Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

apprentissage

  • Folie scolaire et saccage des compétences : du bon sens au détour d'un reportage radio...

             Ce mercredi matin, France info diffuse un banal reportage sur une salle des professeurs au mois de juin, mois du Bac... Les enseignants sont stressés, car il faut "boucler le programme", tout le monde se retrouve à la photocopieuse : bref, rien que du très ordinaire et, pardon France info, mais du sans-grand-intérêt....

            Jusqu'au moment où une enseignante lâche, tout de go : "En Seconde, la moitié des élèves ne devait pas être là"; et sa voisine renchérit : "ils ont choisi par défaut..."

    Lire la suite

  • Apprentissage : les raisons d'un succès au-delà du Rhin, d'un échec en deça...

            On en parle beaucoup dans ce Blog, du désastre de la politique menée par le Ministère de la des-Éducation nationale. Werner Zettelmeier, chargé de recherches au Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine (Cirac), de l'université de Cergy-Pontoise, en explique "la" raison : "En France, le cursus scolaire reste la voie royale. En Allemagne, c'est l'apprentissage"

            Voilà, tout est dit. Et voilà - ce n'est qu'un exemple entre mille... -  ceux qu'il faudrait aider :

           http://lycee-electrique.blog.lemonde.fr/2011/05/10/une-petite-heure-de-gloire-pour-lenseignement-technique/#xtor=RSS-3208

           Pourquoi en sommes-nous là, en France ? Puisqu'on le sait, puisqu'on le dit ? C'est très simple : parce que deux entités le veulent ainsi, n'ayant aucun intérêt à ce que les choses changent.

     

    apprentissage

    Lire la suite

  • L'apprentissage, filière à valoriser...

            On le sait, on le dit (ici, en l'occurrence, Nadine Morano), mais on fait - ou on laisse se faire... - le contraire....

            La Ministre en charge de l'Apprentissage et de la formation professionnelle, était en effet à Marseille, où elle a visité la Cité des métiers de Marseille, le mardi 19 avril.

            Ce qui nous donne, dans La Provence du lendemain (mercredi 20) une pleine et très intéressante page 3, entièrement consacrée à ce thème de l'apprentissage et, pour reprendre le très beau titre de l'un des articles de cette page, à "l'intelligence de la main" (l'expression est de Roger Mahler, ex-président d'Alstom, qui écrit ce papier).

     

    apprentissage,bac,formation professionnelle,nadine morano,roger mahler

     

    Lire la suite

  • Education : bon sens et réalisme, contre Ministère idéologique...

                Dans notre quête habituelle de convergences, avec un maximum de personnes, et sur un maximum de sujets possibles, nous nous arrêtons aujourd'hui sur deux articles traitant de l'Education. Le premier est de Clotilde Hamon -L'entonnoir des études générales- et le second est constitué par un entretien de la même Clotilde Hamon avec Pierre Perrier, membre fondateur de l'Académie des technologies, et surtout homme d'un très grand bon sens.....

                Les deux articles sont parus, à la suite l'un de l'autre, dans le numéro 1685 de Famille Chrétienne (du 1er au 7 mai 2010)

                Voici d'abord le premier article: L'entonnoir des études générales, par Clotilde Hamon.

                education.jpg

                education 1.jpg

                education 2.jpg

    reforme du lycée.JPG
    L'un des aspects -évoqué dans "la réforme du Lycée en bref", juste après l'article de Clotilde Hamon:
    L'Histoire -et donc la mémoire...- en option ?.....
  • Education : L'apprentissage attire de plus en plus...

                Bonne nouvelle ! Le nombre de jeunes - garçons et filles... - qui choisissent de devenirs apprentis augmente fortement, selon une étude du ministère de l'Education nationale.

                Fin 2006, 408.000 jeunes préparaient un diplôme en apprentissage. Les effectifs sont en hausse de 13% depuis 2003.

    FIER D4etre apprenti 1.JPG

    Lire la suite

  • Darcos: rénover la voie professionnelle...

    CPS_HMK85_180508193839_photo00_quicklook_default-165x245.jpg          Darcos est décidément un ministre à soutenir. Et l'on ne peut que souhaiter un plein succès au nouveau chantier qu'il vient d'ouvrir.

              Le ministre et trois syndicats (Snetaa-EIL, SNPDEN-Unsa, ID-FAEN) ont en effet signé le vendredi 23 mai un "protocole d'accord" visant à rénover et valoriser la voie professionnelle.

               L'accord propose de créer un "cycle de référence de baccalauréat en trois ans", au lieu de quatre actuellement, une réforme qui doit être généralisée à la rentrée 2009.

    Lire la suite

  • Universités et Enseignement Supérieur: une autre façon de voir les choses...

              Et si l'on posait le problème différemment? D'un côté on a des syndicats étudiants et des mouvements d'extrême gauche qui ne cessent de demander toujours plus de moyens, de refuser la sélection (1) et de craindre (ou faire semblant de craindre...) la main-mise du Cac 40 sur les Facultés (le ridicule ne tue plus!...). De l'autre on a un gouvernement qui veut réformer, ce qui est non seulement utile mais indispensable, mais qui semble perdre de vue le problème de l'Éducation Nationale dans sa globalité, dont l'enseignement supérieur n'est qu'une partie, solidaire de tout le reste, depuis la maternelle en passant par le secondaire.....

              Or, les fondements mêmes de notre politique éducative sont faussés par l'idéologie. Il en résulte une pratique aberrante qui, aussi longtemps qu'on n'y aura pas porté remède, rendra vaines toutes les politiques et vains tous les espoirs de réforme. C'est d'abord à la base qu'il faut changer radicalement les choses, et après seulement que l'on pourra agir efficacement. Quel est "le" problème de l'Education en France? Tout simplement, c'est qu'il y a trop d'élèves dans les collèges, donc logiquement dans les lycées et pour finir dans les Universités. Et cela à cause de la domination d'utopies soi-disant généreuses, mais aboutissant dans les faits au contraire de ce qu'elles proclament.

              "Trop d'élèves" cela signifie que, dans le système tel qu'il fonctionne actuellement, et après leurs quatorze ans, on institutionnalise le maintien à l'école du plus grand nombre de jeunes possibles, sous le faux prétexte de "leur donner leur chance". Mais leur chance de quoi? Quand on sait la proportion ahurissante d'enfants entrant en 6° sans maîtriser les "fondamentaux" (lecture, écriture, compréhension...); ou quittant l'école puis l'Université sans le moindre diplôme ni la moindre formation; on se rend bien compte qu'il ne s'agit plus du tout de "chance" mais de massacre!

              Et un massacre dans lequel tout le monde est perdant: le jeune, l'économie, la France...Il vaudrait beaucoup mieux, à partir de leur quatorze ans, laisser en paix celles et ceux qui ne se sentent ni le goût ni les capacités de suivre des études théoriques longues; et leur permettre, en développant réellement et sérieusement l'apprentissage, d'acquérir rapidement une véritable formation, prélude à un véritable épanouissement personnel contrastant avec l'actuel échec scolaire de masse.

              Nos voisins allemands l'ont bien compris, chez qui le nombre d'apprentis est très largement supérieur à ce qu'il est en France, pays dans lequel, par ailleurs, la proportion d'étudiants est la plus forte par rapport à ses voisins. Cette "masse" d'étudiants, s'ils étaient tous bien formés et brillants, seraient évidemment une chance pour la France. Mais avec l'échec scolaire, c'est un boulet qui démolit une part de notre jeunesse en la faisant douter d'elle-même et qui plombe nos finances, pour rien....ou pour un résultat largement négatif, ce qui est un comble!

              Tant qu'on n'aura pas commencé par le commencement, et qu'on n'aura pas mieux dirigé ce tiers d'enfants que l'on oblige à rester dans les collèges, puis dans les lycées, puis dans les facultés, il ne servira à rien de tirer des plans sur la comète en vue d'améliorer le système: ce sont les bases mêmes de celui-ci qu'il faut assainir, avant toute chose.....

    (1): la sélection, de toute façons est une loi de la vie; elle se fait forcément un jour ou l'autre, et plutôt que d'en faire un épouvantail il vaut mieux s'y préparer pour s'y adapter: si on refuse la sélection à l'école, on l'aura de toutes façons après l'école, par le chômage, mais on aura gaspillé des milliards et bousillé des milliers d'enfants et d'ados.....

     

     

     

  • A propos des Journées du Patrimoine... (1)

              Pour ne pas répéter ce qui a déjà été dit ailleurs, nous nous en tiendrons à deux réflexions, tirées des commentaires de la presse écrite et parlée:

              La première est à la lecture de l'éditorial d'Emmanuel Fessy, "La fête du Patrimoine et son revers." (1): "Cette France des châteaux et des cathédrales a bien des avantages. D'abord, elle est une vitrine attractive qui nous aide fortement à rester la première destination touristique au monde avec 79 millions de visiteurs par an....Ensuite, le patrimoine s'est tellement étendu qu'il est devenu une réalité économique: 500.000 emplois en dépendent, directement ou indirectement, et cette édition est, à juste titre, placée sous le signe des métiers....." Nous sera-t-il permis, en toute amitié, de rappeler à Emmanuel Fessy (et à ses lecteurs...) que la Révolution a démoli ou dilapidé entre le quart et le tiers de notre patrimoine artistique (meubles et objets, tableaux, monuments etc...)? Sans aller jusqu'à prétendre que cela équivaudrait aujourd'hui, "mécaniquement", à 150.00 emplois, on ne peut que regretter amèrement ce saccage inutile.

              Pour ne prendre que trois exemples, on peut se demander, ainsi, quels extraordinaires avantages pour leur rayonnement intellectuel, culturel et matériel tireraient trois villes comme Cluny (avec sa plus grande abbaye du monde médiéval), Marly le Roi (avec le "deuxième" château de Louis XIV) ou Richelieu (avec l'extraordinaire château du ministre de Louis XIII). Regardez le petit reportage de LCI sur le château de Richelieu (2): c'est édifiant, et consternant! On a reconstitué le château en "3D", et on voit que c'était une splendeur, tout simplement. Tout fut démoli, pierre par pierre; il n'en reste rien! merci la Révolution! On "admirera" d'ailleurs, au passage, comment la chercheuse, qui présente son beau travail de modélisation, parle pudiquement d'une destruction "au début du dix neuvième siècle"!: cette présentation des faits est en soi un scandale, car il s'agit purement et simplement d'un mensonge, et du travestissement de la vérité historique. Le magnifique et grandiose château du Cardinal, patrimoine de la Culture française et du Peuple français, a été détruit par la Révolution, un point c'est tout! Devant un tel saccage et un tel désastre, irrémédiables, on ne peut que songer mélancoliquement au mot de Sacha Guitry, que nous avons déjà cité en une autre occasion:

    "On nous dit que nos Rois dépensaient sans compter,

    "Qu'ils prenaient notre argent sans prendre nos conseils;

    "Mais quand ils construisaient de semblables merveilles

    "Ne nous mettaient-ils pas notre argent de côté?"

              D'une part on a mille ans de Royauté, et l'accumulation patiente d'un immense et gigantesque patrimoine matériel et culturel; de l'autre on a une révolution destructrice et "saccageuse", pendant laquelle quelques individus se sont accaparés, pour leur intérêt personnel, du bien de la collectivité, qu'ils ont détruit afin d'en tirer un bénéfice immédiat et égoïste: c'est un crime contre notre économie puisque, comme le fait remarquer Emmanuel Fessy dans son éditorial à la base de notre réflexion, le patrimoine -comme le temps- "c'est de l'argent"; mais, pire encore, plus grave et impardonnable, c'est un crime contre la Culture et la Civilisation, un crime contre la France -puisque ces monuments étaient chez nous- et contre l'Humanité -puisque l'Art est universel et que la Beauté, d'une certaine façon, appartient à tous: et ces crimes là sont imprescriptibles...... (à suivre.....)

    (1) "Le Figaro" samedi 15/dimanche 16 septembre 2007.

    (2) reportage sur LCI du 3 août 2007; nous mettrons bientôt ce reportage à votre disposition, dans la Catégorie "Audio/Vidéo".