Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 août 2012

L'entretien Sévillia/Brague sur le Christianisme

        Comme annoncé la semaine dernière, nous mettons à disposition l'entretien qu'a mené Jean Sévillia avec Rémy Brague, dans Le Figaro magazine du vendredi 3 août dernier :

SEVILLIA BRAGUE CHRISTIANISME 1.jpg

SEVILLIA BRAGUE CHRISTIANISME 2.jpg

SEVILLIA BRAGUE CHRISTIANISME 3.jpg

sevillia,brague,christianisme  

Commentaires

Intéressant entretien qui rappelle par certaines phrases l'excellent ouvrage de Jean Sévilla "Historiquement Incorrect" sur le christianisme... Décidemment, il faudrait plus de journalistes de cette trempe !

Écrit par : URBVM56 | dimanche, 12 août 2012

Répondre à ce commentaire

Dans le paganisme ancien, les dieux disaient et incarnaient la présence d’un monde. Non pas d’un monde révélé, mais d’un monde manifesté. Mais le divin s’est retiré du monde où nous sommes, qui semble voué au nomadisme et à la tribulation, un monde où l’on exploite la terre sans plus savoir la saluer. Le divin a migré dans un ailleurs dont nous ignorons les contours. L’oubli de l’être ne prendra fin que lorsque le nihilisme sera allé à son terme.

Écrit par : Baphomet | dimanche, 12 août 2012

Répondre à ce commentaire

La thèse ci-dessus, bien connue, et qui comporte sa part de vérité, est celle d'Alain de Benoist.

Elle ne peut être contredite par le christianisme décadent qui s'est développé puis en partie imposé au cours des deux derniers siècles, ni, bien entendu, par les idéologies qui caractérisent et, si l'on peut dire, "fondent" le monde moderne, ou postmoderne.

Dès son premier livre, le jeune Maurras, au temps du Ralliement puis du Sillon, s'y était, lui aussi, opposé de toutes ses forces, dressant contre lui tous les courants de la nouvelle église, y compris, plus tard, le pape Pie XI qui le condamna. Avant de renouer avec lui, dans les années 1937 / 1938, peu avant de mourir Ainsi, le pape Ratti, mort en février 1939, préparait la levée de la condamnation de l'Action française, à laquelle procéda le Pape Pacelli, dès son avènement.

La thèse néo-païenne d'Alain de Benoist et de ses amis, que Baphomet reprend dans le commentaire précédent, a toutefois fait l'objet d'un ample débat de fond, que l'Union Royaliste Provençale avait eu la bonne idée d'organiser, en 1982, entre le même Alain de Benoist, alors au sommet de son audience, et Gustave Thibon. L'opposition paganisme / christianisme y est traitée en détail et sans simplification excessive. Elle y apparaît dans sa radicalité mais aussi dans toutes ses nuances et, même, toutes ses convergences.

Un spectateur de ce mémorable débat, très médiocre technicien, a eu, néanmoins, l'heureuse initiative de l'enregistrer. La vidéo est disponible sur ce blog. Ceux qui auront le courage de l'écouter y trouveront des développements plus subtils que le discours solitaire du néo-paganisme ne le laisse entrevoir.

Il serait trop long d'en dire davantage.

Écrit par : JACO | lundi, 13 août 2012

Répondre à ce commentaire

Pour paraphraser Alain de Benois que cite largement JACO, je dirai que nous avons plus d'estime pour les croyants que pour les incroyants, mais ce qu'ils croient nous paraît rarement digne de foi.

Nous sommes hostiles à toute métaphysique, parce qu'au contraire de l'ontologie elle ne pense pas la différence entre l'Etre et l'étant et n'accorde au réel qu'un statut d'existence inférieur.

Nous sommes étrangers à toute forme de messianisme, à toute idée de rédemption et de salut. Nous ne croyons pas pas un instant que la "religion" ait quoi que ce soit à voir avec la morale.

Nous croyons que le monde est éternel et infini.

Écrit par : Baphomet | lundi, 13 août 2012

Répondre à ce commentaire

Qui sont les "nous" de Baphomet ? Pour ce qui me concerne, je ne m'y reconnais pas. Non. Baphomet parle pour lui.

Écrit par : JACO | lundi, 13 août 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire