Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La fracture ethnique...(2)

              Il est donc difficile de rester serein devant une telle provocation: surtout que, "in cauda venenum", Christiane Taubira  a cru devoir prendre la parole pour "clôturer les débats" (?!) et s'est exprimé ainsi -au nom de la candidate socialiste, qu'elle représentait officiellement-: "Si Ségolène Royal a tâtonné en matière d'immigration, elle a aujourd'hui les idées claires: elle est du côté de l'humanité"!: Suffisance et mépris des autres, contentement de soi et auto-satisfaction poussée au paroxysme: voilà bien la gauche la plus idéologue -donc la plus aveugle-, qui se croit parfaite en tout! Giscard avait "cloué le bec" en son temps à François Mitterand en lui lançant son fameux "Vous n'avez pas le monopole du coeur!", qui est toujours d'actualité aujourd'hui, et même cent fois plus qu'hier!

              Il convient donc de ne pas tomber dans le piège grossier de la provocation qui est tendu là, mais de dénoncer en même temps sans aucun complexe et sans aucune faiblesse cette tartufferie scandaleuse, cette mauvaise foi écoeurante; et de le faire sans céder, bien sûr, aux amalgames réducteurs: on le sait, le racisme nous est fondamentalement étranger, et ce sont au contraire les républicains et la Révolution qui ont implanté cette idéologie en France, qui ne l'avait jamais connue auparavant, pendant les mille ans de Royauté....

              Mais cela ne doit pas empêcher que l'on dénonce et que l'on démonte le mécanisme mis en place par la partie la plus idéologue de la gauche et de l'extrême gauche: ce processus de "substitution démographique" dont parle la démographe Michèle Tribalat, donnée toute nouvelle et fait unique dans notre histoire, qui modifie radicalement la donne et qui change totalement les règles du jeu politique et électoral. La gauche s'est livrée à ces populations "récentes", ces "jeunes des banlieues" qui sont pour Chirac "les enfants de la République" (!) et dont Ségolène Royal se veut la "Présidente" ("Je serai la Présidente de la France métisse"...). Ce faisant, elle a cru trouver, temporairement, des troupes de remplacement, pour pallier la défection régulière de ses électorats traditionnels; mais ces nouvelles catégories d'électeurs viendront forcément avec de nouvelles mentalités, de nouvelles demandes, de nouvelles exigences, porteuses de problématiques et de tensions pour l'instant insoupçonnées, ou délibérément occultées...

              C'est le thème archi-classique de l'apprenti-sorcier: madame Royal et ses amis (RESF entre autres...) mettent en mouvement des forces nouvelles qui vont leur permettre dans l'immédiat -du moins c'est ce qu'ils croient...- de maintenir ou d'augmenter leur représentation électorale; mais leurs "valeurs" seront elles assez fortes pour s'imposer aux nouveaux venus, pour les "éduquer politiquement" en quelque sorte, et les intégrer tout naturellement à des pratiques électorales bien établies? ou bien ceux-ci imposeront-ils très vite de nouvelles façons de penser, de faire, donc d'agir, dont nul ne peut dire pour l'instant ce que cela pourrait bien donner?

              Tout au long des XIX° et XX° siècle, et même lorsqu'ils s'opposaient sur la politique, on sait bien que l'Instituteur et le Curé de nos villages proposaient en fait la même "morale" et les mêmes règles de vie commune aux habitants, que ceux-ci votent à droite ou à gauche; le corps électoral se divisait sur le choix de ses députés mais il était homogène dans ses moeurs, ses coutumes, son mental; depuis 1975 s'est produite une fracture ethnique, dont on voit mal comment elle resterait sans aucune conséquence politique; et aujourd'hui, certains font un pari fort optimiste (inconscient?): ils mettent leurs espoirs dans des populations nouvelles, dont les "fondamentaux", comparés aux nôtres, sont souvent différents et étrangers dans le meilleur des cas; contradictoires voire incompatibles dans le pire: est-ce bien raisonnable? Jaco, le perroquet du Conte de Bainville "Jaco et Lori", répétait régulièrement "Ca finira mal!": et pour nous, "ça" débouchera sur quoi, "ça" finira comment?....

     

  • La fracture ethnique...(1)

              Les choses étaient claires depuis longtemps; un fait nouveau, une "accélération" hautement symbolique et très lourde de sens, vient de les confirmer, de les radicaliser en quelque sorte: il s'agit de la provocation, qui frise la forfaiture, organisée par Jack Lang, Guy Bedos et l'association "Réseau Éducation sans Frontières"; le 26 avril, dans une salle de l'Assemblée Nationale, ces personnes ont fait parler, et ont donc officiellement "parrainé", une femme Kosovare de 25 ans, Shpresa RABA, venue avec ses trois enfants et son mari; le problème est que cette femme a déjà été expulsée deux fois de France, après que ses deux demandes d'asile aient été rejetées! Or, que l'on sache, l'Assemblée Nationale vote les Lois: il est donc inutile et superfétatoire de dire qu'elle est là aussi -de facto- pour veiller à leur respect et pour donner l'exemple de leur observation, sinon c'est le règne d'Ubu...; Jack Lang n'est-il pas en état de forfaiture lorsque, député lui même, il utilise en plus les locaux théoriquement inviolables de l'Assemblée, temple de la Loi, pour braver ainsi des textes et des règlements en vigueur? narguer l'autorité qui essaye de les faire appliquer et respecter? et encourager de fait la désobéissance et le mépris des lois?

              Mais Jack Lang, Guy Bedos et RESF se moquent de ces considérations, car ils savent très bien ce qu'ils font en cautionnant ainsi, en favorisant et en organisant même un vrai trafic (car cette femme kosovare a versé 7000 euros à un passeur pour revenir une troisième fois en France; donc il s'agit d'une vraie complicité avec les mafias de passeurs: RESF touche-t-elle un pourcentage sur chaque " étranger" qu'elle "défend"?...); ils poursuivent un autre but: ils souhaitent "recomposer" le Peuple Français (à qui on se garde bien d'ailleurs de demander son avis, alors qu'il est théoriquement souverain...!); ils souhaitent tout simplement changer le Peuple, changer de Peuple, puisque le Peuple Français leur résiste toujours, 200 ans après la Révolution et malgré tout ce que celle-ci lui a fait subir...; comment? en faisant entrer massivement des étrangers, à qui l'on promet tout, en échange de leur vote "à gauche"; toutes les études concordent sur ce point: trois musulmans sur quatre ont voté Royal ou Besancenot! "Jeune Afrique" va plus loin, et avance même le chiffre de 85% d'immigrés en provenance d'Afrique votant pour Ségolène! Et la gauche se gargarise de ces banlieues où "cohabitent" jusqu'à 30 nationalités différentes, qui sont comme par hasard les endroits où la gauche réalise ses meilleurs scores...

              Mais cette irruption massive et soudaine de nouveaux électeurs va induire, forcément, de profonds changements, voire des bouleversements, dans nos pratiques électorales; et il est naturel d'y réfléchir, car on voit mal comment une fracture ethnique -celle que nous sommes en train de subir- pourrait rester longtemps sans conséquences dans le domaine politique; il suffit de regarder la télé et de lire les journaux pour que la manoeuvre de Jack Lang et des siens apparaisse clairement pour ce qu'elle est: un calcul politicien, sordide et somme toute assez misérable; mais surtout extrêmement dangereux pour la France car les mêmes causes produisent les mêmes effets: à force de vouloir libaniser la France à tout prix; à force de faire ici ce qui s'est fait là-bas, et d'importer des communautés que rien ne cimente vraiment; à force d'agir par aveuglement en dépit du bon sens, il finira tout simplement par se passer ici ce qui s'est passé là-bas: dès que des intérêts divergents surgiront, tout sautera, avec la même violence et les mêmes conséquences désastreuses que là-bas....                                 (à suivre...)

  • Après les urnes, les banlieues ?

    On se souviendra que tout un arsenal de différentes armes, dont des armes de guerre, en provenance des pays de l'Est, a été découvert à Marseille, il y a quelques temps, dans une "cité" où la police recherchait des trafiquants de drogue. Faut-il en être surpris? Pas vraiment, puisque l'on sait depuis longtemps que de tels arsenaux existent, et en quantités autrement importantes, dans les banlieues parisiennes. C'est dire que les émeutes que nous avons connues à l'automne 2005 pourraient n'être qu'une répétition de futurs troubles de grande ampleur, lorsque les circonstances politiques les susciteront. S'agira-t-il d'une révolte "des jeunes" comme les médias ont systématiquement voulu le faire accroire? Ou d'émeutes communautaristes, à composante ethnique et religieuse? C'est évidemment cette dernière définition qui correspond à la réalité, quelle que soit la volonté de la France "officielle" de camoufler sous le jeu des mots la réalité des faits. Tout le monde s'accorde à dire que le problème des banlieues n'est pas réglé et qu'il couve, toujours latent, sous les cendres de l'automne 2005 avec la perspective de déclencher un jour ou l'autre un vaste incendie social. Croit-on que l'élection présidentielle va contribuer à résoudre cette brûlante question? L'élection de Nicolas Sarkozy pourrait, tout au contraire, constituer un facteur déclenchant. Celle de Ségolène Royal aussi, d'ailleurs, car son projet de France métisse ne fait que se situer dans la continuité de la démagogie de la gauche française à l'égard du problème de l'immigration. Et si nous devions vivre un jour ou l'autre un Mai 68 des banlieues où, pour de bon, la République brûlerait, croit-on que la solution se trouverait dans les débats parlementaires, ou des législatives anticipées, ou même dans les couloirs des Préfectures et des Ministères? Mai 68 est justement un exemple historique de l'effondrement des Pouvoirs Publics face à de telles situations, comme d'ailleurs l'avaient été en leurs temps Juin 40 ou Mai 58...La France n'est (provisoirement) sortie de la chienlit de Mai 68 que par le coup d'éclat imaginé dans la solitude, hors toute action parlementaire ou gouvernementale, par Charles De Gaulle et quelques rares confidents...Comment sortirions nous d'un Mai 68 des banlieues où Paris brûlerait et où, en lieu et place des étudiants de 68, le régime trouverait face à lui -et ce serait une tout autre histoire...- les "populations" que l'on sait? Les actuels débats électoraux, les discussions polies et -à l'évidence- stupides que les télévisions ont organisées pour l'occasion, afin de présenter programmes et candidats et qui ont rabaissé le futur Chef de l'Etat au niveau du café du commerce, tout cela apparaîtrait d'un seul coup bien dérisoire. Et l'on vérifierait aussitôt que dans tous les cas où le destin du pays se trouve mis en jeu, les procédures et les structures de notre démocratie ne pèsent plus bien lourd. Ceux que la destinée politique des divers candidats ont passionnés et qui prennent encore au sérieux les jeux électoraux de ces semaines-ci auraient sans doute intérêt à y réfléchir un tant soit peu. Pour nous c'est d'un nouveau régime que nous espérons une vraie "rupture". Curieusement, cette vraie rupture passera par des retrouvailles avec tout ce que notre plus lointain passé, notre plus belle histoire commune, comporte de "transmissible et de fécond". Certes, les principaux candidats qui ont participé à l'élection présidentielle et les deux "finalistes", comme il est devenu de bon ton de le dire, ne sont dénués ni de qualités ni de compétences. Mais cette sorte de désignation du Chef de l'Etat, pour ainsi dire , à la roulette, comme au casino, est sans doute devenue, contrairement à ce que prétendaient les Institutions de la Vème République, et malgré l'engouement des français, le pire moment de la vie nationale. On compare assez souvent nos candidats à Tony Blair ou à José Luis Rodriguez Zapatero. Mais a-t-on réfléchi au fait que ces derniers ne briguent pas le poste suprême, parce que celui-ci se trouve placé hors compétition, parce qu'il garantit la permanence de la Nation et de l'État à travers les fluctuations de la vie politique, parce qu'il donne une limite aux ambitions politiciennes et qu'en quelque sorte il régule et pacifie la vie politique? Le premier ministre britannique et le premier ministre espagnol ont une position autrement confortable et notoirement plus efficace qu'un premier ministre français. Quant aux souverains qui incarnent leur Nation, et garantissent la permanence de leur État, 30, 40, 50 ans de règne non seulement n'érodent pas leur popularité mais au contraire la confortent! Ils sont bien l'homme (ou la femme) de la Nation...La fragilisation de la société française, les dangers qu'elle court et dont il ne faut pas se dissimuler qu'ils sont gravissimes, devraient inciter les élites françaises à envisager sérieusement de restaurer, de conforter autant qu'il est possible nos Institutions. Et quand nous entendons le Prince Jean de France déclarer très tranquillement à une grande chaîne de télévision: "Si les circonstances étaient réunies, et si les Français le souhaitent, je gouvernerai...", nous pensons que le Prince maintient ainsi vivant et disponible ce "recours", cette voie de salut national dont il ne faut pas priver la France. Ce serait autrement sérieux que les jeux présidentiels de ces jours-ci, et les hommes et les femmes qui s'y usent y trouveraient sûrement, eux aussi, une dimension nouvelle, d'un tout autre intérêt pour le Bien Commun. Peut être serait-il temps d'y réfléchir et de garder, en quelque sorte, l'idée en tête, y compris au plus haut niveau, pour le cas -malheureusement assez probable- où des circonstances particulières feraient tout à coup apparaitre  dans toute son évidence ce grand besoin national d'un État redevenu respectable. C'est aussi, c'est un autre rêve français. Il n'est pas sûr que, des deux, ce soit le moins réaliste...  

  • Momo vote Ségo!...

              Les choses sont claires: l'immigration vote Royal! 64% des musulmans ont voté Royal au 1° tour et 8% Besancenot: presque 75% pour la gauche et l'extrême gauche, presque trois sur quatre! 19% "à peine" se sont reportés sur Bayrou, et seuls 1% sur Nicolas Sarkozy! on comprend mieux l'acharnement des militants de "Réseau Éducation sans Frontières": certains d'entre eux, aux dires de "La Provence" (journal peu suspect de "droitisme"!) n'ont pas hésité à prendre l'avion illico, de Marseille à Paris, pour empêcher l'expulsion d'un jeune turc hors la loi, juste avant les élections; le "marché" semble en effet très clair, et juteux pour la gauche et l'extrême gauche: venez, on s'occupe de vous, et vous voterez pour nous en échange......; la république "change le Peuple", et la gauche, qui perd ses électeurs traditionnels, n'hésite pas à jouer au jeu dangereux de l'apprenti sorcier pour en trouver de nouveaux...

     Ségolène Royal avait déjà "gaffé" et, pour ainsi dire vendu la mèche: devant les journalistes, qui lui parlaient des mauvais sondages avant le premier tour, elle répondit par un péremptoire: "ne tenez aucun compte des sondages, ils ne prennent pas en considération le vote des jeunes de banlieue!" (sic); probablement tancée et sermonnée par ses mentors, elle n'a pas renouvelé ce genre de déclarations, mais sa première spontanéité en dit long sur les calculs douteux de la gauche et de l'extrême gauche: douteux et dangereux car, à utiliser ainsi les immigrés en général, les jeunes immigrés en particulier, "on" prend une très lourde responsabilité pour l'avenir; il est périlleux de manipuler toute une "population" en croyant qu'on tirera toujours les ficelles: outre le fait qu'on ne leur rend pas service, car on rend plus difficile leur acceptation par les Français de souche (et, donc, leur intégration...), on s'expose à des réactions peut être violentes, qui en entraîneront mécaniquement d'autres, "en chaîne", de la part de ces jeunes à qui "on" ne cesse de répeter que "cet homme est dangereux";

              Socialistes, communistes, trotskystes et autres...jouent avec le feu en favorisant, voire en imposant ouvertement une immigration dont le Pays n'a nul besoin, et qu'en tous cas il ne souhaite pas: pas dans ces conditions, pas dans ces proportions; l'Histoire enseigne que les calculs trop savants, les combinaisons trop florentines, les coups tordus trop machiavéliques finissent toujours par se retourner contre leurs auteurs: la République a cru bon de nous faire vivre sur un volcan, de créer de toutes pièces une poudrière, sur laquelle elle nous a installé: si un jour tout saute -car peut on jouer impunément avec le feu?- il faudra bien pointer les responsabilités et nommer les "responsables et coupables"....

  • Le premier Résistant de France...

    Contrairement à ce que pensent certains, la révolution française ne fut pas seulement, et peut être d'ailleurs pas essentiellement, anti royale: elle fut également, et au moins autant, anti-chrétienne, anti-catholique: Louis XVI avait accepté, et était prêt à accepter, beaucoup de réformes; et les partisans de ces réformes (Mirabeau par exemple...) n'imaginaient pas un instant les horreurs qui allaient suivre; une Royauté constitutionnelle, avec un Roi (Louis XVI en l'occurence) ayant de grands pouvoirs, mais présidant une Assemblée Nationale qui aurait, elle aussi son rôle -nouveau- à jouer: tel était le destin tout tracé, semblait-il, du "grand mouvement de 1789". Mais ce qui, au fond, intéressait le plus les idéologues, ces durs petits esprits, tout enivrés de leurs soi disant Lumières, c'était la mise à bas d'un ordre qui, dans ses fondements même, reposait sur la Transcendance, puisqu'il admettait et acceptait l'existence de Dieu, le Dieu du Décalogue, donnant des Lois aux hommes et intervenant donc dans la vie concrète des gens; et représenté sur terre par son "Lieu-Tenant", le Roi.

    Bien avant de penser à la mort du Roi, les révolutionnaires cherchèrent à proclamer et à organiser "la mort de Dieu": on eut très vite la preuve de cela, lorsque -après que Louis XVI eut accepté maints changements de taille- les révolutionnaires s'assignèrent comme tâche ce qui n'était en fait rien d'autre que le viol des consciences: sous prétexte de réorganiser les "affaires religieuses", on en arriva à imposer la Constitution Civile du Clergé, finalement condamnée par le Pape, et que Talleyrand lui même -qui, pourtant siégeait à l'Assemblée Constituante- devait appeler "la plus grande faute politique de l'Assemblée": elle divisait irrémédiablement, en effet, l'Église de France; elle était rejetée par une très large part de l'opinion publique; enfin, elle ouvrait la voie à une coupure définitive entre Louis XVI et l'Assemblée: l'obligation de "prêter serment", véritable machine de guerre , véritable bombe destinée à "casser" l'Eglise fut ce par quoi le nouveau venu, Danton, piégea Louis XVI, en cherchant à l'obliger à prendre parti pour la Constitution Civile, donc pour les Jureurs contre les Réfractaires; et c'est par là, en effet, que Louis XVI perdit vraiment et définitivement son trône, puis sa vie et celles des siens, car dès lors il cessa d'accepter: il eut conscience que, à partir de ce moment là, et dans ce domaine là, il n'y avait plus de concessions, mais des compromissions: alors il résista...

    Il résista puisqu'il n'était plus libre de ses opinions; il résista à cette Assemblée qui cherchait à lui dicter ses opinions, alors qu'elle proclamait la "Liberté"; il résista à ces idéologues durs et froids, qui voulaient régenter les consciences, comme le firent plus tard leurs "dignes" successeurs, Hitler et Staline, chacun dans son style, chacun dans ses camps, mais tous deux deux cherchant soit à ré-éduquer soit à anéantir celles et ceux qui osaient refuser le paradis sur terre que l'état nazi ou communiste avaient imaginé pour eux ("le Reich pour mille ans" ou "la société sans classe, si belle que nul ne peut l'imaginer"). Oui, l'assassinat de Louis XVI fut bien l'acte fondateur des Totalitarismes modernes, dont la France, le Monde et la Civilisation ont payé le prix fort; mais cet acte fondateur fut précédé par l'acte courageux et lucide de celui qui le premier osa se lever contre la barbarie, en sachant qu'il perdrait tout dans ce combat: mais, comme les martyrs des Camps nazis ou des camps du Goulag, c'est dans cette apparente défaite  humaine que se trouve la victoire de l'Esprit contre le Mal...

  • Royauté, évolutions, Révolution...

              On ne forcerait pas beaucoup le trait en affirmant que Louis XVI n'aurait peut être pas été renversé, et encore moins assassiné, s'il avait agi comme les Rois d'Angleterre face à leurs opposants: à partir de 1215, lorsque leurs barons se soulèvent contre eux et leur arrachent la Grande Charte ils ont peu à peu cédé la réalité du pouvoir, en échange de quoi ils ont gardé leur place, et les honneurs qui s'y rattachaient...; Louis XVI n'aurait peut être pas été renversé, non plus, s'il s'était agi seulement d'un simple transfert de pouvoirs politiques; l'immense majorité des Français étaient royalistes en 1789, comme la plupart des penseurs et des élites (Montesquieu, Voltaire, Mirabeau...), et le Roi avait d'ailleurs accepté un important partage des pouvoirs, ouvrant la porte à la représentation nationale, devenue indispensable comme -en son temps- la représentation communale: en plein Moyen Âge féodal, la Royauté, une première fois, avait déjà su parfaitement s'adapter au mouvement communal, véritable révolte anti féodale, véritable "révolution" dans les esprits, les moeurs et le partage concret des pouvoirs.

              Il faut bien se souvenir qu'à l'époque les villes étaient soumises à des seigneurs, féodaux et ecclésiastiques; lorsque les bourgeois, enrichis par le commerce, se sentirent assez forts, ils ont tout naturellement souhaité acquérir leur autonomie politique, judiciaire, fiscale et économique; ils ont tout naturellement souhaité être représentés en tant que tels, et participer, à leur niveau, aux décisions; le monde féodal, bien sûr, fit tout ce qu'il pût pour écraser ce nouveau pouvoir et l'empêcher de s'installer définitivement: le chroniqueur Guibert de Nogent est resté célèbre pour son apostrophe "Commune, nom nouveau, nom détestable !"...; il y eut, ici et là, quelques violences, mais ce qui fut bel et bien une "révolution" se passa finalement sans trop de problèmes, entre les règnes de Louis VI et celui de Philippe Auguste (en gros entre 1100 et 1200), en grande partie parce que les Rois de France eurent la sagesse, et l'intelligence politique, de s'allier à ce mouvement communal, de l'épouser, ce qui lui permettait d'affaiblir les féodaux et de consolider sa propre légitimité, en renforçant son pouvoir face à celui des féodaux, abaissés. La Royauté pouvait donc parfaitement, une deuxième fois, et à sept siècles de distance,  s'allier à un mouvement visant, cette fois, à représenter l'ensemble de la Nation....  

                 Pourquoi donc ce qui s'est passé en plein Moyen Âge, à savoir cette rencontre, cette "amitié", cette alliance entre pouvoir royal et représentation populaire (à l'échelle des communes) n'a-t-il pas pu se reproduire en 1789, lorsque les temps furent mûrs pour que, cette fois à l'échelon national, le peuple français formât une Assemblée, avec l'accord et le soutien de la Royauté, nous évitant ainsi cette catastrophe (nationale et internationale) que fut la Révolution ? (1). A cause de l'irruption d'un petit groupe d'idéologues froids, durs petits esprits, arrogants vaniteux sûrs de détenir la vérité sur tout -et surtout "La" Vérité!-; prétentieux emplis de leurs certitudes qui leur venaient de cette intense préparation des esprits qu'a été le soi disant et auto proclamé, siècle des Lumières (quelle vanité, quelle suffisance, quel Orgueil délirant! oser s'appeler soi même "siècle des Lumières", c'est donc tenir pour rien Pascal, l'Humanisme, Sénèque, Aristote ou Platon?....);

              Dans la société raffinée, policée, civilisée d'alors, le pays étant riche et puissant, fortement peuplé, bien éduqué et instruit, il était facile de vouloir tout réorganiser, tout améliorer, tout rationaliser, et tout de suite: nous aimerions les voir, comme le disait Jacques Bainville, dans le monde qu'ils nous ont légué!: le résultat le plus clair de leur action fut de mettre la violence, la brutalité, la barbarie au service de l'abstraction...; il y eut ainsi -à partir d'une évolution nécessaire, souhaitable et positive, voulue par le Peuple- une véritable captation d'héritage, un détournement d'intention, un "placage" de préoccupations idéologiques totalement étrangères au plus grand nombre des Français; lesquels se soulevèrent d'ailleurs en masse contre cette folie, et ne furent "convaincus" que par la Terreur au sens propre, c'est à dire l'extermination...

              Il n'y a donc rien à conserver de la révolution de 1789; François Furet l'a très bien analysé, avec son immense honnêteté intellectuelle qui lui a permis, même s'il ne nous a jamais rejoint, de sortir de ses premières certitudes idéologiques, et d'effectuer un remarquable travail pour démystifier et démythifier la révolution: toutes les horreurs qui allaient suivre étaient en germe dans les premiers débordements: dès 1789 et les premières têtes fixées à des piques, la Terreur est en gestation! en même temps il y a tout à garder dans "le grand mouvement de 1789", que souhaitait le Peuple français et sur lequel les révolutionnaires ont plaqué de force leur idéologie, mais pour le dénaturer, en changer le sens profond, lui faire prendre une direction qui n'était nullement celle que souhaitait l'opinion; il faut agir un peu comme avec ces films plastiques qui recouvrent un appareil : on enlève le film, on garde l'objet...; on se débarrasse ainsi de la stérilité de la révolution, tout en retrouvant la fertilité du mouvement voulu par l'opinion; on retrouve l'intuition des origines, débarrassée des scories nuisibles de la désastreuse idéologie révolutionnaire...

    (1): voir la note "26 millions de royalistes" dans la Catégorie "Révolution et république dans l'Histoire" (article d'Alain Decaux).

  • Peut on caricaturer Mahomet ?

    Certains musulmans ne veulent pas que l'on caricature Mahomet, ni que l'on critique l'Islam: une telle attitude est-elle  défendable ou souhaitable, est-elle même possible dans nos sociétés occidentales ? Comme l'ont très bien dit Jacques Julliard et Luc Ferry, au cours d'un débat sur LCI, il est impossible que les musulmans demandent un traitement de faveur, un régime d'exception en quelque sorte: en France, depuis deux siècles, on "bouffe du curé" allègrement, on se permet toutes sortes de critiques ou de moqueries -parfois de très mauvais goût, parfois carrément scandaleuses...- à propos du christianisme: pourquoi, en vertu de quoi, des tenants d'une autre religion, fraîchement débarqués chez nous, seraient ils préservés de cet esprit anti religieux qui sévit partout ? Ils savent dans quelle société ils mettent les pieds en venant ici, ils sont tenus d'en accepter l'atmosphère, les moeurs, les pratiques; venir vivre en France n'est une obligation pour personne, respecter ses moeurs et ses habitudes est par contre une obligation pour tous...

    Telle fut la position adoptée par Jacques Julliard, qui avait d'ailleurs du mal à contenir son exaspération vis à vis de l'arrogance de ceux qui formulent une telle demande....Luc Ferry abondait dans son sens, mais d'une façon différente, en prenant comme exemple Hegel et ses brûlots contre le christianisme: va-t-on cesser d'enseigner Hegel dans nos Universités? Poser la question, bien sûr, c'est y répondre: l'Islam a besoin, au contraire, d'être critiqué, comme toutes les religions, toutes les philosophies, tous les systèmes, et c'est précisément cela qui l'obligera enfin à faire cette introspection qu'il n'a jamais faite, à se remettre en cause, à s'étudier lui même, comme le fait par exemple le Christianisme depuis 2000 ans: si l'Islam se pose un problème à lui même, en quelque sorte, en même temps qu'il pose un problème au monde, c'est aussi et tout simplement parce que, dans les pays où il domine, il n'a jamais toléré aucune forme de critique ou d'opposition; il n'a jamais suscité d'investigations ni de recherches sur son texte fondateur (alors que la Bible ne cesse d'être commentée et étudiée...).

    La grande Mosquée de Paris, la Ligue Islamique Mondiale et l'UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) ont commis une erreur stratégique et ont mené un combat d'arrière garde lorsqu'elles ont intenté un procès à Charlie Hebdo, qui avait publié des caricatures de Mahomet: toutes trois ont été heureusement déboutées par les Tribunaux, qui ont relaxé Charlie Hebdo, au nom -entre autres...- de la liberté d'expression; un tel jugement (22 mars 2007) devrait inciter les responsables religieux musulmans à aller à l'essentiel, à balayer devant leur porte, à s'occuper des dérives qui poussent un nombre important de leurs coreligionnaires vers une violence aberrante et suicidaire; comment se fait il que ceux et celles qui pratiquent cette violence le fassent au nom du Coran? et qu'ils affirment trouver dans le Coran leur justification? Voila qui devrait occuper pendant un bon moment les responsables musulmans: ils trouveront là une occupation plus utile que celle qui consiste à pousser des cris d'orfraie dès qu'on ose pointer du doigt les multiples contradictions de leur livre et de leur prophète... 

  • Quel aveu!...

              La République nous fait vivre sur un volcan; et elle nous dépossède d'une liberté fondamentale: la liberté de penser et de parler, tout simplement! en voici une nouvelle illustration, extrêmement inquiétante pour l'avenir si l'on ne réagit pas tout de suite, et très fermement: les éditions Belin ont fourni un manuel d'Histoire (pour les élèves de cinquième) dans lequel le visage de Mahomet a été "flouté", car la religion musulmane interdit toute représentation du prophète. C'est peut être le droit de cette religion de publier des oukases dans les pays où elle est majoritaire, mais en France on n'est pas musulman, on ne l'a jamais été et -si on les consultait- les Français dans leur immense majorité choisiraient de ne pas l'être; et en tout cas de ne pas se voir imposer des contraintes dictées par cette religion (ce que l'on appelle, en gros, la "charia"); si les musulmans ne veulent représenter aucun être vivant, c'est leur droit, chez eux; mais ici c'est chez nous, et nous nous avons toujours pu peindre ou sculpter ou dessiner des être vivants; or, quelle justification apportent les éditions Belin à une décision aussi aberrante? elles parlent de "ne pas créer de problèmes avec les élèves" et disent qu'elles sont responsables "de la paix dans les classe"!

    C'est tout simplement ahurissant: en somme, l'une des conséquences de l'irruption massive des immigrés va être la guerre dans les classes, si nous conservons nos façons habituelles de discuter de tout, de parler de tout, comme on l'a toujours fait chez nous depuis 2000 ans! et pour que cela n'arrive pas (sic!) les éditions Belin préfèrent s'autocensurer, et nous demandent de changer carrément nos habitudes! et puis quoi, encore! Ce n'est pas au Pays d'accueil qu'il revient de changer ses lois, moeurs et coutumes ancestrales pour s'adapter à de nouveaux venus dont nul n'a souhaité la présence, et sur la présence desquels -du reste- le peuple soi disant souverain n'a jamais eu la possibilité d'exprimer son accord ou son désaccord; c'est aux nouveaux arrivants de se fondre dans un moule pré existant et -c'est bien le moins- d'accepter les us, coutumes et traditions du Pays d'accueil, en commençant d'abord par, au moins, les respecter! Si des nouveaux venus ne veulent pas vivre à notre façon, personne ne les retient ici!; s'ils préfèrent vivre sous la charia, les pays musulmans ne manquent pas: bon vent, et surtout bon débarras!......Contrairement à ce qu'affirmait Mitterand, les immigrés ne sont pas chez eux chez nous, ils sont chez nous! Et nous entendons bien rester les maîtres de notre Pays, et dans notre Pays.....

  • La prison n'est pas la solution...

              Abdullah Welle, 19 ans, a été condamné à 20 mois de prison, dont 8 avec sursis, pour avoir frappé sa prof avec une chaise le 24 avril 2006 à Porcheville (Yvelines); son camarade, un autre "jeune" (c'est à dire issu de l'immigration récente) filmait la scène sur son portable: on attend le jugement...; un "jeune" violeur de 22 ans, Majdi Bejaoui, arrêté mais libéré presqu'aussitôt, a récidivé très vite: après avoir violé une mineure de 16 ans, et bien que confondu par son ADN, il a été laissé en liberté par le JLD (Juge des Libertés et de la Détention): merci à ce juge pour la deuxième jeune fille dont la vie -comme celle de la première- a été brutalement saccagée: a quoi seront condamnés ces deux "enfants de la République" dont a parlé Chirac, au moment des émeutes en banlieue? Et tous les autres qui défraient la chronique? La sur-délinquance liée à l'immigration n'est un secret pour personne, elle peut même atteindre 80% des faits délictueux dans certains endroits; et les prisons sont déjà remplies d'un grand nombre de ces nouveaux arrivants: parfois à 50%, parfois même jusqu'à 80%!

    Nous pensons qu'il faut cesser d'emprisonner ces immigrants de fraîche date; nous pensons qu'il faut les déchoir de la nationalité française, que la République leur a octroyé follement et sans aucun discernement; et nous pensons qu'il faut enrichir notre Droit d'une nouvelle peine: le bannissement à vie. A quoi cela nous sert-il d'avoir des prisons archi-bourrées, qui sont de plus dans un état lamentable, qui fait honte à notre Pays? A quoi cela nous sert-il de loger et nourrir, fût-ce dans des conditions déplorables, des gens qui se sont comportés comme des voyous ou des criminels? Il ne faut pas, il ne faut plus enfermer les délinquants issus de l'immigration: jusqu'où s'arrêtera-t-on d'ailleurs? Les pays musulmans finiront par s'alarmer de cette proportion toujours plus grande dans nos prisons de leurs coreligionnaires...Déchoir et Bannir, cela nous semble être la meilleure solution, plus efficace car plus pédagogique....Il ne faut pas les mettre en prison, il faut les mettre dehors....

  • Royauté, Modernité.....

              Quel gâchis ! quelle débauche d'énergie, de temps, de force, d'argent ! oserons nous dire: quel scandale ? oui, que de capacités et de qualités gaspillées en pure perte pendant cette campagne de l'élection présidentielle ! et pendant ce temps là, que font nos voisins Danois, Hollandais, Suédois, Norvégiens...? Pendant que nos candidats s'insultent et nous promettent la fin du monde si c'est l'autre qui passe, les pays qui ont la chance de vivre en Royauté continuent à travailler pour le Bien Commun, dans le calme et la sérénité que leur apporte précisément la Royauté. On est aussi libre qu'ici, probablement plus d'ailleurs (car le conformisme est moins fort, et la police de la pensée moins institutionnalisée...); on vote comme ici, et l'on choisit, comme ici, de renouveler ou de changer l'équipe dirigeante.

              Mais ces libertés de choix et d'opinion, s'exercent dans un cadre serein et permanent; on poursuit ou on change une politique dans le cadre d'une Nation qui, elle, s'inscrit dans la durée et dans l'Histoire: bref, les élections sont aussi sérieuses et valables qu'ici mais elles ne revêtent pas cet aspect malsain (et d'ailleurs aussi puéril...) de psychodrame de mauvais goût; cette frénésie, souvent de bas niveau; ce mensonge permanent, finalement insultant pour le Peuple tant il est massif et répété, que constituent ces promesses électorales dont on voit bien qu'il est absolument impossible qu'elles soient tenues; alors, pourquoi les faire? quel est ce régime qui s'abaisse à tolérer une façon de faire, aussi dégradante pour ceux/celles qui les font que pour le public qui les "reçoit" ?

              Chez nous, tout l'espace a été accaparé par les partis, qui passent leur temps à s'affronter en une lutte perpétuelle, stérile et épuisante, alors que les attentes fortes du Pays sont reléguées au second plan: le système s'est ainsi, peu à peu sclérosé, et cette sclérose -en se figeant- est devenue un archaïsme. Comment retrouver une façon de faire qui réponde mieux aux urgentes nécessités de l'époque ? Et qui soit, donc, au sens fort du terme, "moderne" ?. 

               Qu'on nous comprenne bien: il est bon de représenter, tous les cinq ans, l'opinion du Peuple qui souhaite une alternance ou une continuité de la politique gouvernementale; mais  la tête de l'État, elle, devrait être libérée de cette guerre civile permanente: puisque les citoyens se sont prononcés, qu'ils ont envoyé au Parlement une majorité qui "détermine et conduit la politique de la Nation", pourquoi ne pas laisser la tête de l'État, son sommet, représenter ce qui ne l'est plus en France depuis l'instauration de la République: la Permanence de la Nation, ses intérêts supérieurs et constants qui, eux, transcendent les clivages des partis ?

              Si nos voisins Danois, Hollandais, Suédois, Norvégiens...sont en avance sur nous dans la plupart des domaines concernant la vie quotidienne (ne prenons que l'exemple de la protection de l'environnement et des énergies renouvelables...), ce n'est pas parce qu'ils sont plus intelligents ou moins stupides que nous; ou que nous serions moins intelligents ou plus stupides qu'eux; c'est parce que leur système est moins archaïque et plus moderne, c'est parce qu'ils sont en Royauté, et qu'au lieu de passer leur temps à se déchirer, à se neutraliser, à s'annuler, ils choisissent la politique qu'ils souhaitent, puis ils l'appliquent dans un cadre stable et serein; chez nous, la classe politique passe son temps à conquérir le pouvoir, puis à attendre les prochaines élections pour recommencer... !

              Faire progresser les Institutions actuelles de la France, en gardant tout ce qu'elles ont de positif et en les enrichissant de cette Stabilité bénéfique est possible, et très simple: il suffit de proposer aux Français, qui continueront à choisir leurs députés -et donc leur gouvernement- que le rôle de Chef de l'État soit confié au Chef de la Maison de France...

  • Il faut supprimer l'ENA....

              Il faut supprimer l'ENA, mais la supprimer vraiment: et non pas, comme le propose curieusement François Bayrou, la remplacer par une École des Services Publics: celle ci deviendrait en effet, très vite, une nouvelle Ena, dont seul le nom aurait changé; c'est seulement par sa dissolution, si on supprime le mal à la racine, en tirant les leçons de l'évolution négative de cette institution, que l'on effacera cette erreur qu'a été la création de cette École; et que l'on évitera à l'avenir la reproduction à l'infini des mêmes "dysfonctionnements" (comme on dit dans le langage abscons des jargonautes....pour éviter de dire que c'est une pétaudière!). Car, dans les faits, de quoi s'agit-il? Il est exact que l'État a besoin de grands commis, de serviteurs zélés et de fonctionnaires compétents et formés; et l'on peut admettre la bonne foi qui a présidé à la création d'une école pour former et préparer ces serviteurs dont l'État a besoin;

              Mais le moins que l'on puisse dire est que cette École a rencontré au moins deux obstacles majeurs, qui l'ont conduit à ses dérives actuelles: le premier de ces obstacles est que, notre système étant dominé, sur-investi par les partis, ou du moins ceux-ci ayant une influence excessive dans l'Administration, du fait de la faiblesse de l'État, il était fatal que les appareils des partis investissent et colonisent cette École; et celle ci, insensiblement mais irrésistiblement, est devenue au fil des ans autant tournée vers le service des partis qui l'investissaient ( version douce du "clientélisme", en quelque sorte...) que vers le service exclusif des seuls intérêts de l'État...

              Lorsqu'il n'y a pas d'Arbitre indiscuté, de Pouvoir vraiment indépendant, l'impartialité et le service exclusif du Bien Commun sont une ligne de conduite trop difficile à tenir...Le deuxième obstacle auquel s'est heurté l'ENA est plus grave encore; formés en vase clos, ayant des contacts insuffisants avec les "vrais gens", la "vraie vie", les énarques sont de brillantes intelligences et ont de grandes compétences; mais ils souffrent d'un déséquilibre structurel -pourrait-on dire- de leur formation, et ce déséquilibre ne peut que se répercuter sur leurs actions et leurs décisions; et c'est là que le bât blesse: la part du contact avec les réalités est trop faible, dans l'ensemble de leur formation, par rapport  à la part de formation théorique, abstraite, purement intellectuelle...

              Si l'État a besoin, et il en a besoin, de former ses serviteurs, la meilleure façon de procéder est de leur donner la formation générale dont ils ont besoin, mais de leur faire passer le plus clair de leur temps dans des stages pratiques, à l'intérieur des Ministères dont ils relèveront plus tard: sinon, ils ressembleront -toutes proportions gardées- à ces Inspecteurs de l'Éducation Nationale, qui n'enseignent plus depuis des années (voire des dizaines d'années...) et qui débarquent un beau jour dans un Lycée pour dire au Professeur qui, lui, est au contact quotidien des élèves, ce qu'il faut faire, ou ne pas faire...

              A celles et ceux qui ne trouveraient pas pertinente cette comparaison, qu'il nous soit permis de poser cette simple question: comment se fait-il -même s'ils n'en sont pas les seuls responsables- que ce soit maintenant, depuis que tous nos Ministères sont truffés de ces brillantissimes intelligences, que la France cumule une Dette ahurissante de 2000 milliards d'euros, c'est à dire pas très loin de 14.000 milliards de francs, soit un million quatre cent mille milliards (en centimes de francs...): cherchez l'erreur!