Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ministere education nationale

  • Surprenant, et positif : Jean-Robert Pitte nommé "Délégué à l'information"...

                Le 23 juin dernier, on apprenait que Jean-Robert Pitte, professeur d'université et ancien président de l'université Paris-4 Sorbonne, venait d'être nommé en conseil des ministre "délégué à l'information et à l'orientation", sur proposition des ministres Luc Chatel (Éducation) et Valérie Pécresse (Enseignement supérieur).

    Pitte2_s.jpg

    Lire la suite

  • Libérer les enfants de l'idéologie...

                Un internaute (ou une...) nous écrit à propos de plusieurs de nos notes sur l'Education. Pour résumer, il (ou elle) nous demande de préciser notre critique du système scolaire actuel, et pourquoi nous parlons de gâchis à propos des collèges et lycées, et pourquoi nous trouvons qu'il y a trop d'élèves....

                Cela fait beaucoup de questions, mais nous allons essayer d'apporter, sinon une réponse, du moins un peu de clarté là-dedans : le sujet en vaut la peine.....

    education depenses.jpg

    Lire la suite

  • Violence(s) scolaire(s) : pour en finir, plus de moyens, ou moins d'élèves ?...

                .... ou prétendus élèves, car il ne faut pas se leurrer, ce ne sont pas que des élèves qu'on a, en France, dans les écoles; au sens de "qui viennent en classe pour apprendre"; ce sont, aussi et surtout, et pour un très grand nombre de ceux qui occupent une chaise, des victimes de l'idéologie du "tous à l'école et le plus longtemps possible"; avec, à la fin, comme point de chute, l'ANPE....

                Faisons court et allons droit au but : si on voulait vraiment s'en sortir, il faudrait revenir sur tout ce qui a été fait depuis l'élaboration - et l'application méthodique... - du plan Langevin-Wallon, et 1945..... 

                Et commencer par le commencement, c'est-à-dire par prendre deux mesures extrêmement simples, mais desquelles tout le reste découlerait.....

    langevin wallon.JPG

    Lire la suite

  • Education : bon sens et réalisme, contre Ministère idéologique...

                Dans notre quête habituelle de convergences, avec un maximum de personnes, et sur un maximum de sujets possibles, nous nous arrêtons aujourd'hui sur deux articles traitant de l'Education. Le premier est de Clotilde Hamon -L'entonnoir des études générales- et le second est constitué par un entretien de la même Clotilde Hamon avec Pierre Perrier, membre fondateur de l'Académie des technologies, et surtout homme d'un très grand bon sens.....

                Les deux articles sont parus, à la suite l'un de l'autre, dans le numéro 1685 de Famille Chrétienne (du 1er au 7 mai 2010)

                Voici d'abord le premier article: L'entonnoir des études générales, par Clotilde Hamon.

                education.jpg

                education 1.jpg

                education 2.jpg

    reforme du lycée.JPG
    L'un des aspects -évoqué dans "la réforme du Lycée en bref", juste après l'article de Clotilde Hamon:
    L'Histoire -et donc la mémoire...- en option ?.....
  • Trois textes de Maurras sur l'Enseignement : I : L'École laïque contre la France.

                Le site Maurras.net ( http://maurras.net/ ) a ressorti récemment deux textes de Maurras, portant sur l'Enseignement. Le premier est de 1928 et il nous a paru intéressant de le relire, accompagné d'une déclaration du Ministre de l'Education nationale faite en... 2010, et mis en note, plus bas, en fin d'article (1). Car si, dans l'article de Maurras, on voit apparaître un précurseur du chèque scolaire, on verra que l'idéologie dénoncée par lui en 1928 reste bien installée aujourd'hui dans le Pays Légal, qui n'entend pas, sur ce point, reculer d'un pouce.

                La comparaison des deux textes est donc éclairante, et pleine d'enseignements....

                L'article de Maurras est paru dans l’Almanach de l’Action française pour 1928, et s'intitule L'Ecole laïque contre la France.

                Le site l'accompagne d'un petit commentaire, dont voici quelques extraits : « ...On pourrait négliger ce fait, d’ailleurs patent, que cette école est une très mauvaise école. Du point de vue de la justice, il suffit pour condamner cette école que, enseignant la doctrine de quelques-uns, elle soit payée par tous et obligatoire pour tous, en particulier pour ceux qui n’ont aucun moyen de se défendre contre ses inventions, ses conjectures, ses frénésies et ses fanatismes. »

                Sans doute les insuffisances morales ou simplement intellectuelles de l’école de Jules Ferry sont présentées avant tout par Maurras : sa fausse neutralité qui en fait l’église ou du moins la salle paroissiale du culte républicain, sa vision de l’histoire qui est anti-nationale jusqu’à l’incohérence, et jusqu’à son élitisme masqué derrière la gratuité puisque seuls les enfants des bourgeois assez riches pour prendre soin par ailleurs de l’éducation de leur progéniture peuvent prétendre échapper à son influence.

                C’est en politique justement qu’il tire la seule leçon qui vaille, et pense à frapper cette école au seul endroit qui lui serait douloureux : cette école républicaine, républicaine militante, n’a pas à être payé par ceux qui ne sont pas républicains".

                L’article est accompagné dans l’Almanach du portrait de Charles Maurras reproduit ci dessous, et d’un fac-similé de sa signature, reproduit en fin d'article.

    MAURRAS ALMANACH AF 1928 1.jpg

     

    Lire la suite

  • L’école irréformable, par Jean de Viguerie

                Jean de Viguerie a donné un très intéressant article sur l'enseignement, sur le site de l'Institut du Bon Pasteur, le 30 janvier dernier.

                On peut, en effet, comme il le dit fort justement, trouver de nombreuses causes de la situation actuelle dans mai 68.

                On peut aussi remonter encore beaucoup plus loin. Et inscrire cette époque de 1960 elle-même dans la suite logique du plan Langevin-Wallon (lequel reprenait des théories énoncées pour certaines dès avant la Deuxième Guerre mondiale). Et remonter, ainsi, à la nature même de l’Instruction Publique, incorrectement devenue, de nos jours, Éducation Nationale: l’utilisation de l’école comme moyen de gouverner n'était-elle pas, in fine, la raison des caractères laïc et obligatoire de l’école de Jules Ferry ?.....

                 Et si, comme le pense avec raison l'auteur, "L'Ecole actuelle est irréformable"..... c'est parce qu'elle est idéologique, comme le Système qui l'a générée, lui-même étant irréformable, à son tour, pour cette même raison....

    jean de viguerie.jpg

    Lire la suite

  • Humeur : Ministère de l'Education nationale ?...

                Hier: Thérèse-Marie Cardon, professeur au collège Dupleix de Landrecies, est mise a pied quinze jours pour avoir giflé un élève de 6ème qui tambourinait à sa porte en hurlant son nom...

    VIOLENCES SCOLAIRES CRETEIL.jpg
     

                Aujourd'hui (mercredi 24): un professeur de Créteil, de 29 ans, est envoyé à l'hosto par une élève de quinze ans qui lui a tapé dessus à coups de tringle à rideaux et l'a menacé avec des ciseaux....  

                Certes, une partie des professeurs récoltent ce qu'ils ont semé: ils ont des-éduqué les enfants, en gavant leur cerveau d'irréalisme, d'idéologie, de mépris de l'autorité, d'appels à la révolte.... Qu'ils ne viennent donc pas pleurnicher le jour où les rejetons dont ils ont eux-même remplis les cerveaux d'ordures viennent leur casser la tête.... 

                Cependant tous les professeurs n'ont pas été -et ne sont pas- des apprentis sorciers; par ailleurs, la voyoucratie reste la voyoucratie, devant être combattue en tant que telle, et les voyous restent des voyous: il faut donc dénoncer l'une et les autres pour ce qu'ils sont, même si, encore une fois, une partie pourrie du Ministère pourri porte la première responsabilité....

                La violence -scolaire ou autre- a toujours existé et existera toujours. Du moins un seuil incompressible de violence. Il est donc illusoire de croire que telle ou telle mesure l'éradiquera définitivement. Mais croire et vouloir faire croire -comme commencent à le faire certains...- qu'avec plus de moyens on règlerait le problème est une absurdité et un mensonge. La première mesure de salut public est de vider les écoles, collèges et lycées des soi-disant élèves qu'on y parque de force alors qu'ils n'ont rien à y faire, n'ayant ni le goût ni les moyens de faire des études théoiriques longues.

                Il faut dé-poubelliser l'École: commençons par le commencement.....

  • Les profs épinglés...

                On le sait, on ne peut qu'être d'accord, mais c'est tellement reposant le grand bon sens, et le parler vrai...

                Zemmour a encore visé juste:

                ZEMMOUR EDUCATION.jpg

  • Violence(s) scolaire(s) : d'accord avec... Jean-Philippe Chauvin...

             Lu sur son Blog ( http://jpchauvin.typepad.fr/ ) à propos des violences au lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et de l'autisme du Ministre:  

              ".....Il y a une certaine ironie à voir le ministre d’un président qui doit son élection à une vive campagne sur la lutte contre l’insécurité s’interdire de répondre à ce qui a fait le succès de son maître : car, que demandent les enseignants qui se sentent en danger sur leur propre lieu de travail ? La sécurité ! On est loin du discours libertaire des années 70 qui considérait, dans une sorte de rousseauisme contemporain rebaptisé « pédagogisme », qu’il fallait « mettre l’élève au centre du système » sans lui imposer d’autorité, ni celle du savoir ni celle du professeur, ce qui a laissé la porte ouverte à un véritable « ensauvagement » d’enfants sans repères et, en définitive, victimes de l’abandon des fondamentaux de toute instruction publique et victimes aussi de la prégnance des messages d’une société de consommation devenue jungle…

    violences scolaires lycée adolphe cherioux.jpg

     

    Lire la suite

  • Gérard Aschiéri s'en va... Ou : le départ du moulin à prières de la FSU...

              Pendant neuf ans à la tête de la FSU, Gérard Aschiéri cède sa place. Mais il n'y aura aucun changement: sa remplaçante à la tête d'un syndicat idéologisé jusqu'au trognon, et elle-même aussi idéologue que l'aura été Aschiéri pendant ses neuf année de malfaisance, tiendra le même discours -pardon, la même rengaine, lassante,: "Il faut plus de moyens !..." 

                Les dirigeants de la FSU font irrésistiblement penser à ces moulins à prières de l'Himalaya; ou à l'avare qui a perdu son trésor, de La Fontaine: "mettez une pierre à sa place, elle vous vaudra tout autant...". Ils répètent inlassablement le même discours, et l'on sait par avance, presque à la virgule près, pour ainsi dire, la teneur du discours immuable qu'ils vont infliger.....

    ASCHIERI 1.jpg
    Parfaitement interchangeables, les dirigeants idéologues des syndicats idéologues peuvent bien se précéder, se succéder... ils délivrent toujours, et forcément, le même discours.....

    Lire la suite

  • D'accord avec... Roman Bernard : "Un meurtre n'est pas un accident" (1).

                Hakim, élève au lycée Darius-Milhaud du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), est mort vendredi soir dernier (8 janvier, ndlr). Il a été poignardé le matin par un autre élève du lycée, prénommé Islam.

                Réaction immédiate du ministère de l’Éducation nationale : déclarer que le meurtrier n’était « concerné par aucun problème de discipline », dans des propos rapportés par l’agence de presse AEF. Pourtant, lors du reportage consacré à cette affaire dans le journal de 20 heures de France 2, lundi 11 janvier, le procureur de la République dans le Val-de-Marne en personne le décrit comme un élève « violent, qui avait des problèmes de discipline », notamment au lycée Romain-Rolland d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) où il était passé précédemment.

    lycee darius milkhuad le kremlin bicetre.jpg
    "Chassez le naturel, il revient au galop".
    C'est pareil pour la réalité: certains préfèrent la nier, et ont rempli les écoles de délinquants, qui n'ont rien à y faire, comme s'il s'agissait de bons petits élèves désireux d'apprendre, alors qu'ils ont tout autre chose en tête: on aura des "Darius Milhaud" à la pelle !....

    Lire la suite

  • Les vraie causes des violences, et de "la" violence, à l'Ecole...

                Islam a tué Hakim... Comme d'habitude, les représentant de certains syndicats et certains hauts fonctionnaires, vont nous expliquer -alors que c'est faux et archi-faux, et que c'est tout simplement un mensonge de bas étage- que « c'est une tragédie, certes, mais que cela reste un événement isolé, que rien ne permettait de prévoir », que « la violence à l'école est simplement le reflet de la violence dans la société », et que « c'est uniquement à cause du manque de moyens matériels » que cette tragédie s'est produite.

                Comme d'habitude on va nous redire que les deux lycéens étaient de forts brillants élèves: comme l'a dit Zemmour à Benchetrit, "avec vous, la banlieue c'est Normale'Sup... Vous feriez mieux de lire les livres des professeurs qui y enseignent et qui témoignent...", ce à quoi Benchetrit a répondu par un splendide et consternant "Peu importe !: on était chez Ruquier, tout de même, il y a des témoins.... Comme disait Rousseau, "Ecartons les faits...", c'est tellement facile ! Sauf que, à force d'être écartés, les faits, qui sont têtus, finissent par se venger.

                Et on a la violence qu'on voit, qui ne vient évidemment pas d'un manque de moyens, mais de l'idéologie...

                Un constat d'ensemble que résume fort bien Vincent Laarman: "L'autorité des professeurs a été sciemment démolie depuis plusieurs dizaines d'années; la hiérarchie de l'Education nationale ne soutient pas toujours les professeurs comme elle le devrait; l'absence de critères clairs de discipline dès les petites classes nuit au développement harmonieux des enfants, qui n'intègrent pas assez les notions d'autorité, de respect et de devoirs; les classes hétérogènes, le collège unique, le passage automatique d'une classe à l'autre et le bac pour tous nuisent FORTEMENT à la crédibilité des professeurs et de l'institution scolaire dans son ensemble...."

  • Les Jargonautes. Ou : Pendant une "Journée Pédagogique" ordinaire à l'Education Nationale...

                On était prévenus: le thème de la "Journée" était: Les mécanismes cognitifs, métacognitifs et psychologiques en permanente intrication dans l'apprentissage" (!!!!!!!!!).

                Et de fait, d'emblée, en entrant dans la salle de formation (?) ça démarrait très fort: un appareil projetait déjà sur un tableau blanc interactif un grand Métacognitions négatives (on appréciera le pluriel !...).

    Lire la suite

  • Yannick Bonnet et l'Association Education Solidarité.

                L'AES nous a envoyé le courrier que nous reproduisons ci dessous.

                Le Père Bonnet, polytechnicien et docteur en chimie, qui en est à l'origine, a été Chef d'entreprise puis directeur honoraire de l'Ecole Supérieure de Chimie de Lyon. Il a exercé d'importantes responsabilités chez Rhône-Poulenc, avant de créer sa propre entreprise de conseil en management.

                Père de sept enfants, veuf depuis 1995, il a été ordonné prêtre en 1999. Il a écrit Le Défi Educatif (Fleurus, 1989) et Les neuf fondamentaux de l'Education (Presses de la renaissance, 2002).

    yannick bonnet.gif
     
    yannick bonnet 1.gif

    Lire la suite

  • Faut-il supprimer le Bac ?

                La question fleurit un peu partout dans les journaux, qui sondent leurs lecteurs. En gros, et dans l'ensemble, c'est du 50/50.

                Nous pensons pour notre part qu'il ne faut pas supprimer le Bac, et que cet examen est une bonne chose.

                Ce qu'il faut supprimer, c'est ce qui a fait qu'il est devenu la caricature de pacotille de l'excellente chose qu'il fut, à savoir l'idéologie funeste du Ministère, héritée des plans fumeux élaborés par la gauche idéologique dès avant la deuxième guerre mondiale, et imposés par un communisme triomphant au lendemain de 1945.

                Un Ministère arrivé à un tel point de verrouillage et d'irréformabilité qu'il est à supprimer lui-même....

    CARICATURE EDUCATION.jpg
    Il a eu la peau de tous les Ministres, et il continuera ainsi, jusqu'à ce qu'on ait la sienne...