Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

turcs

  • Lu, vu, entendu : Attention ! Un Génocide peut en cacher un autre !.......

           Ainsi donc, les Députés français condamnent le négationnisme, en ce qui concerne le Génocide arménien perpétré en 1915.

           Fort bien.

           On louera notre Pays légal pour son zèle à traquer l'horreur, à dénoncer la barbarie, à flétrir l'innommable.... Sauf que.....

    Lire la suite

  • Islam en Europe : Un peu partout, les langues se délient, les oppositions s’affirment. Le début d’un raz-de-marée ?....

                Un peu partout, en Europe, les partis qui font campagne pour l’arrêt de l’immigration, voire pour une « politique de retour », remportent succès électoraux sur succès électoraux ; et entrent dans les gouvernements.

                Le 19 septembre, c'est la Parlement suédois qui a vu l’entrée en son sein des représentants des partis que l’on appelle maintenant, chez les idéologues, des populistes. Avec un amusant mélange d'effroi et d'horreur... Puis les Pays-Bas, la Hongrie, le Danemark, la Norvège et l'Autriche ont enregistré une forte poussée des mouvements hostiles à l’Islam.

                Un nouvel exemple de cette prise de conscience :  Le Premier ministre bavarois veut fermer les portes de l’Allemagne aux immigrants musulmans.....

    horst seehofer.jpg

    Lire la suite

  • L'exaspération des peuples européens, qui monte, qui monte....

                Le bourrage de crâne et l'intox permanente ont leur limite. Il est de plus en plus difficile aux médias de cacher l'exaspération de l'opinion, prémice -il faut le souhaiter- d'un sursaut général qui permettra de régler le problème.....

                Dans Le Monde, Marie de Vergès a relaté (1) comment Thilo Sarrazin -un personnage influent outre-Rhin- a osé briser le tabou; mais, surtout, comment l'opinion le suit et l'approuve.

                Prometteur... 

    Thilo_Sarrazin_056_D_68592b.jpg

    Lire la suite

  • De 1453 à 2009, la Turquie en deux chiffres : 100%, 0%.....

                Il y a maintenant plusieurs mois, nous recevions un message furibard, à propos d'une de nos notes sur la Turquie, dans lequel NAG (qui selon toutes les apparence devait représenter un groupe, puisqu'il y avait des "s" partout, mais lequel ?...) se déclarait "scandalisés" par nos "raccourcis et approximations", et terminait en disant que la France avait commis un "génocide en Algérie".

                Tout cela en moins de dix lignes ! Nous avions répondu à ce message, et pensions que le débat était clos. Un nouveau correspondant, seul cette fois, nous envoie sur maisaquilafaute un nouveau billet, du même tonneau, et reprenant, pour l'essentiel, les thèses du précédent Nag. Nous avons laissé passer un peu de temps, hésitant à parler de nouveau de ce sujet, que nous avons déjà traité plusieurs fois. Et puis, nous nous sommes dit qu'il fallait être logiques, et que si nous mettions une possibilité de "nous contacter" sans répondre aux contradicteurs, ce n'était pas très cohérent..

                Allons-y donc, de nouveau, sur la Turquie....

    sainte sophie.jpg
    Sainte Sophie, transformée en mosquée....

    Lire la suite

  • Décès de l'historien Jean-Paul Roux

                L'AFP communique : L'historien français Jean-Paul Roux, spécialiste du monde turc et de la culture islamique, est décédé hier à Saint Germain-en-Laye à l'âge de 84 ans, a-t-on appris auprès de sa famille. Ancien directeur de recherche au CNRS, ancien professeur à l'École du Louvre où il avait été nommé en 1965 sur proposition d'André Malraux, Jean-Paul Roux a consacré son oeuvre à faire connaître dans le monde érudit comme dans le grand public l'histoire et la mythologie des peuples turcs et mongols.

     
    jean paul roux.jpg

    Lire la suite

  • Les Turcs sont francs, pourquoi pas nous ?...

                Oui, pourquoi ne pas être francs avec eux ? Et, en particulier, avec Egemen Bagis, ministre Turc en charge du dossier de l'intégration de la Turquie dans l'Union Européenne ?

               Au vu des déclarations qu'il a faites au Monde (1), le ton qu'il emploie n'est d'ailleurs plus tout à fait de la franchise, c'est même presque de l'arrogance...

    TURC.jpg

      Egemen Bagis, 39 ans, négociateur en chef avec l'Union européenne.

    Lire la suite

  • Réponse à une réponse...

              Un lecteur attentif me fait l'amitié de rédiger un commentaire sur mon billet traitant du Kosovo et de la Serbie; dans une démonstration argumentée et rigoureuse -où pointe l'érudition...- il me fait pas moins de sept remarques, toutes basées sur des faits historiques indéniables; je lui donne acte bien volontiers de tout ce qu'il me dit, d'autant plus que, n'étant pas historien, et n'en ayant pas les compétences, mon propos n'était pas d'écrire un article "historique" ni d'épuiser le sujet ( après le lecteur?...). Tout le monde sait bien que, dans les Balkans compliqués, la situation est depuis fort longtemps proche de l'inextricable.... ; et je connais mieux les mondes ibériques, issus de l'Espagne et du Portugal, que ceux de l'Europe centrale et orientale; à défaut de bien les connaître, j'ai pour ceux-ci l'estime et l'intérêt que l'on peut porter à de vieilles Nations, où la France a toujours été perçue -et l'est encore- avec amitié... Mon but était et reste tout autre: je m'intéresse au "mental" de l'Europe, et je raisonne du point de vue de notre mémoire commune, de notre inconscient collectif commun.

              Aujourd'hui, où d'une certaine façon la menace musulmane contre l'Europe peut paraître reprendre quelque consistance, je faisais référence aux deux époques où l'Islam a attaqué militairement notre Europe chrétienne. La première attaque , par l'Ouest en 711, fut immédiatement repoussée par les Francs de Charles Martel et, plus difficilement (il leur fallut huit siècles!) par les espagnols et les portugais, qui ont trouvé dans cette lutte séculaire l'occasion de refonder leur nationalité; la deuxième attaque eut lieu à l'Est, à partir de la conquête de Constantinople en 1453; elle devait mener les musulmans aux portes de Vienne, où elle ne fut définitivement stoppée qu'en 1683: mais pendant ces deux cent trente années, les peuples européens conquis ont fait tout ce qu'ils ont pu pour résister, ne pas renier leur Foi ni se renier eux-mêmes; certains ont cédé, mais dans l'ensemble la majorité est restée fidèle face aux envahisseurs, et c'est à cet héroïsme que j'ai voulu rendre hommage; c'est pour cet immense service rendu à l'Europe et à sa Liberté -donc à nous aussi...- que j'ai voulu témoigner la gratitude de tout européen lucide, heureux de n'être pas tombé dans la situation des égyptiens d'aujourd'hui (étrangers dans leur propre pays) ou des chrétiens en terre d'Islam, qui n'ont le chois qu'entre trois possibilités: la conversion forcée à l'Islam, l'exil, ou la "dhimmitude", c'est à dire un statut inférieur, une vie "bouchée"...

              On ne peut que constater qu'aujourd'hui, à Constantinople, il n'y a plus de chrétiens, alors que ceux-ci représentaient 100% de la population lors de la conquête musulmane; osons la formule: les Turcs, c'est Hitler qui a réussi! Peut-être qu'après avoir rendu ce service immense à l'Europe, les Serbes (et les Autrichiens, et d'autres...) ont commis des erreurs et des horreurs; c'est même probable; qui n'en a pas commis? héritier et dépositaire de la révolution et de ses abominations, le président français était peu fondé à donner des leçons de morale aux serbes sur le Kosovo, et à approuver une monstrueuse punition collective!

              On voit donc bien que je ne me place pas du tout du strict point de vue "historique" et du genre "qui a tort/qui a raison?", mais du point de vue d'un simple citoyen de l'Europe, restée libre de l'asservissement dans lequel sont tombées ces grandes cultures antiques: la Perse, la Syrie, l'Egypte, la Phénicie, l'Assyrie...; on voit ce qu'elles sont devenues, sous l'éteignoir de l'Islam! J'ai conscience que ce point de vue et ce jugement sont partiels, et donc forcément excessifs et, en partie, partiaux; et qu'ils ne peuvent prétendre (c'est pourquoi ils n'y prétendent pas) à la rigueur scientifique. Il n'en demeure pas moins qu'ils ne peuvent pas être dénués d'une part de justesse et de vérité, et je maintiens donc qu'aux Serbes, qui nous ont tant aidé, on ne pouvait pas "faire ça": pas "çà", pas "comme ça"!......Le mot de la fin reviendra d'ailleurs à mon interlocuteur, puisqu'aussi bien il nous met tous d'accord de ce point de vue là en concluant son intervention (c'en sont les derniers mots) en évoquant, à propos du peuple serbe, "la hauteur de son héroïsme"...