Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bac

  • L'apprentissage, filière à valoriser...

            On le sait, on le dit (ici, en l'occurrence, Nadine Morano), mais on fait - ou on laisse se faire... - le contraire....

            La Ministre en charge de l'Apprentissage et de la formation professionnelle, était en effet à Marseille, où elle a visité la Cité des métiers de Marseille, le mardi 19 avril.

            Ce qui nous donne, dans La Provence du lendemain (mercredi 20) une pleine et très intéressante page 3, entièrement consacrée à ce thème de l'apprentissage et, pour reprendre le très beau titre de l'un des articles de cette page, à "l'intelligence de la main" (l'expression est de Roger Mahler, ex-président d'Alstom, qui écrit ce papier).

     

    apprentissage,bac,formation professionnelle,nadine morano,roger mahler

     

    Lire la suite

  • Un "jeune" incarcéré...

            Finalement, le langage codé des bobos/gauchos/trostskos a du bon : après une phase d'adaptation, tout le monde comprend maintenant tout de suite...

            Quand on lit : "le "jeune" homme interpellé vendredi, après qu'un policier a été renversé "volontairement" par une voiture à Sevran (Seine-Saint-Denis) dans la nuit de jeudi à vendredi, a été mis en examen et placé en détention dimanche, selon une source proche du dossier....", on sait tout de suiet de qui il s'agit....

            Extraits des nouvelles d'agence :

     

    cite-basse-a-sevran-10359588tixkv_1715.jpg

    Cité basse à Sevran, lieu des exploits du "jeune"....

    Lire la suite

  • Burqa, Grenoble : deux articles éclairants, et "édifiants", en effet....

                Le premier est de Robert Redeker, et il est publié dans Valeurs actuelles, sous le titre Islam - Pourquoi l’interdiction du voile islamique est légitime. La burqa contre la civilisation.

                Un seul commentaire de notre part : ce texte nous a paru très beau et très fort.....

    http://www.valeursactuelles.com/parlons-vrai/parlons-vrai/burqa-contre-civilisation20100729.html

                Le second donne la parole à des policiers de la Bac de Grenoble, et il est publié dasn Le Point, sous le titre TÉMOIGNAGE - Denis, policier à la BAC : "Le flic est un sous-citoyen"  et sous-titré Denis est policier à la Brigade anticriminalité (BAC). Il fait partie des hommes envoyés en renfort à Grenoble où des policiers sont menacés de mort par des caïds de cité. Il a accepté de témoigner pour Le Point.fr sous couvert d'anonymat. Édifiant.

    http://www.lepoint.fr/societe/denis-policier-a-la-bac-le-flic-est-un-sous-citoyen-28-07-2010-1219604_23.php

                 Là aussi, un seul commentaire de notre part : édifiant, en effet.....

  • Yannick Bonnet et l'Association Education Solidarité.

                L'AES nous a envoyé le courrier que nous reproduisons ci dessous.

                Le Père Bonnet, polytechnicien et docteur en chimie, qui en est à l'origine, a été Chef d'entreprise puis directeur honoraire de l'Ecole Supérieure de Chimie de Lyon. Il a exercé d'importantes responsabilités chez Rhône-Poulenc, avant de créer sa propre entreprise de conseil en management.

                Père de sept enfants, veuf depuis 1995, il a été ordonné prêtre en 1999. Il a écrit Le Défi Educatif (Fleurus, 1989) et Les neuf fondamentaux de l'Education (Presses de la renaissance, 2002).

    yannick bonnet.gif
     
    yannick bonnet 1.gif

    Lire la suite

  • Faut-il supprimer le Bac ?

                La question fleurit un peu partout dans les journaux, qui sondent leurs lecteurs. En gros, et dans l'ensemble, c'est du 50/50.

                Nous pensons pour notre part qu'il ne faut pas supprimer le Bac, et que cet examen est une bonne chose.

                Ce qu'il faut supprimer, c'est ce qui a fait qu'il est devenu la caricature de pacotille de l'excellente chose qu'il fut, à savoir l'idéologie funeste du Ministère, héritée des plans fumeux élaborés par la gauche idéologique dès avant la deuxième guerre mondiale, et imposés par un communisme triomphant au lendemain de 1945.

                Un Ministère arrivé à un tel point de verrouillage et d'irréformabilité qu'il est à supprimer lui-même....

    CARICATURE EDUCATION.jpg
    Il a eu la peau de tous les Ministres, et il continuera ainsi, jusqu'à ce qu'on ait la sienne...
  • Rentrée scolaire : Quoi de neuf ?...

              La question est partout, elle est banale. Pourtant la simple constatation du réel ramène à l’essentiel, pour ce qui est des problèmes liés  à l’enseignement, à son malaise, à son déclin; et à sa mort prochaine, si l’on ne fait rien.

              Le constat est le même que l’an passé, que depuis cinq ans , dix ans et plus. Et toujours pour la même raison : l’idéologie.

    Lire la suite

  • Jean-Robert Pitte, ou le bon sens parmi nous (1)…

              Courts extraits d’une intervention sur les ondes, juste après le bac :

              « En Suisse, 20% seulement des jeunes gens passent l’équivalent du bac. Dans les pays germaniques où l’on a développé l’alternance, on entre très vite dans la vie active, puis on suit des études en formation continue…  Orientons les jeunes !...»

    Lire la suite

  • Encore un signal fort envoyé à la délinquance !.....

              Jeudi 29 mai, on jugeait quelques "jeunes" (selon la terminologie bien connue.....) qui avaient eu, dirons-nous, maille à partir avec la police.

             

    1912685156.jpg

              L'avocat des "jeunes" semble bien être un adepte lui aussi du "plus c'est gros, plus ça passe...": Me Dominique Tricaud a insisté sur "la cause" du caillassage de la voiture de police, c'est-à-dire "le tabassage d'un gamin (ndlr: l'un des accusés) par la BAC".

               Et il a eu cette explication d'anthologie: "Les jeunes du quartier ont eu le sentiment qu'ils n'avaient aucun droit. Il y a une sorte de réaction collective à l'agression du plus faible..."

    Lire la suite

  • Réformer ou remplacer le bac ? Et si on commençait par le commencement ?...(1)

              Le très courageux, très honnête et très médiatique Jean-Robert Pitte, président de la Sorbonne, vient de publier un nouvel ouvrage, lucide et fort utile comme tous ceux qu'il a publié jusqu'à présent (1). Heureusement que notre enseignement, et notre pays, voient se lever des hommes de cette qualité et de cette rigueur, pénétrés du vrai respect des jeunes, mûs et animés seulement par le souci du Bien Commun.

              Dans son nouvel ouvrage, Il répond, par exemple, au ministre de l'Education, Xavier Darcos, qui proposait de ré-équilibrer les trois filières "S", "L" et "ES" et de créer un bac général commun, avec des options correspondant à chacune de ces trois séries; l'idée n'est pas dénuée d'intérêt, mais nous sommes assez d'accord avec Jean-Robert Pitte pour penser que -même si la bonne volonté du ministre ne peut être mise en doute- le vrai problème est ailleurs: "Il ne s'agit pas de rééquilibrage mais de nécéssaire revalorisation d'un examen qui ne vaut plus rien, qui s'est enfonçé dans l'imposture en 2006 et a poursuivi en 2007".

              On l'aura compris: Jean-Robert Pitte, s'il n'a pas d'oeillères et s'il ose regarder froidement la désolante réalité en face, n'a pas non plus sa langue dans sa poche; et c'est tant mieux... Sa force ?: il cite des chiffres, et évoque des faits, incontestables (il est aux premières loges....): "28% seulement des élèves inscrits en première année de Faculté sont admis à l'étage supérieur. Il y a ceux qui s'inscrivent pour bénéficier de la sécurité Sociale, ceux qui abandonnent au bout d'un trimestre, ceux qui changent d'orientation...."

              Quant au niveau, il y a de quoi frémir à la lecture des exemples choisis: "...pour l'ensemble, la faiblesse du niveau est évidente. Dans mon livre, je reproduis des copies de première année de faculté; on se demande comment ces élèves ont pu être admis en 6°" (sic !).

              On notera, au passage, que ceci est d'abord un scandaleux gaspillage d'argent public: par ces temps d'impécuniosité de l'Etat et de dette abyssale (qui ne cesse d'enfler encore....) la république jette l'argent par les fenêtres!; mais c'est aussi -c'est surtout, c'est essentiellement- un scandale d'ordre moral, et même éthique: car on ment aux jeunes, à qui on a fait croire depuis fort longtemps qu'ils pouvaient aller n'importe où et faire n'importe quoi.

               Le coupable est "l'aspiration égalitariste et généreuse, mais qui coûte cher au pays, de 80% d'une tranche d'âge obtenant le bac". La seule solution, pour Jean-Robert Pitte, est d'instaurer un concours d'entrée à l'Université.   (à suivre.....)

    (1): "Stop à l'arnaque du Bac, plaidoyer pour un bac utile", "Oh ! Editions", 250 pages, 18,90 euros.