a pas tenu ses promesses, il a échoué, tout simplement.....

    republique privileges.jpg

    TERREUR.jpg
    La République idéologique n'a pas tenu ses promesses; elle a échoué, tout simplement;
    elle a été incapable de supprimer ces "abus" qu'elle prétendait combattre
    et les a au contraire laissé proliférer,
    multipliant Bastilles, privilèges et privilégiés...
    Tout çà, pour çà !.....

    Lire la suite

  • A ceux qui nous découvrent (11) : La démocratie et la république, mais tempérées par la Royauté ?....

    LAFAUTEAROUSSEAU sans inscription.jpg              Cette rubrique est destinée A ceux qui nous découvrent. Ils y trouveront une sorte de collection de mini textes, ou mini fiches, qui n'ont pas d'autre prétention que de servir de petits tracts d'appel, d'explication rapide et succincte de ce que sont et de ce que proposent les royalistes, destinés, donc, à ceux qui ne connaîtraient pas, ou mal, nos objectifs. Il ne peut s'agir là que d'une première présentation, d'une première accroche, qu'il faudra évidemment préciser, nuancer, approfondir par la suite.

                  Plusieurs de ces notes ont, du reste, été conçues et rédigées à partir des questions, objections, demandes de renseignements ou de précisions etc... contenues dans des courriels qui nous ont été adressés.

                On pourrait, évidemment, dire les mêmes choses différemment, prendre d'autres exemples. Nous ne prétendons pas avoir la science infuse, ni asséner des vérités venues d'en haut.

                Il ne s'agit, répétons-le, que de courts textes de présentation générale, genre tracts, destinés à dégager l'essentiel...

                Aujourd'hui, et si la Royauté était le meilleur garant contre toute dérive totalitaire, contre toute tyrannie ? Alors que République et Démocratie y ont amené, au cours de l'Histoire.....

    Lire la suite

  • Le Hors-série de Marianne...

    marianne rois.jpg
     
                Une fois de plus, ne boudons pas notre plaisir: cette fois, c'est Marianne qui réalise un hors-série intéressant, et de qualité.
     
                Nous avons plusieurs choses à dire sur ce numéro: nous le ferons sous la forme de plusieurs courtes réflexions, une sur chacun des aspects qui nous "interpellent quelque part" (comme on dit, aujourd'hui dans le jargon); il y en aura pour tous les goûts... et nous réunirons l'ensemble de ces réflexions en un Pdf...
     
                La première sera consacrée à Maurras, dont nous ne pensons évidemment pas qu'il soit "philosophiquement nul" : certes, "un" Maurras a bel et bien fait naufrage, et pour toujours. C'est, d'ailleurs, le lot commun de tout écrivain ou penseur : qui lit aujourd'hui la Henriade de Voltaire ou le Moïse de Chateaubriand ? Mais il nous reste le Maurras de L'Avenir de l'Intelligence, celui qui ne passe pas, celui dont le printemps dure toujours, et qui - pour reprendre le mot de Boutang, dans la merveilleuse conférence que nous avons mise en ligne - était bien "le plus jeune d'entre nous..."
     
                Mais, patience, attendez un peu pour avoir nos commentaires... A bientôt !...

  • A ceux qui nous découvrent (9) : Tu jugeras de l'arbre à ses fruits.....

    LAFAUTEAROUSSEAU sans inscription.jpg              Cette rubrique est destinée A ceux qui nous découvrent. Ils y trouveront une sorte de collection de mini textes, ou mini fiches, qui n'ont pas d'autre prétention que de servir de petits tracts d'appel, d'explication rapide et succincte de ce que sont et de ce que proposent les royalistes, destinés, donc, à ceux qui ne connaîtraient pas, ou mal, nos objectifs. Il ne peut s'agir là que d'une première présentation, d'une première accroche, qu'il faudra évidemment préciser, nuancer, approfondir par la suite.

                  Plusieurs de ces notes ont, du reste, été conçues et rédigées à partir des questions, objections, demandes de renseignements ou de précisions etc... contenues dans des courriels qui nous ont été adressés.

                On pourrait, évidemment, dire les mêmes choses différemment, prendre d'autres exemples. Nous ne prétendons pas avoir la science infuse, ni asséner des vérités venues d'en haut.

                Il ne s'agit, répétons-le, que de courts textes de présentation générale, genre tracts, destinés à dégager l'essentiel...

                 Aujourd'hui, voici un extrait d'un texte de Maurras (1) qui rappelle une évidence: si nous sommes contre la République idéologique (évidemment pas contre la république, en soi, la res publica...), c'est d'abord et avant tout parce qu'elle échoue; parce qu'elle ne tient pas ses promesses mirobolantes; qu'elle vieillit mal, et terriblement mal. Et que son épuisement induit l'épuisement de la France....       

    (1): dont on aura l'intégralité, si on le désire, en cliquant sur le site: http://maurras.net/ .

    MAURRAS 12.jpg

    Lire la suite

  • Florence Aubenas le raconte elle aussi, à sa façon: l'échec du merveilleux système.....

                Quand on écoute Florence Aubenas présenter son bouquin à la radio, et quand on le lit, ce bouquin, on est assez consterné du tableau qui nous est proposé. Et une question vient à l'esprit, lorsqu'on découvre avec la journaliste, ces horreurs qu'elle décrit de l'intérieur et par le menu: mais dans quelle société, dans quel système sommes-nous, qui ont accouché de situations pareilles ?

                 Si on se réfère aux promesses des origines, de la Grande Révolution de 1789, qui devait apporter -entre autres merveilles- "le bonheur", cette "idée neuve en Europe", qu'est-ce qui a foiré, pour qu'on en soit arrivé là, aujourd'hui, deux siècles après ?

                Et 130 ans après que la République idéologique, héritière évidemment directe de ces immortels principes, soit installée ? Et disposant, bien entendu, de tous les pouvoirs, pour appliquer ces fameux principes édictés par la Révolution libératrice et émancipatrice, principes parfaits nous assurait-on, puisque basés sur la Raison ?

    florence_aubenas.jpg
    Florence Aubenas décrit une réalité.
    Mais comment une telle réalité est-elle encore possible,
     si longtemps après qu'on ait edicté, puis appliqué, des principes aussi grandioses et aussi immortels que ceux de 89 ?....
    Tu jugeras de l'arbre à ses fruits:
    Soit la situation actuelle est le fruit -pourri- de l'arbre, et donc l'arbre est mauvais;
    soit l'arbre -les principes- est impuissant à changer les choses, mais alors que valent ces principes ?......

    Lire la suite

  • L'équipe de France de rugby ? Que du bonheur !...

     
                Pendant toute la semaine précédant l'ultime rencontre France-Angleterre, qui pouvait déboucher sur le 9ème Grand Chelem de l'Equipe de France, France info a réuni des journalistes des deux pays pour tâcher de percer les raisons profondes de "cette inimitié de dix siècles" entre les deux peuples.
     
                Le dernier jour -le samedi de la rencontre, donc- cela nous a valu un bel éloge de la Monarchie, à travers le temps long et la permanence qu'elle donne à la Nation. Une permanence et un temps long dont nous avons amplement profité pendant mille ans, puisque sans l'une et sans l'autre les Rois n'auraient jamais pu construire la France, et en faire ce qu'elle était lorsqu'a éclaté la funeste Révolution...
     
                C'est la journaliste anglaise qui répondait aux propos du journaliste français: "les gouvernements, ça va, ça vient... la Reine, elle, elle ne change pas, elle est toujours là..."; et tout le reste à l'avenant...
     
    RUGBY.jpg
     
                Cette déclaration fut-elle de bon augure ? Toujours est-il que, le soir venu, les tricolores remportèrent le match: un succès qui fait plaisir, évidemment, mais qu'on peut aussi peut-être - observez-là bien cette photo... -  dédier à ce pauvre Raymond Domenech, et à son équipe idéologique de... comment disent les anglais, déjà ?...
     
                Ah, oui, "loosers"...

  • La "polémique" à propos de L'Evasion de Varennes : Touchés ! Touchée ! Touché !...

                    Oui, touchés, les tenants du Système ! Touchée, l’idéologie totalitaire ! Et touché, le mythe fondateur !…..

                    Il n’y a qu’à lire leur(s) réaction(s), pour bien comprendre qu’en fait ils ont très bien compris, et qu’ils ont tout compris. Avec Louis XVI, l’évasion de Varennes -que vient de rediffuser France 5 (1)- avec la Vérité enfin dite, sans artifices, c’est leur Système, basé sur le mensonge, qui est touché au coeur. Et cela, ils ne peuvent le supporter. Et, de leur point de vue à eux, ils ont raison…..

                    Pour suivre la polémique, deux Blogs :

    http://clioweb.free.fr/debats/varennes.htm

    http://revolution-francaise.net/2009/01/11/295-lettre-ouverte-madame-inspecteurs-pedagogiques-regionaux-histoire-geographie-academie-paris

    et, regroupées en un seul PDF, les cinq notes que nous avons, pour l'instant, consacrées à ce sujet: L'évasion de Varennes.pdf

    LOUIS XVI.jpg

    Lire la suite

  • Le Journal du Dimanche rend compte du séjour toulonnais du Prince Jean....

                A lafautearousseau, on l'a décidé une fois pour toutes: on se réjouit de tout le bon et de tout le positif dans ce qui arrive, même si, pour le reste, en notre for intérieur, on n'en pense pas moins... Cela nous vaut, régulièrement, d'être appelé blog optimiste, ce qui ne nous gêne pas, à cette nuance près -de taille, tout de même...- que nous préférons le terme d'Espérance, mais, bon...

                 Le dimanche 31 janvier, le motif de satisfaction est venu de la bonne demie page que le Journal du Dimanche a consacrée au séjour toulonnais du Prince (la page 12, pour être précis). Certes, deux ou trois choses, dans l'article, sont ce qu'elles sont. Mais, appliquons notre principe, et ne boudons pas notre plaisir. Il est positif -et révélateur- que le JDD, sans qu'on lui demande rien, ait jugé que la visite du Prince à Toulon méritait qu'on l'évoquât, et qu'on en rendît compte. Et ce qui transparaît, dans cette demie-page, à côté d'un ton parfois moqueur, ironique ou condescendant, c'est que le Prince agit, travaille, va à la rencontre des gens; même modestes, même de ceux qui vivent dans des HLM; et qu'il parle aussi -et qu'il écoute: très important, l'écoute...- avec des animateurs socioculturels....

                Une chose malgré tout, pour Mathieu Deslandes, le journaliste qui a écrit l'article: Nous ne rêvons pas d'un "retour de la Monarchie". La Monarchie de Saint Louis, de François premier, d'Henri IV et de tous les autres rois, la Monarchie appartient à l'Histoire. De la France et de l'humanité. Ce à quoi nous rêvons -et travaillons...- c'est à une ré-instauration de la Monarchie. C'est radicalement différent. Pas de restauration, d'une chose qui est derrière nous; une instauration, ou ré-instauration, de ce qui apparaît de plus en plus comme le recours, quand on voit l'état désastreux dans lequel la république idéologique à mis la France.

                Et, là, la Monarchie n'est pas derrière nous, elle est devant nous. La république idéologique a vieilli, terriblement vieilli, et -surtout- terriblement mal vieilli. Il n'a pas tenu ses promesses, ce merveilleux système au nom duquel les Révolutionnaires ont causé la mort de 700.000 personnes, instauré le Totalitarisme et organisé le premier Génocide des temps modernes, matrice de ceux d'Hitler, de Staline, de Mao, de Pol Pot.... 

                Et c'est parce que nous constatons ce désastre; parce que nous voyons qu'on a fait tout ça, pour ça; que les Bastille se comptent maintenant par dizaines et par centaines; que les féodalités de tous ordres dictent leur loi à un "semble Etat", qui, de toutes façons, n'a plus guère de pouvoir; que les dettes et déficits colossaux du Système font précisément de ce Système un voleur... etc... etc... que nous voulons, non pas restaurer quelque chose d'hier, mais instaurer quelque chose de nouveau, pour aujourd'hui et pour demain.

                Le nouvel Ancien Régime, monsieur Deslandes, c'est aujourd'hui, et c'est cette république idéologique à bout de souffle.

                Comme le dit le Prince Jean , dans son livre, que vous citez: "La Monarchie est une idée neuve en Europe..." (page 214, chapitre XI, Institutions).

    FORAIN CARICATURE.jpg
    La belle jardinière, caricature de Forain

    (1) : Est-ce l'émotion: dans la version internet, pendant quelques heures, ce fut une photo du Prince Eude, avec son épouse Marie-Liesse, qui apparut, sous-titrée Jean d'Orléans ! Là aussi: mais, bon....

    Lire la suite

  • Le roman des rois, de Max Gallo

                Max Gallo a publié en automne 2009 Le roman des rois : les Grands Capétiens, qui traite précisément des portraits et des règnes de Philippe II Auguste (1180-1223), Saint-Louis (1226-1270) et Philippe IV le Bel (1285-1314).

     

                Il s’entretient ici avec Jacques Paugam de ce livre mais, plus généralement, de l’histoire et du rôle de l’historien en pointant la naissance d’un moment essentiel : le surgissement d’une identité nationale.

     

                http://www.canalacademie.com/Le-roman-des-rois-de-Max-Gallo-de.html

     

    GALLO ROMAN DES ROIS.jpg

     Fayard, 504 Pages, 22 euros

     

    Quatrième de couverture

    Qui sont-ils Philippe auguste le conquérant, saint Louis le croisé, Philippe le bel l'énigmatique ?
    Fondateurs du royaume de France, ces grands capétiens ont composé les premières pages illustres de notre histoire en peuplant notre mémoire de légendes, de gloire et de crimes.
    Les croisades contre les infidèles, mais aussi contre les albigeois et les cathares ? l'inquisition, les persécutions, les gibets et les bûchers ? la lutte contre le pape ? les batailles où se forge le sentiment national ? ce sont eux !  

    A leur côté, Max Gallo fait revivre la lignée des Villeneuve de thorenc qui les suivent pas à pas : ils sont sur le champ de la bataille de Bouvines aux côtés de Philippe auguste, avec saint Louis agonisant à tunis, et proches de Philippe le bel quand commence le procès des templiers. ils nous ont légué, parmi les monuments innombrables qui constituent notre patrimoine,l'abbaye du Mont-Saint-Michel, la cathédrale de Chartres, la Sainte-Chapelle, le Louvre... et Paris, la plus grande ville de ce XIIeme siècle, le grand siècle du Moyen Âge.

    Max gallo raconte tout : la gloire et les turpitudes. la foi et le fanatisme. la compassion, la haine et l'injustice.
    Le roman des rois est l'histoire vivante de ces grands capétiens qui ont modelé leur siècle et fondé la France.

  • Séguin, archétype des désanchantés du Système ?.....

                Un "semble État", disait Boutang. La chose publique, caricaturée et dénaturée en république idéologique (en démocratie idéologique) est en effet devenue comme un spectacle, confirme Zemmour, notamment dans sa dernière phrase: le spectacle continue !

                Voilà ce qu' "ils" en ont fait, de la chose publique. Et c'est pour cela que Séguin était déçu. Déçu ou, plus justement encore, désanchanté; Zemmour employant, pour sa part, le mot de "désespoir" et, pour ceux de la classe politique qui -lors des obsèques- ont senti cela, plus ou moins confusément, et dont le degré de sincérité peut varier beaucoup, celui de "remords".

                Tout à fait d'accord avec Zemmour: l'enterrement de Séguin n'était pas seulement l'enterrement de Séguin. Ou, dit d'une autre façon, en enterrant Séguin, c'est aussi la foi, l'espoir, les illusions de la nouvelle religion -déjà ancienne, maintenant- qu'on enterrait. Une nouvelle religion qui a vieilli, beaucoup vieilli, et surtout terriblement mal vieilli; qui n'a pas tenu ses promesses; et qui ne tient plus que par habitude, par la force d'inertie. Et qui est finalement devenue à son tour, maintenant, le nouvel ancien régime...

                Séguin était désanchanté de s'être rendu compte qu'on avait fait tout ça pour ça...

    FORAIN CARICATURE.jpg

    Lire la suite

  • Besson est-il scandaleux ? Désolant ? Ou simplement logique, et dans le vrai ?... Du moins le vrai pour lui, son vrai à lui, qui n’est, bien sûr, pas le nôtre…

                            Besson est-il scandaleux ? Désolant ? Ou simplement logique, et dans le vrai ?.... Du moins le vrai pour lui, son "vrai" à lui, qui n’est, bien sûr, pas le nôtre….

                       (Rappel des propos du Ministre: "la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage".)

     

                 Oui, au risque de choquer –du moins au début- disons que si les propos de Besson sont scandaleux, et qu’il mérite lui aussi la condamnation de Molière que nous adressions récemment à Alain Duhamel (« Ignorantus, ignoranta, ignorantum… »,en prononçant bien ignorant-t-homme); s'il mérite lui aussi ce titre que nous avions donné au commentaire consternant d'un ministre suédois à propos de la Turquie: "Ces ignorants qui nous gouvernent..."; Besson a malgré tout raison.

     

                 Et il a bien parlé, et il a dit le vrai –du moins le vrai dans le sens de la révolution de 89/93- car il est bien, lui Besson, dans la droite ligne des révolutionnaires de 93.

     

    Eric-besson_pics_809.jpg
    Eric Besson cherchant à voir quelque chose que, manifestement, il n'arrive pas bien à voir....
    Il éprouve la même difficulté à voir, à rencontrer "la France",
    dont il a décrété, au fond, l'inexistence, alors qu'elle existe évidemment bel et bien.
     Mais, pour la voir, pour la trouver, encore faudrait-il qu'il abandonnât ses préjugés, son idéologie,
     et qu'il rompît avec... la Rupture de 1789/1793.....(1)

    Lire la suite

  • Argent-Dieu, Argent-Roi: les mots peuvent changer, pas la chose...

    Dans un entretien accordé au Progrès, Mgr Brincard, évêque du Puy-en-Velay, s'est exprimé sur le travail dominical. Et il ne mâche pas ses mots (il a bien raison...) :  le travail dominical c'est "le triomphe de l'Argent devenu Dieu".

    BRINCARD EVEQUE DU PUY.jpg

    Bain de foule pour l'évêque du Puy

                Il est normal qu'un Prince de l'Église emploie un vocabulaire religieux ("Argent-Dieu"), là où un Blog politique, comme le nôtre, emploiera plus spontanément un vocabulaire profane ("Argent-Roi"). Cette différence d’angle de vue, pour importante qu’elle soit, n’empêche pas que la conclusion soit la même. On le sait : la recherche de convergences, chaque fois qu’elles sont possibles, qu’elles sont réelles, est une règle que nous nous sommes donnée.

    Lire la suite

  • Mais qu’avons-nous donc contre la démocratie ?

    CarteBlancheàAntiquus.png

     

     

    Mais qu’avons-nous donc contre la démocratie ?

     

     

    Lire la suite

  • 2010, Année Henri IV

     

    QUATRIEME CENTENAIRE

    DE L’ASSASSINAT D’HENRI IV

     

    Célébration nationale placée sous le Haut patronage du Président de la République 

     

                  

                    Encore une célébration ? Encore commémorer ? Encore se tourner vers le passé ? Pas du tout !

     

                    En rendant compte de cette initiative officielle du Gouvernement français, en s'y associant et en y participant, on fait tout à fait autre chose que de se complaire dans un passé aboli. On accomplit, certes, un geste de mémoire, en exaltant ce roi pacificateur et réconciliateur, mais tourné vers le présent et l'avenir. On contribue à pousser à la roue pour la reconquête de notre Histoire, la ruine de la Bastille du mensonge de l'histoire officielle,  grâce à laquelle nos adversaires ont réussi à falsifier notre passé, à le faire prendre en haine à une part du peuple, le coupant ainsi de ses Racines authentiques. Beaucoup de français en effet, abusés par l'ignorance et le mensonge, ne s'aiment pas, n'aiment pas la France, du moins la caricature mensongère qu'on leur en a montrée, et ne souhaitent donc pas prolonger cette aventure exaltante que représente notre Nation.

     

                    Exaltante, du moins, quand on connaît vraiment son Histoire, avec ses grandeurs et ses faiblesses (et même ses laideurs...) car comment pourrait-elle l'être -exaltante- lorsqu'on a été élevé en haine de son passé ? La réflexion n'est pas nouvelle, et elle n'est pas de nous: l'histoire de France -l'histoire officielle, enseignée dans les Ecoles- paraît avoir été écrite par les ennemis de la France.

             

                Justement, il va peut-être, et même sûrement, falloir énoncer cette vérité au passé. Enfin ! De toutes parts, l'édifice vermoulu du mensonge craque et s'affaisse. Le Système idéologique qui nous gouverne reste en place, mais ne tient plus que par la force d'inertie. La terre entière a assisté, en direct, a la télé, à l'écroulement de l'empire marxiste-léniniste, qui se voulait l'aboutissement final, et la quintessence de la grande Révolution de 1789/1793. Et tout le monde sait maintenant la vérité sur les Goulags et les univers concentrationnaires de tous les sytèmes révolutionnaires qui, jusqu'en Extrême-Orient, ont eu ceci en commun de sortir, tous, de la même matrice: les journées parisiennes de 1789 à 1793, justement dénoncées par François Furet comme portant, dès le début, les germes de la Terreur. Mais aussi des Totalitarismes et des Génocides modernes. La vérité éclate au grand jour, et chaque jour un peu plus, et le système en place n'arrive plus non seulement à diffuser son idéologie mensongère, mais encore à empêcher la Vérité d'apparaitre. Il ne se passe pas de semaine sans qu'un nouvel ouvrage ne vienne réhabiliter tel ou tel de nos rois, le parcours de Max Gallo étant à cet égard des plus révélateurs (il eut un temps sa carte du Parti communiste !). C'est ce mouvement irrésistible, cette lame de fond qui va tout submerger qu'il faut contribuer à amplifier toujours plus car, soyons-en sûrs, ce mouvement ne pourra pas rester sans conséquences.

     

                C'est par le mensonge que nos adversaires ont gagné, c'est par la manifestation de la Vérité qu'ils perdront et que leur système s'effondrera. Il s'est déjà effondré aux extrêmités de la terre, la vague du tsunami refluant maintenant vers son épicentre, son point de départ : Paris. Un jour, bientôt, c'est le coeur même, l'épicentre du tsunami qui retrouvera le calme. Si l'on n'a pas cette certitude, cette foi, à quoi bon combattre encore ? Non, ceux qui ont construit un système idéologique contre nos Racines et nos Traditions n'ont pas plus que d'autres les promesses de l'eternité. Leur idéologie est à bout de souffle, elle est morte. Elle reste encore en place, ici, par habitude. Un jour, bientôt, l'habitude elle-même ne suffira plus. Il faut pousser à la roue pour hâter ce moment-là.

     

                C'est, et ce n'est que, dans cet esprit, que nous nous réjouissons de cette Année Henri IV qui va s'ouvrir, sous le Haut patronage du Président de la république, ce qui semble bien corroborer ce que nous venons de dire...

    Lire la suite