Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cités

  • On connnaissait "Paris brûle-t-il ?", voilà qu'on voudrait nous jouer "Marseille coule-t-elle ?"

    ...une autre politique "étant réellement d'opposition, c'est-à-dire prêchant ouvertement la subversion du Régime"... (Léon Daudet)

    marseille,cités,zones de non droit,immigration,daudetPendant plusieurs jours "on" nous a bassiné avec "l'info" (!) : Marseille coule ! En boucle, sur les télés permanentes, en gros titres sur les Une de divers journaux, on y a eu droit jusqu'à saturation : le naufrage était sûr, aussi sûr que celui du Titanic, Marseille coulait !

    Même le Premier ministre s'y est mis : dans la (très) mauvaise série, Plus gesticulateur que moi, tu meurs, apellée aussi Plus je brasse de l'air et plus on croira peut-être que j'existe, il est venu vivre deux jours à la Préfecture ! Alphonse Daudet, dans la veine de Le sous-préfet aux champs, en aurait probablement tiré un conte savoureux, genre Le Premier ministre au bord de l'eau, ou "à la plage", ou quelque chose dans ce style : mais Alphonse Daudet n'est plus là, et la littératue française a perdu quelque chose !

    Bon.

    Mais, si on redevenait sérieux ?

    (Illustration : le Une du quotidien La Provence du samedi 12 mai  2012)

    Lire la suite

  • L'armée dans les Cités : quand c'est le PS et La Provence qui disent la "terrifiante réalité"...

    Voici la "Une" de La Provence d'hier, jeudi 30 Août. Il y a peu - et nous y avons largement fait écho ici - le même quotidien parlait de "la terrifiante réalité" des Cités...

    2 questions, politiquement très incorrrectes :

    1. Comment en est-on arrivé là ? (nos lecteurs et nous connaissons bien la réponse...)

    2. Quand est-ce qu'on arrrête de marcher sur la tête, et de faire entrer et naturaliser 230.000 "nouveaux" par an ? Car, de mémoire de Marseillais jamais quelqu'un n'a eu, depuis 26 siècles que la ville existe, à dire une chose pareille (au demeurant éminemment juste, évidemment...) 

    une 2012.jpg 

  • Machettes, pistolets à grenaille, armes blanches, coups de feu : c'est rien, c'est un dégat des eaux...

            ...un simple "fait divers" là encore, du moins classé tel par La Provence de ce mercredi 4 juillet 2012. Donc un fait banal, habituel, quotidien; pas de quoi fouetter un chat, quoi; on se demande même pourquoi le journal en parle.... 

            Cela se passe dans la Cité de la Delorme, entre Sénégalais, Kurdes et Maghrébins. Qui a fait quoi, qu'est-ce qui s'esta pssé : bien malin qui peut le dire. L'article du journal commence d'ailleurs par un savoureux "Tout serait parti d'un dégât des eaux" !

            Enfin, comme le dit "Jidé", pour sa chronique de la France qui souffre....

    la provence juillet 2012.jpg

  • "Terrifiante réalité" : quand La Provence dénonce l'échec d'une "nouvelle société" installée grâce au terrorisme intellectuel de la cléricature du "politiquement correct".....

    TERRIFIANTE REALITE 2.jpg

    terrifiante realite 1.jpg

            Nous auront-ils assez bassinés avec leur multi-culturalisme, leur diversité, leur pluri-ethnisme enrichissant... nous imposant par des décisons étatiques, venues d'en haut, donc, mais nullement demandées ni souhaitées par le peuple d'en-bas, des populations nouvelles et trop diférentes de nous, et en nombre déraisonnable...

    Lire la suite

  • Les "banlieues kalach" et leur économie florissante : une "affaire" qui tourne !.....

            "Ma petite entreprise, ne connaît pas la crise !...", on connaît la chanson....

            Le Figaro du vendredi 30 décembre consacre sa page 7 (appelée plaisamment "Société" !) aux "incroyables comptes d'un dealer" : "un petit commerce de drogue à 110.950 Euros de bénéf par mois".

             Mais qui donc a dit que la France était en crise ? Que les affaires allaient mal ? En tous cas, nous sommes rassurés, et voilà une vraie franche bonne nouvelle : comme "ils" sont venus en France pour payer nos retraites (dixit le "parti immigrationniste"...), au moins, de ce côté-là, on est tranquilles : on a trouvé mieux, et même très largement mieux, que les fonds de pension, états-uniens ou autres. Maintenant, on a ce qu'il faut chez nous..... 

    kalachnikov,la visitation,cités,banlieues,drogue

    Y a-ton pensé en haut lieu ? : pour des dizaines de milliers de jeunes des Cités et banlieues, le choix est simple : se décarcasser pour trouver un travail "normal" - si on le trouve... - payé 900, 1.000 ou, au mieux, 1.100 euros, ou gagner des milliers d'euros par mois en s'affiliant aux Mafias qu'ils voient quotidiennement prospérer sous leurs yeux ?

    Lire la suite

  • "Abattu à 17 ans", "On vit dans les rats et les cafards" : Quand les "Une" des journaux papiers ou télé condamnent la folie immigrationniste... (I/II)

            "On" fait entrer 200.000 immigrés légaux en France chaque année, l'immense majorité venant d'Afrique , qu'elle soit "du nord" ou "sub-saharienne"... C'est une folie, car on n'a rien à leur offrir vraiment, et les faits se vengent toujours, lorsque les hommes font des folies. Et ils se vengent cruellement.....

           Aujourd'hui, prenons l'exemple de cette Une de La Provence du vendredi 23 décembre : "Abattu à 17 ans"... "...le jeune homme a été tué d'une rafale de kalachnikov. Les règlements de comptes ravagent Marseille. Pages 2 et 3".

            Pour une "Une", ça promet : on va donc aux pages 2 et 3 (deux pleines pages, s'il vous plaît !...) et on lit, pêle-mêle :

            "Une Cité sous la coupe du trafic de stupéfiants" (s'il n'y en avait qu'une !...); "...Kamel... sept balles ont traversé son corps et son abdomen..."; "...les habitants de La Castellane doivent souvent composer (sic !) avec les règles en vigueur dans le monde de la drogue)"; "...tous ces morts, c'est effrayant..."; "...quand les pompiers l'ont retrouvé, il était ligoté..."; "...pour Hayet, c'est al colère : le 1er décembre dernier son frère Ali a été criblé de balles crachées par une kalachnikov...(il est mort, ndlr)"; "...ils ont perdu un fils, un frère, un mari dans une "guerre" qui décime la jeunesse des cités; ils témoignent... "; "...on attend toujours, lâche, d'une voix lasse, le père de Yazid. En octobre 2004, son fils était abttu de deux balles de 7,65..."

            La question est : si l'on n'a rien d'autre à offrir que "çà" comme "vie" (!), pourquoi faire venir 200.000 étrangers par an ? N'est-ce pas criminel ? Il y a des "Une" comme ça, et des "2 et des 3" qui vous condamnent une idéologie, et le comportement des idéologues, mieux qu'un long discours.....

  • Humeur : Elle se met en place, elle se met en place.....

            ... cette nouvelle société (!), cette "nouvelle France", cette nouvelle population avec ses nouvelles moeurs....

            Le fait divers que rapporte La Provence, ce mercredi 13 juillet, commence par un titre qui rappelle une Fable : "La femme voilée, le chauffeur de la Ligne 19 et la bande de jeunes".

            Avant tout autre commentaire, on appréciera l'emploi correct du mot "jeune", devenu très utile en ces temps de police de la pensée et d'auto-censure de plus en plus répandue, si l'on veut éviter des ennuis... : on sait tout de suite, dès qu'on a dit "jeunes", ce que l'on veut dire, de qui l'on parle et à qui - et à quoi - l'on a affaire...

           Ce fait divers navrant, pour revenir à lui, n'est certes pas, dans le fond, limité à la seule ville de Marseille; et il se passe, même si les formes sont différentes, dans toutes les villes et toutes les campagnes de France, et probablement tous les jours.

            Quelle(s) leçon(s) en tirer ?

            Qu'une société, ou qu'un Système ne peut pas tenir longtemps lorsqu'il est à ce point en contradiction avec lui-même. Ici, on a une loi (interdiction de se promener voilée) ouvertement contredite par une Régie des Transports; et un citoyen ayant autorité - le chauffeur de Bus - faisant appliquer la loi, ouvertement désavoué par son responsable local, lui aussi ayant autorité. Avant d'être - le chauffeur du bus - lourdement frappé par une bande de voyous (pardon, de "jeunes" !...) à qui l'on n'a évidemment rien dit et à qui l'on ne dira jamais rien, et qui font de plus en plus "la" loi, "leur" loi, un peu partout en France... On appréciera, in fine, l'a-plat-ventrisme du responsable RTM parlant de "réaction inaproppriée" : voilà un candidat tout trouvé au Nobel de l'encouragement à la délinquance...

            Tout cela ne pourra pas durer éternellement, ni même, sans parler d'eternité, bien longtemps; et ça finira mal....

            LA PROVENCE BUS ETE 2011.jpg

  • Sevran, violence(s) : des Casques bleus ? l'armée ? l'analyse fausse - parce qu'incomplète - du Maire.....

            .... mais aussi du Député, et de tous ceux qui crient "au loup !", mais refusent obstinément de voir, et ne veulent pas avouer, qu'on récolte aujourd'hui les fruits mauvais de leur politique insensée. "Les parents ont mangé des raisins verts, et les enfants ont eu les dents agacées..."

            Pour vivre en paix, les Casques bleus ?  Et, après Sevran, où déployer Armée et Casques bleus : dans la France entière ? On est aux limites de l'absurde : va-t-on engager la moitié de la France pour protéger l'autre moitié ?.....     

     

                                               Guerre des Gangs : Sevran au bord de l'implosion...

          Voir la page du site TF1 News du vendredi 3 juin : http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/2011-06/violences-a-sevran-le-maire-en-appelle-a-l-armee-6516930.html avec la demande du maire Stéphane Gatignon(EELV) : "Je demande au ministre de l'Intérieur d'envisager une présence de l'armée 24 heures sur 24 avec une fonction de force d'interposition afin de faire cesser les règlements de compte et d'éviter les risques de balles perdues et de tragédies" a déclaré le maire. "Malgré son implication et son professionnalisme, la police ne semble plus à même d'assurer cette présence, je demande donc à ce que l'armée puisse prendre le relais". Et celle, qui va dans le même sens, du député PCF de la circonscription "pour démanteler les réseaux mafieux liés à la drogue".  

    Lire la suite

  • Lynchage d'un "jeune" par d'autres "jeunes" : ou, quand se réinvente le "droit du sol" !

            Les "défenseurs" de l'immigration à tout crin, du "grand voyage organisé" et des délocalisations de population le vouent aux gémonies, ce "droit du sol" si décrié, par eux.

            Mais voilà que les bandes de "jeunes" le ré-inventent, en quelque sorte, et se l'approprient, ce "droit du sol", l'appliquant même avec une férocité qui ne s'embarasse d'aucun scrupule ni d'aucune précaution juridique.

            Et si le mot "amusant" convenait pour un sujet pareil, il est certain que c'est celui qu'il faudrait employer lorsqu'on lit dans les journaux les détails du passage à tabac d'un "jeune" (Haroun, en l'occurrence) par d'autres "jeunes", d'une autre "bande"; d'une autre "cité", d'un autre "territoire", comme ils disent.....

    Lire la suite

  • "Ici, la drogue a pignon sur rue..."

            C'est une pleine page (la 5) dans La Provence du mercredi 24 novembre qui le dit; elle est consacrée au pourrissement des banlieues, et elle a le mérite, sans langue de bois, de poser le problème au fond.

            En voici un court extrait, fort éloquent, et qui se passe de tout commentaires... :

            la provence drogue.jpg

    Lire la suite

  • Un "jeune" incarcéré...

            Finalement, le langage codé des bobos/gauchos/trostskos a du bon : après une phase d'adaptation, tout le monde comprend maintenant tout de suite...

            Quand on lit : "le "jeune" homme interpellé vendredi, après qu'un policier a été renversé "volontairement" par une voiture à Sevran (Seine-Saint-Denis) dans la nuit de jeudi à vendredi, a été mis en examen et placé en détention dimanche, selon une source proche du dossier....", on sait tout de suiet de qui il s'agit....

            Extraits des nouvelles d'agence :

     

    cite-basse-a-sevran-10359588tixkv_1715.jpg

    Cité basse à Sevran, lieu des exploits du "jeune"....

    Lire la suite

  • Qu'est notre douce France devenue ? Un preuve supplémentaire par M6....

    26/09/2010 : Des policiers dans la tourmente, dit le titre de la vidéo.

    Ce ne sont pas les policiers, ou des policiers, qui sont dans la tourmente, mais la France. 1000 à 1500 quartiers sensibles reconnus aujourd'hui, en attendant que la gangrène, mécaniquement, logiquement, recouvre l'ensemble du territoire....

    De l'éditorial de Politique Magazine de ce mois (décembre 2010) : "...ces cités, ces quartiers privés de droit, de loi, de justice, de paix, de travail, abandonnés aux bandes, aux trafics souterrains, à la prostitution, à l'émeute. Oui, chez nous ! Population qu'une politique insensée a laissé s'installer dans cet effroyable chaos..."

    Une seule solution : l'expulsion......

  • Plus de voyous des cités que de lycéens chez les casseurs.....

    violences les cites se preparent 2010 RETRAITES.jpg

    Des "lycéens et collégiens", ou des "jeunes", issus de quartiers «sensibles», qui viennent se greffer aux cortèges pour harceler les CRS ? Les banlieues s'entraînent ?....

  • De Squarcini à Caprioli, tout le monde est d'accord : les risques d'atentats n'ont jamais été aussi grands...

                Le 11 septembre, c'était Le patron de l'antiterrorisme français, Bernard Squarcini qui assurait que la menace d'un attentat sur le sol français "n'a jamais été aussi grande", citant comme principale source d'inquiétude Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), dans un entretien publié par le Journal du Dimanche.

                Le 17, c'était au tour de Louis Caprio, dont l'entretien était visible le même jour sur le fil de LCI...

                Un commentaire ? On l'a déjà dit cent fois, et c'est le titre d'une de nos Catégories : Banlieues : des bombes à retardement.

                L'Ecclesiaste l'a écrit, il y a bien longtemps, Les parents ont mangé des raisons verts et les enfants ont eu les dents agacées.....

                Tout se paye dans la vie, tôt ou tard : toutes les erreurs, toutes les folies et, en l'occurrence, toutes les politiques (?) insensées menées au nom de l'idéologie.

                Qui peut nier sérieusement qu'il existe un réservoir énorme de personnes, dans les banlieues et les cités, qui seront une proie facile pour le terrorisme si celui-ci se décidait à passer à l'action ? Ou, plutôt, lorqu'il se décidera.....

                Et, surtout, des jeunes et des très jeunes, qui n'ont peur de rien, très facilement enrégimentables, et encore plus facilement manipulables....

                "Ca finira mal !...", dit le perroquet du conte de Bainville......    

    Lire la suite