Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sevillia

  • Le Prix des Impertinents 2012 à Denis Tillinac...

    tillinac,prix des impertinents,sevilliaLe Prix des Impertinents 2012 a été décerné, jeudi 25 octobre, à Denis Tillinac pour son essai Considérations inactuelles, paru aux éditions Plon. La remise du prix a eu lieu au restaurant Montparnasse 1900, partenaire du prix.

    Le Prix des Impertinents récompense un livre s’inscrivant à contre-courant de la pensée dominante. Le jury est composé de Christian Authier, Bruno de Cessole, Jean Clair, Louis Daufresne, Chantal Delsol, Paul-François Paoli, Jean Sévillia (président du jury), Rémi Soulié (secrétaire général), François Taillandier et Eric Zemmour.

    Lire la suite

  • L'entretien Sévillia/Brague sur le Christianisme

            Comme annoncé la semaine dernière, nous mettons à disposition l'entretien qu'a mené Jean Sévillia avec Rémy Brague, dans Le Figaro magazine du vendredi 3 août dernier :

    SEVILLIA BRAGUE CHRISTIANISME 1.jpg

    SEVILLIA BRAGUE CHRISTIANISME 2.jpg

    SEVILLIA BRAGUE CHRISTIANISME 3.jpg

    sevillia,brague,christianisme  

  • La posture antiraciste...

    (dans Le Figaro magazine du vendredi 10 février)

    SEVILLIA LA POSTURE ANTIRACISTE.jpg

  • C'est clair, c'est net, c'est précis : Jean-Marc Bastière a interrogé Jean Sévillia...

            ...sur son Politiquement incorrect (1). Le titre choisi pour cet entretien est excellent, "En Histoire aussi, la vérité rend libre"...

            Ce serait une des façons possibles, si on voulait essayer de la résumer, d'aborder l'ensemble de l'oeuvre de Jean Sévillia. De qui Jean-Marc Bastière - qui voit, avec justesse, chez lui "une oeuvre cohérente" - dit, tout simplement, ces deux choses importantes :

          "Ce qui qualifie Jean Sévillia, c'est l'unité. Unité de vie, de convictions et de pensée...." et, un peu plus loin : "...Pour parler de ces sujets piégés, prêts à exploser au moindre écart, il fallait du courage, mais aussi du discernement. Celui qu'apporte la maturité."

    SEVILLIA FC INCORRECT.jpg

    SEVILLIA FC INCORRECT 1.jpg

    SEVILLIA FC INCORRECT 2.jpg

     

    sevillia historiquement_incorrect.jpg

     

    Fayard, 374 pages, 20 euros

     

    ...le fascisme et l’antifascisme, la Résistance et la Collaboration, l’affaire Pie XII, la décolonisation, la guerre d’Algérie... Ce livre étudie dix-huit points chauds de l’histoire française et européenne. Pour chacun d’eux, les conclusions les plus récentes des chercheurs remettent en cause les préjugés, les idées reçues et les mensonges concernant notre passé...

     

    * rappel : le Site de Jean Sévillia

     

    (1) : dans Famille chrétienne du 5 au 11 novembre, n° 1764.

  • 1793 : L'ordre écrit de tuer des Français... Le livre de Reynald Sécher fait du bruit, on en parle et c'est tant mieux...

            Plusieurs journaux ont d'ores et déjà fait écho au dernier livre de Reynald Sécher :

    secher du genocide au memoricide.jpg

    "Par le plus grand des hasards, j’ai effectivement découvert le dossier original du plan d’extermination et d’anéantissement de la Vendée signé par les membres du Comité de Salut Public, notamment Robespierre et Carnot...."

    Les Editions du Cerf, 24 euros

     

             C'est notre rôle de mettre au service de tout ce qui se fait de bien et de positif la caisse de résonnance qu'est devenue lafautearousseau, et de rendre compte, afin de l'amplifier encore, du processus de dé-révolution qui se poursuit, aujourd'hui, en France. Nous avons ainsi, par exemple, immédiatement rendu compte de l'excellente émission avec Franck Ferrand, sur Europe 1, dans laquelle Reynald Sécher a intelligemmment développé son argumentaire : brillante émission, de 36’13", à faire écouter partout et par tous, sans aucune modération, à temps et à contre-temps.... :

            http://www.ndf.fr/nos-breves/31-10-2011/reynald-secher-explique-le-genocide-vendeen-et-le-memoricide-sur-europe-1

            Cette semaine, c'est sur deux articles concernant le dernier ouvrage de Reynald Sécher (parus, l'un dans Le Figaro magazine, l'autre dans Famille chrétienne) que nous attirerons l'attention de celles etc eux qui ne les auraient pas vus...

    Lire la suite

  • Le "Sevillia nouveau", c'est pour le 19 octobre prochain...

            Historiquement incorrect traitera de sujets qui sont pour la plupart sensibles, et cet essai devrait donc, comme le dit l'auteur, faire un peu de bruit....

            Historiquement incorrect 3.pdf 

              Profitons-en pour rappeler que le Site de Jean Sévillia a fait peau neuve :

            http://www.jeansevillia.com/

     

    sevillia historiquement_incorrect.jpg

  • Jacques Bainville Historien et prophète, par Jean Sévillia

            Dans son toujours très intéressant article du Figaro Magazine, Jean Sévillia a choisi, hier, 19 mars 2011, de présenter le tout récent ouvrage de Christophe Dickès, Jacques Bainville La monarchie des lettres, Histoire, Politique & Littérature.

              Composé de quatre parties, cet ouvrage illustre les différentes facettes de l'académicien Jacques Bainville. La première revient sur son parcours d'historien et ses publications dans de nombreux journaux, les deux suivantes le montrent dans une posture d'écrivain et de conteur au gré de ses voyages. Enfin, la dernière situe l'homme dans son époque, celle de l'affaire Dreyfus. 

              En présentant cet ouvrage ici-même (dans notre note du 9 mars) nous avons signalé l'excellente chronique consacrée à Bainville par Philippe Meyer, sur France culture, le 7 mars dernier, comme nous avions signalé également, en son temps, la non moins excellente présentation, sur France info, de la réédition de L'Histoire de France :

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2011/03/08/philippe-meyer-bainville.html

    bainville dickes BOUQUINS.jpg 

    1152 pages, 30 euros

    http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2007/08/09/jacques-bainville-sur-france-info.html 

    Lire la suite

  • Autour du dernier empereur, avec Jean Sévillia...

                Nous avons déjà parlé deux fois du dernier ouvrage de Jean Sévillia, Le dernier empereur. Notamment lorsque Jean Raspail l'a présenté dans un excellent article du Figaro Magazine (1).....

    sevillia.png
    Perrin, 358 pages, 21,80 euros

                Voici que le toujours excellent Canal Académie-première radio académique francophone sur internet- a reçu l'auteur, et mis en ligne -en novembre dernier- cet entretien extrêmement intéressant. David Gaillardon offre à Jean Sévillia la possibilité d'approfondir et de préciser encore un peu plus le sujet, et c'est pourquoi on l'écoutera avec profit:

               http://www.canalacademie.com/Charles-Ier-d-Autriche-Le-dernier.html

    (1) : Voici cette courte note, du dimanche, 06 septembre 2009 : Jean Raspail présente le dernier Jean Sévillia.....

                 Sous le titre L'incroyable destin de Charles de Habsbourg, Jean Raspail consacre dans Le Figaro Magazine (1) un bel article au dernier ouvrage de Jean Sévillia, Le dernier empereur.

    sevillia.png

    Perrin, 358 pages, 21,80 euros


                     Il a choisi d'évoquer lui-même avec passion ce personnage de Charles Ier dont, dit-il, "notre ami Jean Sévillia retrace avec passion la vie méconnue",après avoir écrit celle de Zita, son épouse, "l'impératrice courage".Au point d'achever son article en se déclarant, lui, Jean Raspail, l'un "des sujets inconditionnels de l'empereur Charles Ier et de de l'impératrice Zita". C'est ainsi qu'on l'aime, notre Raspail, et Dieu merci, il ne change pas....

                     Vers la fin de son article, il évoque cette paix séparée que Charles souhaitait sincèrement offrir aux Alliés, secondant en cela les efforts intenses de la papauté pour abréger la Guerre. Il ne sert évidemment à rien de refaire l'Histoire, et Bainville -on le sait- ne cessait de mettre en garde contre ce défaut : l'uchronie. Il n'empêche: on a pourtant bien le droit de pointer les préjugés anticatholiques et -donc- antiautrichiens dont Clémenceau, entre autres, était accablés, et qu'il fit passer avant le Bien Commun, non seulement de la France mais de l'Europe, et de la Civilisation. Et l'on a bien le droit de penser, et de dire, que cette attitude fut, au-delà du mesquin, suicidaire; et, pour un homme politique, au-delà de l'erroné, scandaleux.

                     Ecoutons Raspail :

                     "....L'affaire est célèbre. C'est en Suisse, pays neutre, que va se tisser la trame. Émissaires occultes, fausses identités, entrevues secrètes, escaliers dérobés, complicités, trahisons, promesses vaines, lettres détournées, chausse-trappes et, dans l'ombre, les services de renseignements militaires des deux camps, acharnés à faire capoter le projet, sauf, peut-être, les services français -je le sais par mon père, qui, à Berne, les dirigeait et qui soutint tant qu'il le put les efforts des princes de Parme (Sixte et Xavier de Bourbon-Parme, ndlr). Dès son arrivée au pouvoir, et avec l'appui du président Wilson, Clémenceau assassine cette paix séparée qui, en épargnant le vieil Empire, aurait sauvé des centaines de milliers de vies, preservé l'équilibre des Balkans et peut-être écourté la guerre. Tout cela par haine du catholicisme ! Il fallait que disparaisse à jamais du pouvoir, où que ce fût, la moindre trace de référence à Dieu...." 

    (1) : Le Figaro Magazine, 29 août 2009, pages 72/73.

  • Le premier prix des Impertinents...

                Créé en octobre 2009, à l'initiative (heureuse...) de Jean Sévillia, le Prix des Impertinents est un prix littéraire destiné à récompenser un ouvrage (essai, histoire ou roman) s'inscrivant à contre-courant de la pensée unique et des diktats du politiquement correct. Il est décerné au début de chaque année, après une première sélection du jury, à l'automne, et distingue un ouvrage paru l'année précédente.

                Il est remis à la brasserie Montparnasse 1900.

                Le jury du Prix des Impertinents est composé de Christian Authier, Bruno de Cessole, Jean Clair, de l'Académie française, Louis Daufresne, Chantal Delsol, de l'Institut, Paul-François Paoli, Rémi Soulié (secrétaire général), François Tallandier, Eric Zemmour. Jean Sévillia en est le Président.

                Le Prix a donc été décerné pour la première fois, le 18 janvier 2010. Il a été attribué à Claire Brière-Blanchet, pour son ouvrage Voyage au bout de la Révolution, de Pékin à Sochaux (Fayard), saisissante auto-exploration, par une ancienne militante, des années de plomb du maoïsme français.

    sevillia.jpg

    282 pages, 18 euros

                Ce livre raconte l'histoire d'un couple de jeunes intellectuels petits-bourgeois maoïstes (PCmlF), qui a choisi au début des années soixante-dix d'aller volontairement travailler en usine pour prêcher la révolution aux ouvriers. Vu avec le recul, le point de départ politiquement faux ne pouvait mener qu'à un échec absolu, au naufrage d'une vie, mais pourtant un certain nombre de gens l'ont assumé. Des intellectuels -et non des moindres- ont, à l'époque officiellement soutenu ces idées absurdes. Il faut avoir vécu ces années -où l'engagement politique personnel radical existait encore- pour comprendre cette démarche, même si on ne l'a jamais approuvée. Ce livre rappelle d'autres expériences semblables plus anciennes (Robrieux pour le PCF), d'autres vies militantes brisées ici et ailleurs.

                Le plus affligeant dans l'histoire, c'est de constater que l'échec n'a pas mis fin à la cécité politique des intéressés. Si les dirigeants à la fois les plus lucides et les plus opportunistes ont pu se recaser habilement dans les partis politiques dominants, les autres (les plus sincères ou les plus aveugles) comme l'auteur ont fini, après avoir péniblement survécu grâce à une psychothérapie, dans le marécage du néolibéralisme.

  • Le Testament politique de Louis XVI...

     
                Concilier l'héritage de la monarchie française avec les idées nouvelles, au milieu d'évènements auquels nul n'était préparé....
     
                Voici réunis et présentés pour la première fois, dans leur ensemble, les testaments et manifestes rédigés de la main de Louis XVI.
                On découvrira dans ce recueil une pièce exceptionnelle : le fac-similé de la Déclaration du roi adressée à tous les Français à sa sortie de Paris, écrite avant son arrestation à Varennes dans la nuit du 21 au 22 juin 1791 (dont l'original a été retrouvé, aux Etats-Unis, en mai 2009, par un collectionneur français, Gérard Lhéritier).
     
                Ce document majeur constitue le testament politique de Louis XVI ; il est accompagné des " feuilles retranchées " (dues au comte de Provence, futur Louis XVIII).
               
                Ce volume contient également le testament moral de Louis XVI rédigé à la prison du Temple et, en annexe, celui de Marie-Antoinette.  
               
                Dans son introduction, Jacques de Saint Victor (ci dessous) raconte la fabuleuse épopée du manuscrit de la Déclaration du roi et, dans sa présentation, Jean- Christian Petitfils montre que ces testaments et manifestes permettent de comprendre la vraie personnalité de Louis XVI, guillotiné le 21 janvier 1793. 
    jacques de saint victor.jpg

     

                 Mais le plus important reste la leçon politque que l'on peut tirer de ce texte. L'éclairage qu'apporte Jacques de Saint Victor -nouveau pour beaucoup, victimes du mensonge et du travestissement officiel de notre Histoire- mérite que l'on y revienne quelques instants: voilà pourquoi il nous a  semblé utile, en présentant ce nouvel ouvrage à deux mains, de reproduire, ci après, le très bon texte qu'avait publié le même Jacques de Saint Victor dans Le Figaro, le 19 mai 2009....   

                  Confirmation(s) pour les uns, révélation(s) pour les autres....       

    Lire la suite

  • Jean Sévillia présente le dernier Zemmour, Mélancolie française...

                Voici quelques extraits de l'article de Sévillia consacré à Eric Zemmour, que vous trouverez dans son intégralité ici :

                Zemmour Sevillia.pdf

    zemmour melancolie francaise.JPG
    Disponible le 3 mars, 16 euros

    Lire la suite

  • Des évènements auquels nul n'était préparé...

    LOUIS XVI TESTATMENT.jpg

  • Il trace son sillon: le Prince va à la rencontre des gens.... et cela finit par faire du monde !....

    PRINCE JEAN GALLO FIG MAG.png
     
    On sait l'enthousiasme communicatif de Lorant Deutsch pour le Prince Jean et ce qu'il représente. Le 6 novembre, à Paris, c'est Jean Piat qui viendra s'entretenir avec le Prince de son ouvrage. Tout récemment, alors que Michel Fields l'invitait dans Historiquement show, Jean Sévillia a eu la très heureuse idée de faire se rencontrer, pour dialoguer, le Prince et Max Gallo: la raison en était que l'un et l'autre sortent en cet automne un ouvrage chacun (les premiers Capétiens, pour Gallo, et -bien sûr- Un prince français, pour le prince Jean). Et cela nous a valu le très intéressant entretien que nous reproduisons ci-après (même s'il faut une loupe ! nous avons voulu montrer le bon boulot qu'avait fait -une fois de plus...- Jean Sévillia). Et, à l'occasion du véritable tour de France qu'il a commencé, le Prince rencontre des journalistes de la presse écrite et parlée (à Béziers et à Senlis, ses deux premières étapes, Le Midi Libre et FR3 Picardie...).
     
    Mais il ne s'en tient pas qu'à ces célébrités. Le Prince rencontre aussi tout le monde, tous les gens de France, et pas seulement les académiciens, les acteurs, les journalistes. Vient qui veut, évidemment, mais le Prince veut -et il le fait très bien- se rendre proche, se montrer disponible, être au contact du maximum de personnes possibles, de tous âges, de toutes conditions et situations sociales. Ceux qui étaient aux Baux ont bien vu les deux Princes, Jean et Eudes, passer au milieu de tout le monde, et rester de longs moments, sans se dérober -bien au contraire- avec toutes celles et tous ceux qui souhaitaient leur toucher un mot, comme on le dit familièrement.
     
    Cette volonté d'entrer en contact avec les gens est une constante chez le Prince. Et le public le sent, le comprend, et n'y est pas insensible: il suffit de voir, par exemple, le succès de l'appel de fonds pour le cadeau de mariage de Jean et Philoména: il est clair que les donateurs ont largement dépassé ce que l'on pourrrait appeler nos cercles habituels, et leur nombre, d'une part, leur générosité, d'autre part, sont des signes qui ne trompent pas. Le prince reçoit, en retour de sa simplicité et de sa disponibilité, une réelle affection, non feinte et de bon aloi, et ce n'est que justice.
     
    Pour l'instant, on n'en est qu'au début de ce tour de France: deux étapes (Béziers, Senlis), deux succès. La soirée de Paris devrait être un coup d'accélérateur puissant, avant les soirées de Nice, de Marseille-Aix, de Versailles, Lyon et Grenoble (pour ne parler que de celles de novembre....).
     
    On le voit, le Prince travaille, avec sérieux, constance et régularité: le rôle de chacun est de seconder ses efforts, de pousser à la roue avec lui, de tout faire pour amplifier au maximum le mouvement qui se dessine, afin que ce tour de France, à la rencontre des gens de France, soit plus qu'un succès: une vraie dynamique, porteuse d'espoir(s)...        
      
    PRINCE JEAN GALLO FIG MAG 1.png
    PRINCE JEAN GALLO FIG MAG 2.png
    PRINCE JEAN GALLO FIG MAG 3.png
    PRINCE JEAN GALLO FIG MAG 4.png
     

  • Au cercle de l'union Interalliée : Petitfils, hier, sur Henri IV. Sévillia, demain, sur Charles d'Autriche-Hongrie...

                Le lundi 27 septembre dernier, au Cercle de l'Union Interalliée, Jean-Christian Petitfils a prononcé une conférence sur Henri IV. C'était l'occasion de présenter son dernier ouvrage sur le Vert galant (ci dessous). Un participant -manifestement enthousiaste- nous a fait parvenir le lien d'une vidéo montage concernant cette conférence.

                En nous signalant que le prochain orateur invité -le jeudi 22 octobre- serait Jean Sévillia, qui viendra parler, lui aussi, de son dernier ouvrage, sur Charles d'Autriche-Hongrie, le dernier empereur.

    henri iv petitfils.jpg

    330 pages, 21 euros

    Lire la suite

  • "Les Grecs, l'Europe et l'Islam" : Sylvain Gouguenheim répond à Jean Sévillia.

                Sous le titre Les Grecs, l'Europe et l'Islam, Jean Sevillia nous offre un très intéressant entretien avec Sylvain Gouguenheim, dans Le Figaro Magazinedu 12 septembre.

                On y trouve, entre autre, une nouvelle dénonciation de la supercherie des Tartuffe qui cherchent à imposer le soi-disant anti-racisme (l'arnaque du siècle...), et sa variante, l'islamophobie, tout aussi hypocrite : à la question "Que vaut l'accusation d'islamophobie ?",Gouguenheim répond "Le terme n'est pas scientifique. Il a été forgé pour discréditer celui à qui on colle cette étiquette: l'islamophobe, saisi d'une peur irrationnelle devant tout ce qui est musulman, n'aurait pas toute sa raison, et serait habité par des arrières-pensées racistes. Comme si l'Islam était une race, et non une religion... Dès lors que l'accusation est lancée, il n'y a plus de débat possible. L'expression est donc une arme d'intimidation massive....".

    GOUG.jpg

                La sortie de cet entretien est peut-être l'occasion de re-présenter une partie de la note consacrée au 1300ème anniversaire du Mont, dans laquelle, après avoir évoqué le monument lui-même, nous proposions une sorte de résumé de ce qu'il est convenu d'appeler l'affaire Gouguenheim: voici donc la deuxième partie de la note Tout ce qui est Racines est bon : Le Mont Saint Michel fête ses 1.300 ans….. (dans la Catégorie Racines).       

    Lire la suite