Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dans votre quotidien, cette semaine....

                         LAFAUTEAROUSSEAU sans inscription.jpg                         Après La Syrie et la France.pdf que nous avions déjà mis en PDF, afin d'en faciliter la consultation, voici maintenant, à son tour en PDF, L'Iran et l'atome.pdf que nous a donné Champsaur, cette semaine. Il se propose, dans les jours qui viennent, de nous livrer une Histoire du pétrole, avec des documents parfois inédits, sur un sujet somme toute fort peu connu...

            De lundi à vendredi, nous donnerons le récit détaillé de notre rencontre - à sa demande - avec Georges Bourquart, journaliste au Dauphiné Libéré, lequel, suite à nos relations de la journée d'hommage à Maurras, a voulu parler à des royalistes, afin de se faire une idée par lui-même de ce que nous étions, de ce que nous proposions... La brièveté obligée de son article ne pouvait évidemment pas rendre compte de la quantité de choses que nous nous sommes dites, pendant ces presque deux heures de conversation franche et cordiale, à bâtons rompus, ni de certaines nuances et subtilités indispensables concernant certains points évoqués : ce que nous souhaitions pour la maison du Chemin de Paradis; le royalisme et l'extrême-droite, l'antisémitisme de Maurras; sa condamnation en 45...  

            Et puisqu'on reparle de cette journée du 1er septembre, vous disposerez très vite - mercredi ou jeudi... - d'un PDF réunissant la totalité de ce qui s'est passé ce jour-là : le récapitulatif des différents moments, la vidéo contenant l'intégralité des quatre interventions, le texte de Jean-François Mattéi, le reportage "en trente photos" (autant de photos que de "beautés de Martigues"...) et notre Album Une visite chez Charles Maurras...  

           Lundi, mardi et mercredi, on parlera d'Anne Hidalgo (qui préfère évoquer "1945" plutôt que la situation catastrophique dans laquelle le Sytème, qui échoue sur tous les plans, plonge notre pays...); de la sur-administration - fléau peut-être numéro un du Système... - en s'amusant de certaine loi parmi les 8.000 et les 400.000 textes réglementaires; de RESF, qui veut ouvrir le marché du travail aux Roms, alors que c'est par charrettes entières que les travailleurs français sont mis au chômage; des signes avant-coureurs de l'exaspération populaire face à ces Roms, justement, qui risque fort, très vite, de dégénérer...

           On continuera à Lire Jacques Bainvillevendredi.  

             On aura, évidemment, les Ephémérides, car c'est "tout cela, tous ceux-là, aussi, la France"de la construction du Pont Valentré au Prix Nobel de médecine pour Luc Montagnier et François Barré-Sinoussi, en passant par la deuxième loi de Lazare Carnot organisant le Génocide vendéen (voir notre Album Totalitarisme ou Résistance ? Vendée, "Guerres de Géants"... 94 photos) et la conférence de Renan faite en Sorbonne, le 11 mars 1882, "Qu'est-ce qu'une Nation ?",  bien d'actualité aujourd'hui...  

            Notre rubrique Activités France entière (mise à jour quotidiennement...) a pris son rythme de croisière et propose en permanence une trentaine d'activités diverses : elle a été déplacée, vous l'avez remarqué, en haut à gauche de la page d'accueil, afin d'être plus immédiatement visible et consultable; elle est à votre disposition pour annoncer et répercuter tout ce qui se fait chez vous, "sans nostalgie ni folklore", pour un royalisme intelligent. Lafautearousseau se veut la maison commune de toutes les bonnes volontés : il vous suffit de nous informer, sitôt reçu, sitôt publié...  

              Et, bien sûr, on réagira "en temps réel" (comme on dit dans le jargon) à l'actualité immédiate, et on parlera de tout ce dont on ne sait pas encore que l'actualité nous amènera à évoquer...   

            Bonne lecture, et bonne semaine sur votre quotidien ! 

  • Comme chaque dernier dimanche du mois, jetons un oeil sur... l'actualité en latin, avec "ephemeris.alcuinus.net"

    Nuntii Latini universi...

    "Costaud" autant qu'inattendu, mais divertissant et enrichissant, et propre à nous rapprocher de nos racines : voici, comme à chaque fin de mois, un moment de détente culturelle, avec l'actualité, et la plus immédiate, la plus technique, en latin :

    http://ephemeris.alcuinus.net/

    Chapeau à l'équipe de rédacteurs/rédactrices... 

    EPHEMERIS ALCUINUS.jpg

  • "Affaire Breivik" et "affaire Millet" : Le milieu de l’été, par Champsaur

    richard millet portrait.jpgCe dernier roman de Michel de Saint Pierre, quelque temps avant sa disparition en Juin 1987, nous offre une description cinglante, cruelle, pittoresque et incisive de ce milieu littéraire parisien, d’autant plus desséché qu’il est superficiel, creux, rassis.

    Le consternant tintamarre qui a accompagné la petite production de ce Richard Millet, nous ramène à la composition de Michel de Saint Pierre. 

    Tant le bouquin que les commentaires de l’intelligentsia « officielle » sont un parfait résumé de la déliquescence du simple bon sens sans avoir la prétention de parler d’intelligence, à tout le moins dans ce Paris « branché » qui est certain de pouvoir donner le rythme de la vie intellectuelle de la France.

    Je n’ai pas acheté ce livre, simplement parcouru dans une librairie. Parce que son titre infect me révulse. «Éloge littéraire … » d’un assassin fou aux 77 meurtres. En d’autres temps et sous d’autres cieux, il aurait été pendu par les pieds et savamment écorché vif pendant plusieurs jours. Mais nous sommes devenus civilisés …

    Lire la suite

  • C'est aussi tout cela (tous ceux-là...) "la France" : Dans les Ephémérides, cette semaine....

    "Du passé faisons table rase !" : au programme des révolutionnaires, qui constitue la base de notre République idéologique, il faut opposer, non des opinions, mais des idées, et, si possible, une doctrine, pour reprendre la formule de Bainville. Mais on peut aussi lui résister en exaltant, justement, cette Culture, cette Civilisation, sans laquelle, en dehors de laquelle et contre laquelle la Révolution s'est levée, et la République idéologique s'est construite. Résistance par la culture : voilà pourquoi l'on donne tant de place, sur Lafautearousseau, au "culturel", à nos Racines...

    Pour "quoi", et dans quel esprit, nous "faisons mémoire" :

    * Charles Maurras : "...je mets quelque chose au-dessus d'elle (l'espérance) c'est la mémoire, la sainte et grande mémoire d'un beau passé, quand il est plein de gloire et fort de vertu, car c'est avec lui que l'on fabrique un avenir solide, et des races vivaces"

    * Jean de la Varende : "...le souvenir porte en soi une vitalité supérieure, et nous ramène à cette notion suprême : la chaîne, dont nous ne sommes qu’un maillon".

    Pourquoi des Ephémérides.pdf 

    L'Album des Ephémérides : L'aventure France racontée par les Cartes (200 photos)... 

    MUSIQUE DANS LES EPHEMERIDES.pdf

    TABLE DES MATIERES PREMIER SEMESTRE.pdf 

    TABLE DES MATIERES SECOND SEMESTRE.pdf

             Voici ce que vous trouverez cette semaine dans les Ephémérides :     

       LOGO 9 LFAR copie.jpg

    Lire la suite

  • Paris, 27 Octobre : "MAURRAS, 60 ANS APRÈS (1952-2012)", Colloque organisé par le Cercle de Flore...

    maurras,cercle de floreMaison des Mines, 270 rue Saint Jacques, Paris 5ème (Plan d'accès ci-dessous)

    Participation aux frais : 7 euros (2 euros pour les étudiants, chômeurs et ecclésiastiques). 

    Prendront la parole (par ordre alphabétique) : Stéphane Blanchonnet (Centre Royaliste d'Action Française), Antoine Foncin, enseignant, Jean-Marc Joubert, universitaire, Gérard Leclerc, philosophe, Jean-François Mattéi, universitaire, Martin Motte, universitaire, Dominique Paoli, journaliste, Emile Poulat, historien et sociologue, Frédéric Rouvillois, universitaire, Charles Saint-Prot, géopoliticien, Guillaume de Tanoüarn, Arnaud Teyssier, universitaire.  

    Un espace librairie et dédicaces sera prévu.

    maurras,cercle de flore

  • Lire Jacques Bainville (XXXI) : Sur "l'énergumène" Hitler, dès 1930... (I)

    (Comme tous les textes publiés dans cette catégorie, celui-ci, aussitôt paru, est incorporé à notre album Maîtres et témoins...(II) : Jacques Bainville. - 126 photos)

     

    hitler LECTEUR DE BAINVILLE.jpg1. Journal, Tome III, 1927/1935, note du 26 Juin 1930 :

    « Tandis que le chancelier Brüning est toujours à la recherche d’un ministre des finances, il se passe en Allemagne des choses singulières. Pays déconcertant, pays à surprises, auquel on ne peut faire confiance qu’en se méfiant beaucoup. Les succès électoraux que remporte Hitler ne sont-ils pas un phénomène prodigieux ?

    Quel est le programme de cet agitateur ? Toutes les outrances. Il est à la fois nationaliste et socialiste : c’est même le double nom du parti qu’il a fondé. Il est pour la revanche et contre le capitalisme. On a dit que son drapeau pourrait être le drapeau rouge avec la croix gammée, signe de ralliement des antisémites. Hitler joue sur tous les tableaux de la démagogie violente. Et tout ce qui ferait qu’ailleurs, dans un pays sensé, il ne serait suivi que par une poignée d’énergumènes, lui attire en Allemagne une clientèle qui s’accroît tous les jours. »

    Lire la suite

  • Près de 5 millions de chômeurs, mais cela ne fait rien : plus tout va mal, plus "on" fait tout ce qu'il faut pour que cela aille encore plus mal !

     ("dernière heure", comme on dit dans la grande presse : hier, à Marseille, XVème arrondissement - les "quartiers nords" - les habitants eux-mêmes ont expulsé les Roms de leur "camp" (!) puis y ont mis le feu; cette fois, il n'y a pas de morts. Mais si les pouvoirs publics continuent à laisser pourrir une situation qu'ils ont eux-même déjà pourrie par une immigration insensée et un laxisme non moins insensé, "les gens" feront le ménage eux-mêmes, demain, du nord au sud et de l'est à l'ouest, et, là, il y aura des violences...)

     

    sans-papiers,clandestins

    Les Roms s'étaient installés en début de semaine sur un terrain vague de la cité des Créneaux, au nord de Marseille.

    Lire la suite

  • L’Iran et l’atome, par Champsaur (III/III)

    Les appels à la destruction d’Israel

     

    Un personnage qui porte le titre de président de la République appelle à chaque occasion qui lui est donnée à la disparition d’Israel. Ces menaces inacceptables n’ont pour seul effet que de fortement inquiéter les dirigeants israéliens, et d’émouvoir la communauté internationale. L'Iran ne peut se plaindre de récolter la tempête des vents qu'il continue de semer.

    Mais là encore ces vociférations ne peuvent pas être sorties du contexte de la région et de la place d’Israel en Palestine. A la veille des élections de 2009, Hossein Moussavi, dénigrait facilement son concurrent Ahmadinejad devant des visiteurs occidentaux, sans beaucoup de précaution, souvent dans des termes peu amènes en désavouant ses propos avec virulence. Il s’agit tout d’abord de ramener le titre de président de la république à ce qu’il est, encadré par quatre structures islamiques, sous les ordres du guide de la révolution, et encadré aussi par quatre organismes non élus (dont le judiciaire et l’armée). Ce que l’on appelle « l’exercice du pouvoir en circuit fermé ». A l’examen, Ahmadinejad a un pouvoir plutôt restreint (et aucun sur le programme nucléaire). 

    CARICATURE IRAN ISRAEL.jpg

    Lire la suite

  • Université : des milliards pour une filière de clochardisation...

    universite,unef,gilles babinetNommé "digital champion" (!!!) par un gouvernement et une Fleur Pellerin qui, en l'occurence, ne parlent même plus français, ce qui est un comble quand on parle d' "Education", Gilles Babinet n'est cependant pas du genre godillot. S'il s'est montré, sur son compte Twitter, reconnaissant de la confiance que la-dite Fleur lui témoignait, il a tout de même eu la franchise de remercier ses promoteurs en envoyant ce pavé - bienvenu... - dans la mare :

    "Il faudrait mettre en chantier quelques grandes réformes. D'abord, achever celle de l'Université, pour qu'elle ne soit plus en majorité une filière de clochardisation protégée par le syndicat étudiant Unef..."

    En somme, bien que promu, il n'a pas fait de fleurs à Fleur...

    Ils ont du se tromper de nom, au gouvernement, tomber une ligne trop haut ou une ligne trop bas, en nommant quelqu'un qui pense aussi juste sur l'état réel de l'Université....

    P.S. : "digital champion", c'est "une sorte d'officier de liaison entre la France et l'Union européenne"; l'idée a été formulée en février par Nelly Kroes, la commissaire européenne chargée du numérique. Le principe veut que chaque État membre ait un délégué pour le représenter auprès de la Commission sur des questions relatives au numérique.

  • L’Iran et l’atome, par Champsaur (II/III)

     Une frappe « EN PREMIER »

     

    La première observation est que l’utilisation de l’arme « EN PREMIER » n’a strictement aucun sens et est donc impensable. Elle conduirait à ce que les doctrines d’emploi appellent la destruction mutuelle assurée. Avec la finesse diplomatique qu’on lui connaissait, Jacques Chirac avait provoqué un tollé en disant sans ambages à des journalistes américains du Herald Tribune, qu’il voyait mal l’Iran utiliser une arme nucléaire, avec la certitude d’en recevoir deux cents le lendemain (c’est à peu près le nombre de têtes de l’arsenal israélien), interview du 1er Février 2007. La déclaration était très juste, mais réduisait à néant le matraquage des propagandistes du danger iranien. Nous avons eu la même mise au point dans l’interview du 8 Juin 2010 d’Ahmadinedjad par une journaliste de TF1, à laquelle il fit une leçon sur la dissuasion, expliquant à Mme Ferrari en dépit de sa très épaisse insistance, que l’on parlait d’une arme politique d’interdiction, et certainement pas d’une frappe « EN PREMIER ».

    Et donc à nos yeux cette question est définitivement évacuée, et ne peut en aucun cas être un argument, dans le contexte de la dissuasion du faible au fort.

    iran filiere nucleaire.jpg

    Lire la suite

  • "Il n'est pas sain de mettre aux voix ce qui est bien et ce qui est mal (...) Je ne crois pas que la source de la morale soit la majorité"

    VINGT TROIS.JPGPar ce propos, tenu sur RTL, face à Jean-Michel Apathie (membre du Parti Socialiste), le cardinal-archevêque de Paris réaffirme un point tout à fait essentiel, que le pape Jean-Paul II avait rappelé dans son encyclique Veritatis Splendor : aucune majorité ne fonde la Vérité, le Bien, ni, réellement, le Droit.  

    André Vingt-Trois, dans sa "position de responsable d'église", se démarque ainsi nettement de l'un des fondements constitutifs de la société dite "moderne", qui considère les caprices de l'opinion  comme seule source de la Loi et du Droit, indépendamment de toute vérité et de toute morale supérieures.   

    Certains s'obstineront à trouver cette formulation "timide" ou "timorée", ou "très molle". Mais ce n'est pas notre avis.

    Quand l'Eglise catholique, fidèle, en cela, à sa tradition, défend, non sans courage, dans le monde tel qu'il est, les institutions qui structurent fondamentalement les personnes et la société, il convient de saluer. De ne pas réclamer des vociférations inutiles, voire ridicules. De ne pas chercher de mauvaises querelles.

    Quand nous sommes en désaccord avec telle ou telle position politique de l'Eglise, fût-elle exprimée par le Pape, nous le disons. Quand nous sommes d'accord, aussi. Voilà qui est fait.

    Pour lire les vidéos plein écran, cliquez sur l'icone "rectangle"

    Mgr. André Vingt-Trois, archevêque de Paris par rtl-fr

  • Les royalistes provençaux lancent une "enquête sur la République", comme programme de leurs cafés politiques de la saison 2012 - 2013

    R F.jpg

    Hilaire de CREMIERS prétend que MAURRAS - royaliste dès 1898 - a choisi délibérément de mener sa très célèbre Enquête sur la Monarchie au cours de l'année 1900, de sorte qu'ainsi, elle ouvre le XXème siècle. On sait que MAURRAS aimait les signes et les symboles; l'hypothèse est donc plausible.

    Au vrai, l'Enquête sur la Monarchie n'était pas, à proprement parler, un livre, mais une véritable enquête. Livre, elle ne le deviendra qu'après s'être achevée. Sa première édition est de 1901, l'année suivante. L'enquête tournait autour de la non moins célèbre interrogation : « Oui ou non, l’institution d’une monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée est-elle de salut public ? ». (A noter que la formule dit déjà institution non restauration). Les dirigeants de la toute jeune Action française s'étaient d'abord tournés vers le prétendant, Philippe VIII, duc d'Orléans, alors en exil à Bruxelles, pour vérifier, auprès de ses collaborateurs, de lui-même ensuite, que leur conception de la dite monarchie et la leur concordaient. Puis, la question fut posée à toute une élite intellectuelle et patriote d'alors. Les réponses constituent le débat. Elle font l'essentiel de ce gros livre auquel MAURRAS rajoutera, ensuite, au fil des années, différents textes, tous importants.

    Il faut comprendre que la question institutionnelle ainsi posée en 1900 n'est pas, alors, inactuelle; elle n'est pas irréaliste. La IIIème République, née de la défaite de 1870, dominée près de dix ans par des assemblées à majorités royalistes; réellement établie seulement dans les années 1875 - 1879, est un régime largement contesté; à la "légitimité" incertaine; longtemps menacé d'un coup d'état nationaliste; en profond divorce avec de larges fractions de l'opinion publique, notamment en raison de la querelle religieuse ... Les courants royalistes sont encore puissants. L'entreprise lancée par Maurras et ses amis dispose de sérieuses chances d'aboutir. Elle n'est pas, alors, utopique. On sait que la Grande Guerre, le conflit avec Rome, en 1926, la rupture avec les Princes, à partir de 1937, puis la seconde guerre mondiale, ont conduit à son échec.

    Si la question posée par l'Enquête, en 1900, peut encore être posée, ce n'est plus, aujourd'hui, bien évidemment, dans des conditions analogues. Même si la Vème république montre, aujourd'hui, d'incontestables signes d'épuisement. Même s'il paraît clair qu'elle se délite profondément. Vème république et république tout court, d'ailleurs. Car il semble bien que deux siècles de révolutions, en France et dans le monde, avec la suite d'horreurs  dont Soljenitsyne a fait le tableau, aient abouti à cet épuisement. 

    C'est, aujourd'hui, indirectement, par une critique approfondie de ce système que la question de la monarchie peut encore être posée, sans risque d'être déraisonnable. Dans l'ordre des choses, c'est aujourd'hui une enquête sur la République qui s'impose plutôt. Et c'est ce que l'Action française, en Provence, ce que la Fédération Royaliste Provençale a choisi de commencer à faire,  dans le cadre de ses prochains cafés politiques de la saison 2012 - 2013, à MARSEILLE.

    Sans prétendre épuiser le sujet, les royalistes marseillais ont choisi, pour cette année, le programme que nous publions à la suite de cette note. Neufs thèmes d'une brûlante actualité qui, tous, dans la tradition de l'Action française, actualisée, posent la question de la capacité de la République à servir la France.

    Rappelons que ces cafés politiques sont enregistrés en vidéo et largement diffusés, ensuite, sur le blog de la FRP, comme ici, sur Lafautearousseau.

    Cafés Politiques de Lafautearousseau

    Marseille - Saison 2012 - 2013

    ENQUÊTE SUR LA REPUBLIQUE 

      L’idéologie de la République Française est-elle encore vivante ?

      Ils ont tué l’Histoire ! Qui et pourquoi ?

      Immigration ou invasion ? La République, échec et mat ? 

      L’Education Nationale, un désastre programmé ?

      Dans la crise, la République est-elle capable de défendre la France ?

      L’avènement programmé de la sous-culture ? 

      La République contre la véritable Europe !

      Notre politique étrangère sert-elle les intérêts de la France ?

      Sommes-nous confamnés à être anti-modernes ?

     Cette "Enquête sur la République" débutera le samedi 20 octobre. 

    Premier thème en forme de question : "L'idéologie de la République française est-elle encore vivante ?". Invité : Gérard LECLERC.

    Les thèmes suivants - notés ci-dessus - pourront varier en fonction de l'actualité et de ses urgences. 

    Neuf Cafés dans l'année, le samedi, à 18 h 30, Café Simon, 28 cours Honoré d'Estienne d'Orves, 13001 - Carré Thiars - Possibilité de dîner sur place, après le Café.

    Renseignements : 06 08 31 54 97.     

  • L’Iran et l’atome, par Champsaur (I/III)

    Comment connait on l’Iran en dehors d’un intense pilonnage médiatique, générant un maelstrom où l’on brasse sans vergogne Maghreb, Machrek, le Nil égyptien, le Liban, le Hezbollah, le terrorisme etc.

    Une image de l’Iran s’est construite dans la conscience collective occidentale. Des termes caricaturaux surgissent immanquablement : fanatisme religieux, fascisme religieux, politique terroriste, l’Iran veut détruire Israel … Les plus inspirés en France, ne peuvent pas évoquer les années du shah sans les résumer à la police politique, la Savak. En oubliant au passage qu’une sauvagerie a succédé à une autre. Qui ne se souvient de l’horrible exécution de l’ancien premier ministre Amir Abbas Hoveyda, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Khomeiny, en tant que « malfaisant sur terre », quelque temps après la scandaleuse interview de la délicieuse Mme Okrent. Oveyda, fin lettré, ami de la France et respecté du monde diplomatique international, n’ayant jamais eu que mépris pour la corruption qui entourait le shah.

    Et devant cet épais brouillard, on oublie vite que l’on parle de la Perse, de ses racines 10 siècles avant notre ère, d’un pays de 77 millions d’habitants. Les Iraniens eux le savent. 

    iran bases us.JPG

    En hachuré : les pays qui hébergent des bases aériennes américaines...

    Lire la suite