5SaintJoseph0

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le point

  • Une question de légitimité

    Par Philippe Mesnard 

    maxresdefault.jpg

    Emmanuel Macron, si on en croit ses propos récemment rapportés par Paris Match et Le Point, entre autres, ne se contente d’assumer fermement la fermeté dont font preuve les forces de l’ordre. Il considère que les Gilets jaunes sont, dans l’ordre, ultra-violents, désorientés, manipulés par les puissances étrangères, demeurés. 

    russia-today-sputnik-sites-russes_0_0.pngJ’aimerais exagérer mais il faut simplement le lire : « 40 000 à 50 000 ultras violents qui veulent abattre les institutions », « Pour des gens qui sont faibles, ou fragiles, ou en colère, cela a une espèce de résonance », « Et après, ce sont des gens qui achètent des comptes, qui trollent. C’est Russia Today, Spoutnik, etc. Regardez, à partir de décembre, les mouvements sur Internet, ce n’est plus BFM qui est en tête, c’est Russia Today », « Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan. »

    En fait, tous les opposants à Macron (synecdoque qui englobe le Président, son gouvernement, ses députés, ses sbires et ses financiers), bien au-delà des Gilets jaunes, sont considérés comme des idiots utiles de la Russie, avec quelques variantes. Par exemple, à en croire les touites de Macron et Loiseau (ministre chargé des Affaires européennes), les opposants au traité d’Aix-la-Chapelle sont complices des crimes nazis, les opposants à l’Union européenne sont des nazis. Sur des sujets plus intérieurs, les opposants sont simplement des assassins, selon Philippe et Castaner, qui s’emparent des statistiques sur les accidents de la route à peu près comme Jacques Toubon s’emparait de celles sur l’immigration, misant plus sur le choc des formules que sur la connaissance des chiffres. Il y a une disqualification permanente de l’opposant, qui va de pair avec une spectaculaire relégitimation du pays légal : Macron ne jure plus que par les partis, les syndicats, les départements et les communes. Et, tout en lançant le Grand Débat National, Macron explique que la parole de ceux qui débattent n’est pas égale (« Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député ! »). Une disqualification de la parole du pays réel qui accompagne la criminalisation de la parole médiatique (Macron n’ayant pas de mots assez durs sur les journalistes) avec la loi sur les infox dont on voit bien – surtout en découvrant avec stupeur les infox du gouvernement – qu’elle servira surtout à empêcher la circulation des informations non conformes, pendant que le projet de loi anti-casseurs servira surtout à empêcher la circulation des opposants non conformes. Extension du domaine de la violence légale.

    661_magic-article-actu_dda_436_3626e6429c976908975528fd04_grand-debat-national-le-site-mis-en-ligne-mardi-soir_dda4363626e6429c976908975528fd04.jpgLe plus troublant est la manière dont ce pouvoir revient lui-même sur la question de sa légitimité : « Quand vous écoutez les gens, qu’est-ce qu’ils disent ? Ils veulent couper la tête du président. Ils disent que les députés sont tous des salopards » (les Français, décidément nostalgiques, ne croient qu’aux bonnes vieilles recettes) et « Mais il faut se poser la question “D’où tu parles ? Quelle est ta légitimité ?” Celui qui est maire, celui qui est député, celui qui est ministre a une légitimité ou une responsabilité. Le citoyen lambda n’a pas la même. Il ne représente que lui-même. » Sans doute, mais si Macron pose cette question de la légitimité, c’est qu’il se sait illégitime. Illégitime en France, où il a été élu avec une abstention record, avec l’aide d’un véritable coup d’état judiciaire et par défaut face à l’ex-FN. Illégitime car incapable de quitter sa posture de président du parti-des-gens-qui-savent, du parti-des-gens-qui-changent, du parti des Français-qui-adhèrent-au-projet qui, comme toujours en république où la nation est contractuelle, sont le seul peuple respectable. Et il n’accuse les Gilets jaunes d’être illégitime que parce qu’il reconnaît, dans l’émergence de ce mouvement, un schéma d’illégitimité qui lui est bien familier : celui d’En Marche ! et de son leader charismatique : « Eric-Drouet-figure-des-Gilets-jaunes-interdit-de-se-rendre-a-Paris.jpgDrouet, c’est un produit médiatique, un produit des réseaux sociaux », observe-t-il en dénonçant l’abdication des médias traditionnels à faire leur travail de hiérarchisation et d’analyse. « L’envers du décor de cette crise a été très peu montré », souligne-t-il. […] la déconstruction de ce qu’est le mouvement, de ses influences, la déconstruction de ses influences extérieures, ça, on l’a très peu entendu. Il y a eu une forme aussi de légitimation accélérée de ce qu’a été ce mouvement qui est un problème. »

    Comme tous les démagogues qui sentent la faveur publique faiblir, Macron agite le spectre du complot intérieur et extérieur, cette matrice ombreuse qui accouche en France, depuis 1792, des lois les plus liberticides et des gouvernements les plus autoritaires – et les moins légitimes au regard du bien commun. ■ 

    Philippe Mesnard

  • Franz Olivier Gisbert sur Benoît XVI : on en reste coi !...

    Dans la série : "il a osé le dire", ou "il fallait le faire", FOG l'a dit, ou l'a fait (au choix) : "En démissionnant, Benoît XVI a paradoxalement révolutionné l'Église et fait sauter le tabou de l'infaillibilité pontificale. Ce ne sera pas le moindre de ses legs à l'Église catholique".

    Cela ne veut strictement rien dire, cela n'a strictement aucun sens, c'est d'une ânerie himalayenne, car on a beau chercher dans tous les coins, on ne voit vraiment pas - mais, alors, pas du tout... - ce que "l'infaillibilté pontificale" (!) vient faire là-dedans.

     Mais il faut croire qu'à un moment donné, FOG s'est cru obligé de dire "ça", il s'est senti investi de cette grande mission. On ne peut qu'en prendre note, consterné pour lui, et "penser" (!), comme Coluche : "il y a des fois, tu te demandes..."

    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/franz-olivier-giesbert/miracle-au-vatican-14-02-2013-1627255_70.php 

    giesbert,le point,benoit xvi

  • Le procès de l'Europe : quelques instants avec Jean-François Mattéi (1/2)...

            Comme prévu, dans son numéro du jeudi 26 mai, et dans sa série Les grands entretiens, Le Point a interrogé Jean-François Mattéi sur son dernier ouvrage Le procès de l'Europe. Grandeur et misère de la Culture.

            L'entretien devait, initialement, être réalisé par Elisabeth Lévy, mais c'est finalement Michel Colomès qui en a été chargé.

            S'agissant d'un texte à peine paru, et comme cela nous a déjà été demandé par d'autres revues et magazines, nous ne le publions pas en PDF, pour l'instant, et donnons simplement le lien pour y acceder... :

            http://www.lepoint.fr/grands-entretiens/jean-francois-mattei-la-colonisation-vecteur-d-universalite-26-05-2011-1336593_326.php 

    mattei le point.jpg

             Jean-François Mattéi est familier aux lecteurs habituels de ce Blog. Mais, profitons de l'occasion pour préciser à celles et ceux qui sont venus nous visiter plus récemment ce qu'ils peuvent trouver d'important, sur notre quotidien, le concernant...

    Lire la suite

  • "Sarkozy le paiera !". A l'image des idéologues de tout poil, bobos et autres trotskos, Rocard est remonté contre Sarko. Pourtant....

                 On avait connu Michel Rocard plus mesuré. Le voilà qui dénonce avec virulence - dans Marianne du 6 août - les dernières mesures annoncées par Nicolas Sarkozy sur la sécurité.

                "La loi sur les mineurs délinquants passe de la responsabilité pénale individuelle à la responsabilité collective. On n'avait pas vu ça depuis Vichy, on n'avait pas vu ça depuis les nazis".

                Les nazis ? Bigre !

    rocard securite.jpg
    Vichy, les nazis... Rien que çà !
    Qui a dit "Tout ce qui est excessif est insignifiant" ?.....

    Lire la suite

  • Quand Le Point, en parlant de Jules César, répond aussi, à sa façon, aux élucubrations d'Eric Besson.....(2/2).

                Il est excellent, ce numéro du Point du 15 juillet (n° 1794). 

                Il n'y a rien à redire aux 17 pages du dossier de l'Enquête sur Jules César qu'il comporte (pages 66 à 83), sauf à adresser un grand bravo à François-Guillaume Lorrain, qui a dirigé le dossier; à Jean-Claude Golvin qui l'a - intelligemment... - illustré; à Jean-Louis Bruneaux, archéologue, chercheur au CNRS, qui parle avec des accents de Grimal et de Bainville; et à ceux qui les accompagnent : François Giron (Ce que Rome nous a légué, Et la Gaule découvrit l'urbanisme), Christian Goudineau (Impossible n'est pas César, Vercingétorix, loser magnifique), Jean Malye (César, reporter en Gaule), Romain Brèthes (Astérix et les collabos), et Jacques Dupont (Bibere humanum est).

    CESAR LE POINT.jpg
    La Une, qui annonce le dossier, représente le magnifique buste de César,
    retrouvé 2000 ans après dans le Rhône, le 27 août 2007.
    César, à qui nous devons tant.....

    Lire la suite

  • Quand Le Point, en parlant de Jules César, répond aussi, à sa façon, aux élucubrations d'Eric Besson.....(1/2).

                Il est excellent, ce numéro du Point du 15 juillet (n° 1794). 

                Il n'y a rien à redire aux 17 pages du dossier de l'Enquête sur Jules César qu'il comporte (pages 66 à 83), sauf à adresser un grand bravo à François-Guillaume Lorrain, qui a dirigé le dossier; à Jean-Claude Golvin qui l'a - intelligemment... - illustré; à Jean-Louis Bruneaux, archéologue, chercheur au CNRS, qui parle avec des accents de Grimal et de Bainville; et à ceux qui les accompagnent : François Giron (Ce que Rome nous a légué, Et la Gaule découvrit l'urbanisme), Christian Goudineau (Impossible n'est pas César, Vercingétorix, loser magnifique), Jean Malye (César, reporter en Gaule), Romain Brèthes (Astérix et les collabos), et Jacques Dupont (Bibere humanum est).

    CESAR LE POINT.jpg
    La Une, qui annonce le dossier, représente le magnifique buste de César,
    retrouvé 2000 ans après dans le Rhône, le 27 août 2007.
    César, à qui nous devons tant.....

    Lire la suite

  • L'onde de choc de la votation suisse (1/3): la mise au point du Point.....

                 Voici trois réactions notables à la votation suisse: aujourd'hui, une sorte d'état des lieux, par Le Point; demain, l'argumentation d'Ivan Rioufol et, après-demain, celle de Guillaume de Tanoüarn....

                Sous le titre général Vous l'avez dit - Démocratie directe: Les Français en ont une énorme envie, Le Point du 2 décembre publie une pleine page de réactions du public.

                 Du genre "C'est le Pays réel qui a gagné" alors que "Les responsables politiques sont perçus comme défenseurs jaloux d'une démocratie représentative qui leur garantit des fonctions privilégiées et les rend progressivement sourds à la voix du "souverain" (le peuple). Alors, la démocratie à laquelle on aspire, parce qu'on a l'impression de ne plus jamais être entendu, est un régime direct. Comme dans les votations suisses.

                Réjouissant, et instructif, c'est ici pour la page complète, sinon voici quelques extraits....  Le Point votation suisse.docx

    suisse mosquee banlieue geneve 2009.jpg

    Lire la suite

  • Le dossier du Point sur "les Rois de France"...

                 Il n'est certes pas anodin que Le Point, après d'autres, ait jugé utile de publier un dossier sur "Les Rois de France" : 71 pages, tout de même ( toute la fin du magazine, de la page 163 à la 240...).

                C'est un signe supplémentaire de ce que l'on ne cesse de noter : la roue tourne. Les mensonges et les déformations de l'histoire par la désinformation officielle ont de moins en moins cours. Et ce changement ne pourra pas manquer d'avoir, a terme, des conséquences...
     
    LePoint.JPG

    Lire la suite