Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 9 juin

Fondation, à Strasbourg, de la Brasserie du Canon, devenue Kronenbourg (9 juin 1664)

 

721 : Eudes d'Aquitaine écrase les envahisseurs musulmans à Toulouse

 

Il y a à peine dix ans que des troupes musulmanes venues de l'actuel Maroc et de l'actuelle Mauritanie ont envahi l'Espagne, et se sont emparés de toute la péninsule, à l'exception des endroits les plus reculés des Pyrénées basques et cantabriques, que les Espagnols appellent toujours avec fierté, aujourd'hui, "el rincón sagrado", le recoin sacré, où la Croix n'a jamais été soumise au Croissant

Ces troupes, obéissent à leur chef Tarik, qui à donné son nom à Gibraltar ("djebel al Tarik", "la montagne de Tarik") et provoqué quasi instantanément la chute de la royauté wisigothique. Refoulés en Espagne par Clovis, après sa victoire de Vouillé (voir l'Ephéméride du 25 mars) les Wisigoths ont, d'abord développé une brillante civilisation, mais celle-ci s'épuisera très vite, notamment à cause de ses luttes intestines et dissension internes; un affaiblissement que l'Islam, en pleine expansion, lui, mettra à profit pour agrandir ses territoires...

Et, après l'Espagne presque toute entière, les musulmans essaieront d'envahir ce qui sera, un jour, la France : à la fois vers l'est, et la Provence, et vers le nord. Ils seront définitivement brisés à Poitiers, en 732, par Charles Martel (voir l'Ephéméride du 25 octobre).

Mais, dix ans avant, la résistance à leur progression était déjà très forte, et le processus de leur expulsion avait déjà commencé...

 

9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon

Au cours de la bataille, l'armée d'Eudes réussit à tuer le chef musulman, Al-Samh ibn Malik al-Khawlani

 

https://www.herodote.net/9_juin_721-evenement-7210609.php

 

9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon

1109 : Ré-organisation de la Foire du Lendit à Saint-Denis  

1.200 loges de bois y accueillaient les marchands, venus de toute l'Europe. Cette foire gardera toute son importance pendant six siècles (l'Université de Paris y venait, en corps, pour y acheter du parchemin...) jusqu'à ce que la Révolution la supprime, en 1793.

Elle durait deux semaines (du 11 juin, jour de la Saint-Barnabé, jusqu'au 24 juin, jour de la Saint-Jean)... 

Foire_Lendit.jpg
Pontifical de Sens, XIVème siècle
Paris, Bnf, Département des manuscrits, Latin 962, fol. 264 
 
 
 
 

9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon

 
 
1660 : Mariage de Louis XIV
 
 
Le roi de France Louis XIV et l'infante d'Autriche Marie-Thérèse, tous deux âgés de 21 ans, se marient à Saint-Jean-de-Luz.

Cette union scelle la paix signée dans les Pyrénées, sept mois plus tôt, qui mit fin à l'interminable guerre qui opposait - depuis les années 1500 - la dynastie française des Bourbons et la dynastie espagnole des Habsbourgs.

En 1667, parce que l'Espagne n'a toujours pas payé la dot de Marie-Thérèse, Louis XIV revendiquera ses droits sur la succession espagnole, entraînant la Guerre de Dévolution et, finalement, la réunion de la Franche-Comté à la France (1667-1668, voir l'Ephéméride du 5 février).

 

LOUIS XIV MARIAGE.jpg
 
 Louis XIV avait quitté Paris en juillet de l'année précédente (voir l'Ephéméride du 28 juillet) : après le très long voyage que représenta ce mariage de Louis XIV, le couple regagna Paris par la Place du Trône, actuelle Place de la Nation, le 26 août 1660. On avait érigé, pour l'occasion, un Trône de grande dimensions sur la Place, d'où son nom : Place du Trône...
Sous la funeste Révolution, cette place sera appelée d'abord "Place du Trône renversé", et elle recevra, un temps,  la guillotine (voir l'Ephéméride du 13 juin), sur laquelle périront les Carmélites de Compiègne, qui ont inspiré Bernanos (voir l'Ephémeride du 17 juillet).
Aujourd'hui, la Foire du Trône, qui a conservé son nom originel mais ne se tient plus sur la Place, perpétue le souvenir de ce premier nom de la Place du Trône...
 
 
 

 9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon

 

 

1664 : Aux origines de "la Kronenbourg"

 

Jerôme Hatt, maître brasseur, fonde à Strasbourg, place du Corbeau, près de la cathédrale, la Brasserie du Canon, qui deviendra Kronenbourg.

L'une des bières de cette maison porte toujours, comme nom, cette date de 1664.

 

verre-1664-25cl.jpg

www.kronenbourg.fr/

 

 

 9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon

 

 

1793 : L’armée Vendéenne s’empare de Saumur

 

Il est décidé de traverser la Loire : jusqu’ici, la progression des "Blancs" de la Grande Armée Catholique et Royale avait eu pour limite nord le fleuve, tandis qu’elle avait progressé au sud jusqu’à Fontenay-le-Comte.

GRANDE ARMEEE CATHOLIQUE ET ROYALE A SAUMUR.jpg
 

          

Les chefs hésitent alors : doivent-ils remonter la Loire jusqu’à Tours puis marcher sur Paris ? Ou doivent-ils étendre leur contrôle sur l’Ouest ?

Jugée plus raisonnable, la décision de marcher sur Nantes est prise. Angers tombera sans poser trop de difficultés, mais Nantes ne sera pas prise...

Il est facile d'écrire l'Histoire après coup, et de juger ou condamner, de dire qu'il fallait faire ceci plutôt que cela. On se bornera à citer Napoléon :

 

...Mais si, profitant de leurs étonnants succès, Charette et Cathelineau eussent réuni toutes leurs forces pour marcher sur la capitale... c'en était fait de la République, rien n'eût arrêté la marche triomphante des armées royales ; le drapeau blanc eût flotté sur les tours de Notre-Dame..." (Mémoires pour servir à l'histoire de France sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène, tome 6, 1825, Paris : Firmin Didot, pp. 221-222.)

 

GRANDE ARMEEE CATHOLIQUE ET ROYALE A SAUMUR 1.jpg

 

   

 9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon

 

 

1815 : Fin du Congrès de Vienne

         

Entre octobre 1814 et juin 1815, au congrès de Vienne, les puissances européennes victorieuses de Napoléon 1er, redessinent la carte de l'Europe en annulant la plus grande partie des transformations géopolitiques provoquées par les guerres révolutionnaires et napoléoniennes.

Ce congrès consacre la défaite de la France, dont les frontières sont d'abord simplement ramenées à celles de 1792 - en 1814 - puis même en-deçà - en 1815 -puisque le second Traité aggrave le premier traité de 1814, qu'avait réussi à négocier Talleyrand.

La folle équipée des Cent Jours nous coûtera cher :

La France perdait :

 500.000 habitants (estimation de Bainville) :

 les forteresses de Philippeville et Marienbourg (cédées toutes deux à Louis XIV en 1659) ainsi que Bouillon (la ville de Godefroy !...), actuellement en Belgique.

 les villes de la Sarre, aujourd'hui allemandes (Sarrelouis, fondée par Louis XIV en 1681 et Sarrebrück) et aussi Landau, aujourd'hui dans le Palatinat, mais qui fit longtemps partie de la décapole alsacienne (ville française depuis 1648 !...);

 Versoix, sur la rive nord du Léman, et une partie du pays de Gex, français depuis Henri IV, aujourd'hui en Suisse (les six communes de Versoix, Preny-Chambésy, Collex-Bossy, Grand-Saconnex, Meyrin et Vernier furent cédées à Genève ).

Quant aux Jurassiens français, qui depuis des décennies réclamaient leur intégration à la France, non seulement on la leur refusa mais, pour les humilier plus encore, on les rattacha de force au canton de Berne, exclusivement germanique et germanophone, dont ils formèrent dorénavant l'extrémité nord : dans notre Album L'Aventure France racontée par les cartes, voir la photo Aux marges du palais (IV) : Jurassiens français.

Enfin, en prime, une occupation de trois ans et une "amende" de 700 millions de francs !...

 

 

"Trois invasions, deux pour l'oncle, une pour le neveu : voilà une famille qui a coûté cher à la France !..." (Jacques Bainville)

 

CONGRES DE VIENNE.jpg
CONGRES DE VIENNE 1.jpg

      

Les signatures, assortis des sceaux respectifs, apparaissent dans l'ordre alphabétique des noms de pays, en français.

On trouve donc, successivement, les représentants :

• de l'Autriche (Metternich, Wessenberg),

de la France (Talleyrand, Dalberg, Noailles),

 de la Grande-Bretagne (Clancarty, Cathcart, Stewart),

 du Portugal (Palmella, Saldanha da Gama, Lobo da Silveira),

de la Prusse (Hardenberg, Humbolt),

 de la Russie (Rasumovsky, Stakelberg, Nesselrode),

 enfin de la Suède (Löwenjelhm).

 

france_1814-1815.jpg
En grisé, les territoires perdus...
 
 
 
 
 
9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon
 
 
 
1915 : Dissolution du 336ème Régiment d'Infanterie...
 
 
 
C'est, évidemment, à toute l'armée française qu'il faut rendre hommage, pour son héroïsme dans l'atroce boucherie que fut la Guerre de 14, premier acte du suicide européen, dont le deuxième acte devait avoir lieu - selon les prévisions de Jacques Bainville et de L'Action française - vingt ans plus tard, avec la catastrophe - tout à fait évitable !... - de la Seconde Guerre mondiale...
On relate dans ces Ephémérides certains des faits majeurs de l'horreur que fut cette Guerre, et du sacrifice héroïque qu'y consentirent nos soldats, même ceux qui - confrontés à une in-humanité trop grande et trop longue - purent flancher... :
 
l'ordre du jour de Pétain à Verdun ("On les aura !...", voir l'Ephéméride du 10 avril);
le premier emploi des gaz asphyxiants (voir l'Ephéméride du 22 avril);
"la Tranchée des baïonnettes (voir l'Ephéméride du 11 juin)...
ou, plus surprenant peut-être pour certains, les importants services rendus à l'armée par... des pigeons voyageurs, tel le pigeon "Vaillant", décoré de la Croix de Guerre (voir l'Ephéméride du 4 juin)...
 
Aujourd'hui, on fera mémoire de ce 336ème Régiment d'Infanterie parce qu'il fut celui du jeune caporal Pierre David, jeune français juif, mort glorieusement pour la France des suites de ses blessures, et qui prit le temps d'écrire cette lettre admirable à Charles Maurras, avant de mourir : 
 
 

9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléonDu Caporal Pierre David, 336ème Régiment d'Infanterie, décédé en 1918, à Charles Maurras :

"A l'heure où vous lirez ces lignes..., j'aurai définitivement acquis, en mêlant mon sang à celui des plus vieilles familles de France, la nationalité que je revendique... Grâce aux fortes méditations que votre pensée m'aura inspirée, la Patrie et la Famille seront devenues pour moi de puissantes réalités... et une âpre joie se mêlera à mes dernières souffrances physiques et morales, en pensant que je les voue à la défense de la Patrie et à l'enrichissement du patrimoine moral de ma Famille.
C'est de cela que je voulais vous exprimer ma suprême reconnaissance."
 
 
 
Cette lettre est un document à verser au dossier de la nécessaire dé-construction de la vérité officielle, qui n'est qu'un mensonge d'Etat, à l'encontre de Maurras. Un Maurras victime d'abord de l'Epuration, puis de la conspiration du silence (voir notre Pdf M le Maudit) qui écrivait :
 
"L'antisémitisme est un mal si l'on entend par là cet antisémitisme de "peau" qui aboutit au pogrom et qui refuse de considérer dans le Juif une créature humaine pétrie de bien et de mal, dans laquelle le bien peut dominer. On ne me fera pas démordre d'une amitié naturelle pour les Juifs bien nés." 
 
9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon
 
On est bien loin, là, des propos furieux de l'antisémite Voltaire (à qui le Système accorde pourtant la "gloire" de la panthéonisation !...) qui écrivait :
 

"C'est à regret que je parle des Juifs : cette nation est, à bien des égards, la plus détestable qui ait jamais souillé la terre". (Article "Tolérance" du Dictionnaire philosophique. Voltaire qui appelle ailleurs les juifs "...ces ennemis du genre humain...", un "peuple barbare, superstitieux, ignorant, absurde", et un "peuple ignorant et barbare, qui joint depuis longtemps la plus sordide avarice à la plus détestable superstition et à la plus invincible haine pour tous les peuples qui les tolèrent et qui les enrichissent..."
 
9 juin,louis xiv,grande armée catholique et royale,vendée,saumur,congres de vienne,talleyrand,1814,1815,cent jours,napoléon
 
 
Ou du propos terrible de Napoléon, à qui le Système conserve son monument d'orgueil aux Invalides :
 
 
 
"On ne se plaint point des protestants et des catholiques comme on se plaint des Juifs. C’est que le mal que font les Juifs ne vient pas des individus, mais de la consultation même de ce peuple: ce sont des sauterelles et des chenilles qui ravagent la France."
 
 
 

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

 

2 fevrier,capetiens,mourre,merovingiens,carolingiens,hugues capet,philippe auguste,plantagenets,croisades,bouvines,charlemagne,saint louis,senlisCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

 

Écrire un commentaire

Optionnel