Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 17 juillet

 

1429 : Jeanne fait sacrer Charles VII à Reims 

 

C'est le tournant décisif de la Guerre de Cent Ans. La légitimité de Charles VII ne peut plus, désormais, être contestée.

 

Le réalisme politique de Jeanne aboutit à l'effet escompté : les esprits sont retournés en faveur du Roi légitime, et même la mort de Jeanne, le 30 mai 1431, n'empêchera pas la défaite anglaise.

      

En 1453, vingt quatre ans à peine après le sacre, les Anglais ont perdu toutes leurs possessions en France (sauf Calais, qui ne redeviendra française qu'en 1558). 

Et depuis, chaque année, la ville de Reims organise les très belles Fêtes Johanniques à Reims  

CHARLES VII SACRE.jpg
Enluminure de Martial d'Auvergne, XVème siècle 
La Geste héroïque de Jeanne est un moment fondamental de notre Histoire nationale : ses moments essentiels en sont relatés dans ces éphémérides aux 25 février (rencontre de Jeanne et du Dauphin, à Chinon), 8 mai (libération d'Orléans), 18 juin (victoire de Patay), 17 juillet (sacre de Reims), 23 mai et 21 novembre (capture, et livraison aux Anglais), 30 mai (martyre), 16 mai (canonisation), 10 juillet (instauration de la Fête nationale).  
 
15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin
 

1453 : Victoire de Castillon 

 

 

L'armée française de Charles VII remporte une victoire décisive sur les Anglais dans le village girondin de Castillon.

 

Cette bataille marque la fin de la Guerre de Cent Ans, mais elle met aussi un terme définitif à la présence anglaise en Guyenne.

La reconquête de l'Aquitaine sera complète quand le roi de France s'emparera de Bordeaux le 19 octobre.

 

 

17 juillet,charles vii,jeanne d'arc,castillon,carmelites de compiegne,padirac,bramadiau,corot,revolution,terreur,bailli de suffren

Dans notre Album L'aventure France racontée par les cartes voir la photo "Guerre de Cent ans (4/4) : deuxième rétablissement"

 

 

 

 15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin

 

 

 

1613 : Louis XIII pose la première pierre du "grand Regard de Rungis" de l'aqueduc Médicis

 

 

Alors qu'aux origines l'empereur Julien l'Apostat louait la qualité des eaux de la Seine à Lutèce (qui étaient, disait-il, "bonnes à voir et à boire..." !), Paris, au début du XVIIème siècle, manque d'eau, et surtout d'eau potable.

En 1612, le bureau de la Ville de Paris adjuge à Jean Coingt la construction d'un aqueduc, destiné à amener à la capitale les eaux du plateau de Rungis, la difficulté étant de traverser la vallée de la Bièvre.

Les travaux de terrassement du "carré des eaux" commencent dès le début de l'année suivante et, le 17 juillet 1613, le jeune Louis XIII peut poser solennellement la première pierre du grand Regard de Rungis.

À la mort de Jean Coingt en 1614, le chantier est repris par son gendre Jean Gobelain. Il faudra dix ans, en tout, pour le mener à bien : l'aqueduc est mis en eau le 19 mai 1623, jusqu'à la Maison du Fontainier.

 

17 juillet,charles vii,jeanne d'arc,castillon,carmelites de compiegne,padirac,bramadiau,corot,revolution,terreur,bailli de suffren

http://ruedeslumieres.morkitu.org/apprendre/medicis/

 

 

 

 15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin

 

 

 

 

1729 : Naissance du Bailli de Suffren

 

Il est l’un des plus grands marins français, et en tout cas reconnu comme tel par les Anglais, qui s’y connaissent en gens de mer, et qui le classent parmi les cinq plus grands marins de tous les temps.

Dans le Mémorial de Sainte Hélène, Emmanuel Las Cases revient plusieurs fois sur les propos tenus par Napoléon sur le Bailli :

 

"Oh ! pourquoi cet homme n’a-t-il pas vécu jusqu’à moi, ou pourquoi n’en ai-je pas trouvé un de sa trempe, j’en eusse fait notre Nelson, et les affaires eussent pris une autre tournure, mais j’ai passé tout mon temps à chercher l’homme de la marine sans avoir pu le rencontrer..."

 

17 juillet,charles vii,jeanne d'arc,castillon,carmelites de compiegne,padirac,bramadiau,corot,revolution,terreur,bailli de suffren

        http://www.netmarine.net/bat/fregates/suffren/celebre.htm 

 

 

Insolite, le monument que dicta à un cousin du bailli la piété familiale : Maurras en parle, sur le Mur des Fastes du Jardin de sa maison de Martigues :

"...Le Bailli de Suffren commanda les marins de Martigues, surnommés les coursiers de la mer. Son cousin, l'abbé de Régis, lui dédia un vaisseau taillé dans le roc, grand bâtiment sans mouvement qui lui coûta beaucoup d'argent..."

 

Dans notre Album Une visite chez Charles Maurrasvoir la photo "Illustrations du Mur des Fastes : XV/XIX".

 

 

 

15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin

 

 

1794 : Les seize Carmélites de Compiègne sont guillotinées

 

 

A cette occasion, la Guillotine a quitté la Place de la Révolution, et se trouve sur la Place du Trône, devenue Place du Trône renversé (!), et actuellement Place de la Nation. 

 

Est retenu contre elles le crime d'avoir "...formé des conciliabules de contre-révolution, et d'avoir le désir de voir le peuple remis aux fers de ses tyrans et dans l'esclavage des prêtres sanguinaires... leur attachement à des croyances puériles...".

 

Dès le début, la Révolution Française a cherché à anéantir le monachisme et à extirper à jamais de la mémoire des Français tout souvenir du Dieu d'Abraham. Pour les carmélites de Compiègne, le fait d'être martyres de la foi à cette époque n'a donc vraiment rien d'exceptionnel. Ce qui rend leur histoire singulière, c'est qu'elles sont mortes en communauté et ont fait de leur martyre une sorte d'acte liturgique auquel elles s'étaient préparées quotidiennement.

 

Âgées de 25 à 75 ans, elles gravissent une à une les marches de l'échafaud, ce 17 juillet 1794, au chant du Veni, creator spiritus... (Viens, Esprit créateur...)

 

 

http://missel.free.fr/Sanctoral/07/17.php

 

         

CARMELITES plaquepicpus.jpg
Dans le cimetière parisien des Picpus (XIIème arrdt)
  

      

Dans la masse immense des horreurs et des ignominies qui souillent à jamais, d’une tâche indélébile, les années noires de la Révolution française, le martyre des Carmélites de Compiègne, sereinement accepté (joyeusement, en donnant à ce mot le sens que lui donne Bernanos) vient illustrer la pensée de ce même Bernanos :

"La où le péché abonde, la grâce surabonde"...

Avec d’autres évènements spirituellement lumineux de cette funeste Révolution – comme l’acceptation de Louis XVI, ou celle de cette paysanne, nommée Tricot, qui réconforta ses parents et sa famille que l’on assassinait devant elle en leur criant "Souvenez-vous que votre Dieu est mort sur une croix et votre roi sur l’échafaud"… - la sérénité joyeuse des Carmélites est donc l’exacte antithèse de ces actes monstrueux dont la Révolution fut prodigue.

Pour reprendre le titre d'un ouvrage célèbre, ce fut comme des fleurs en enfer

 

 

 15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin

 

 

 

1796 : Naissance de Corot

 

 

corot 1.jpg
 
 

 

 15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin

 

 

 

1852 : Aux origines de l'avenue Foch

 

17 juillet,charles vii,jeanne d'arc,castillon,carmelites de compiegne,padirac,bramadiau,corot,revolution,terreur,bailli de suffren

 

Par décret impérial du 17 juillet 1852, l'Empereur nomme Hittorff - qui réalisera la Place de l'Etoile deux ans plus tard (voir l'Ephéméride du 13 août)... - architecte du Bois et de la future avenue de l'Impératrice.

 

Cette avenue, qui l'Empereur veut splendide, doit relier, sur une distance de 1.300 mètres, l'Arc de triomphe de l'Etoile au Bois de Boulogne, à l'orée duquel elle débouche en s'ouvrant sur la Place Dauphine.

 

A la chute du Second Empire, l'Avenue de l'Impératrice devint l'avenue du Général Uhrich, puis l'avenue du Bois-de-Boulogne. C'est en 1929, année de la mort du maréchal, que l'avenue prit son nom actuel d'Avenue Foch.

 

Hittorff, qui avait initialement prévue une avenue d'une largeur de 90 mètres, vit son projet barré par l'Empereur lui-même, qui, lorsqu'il lui présenta ses plans, effaça la mention "90 mètres" pour la remplacer par "120 mètres", ce qui fait d'elle l'avenue la plus large de tout Paris.

 

On l'admire toujours aujourd'hui, bordée de chaque côté par une pelouse et une contre-allée, comme l'une des plus belles artères de la Ville-lumière...

 

13 aout,laennec,stethoscope,delacroix,louis xiii,richelieu,bretagne,temple,louis xvi

Portrait dessiné par Ingres, 1829, Musée du Louvre

Jakob Ignaz Hittorff naît le 20 août 1792, à Cologne, qui fait alors partie du Saint Empire Romain Germanique, dans une famille d'artisans modestes. L'occupation de la ville par les armées révolutionnaires françaises à partir de 1794 fait de lui un citoyen français : Jacques Ignace Hittorff. Destiné à l'architecture, il étudie également la maçonnerie et la taille de pierre.

Il se rend à Paris en 1810 pour étudier à l'Ecole des beaux-arts, dans l'atelier de Charles Percier, l'associé de Pierre Fontaine. La déroute napoléonienne ayant ramené la France à ses frontières de 1791, sa ville natale redevient allemande, mais Hittorff choisit de rester en France.

Sous le règne de Charles X, il se voit confier l'organisation de fêtes, à commencer par celles du sacre du roi, ou de cérémonies funèbres dont les obsèques de Louis XVIII à Saint-Denis. 
Sous le règne de Louis-Philippe, à partir de 1830, il travaille à l'Eglise Saint-Vincent-de-Paul. En 1834, il réaménage la Place de la Concorde, qui va recevoir l'Obélisque : son projet, incluant l'érection de l'obélisque arrivé de Louqsor le 9 août 1834, est adopté le 24 avril 1835 par le conseil municipal de Paris. En 1842, il obtient de nouveau la nationalité française par un arrêt de Louis-Philippe.

Sous le Second Empire, il collabore aux grands travaux du baron Haussmann : réaménagement du Bois de Boulogne, Théâtre du Rond-point des Champs-Elysées, Cirque d'Hiver, immeubles de la rue de Rivoli... Il est l'architecte de la Gare du Nord.

Il meurt à Paris le 25 mars 1867 : sa tombe se trouve au cimetière de Montmartre, dans la quatrième division.

 

 

17 juillet,charles vii,jeanne d'arc,castillon,carmelites de compiegne,padirac,bramadiau,corot,revolution,terreur,bailli de suffren

 

 


1888 : Découverte du gouffre de Padirac

 

 

Le docteur Edouard Alfred Martel commence l'exploration de la grotte de Bramadiau dans le Gard, puis découvre le gouffre de Padirac (ci dessous).

 

 

padirac.jpg
 
 
 
 
 15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin
 
 
 
1912 : Mort d'Henri Poincaré
 
 
Certains pensent qu'il avait en tête tous les éléments de la théorie de la relativité, bien avant qu'Einstein n'en fît état...
 
Le Figaro, qui l'appelle "le dernier savant universel", lui a consacré ce bel éloge :
 
       
 

17 juillet,charles vii,jeanne d'arc,castillon,carmelites de compiegne,padirac,bramadiau,corot,revolution,terreur,bailli de suffren

 A la découverte de son oeuvre : http://www.poincare.fr/

 

 

 15 juilllet,croisades,jerusalem,godefroy de bouillon,barnave,louis xvi,revolution,roi,paris,hotel de ville de paris,françois premier,porte saint martin

 

 

1967 : Montpellier offre sa statue de Louis XVI à sa ville jumelle de Louisville, Kentucky

 

17 juillet,charles vii,jeanne d'arc,castillon,carmelites de compiegne,padirac,bramadiau,corot,revolution,terreur,bailli de suffren

A Louisville, Kentucky, au carrefour entre la sixième rue et la rue Jefferson, se dresse une statue de Louis XVI, offerte le 17 juillet 1967 par la ville jumelée de Montpellier.
Sculptée en 1829 par Achille-Joseph Valois, elle est en marbre de Carrare, pèse 9 tonnes et fait environ 4 mètres de haut...
L'influence de la France sur la cité de Louisville et de sa région aux États-Unis est très importante.
La ville tire d'ailleurs son nom du roi Louis XVI de France.
Avant même l'apparition de Louisville, le lieu abritait un poste avancé français nommé La Belle.

 

 

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

 

2 fevrier,capetiens,mourre,merovingiens,carolingiens,hugues capet,philippe auguste,plantagenets,croisades,bouvines,charlemagne,saint louis,senlisCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

 

Commentaires

  • Le rapport de l'athéisme révolutionnaire au christianisme est un rapport de parenté critique. Avant de dégénérer en simple matérialisme pratique, l'athéisme révolutionnaire a retourné contre le christianisme ses propres armes, à commencer par le primat de la raison. Il a mené à son terme le procès de"désenchantement du monde"entamé par la désacralisation chrétienne du cosmos.
    Il a ramené sur terre les aspirations chrétiennes fondamentales (le bonheur remplaçant le salut, et l'avenir l'au-delà), c'est-à-dire qu'il lui a opposé ses propres valeurs désormais laïcisées, tout en prétendant se passer de sa clef de voûte : Dieu.
    Comme le dit René Girard, la modernité a rejeté la tradition chrétienne "au nom d'idéaux qu'elle accuse le christianisme de méconnaître et qu'elle croit incarner mieux que lui".
    La modernité, paradoxalement, a opposé au christianisme une prétention à être plus chrétienne que lui.

  • J’ignorais complètement :

    1. Que le christianisme professait le primat de la raison,

    2. Qu’il existait une « désacralisation chrétienne du cosmos »,

    3. Que le christianisme avait « entamé un procès de désenchantement du monde »

    Je croyais, au contraire :

    1. Que le christianisme professait la primauté de la foi sur la raison,

    2. Qu’il sacralisait le cosmos et toute la création, comme l’œuvre de Dieu,

    3. Que le « désenchantement du monde » provenait plutôt de son refus, moderne, de toute transcendance, donc de sens.

    Mais il est aussi possible que toute pensée, œuvre ou croyance humaine soit, en fait, susceptible de dégénérer en autre chose qu’elle-même à partir de ses propres fondements et que les « rapports de parenté critique » entre les dites pensées, œuvres ou croyances et leurs dégénérescences soient tout simplement d’une extrême banalité.

  • Mon cher LORI, le processus de substitition est connu. Les dieux ont d'abord été remplacés par Dieu, au terme d'une longue lutte d'influence dont le christianisme est officiellement sorti vainqueur. Le Dieu chrétien a ensuite perdu progressivement de sa crédibilité et vu s'affaiblir son emprise. Le Dieu dont Nietzsche proclame la «mort » en 1886 n'est que ce Dieu moral, le Dieu de la métaphysique occidentale.
    Mais sa mort dans la conscience collective a rendu cette conscience malheureuse. Le Dieu «mort » a continué de s'y inscrire en creux, en y laissant un manque.
    Pour combler ce manque, la modernité a inventé une série de substituts profanes (le Peuple, la Nation, la Patrie, la Classe, la Race, le Progrès, la Révolution, etc.) qui, tous sans exception, se sont révélés inaptes à servir d'absolus de rechange. Les espérances investies dans l'action politique (où l'on entrait «comme en religion ») n'ont engendré que la désillusion, le découragement, et parfois l'horreur. Le décès de l'espérance révolutionnaire dans un salut terrestre constitue l'événement spirituel de cette fin de siècle.
    Le nihilisme contemporain signe l'échec de ces démarches de substitution.

  • Lou bayle Suffren que sus mar coumando
    Au port de Touloun a douna. signaù.
    Parton de Touloun cinq cent Prouvençaù.

Écrire un commentaire

Optionnel