Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fillon

  • A propos de ce qu'a dit François Fillon, sur les nouveaux immigrants tunisiens.....

            François Fillon a estimé, le jeudi 12 mai, sur TF1, qu'il n'y avait "plus aucune raison d'accorder l'asile politique à des Tunisiens", au moment où "la démocratie" était "en train de s'installer" dans leur pays d'origine.

            "La situation de la Tunisie est très particulière: pendant des années, la Tunisie était une dictature et il y avait des hommes et des femmes qui s'en échappaient", a-t-il rappelé. "Nous accordions l'asile politique aux opposants de Ben Ali, qui était un dictateur....Aujourd'hui, il y a eu une révolution en Tunisie, les choses ont changé, il y a une démocratie en train de s'installer, il n'y a plus aucune raison d'accorder l'asile politique à des Tunisiens".

            On laissera le Premier ministre à ses illusions sur "la démocratie" (1) qui est en train de s'installer, selon lui, en Tunisie (et ailleurs, dans le monde arabo-musulman...) : nous avons suffisamment dit, ici même ce que nous pensions de ces rêveries à la BHL, et combien il était naïf - et dangereux... - de s'imaginer qu'un quelconque "printemps arabe" allait déboucher sur la démocratie, et de régler notre politique étrangère sur ces billevesées.... 

            C'est la suite de la déclaration du Premier ministre qui nous intéressera ici :

            "Par ailleurs, la Tunisie a besoin de ses enfants pour se construire et ce que nous voulons aujourd'hui, c'est que les Tunisiens entrés illégalement sur le territoire européen retournent en Tunisie".

            On ne peut, sur ce point, qu'approuver François Fillon. En faisant juste remarquer, toutefois, que, n’en déplaise aux néo-colonialistes, ce n’est pas seulement à la Tunisie, c’est à toute l’Afrique qu’il faut rendre ses enfants, car c'est bien toute l'Afrique qui a besoin de tous ses enfants, "pour se construire"…..

    (1) : ce matin, sur France info, un journaliste - impayable !... - a relaté les manifs en Espagne, sur la Puerta del Sol, à Madrid. Il a déclaré que là aussi, les jeunes manifestaient pour demander la démocratie : sic, re-sic et re-re-sic !!!!! De Damas à Madrid, en passant par Le Caire, Tripoli ou Tunis, le même mot creux, abstrait et, bien sûr, jamais défini, employé indistinctement pour parler de tant de situations aussi différentes ! Ce n'est évidemment plus de l'analyse politique, ni même de l'information, mais de l'incantation pure, du manque de sérieux. Oh, grand n'importe-quoi, quand tu nous tiens !....

  • Fillon a prié en Egypte pour les coptes...

            "Le Premier ministre François Fillon s'est rendu samedi 1er janvier 2011 à la cathédrale d'Assouan en Egypte pour se recueillir en mémoire des victimes de l'attentat d'Alexandrie, exprimer sa solidarité à l'égard de la communauté copte et manifester l'engagement de la France à défendre la liberté religieuse en Egypte comme partout dans le monde", a-t-on pu lire dans un communiqué de Matignon (1).

            Il n'en a pas fallu plus pour que les habituelles voix de vierges offensées se fassent entendre : comment, dans notre République laïque ! etc... etc... (refrain connu).

            Ce sont - évidemment... - les mêmes qui ne trouvent rien à redire lorsque le Chef du Gouvernement, le Chef de l'Etat ou un Ministre quelconque se coiffe d'une Kippa à l'occasion de telle ou telle manifestation importante de la communauté israëlite; ou se déchausse en pénétrant dans une mosquée, pour aller présenter des voeux ou pour une cérémonie protocolaire quelconque touchant le monde musulman...

    (1) Le chef du gouvernement français passait des vacances dans la station balnéaire égyptienne de Charm el Cheikh.

  • On s'étrangle, chez certains : Fillon a cité Bainville !...

                Que Fillon ait parlé de Bainville, c'est intéressant. Que certains, chez les idéologues et dans le camp de la pensée unique, s'en étranglent de rage, cela n'a, en soi, aucun intérêt. Pourtant, on va quand même vous indiquer, si vous ne l'avez lu, un passage de ce blog surprenant, où l'on appelle au boycott, et à pire encore, dès qu'on entend quelque chose qui s'écarte de la pensée unique :

                http://anpag.org/article.php3?id_article=860

                Un extrait de l'hystérie :

    Lire la suite

  • Ségolène "remet ça" avec l' "immoralité" !...

                On se souvient qu’en plein débat télévisé, avant le second tour de la présidentielle, Ségolène n'avait rien trouvé de mieux que de faire un mauvais numéro, et avait accusé, en direct, Sarkozy de représenter "le summum de l’immoralité". Cette fois c’est François Fillon qu’elle a accusé, dans la torpeur de l'été, et toujours d’immoralité.

                Pour comprendre le pourquoi du comment, il faut savoir que l'État et la Région Poitou-Charentes, présidée par l'ancienne candidate socialiste, s'opposent à propos du financement d'une ligne de train à grande vitesse.

    ROYAL 4.jpg
    Ségolène a fait dire par ses lieutenant qu'elle "avait la haine". Si, si...
    La voilà qui parle comme ces "jeunes" de banlieue qui votent pour elle

    Lire la suite

  • Ainsi va le monde : François Fillon parle toujours vrai.....

       François Fillon ne sera pas allé au Sommet de la Francophonie de Québec pour rien !

    francois-fillon-2670281_1378.jpg

              En marge de son travail és-qualité, le Premier ministre a profité de la tribune qui lui était offerte pour rappeler quelques vérités bien senties sur les véritables responsables de la crise économique actuelle.

              Il a ainsi pointé la responsabilité des Etats-Unis, dont le comportement relève tout à la fois de l'égoïsme et du cynisme :  

    Lire la suite

  • France Russie : le bon sens de François Fillon…..

              Il n'y a "pas d'alternative à une relation forte" entre Paris et Moscou, a estimé – samedi 20 septembre - le Premier ministre français François Fillon à l'issue d'entretiens avec son homologue russe Vladimir Poutine à Sotchi, sur les rives de la mer Noire.

    20080920105099015002434.jpg

    Lire la suite

  • A propose des tentatives de blocage des Universités...

              Dans son édito-vidéo du 8 novembre, intitulé "Réforme des Universités: Halte au blocage" (1), Christophe Barbier livre une bonne analyse de l'opposition aux réformes entreprises par le gouvernement, en même temps qu'il parle sans aucune hypocrisie, et avec des mots très durs pour eux, de l'action négative des syndicats de gauche et d'extrême gauche. Son "papier" est excellent; il a la dent dure, mais comme il a raison !.... En voici le texte, dans son intégralité:

              "C'est vrai, la Loi sur l'Autonomie des Universités a un grand défaut: elle n'est pas assez radicale! En fait, il faudrait pouvoir donner aux Présidents d'Université une autonomie quasiment égale à celle de chefs d'entreprises, de grandes et importantes entreprises. Évidemment, avec le contrôle de l'État pour tout ce qui est pédagogique.

              La résistance actuelle d'une poignée d'étudiants n'obéit qu'à des ressorts politiques; Il s'agit pour eux, dans un jeu partisan d'essayer de coaguler la colère -ou pseudo colère- étudiante à toutes les revendications des salariés (Régimes spéciaux, suppressions de postes dans la Fonction Publique etc...). Il s'agit aussi pour eux d'essayer d'empêcher la mutation de l'Université vers l'excellence, l'efficacité, la capacité de l'Intelligence française à participer à la compétition mondiale: rester bien les pieds dans une glaise "intello inutile" plutôt que de passer dans la formation pour la performance, pour non seulement pouvoir trouver un travail mais pour pouvoir, au nom de ses entreprises, au nom de son Pays, participer à la mondialisation de manière offensive...

              C'est donc un enjeu extrêmement important qui est au coeur de ce conflit dans les Facs actuellement. Le gouvernement saura-t-il l'emporter ? L'enjeu c'est celui-ci: il s'agit de choisir: est-ce que l'on va continuer à faire de l'université un garage à lycéens attardés qui se débrouilleront après pour se faire une place dans la vie privée, ou bien est-ce que l'on va réussir à remettre les Universités dans une logique de performance. Que les étudiants après le Bac sachent qu'avec l'enseignement supérieur ils vont acquérir les diplômes qui leur permettront de trouver du travail, qui leur permettront de s'épanouir individuellement, qui leur permettront aussi d'être au service du Pays, parce qu'il faut être au service de son Pays dans la nouvelle forme de guerre qui est la guerre économique.

               Est-ce que Valérie Pécresse tiendra bon ? Est-ce que François Fillon tiendra bon ? Est-ce que Nicolas Sarkozy tiendra bon ? D'ici Noël le match sera joué, la révolution universitaire positive française aura eu lieu. Ou bien on aura de quoi s'inquiéter pour l'avenir de nos cerveaux. Il n'y aura alors point de salut pour eux hormis les Grandes Ecoles ou l'expatriation dans les pays anglo-saxons ou asiatiques."

    (1): "L'express", 8 novembre, rubrique "L'édito-vidéo de Christophe Barbier"

    ". http://www.lexpress.fr/idees/debats/dossier/editobarbier/dossier.asp?ida=461329