Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 23 mai

Georges Claude meurt le 23 mai 1960. Il avait été à l'origine de L'Air liquide.  

 

1430 : Jeanne d'Arc prisonnière 

Jeanne d'Arc est faite prisonnière à Compiègne par Jean de Luxembourg, qui la vendra aux Anglais pour dix mille livres.

Selon les apparences, sa destinée proprement humaine et matérielle semble achevée. Une autre mission s'ouvre pour elle :

"Après le sacre, dit Malraux, elle est écartée, et commande la série des vains combats qui la mèneraient à Compiègne pour rien, si ce n’était pour devenir la première martyre de la France."

 

jeanne d'arc arretee a compiegne.JPG

L'arrestation de Jeanne d'Arc, par Martial d'Auvergne, enluminure issue de l'ouvrage Vigiles de Charles VII, Paris, France, XVème siècle.

23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

1431 : Création de l'Université de Poitiers 

Une bulle du pape Eugène IV autorise la création de l'Université de Poitiers, voulue par Charles VII, qui souhaitait ainsi récompenser le Poitou pour sa fidélité.

23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

 23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

 

1498 : Naissance de Sampiero de Bastelica, dit Sampiero Corso.

 

 www.kallistea.com/histoire/sampiero-corso

 

200px-Bastelica_%28Santo%29_1_JPG.jpg
 
Statue de Sampiero, à Bastelica
 

 23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

 

1648 : Mort de Louis Le Nain.

 

Un certain mystère entoure l’origine de la plupart des tableaux des trois frères Le Nain: Louis, Pierre et Thomas. Les peintres eux-mêmes ont créé cette situation, aucun des tableaux signés Le Nain n’étant précédé d’un prénom. 

www.repro-tableaux.com/a/louis-le-nain.html

 

LOUIS LE NAIN 1.jpg
 
Le "Repas de paysans"
           

En 2010, grâce au mécénat d'Axa, un chef d’œuvre caravagesque, le Reniement de saint Pierre (ci dessous), est entré au Louvre.

Le tableau illustre le moment d’une révélation bouleversante pour l’apôtre Pierre. Peu avant d’être arrêté, Jésus avait averti le plus ancien de ses disciples qu’il le renierait trois fois avant l’aube : et malgré ses protestations de fidélité, Pierre vient de répondre par trois fois qu’il ne le connaissait pas. Au chant du coq, il découvre sa lâcheté et pleure. Du fond de la composition, un homme de face semble prendre le spectateur à témoin.

 

LE NAIN RENIEMENT DE SAINT PIERRE.jpg
 
 23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller
 
 
1790 : Naissance de Jules Dumont d'Urville.
          
A bord de l'Astrolabe (ci dessous), il mena plusieurs expéditions scientifiques : 
 
 
Au cours de l'une d'elles, qui dura 35 mois, il permit la reconnaissance positive de plus de 4 000 lieues de côtes les moins connues du globe sur la Nouvelle-Islande, la Nouvelle-Bretagne et la Nouvelle-Guinée, et il assura la position de près de 200 îles ou îlots, dont une soixantaine n'avaient encore figuré sur aucune carte.
 
Il découvrit les îles Fidji, cartographia les îles Loyauté, effectua un relevé des côtes de la Nouvelle-Zélande, entreprit une exploration des îles Tonga et des Moluques. Ses rapports ont permis la classification des îles en Mélanésie, Polynésie et Micronésie.
 
 
l'astrolabe.jpg
 
          
Durant un autre voyage, Dumont d'Urville signala à l’ambassadeur français à Constantinople, une statue récemment exhumée et dont il avait perçu l'inestimable valeur : la Vénus de Milo, sculptée en 130 av. J.-C.
 
C’est sur la notice qu’il en avait tracée que M. de Marcellus organisa l'achat par la France de cette statue, aujourd’hui exposée au Musée du Louvre (voir l'Ephéméride du 8 avril).
 
 
venus-de-milo.jpg
 
 23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller
 
 
1850 : Naissance de Jean-Baptiste Penon. 
         
L’abbé Jean-Baptiste Penon, Provençal devenu évêque de Moulins, a été le précepteur, puis le confident et l’ami de Charles Maurras. Professeur de Lettres au Collège catholique d’Aix, au moment où Maurras y poursuivait sa scolarité, l’abbé Penon se proposa pour aider, bénévolement, ce jeune élève, frappé par le malheur. L’amitié entre les deux hommes ne devait prendre fin qu’à la mort de Monseigneur Penon. 
 

www.simianedemain.fr/penon.html 

 

Axel Tisserand a consacré un ouvrage à la correspondance entre Charles Maurras et Jean-Baptiste Penon : Dieu et le roi, correspondance entre Charles Maurras et l’abbé Penon (1883-1928) : 

 

Axel Tisserand Dieu et le Roi.pdf

 

23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

 

 23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

 
 
1908 : Naissance d'Hélène Boucher.
 
 
Elle remporta 7 fois le record du monde de vitesse sur 1000 km, et fut la première à accomplir seule le raid Paris-Saigon en 1929.

Aviatrice hors pair, détentrice de nombreux records, le 11 novembre 1934 elle atteignit le record du monde sur 1000 km avec 444 km/h. 

www.helene-boucher.com/

 

boucher.JPG
         
 23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller
 
 
1937 : Mort de John D. Rockefeller
 
 
Dans notre Album Reims, cathédrale du Sacre voir la photo "Rockfeller, ses magnifiques libéralités : I/II" (la suivante - "II/II" - reproduit le document ci-dessous) 
 

catreims.free.fr/his016.html

 

        www.cathedrale-reims.culture.fr/liste-des-mecenes-cathedrale.html

 

rockfeller.jpg

         

Au lendemain de la Grande guerre, il entreprit d’aider la France à sauver ses plus précieux monuments, et fit don de près de soixante millions de francs entre 1924 et 1936, ce qui permit d'effectuer au château de Versailles - ainsi qu'à la cathédrale de Reims et au château de Fontainebleau - les travaux nécessaires à leur survie. La ville de Reims bénéficia particulièrement de ses libéralités. Par deux donations successives dont l’ensemble s’élevait à quinze millions de francs, il prit à sa charge une très grosse part des frais de reconstruction de la cathédrale. C’est grâce à lui, notamment, que put être rétablie dans son intégrité la haute toiture dominée par le clocher à l’ange.

Rockefeller Junior contribua aussi pour une très large part à la restauration des palais et parcs de Versailles et Fontainebleau. Il vint à Reims pour l’inauguration de sa rue, le 4 juillet 1936, accompagné de son fils David.

 

 23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

 

1960 : Mort de Georges Claude. 

Physicien et chimiste, il est l'inventeur de l'éclairage au néon, et il est également aux origines de la Socité L'Air liquide.

Dans une époque dangereuse, celle de cette re-terreur - pour parler comme Léon Daudet - que fut la sinistre Epuration de 1945, il ne craint pas d'envoyer sa propre pelisse à Charles Maurras, lorsque celui-ci fut, injustement, emprisonné à Clairvaux, avant l'inique procès et la non moins inique condamnation qui s'ensuivit...

                           
 

 www.clubdesargonautes.org/histoirestem/etmclaudetu

   

GEORGES CLAUDE 1.jpg
 
           
De l'Encyclopedia universalis:
 
Inventeur industriel et praticien remarquable par l'étendue et la diversité de ses travaux. Chimiste de formation (ancien élève de l'École de physique et chimie), Georges Claude commence sa carrière de technicien par ses travaux sur la dissolution de l'acétylène dans l'acétone (cette découverte a conduit à l'utilisation industrielle de ce gaz). Indépendamment de Carl von Linde, il met au point dès 1902 un procédé industriel de liquéfaction de l'air (les brevets qu'il prend à cette occasion sont à l'origine de la société L'Air liquide) et préconise dès 1910, mais en vain, l'utilisation de l'oxygène liquide en sidérurgie. Ce procédé ne sera adopté qu'après la Seconde Guerre mondiale.
 
Poursuivant ses travaux sur les gaz rares, qu'il a obtenus par distillation de l'air liquide, Claude met à profit l'émission lumineuse qui accompagne le passage de la décharge électrique dans un tube à gaz : la mise au point d'enduits fluorescents le conduit ainsi, en 1910, à la réalisation de l'éclairage au néon, d'abord utilisé dans les enseignes lumineuses. Il découvre également, en 1913, avec d'Arsonval les propriétés explosives de l'air liquide, qui seront utilisées pendant la Première Guerre mondiale (mines à l'air liquide et au noir de fumée), et un procédé de synthèse de l'ammoniac sous haute pression...
 
23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller
 
1962 : Le paquebot de la Transat, "Ville de Marseille", débarque les premiers réfugiés d'Algérie à Marseille...
 

23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

Dans notre Album L'Aventure France racontée par les cartes, voir les trois photos "Conquête de l'Algérie (I)", "Conquête de l'Algérie (II)" et "Conquête de l'Algérie (III)"...

 

Pour la quatrième génération de Français d'Algérie, cette année 1962 c'est le cataclysme : depuis 1830, la France a fait d'un immense espace vide et désolé le pays le plus prospère, le mieux équipé, et celui qui a les perspectives d'avenir les plus brillantes de toute l'Afrique; elle lui a même donné son nom, Algérie, en l'administrant, en l'organisant, en le traitant exactement comme tous les autres territoires de France métropolitaine ou d'Outre-mer.

Et, d'un coup, le Système va donner les clés de ce pays prospère, à l'avenir prometteur, à une bande terroriste, le FLN, qui n'aura rien de plus pressé que d'aligner ce malheureux pays sur les visions idéologiques dépassés d'une URSS qui se croit encore, à l'époque, avant-garde consciente des prolétaires du monde entier alors qu'elle n'a même plus trente ans à vivre !

Le résultat calamiteux de cette nouvelle domination sera la ruine pure et simple du fruit d'un travail acharné d'un siècle et demi; l'installation, partout, de l'arbitraire, de la nonchalance et de la corruption; de l'analphabétisme et de la pauvreté de masse : un gigantesque et cataclysmique bond en arrière...

Et, pour les Français d'Algérie, brutalement, un choix très simple : "la valise ou le cercueil !". Quelques uns choisiront de s'établir dans l'Espagne de Franco, surtout dans la région d'Alicante, ce qui peut s'expliquer à la fois par des motifs idéologiques et par le fait que, historiquement, une ville comme Oran, par exemple, a été plus longtemps espagnole que française. Mais l'immense majorité des réfugiés (et non des rapatriés, terme impropre...) referont leur vie - aux prix de mille difficultés et d'amères déconvenues - en Métropole, où ils débarqueront sur la côte, de Port-Vendres à Nice mais essentiellement à Marseille, un certain nombre arrivant en avion...

Et c'est précisément à Marseille qu'un personnage va s'illustrer - si l'on peut dire !... - d'une façon qui ne l'honore certes pas, ni lui ni ses compagnons d'idéologie qui, jamais, ne condamneront ses propos : le député-maire de Marseille de l'époque, Gaston Deferre, fit preuve d'une sécheresse de coeur, d'une dureté et d'une inhumanité proprement stupéfiante dans un pays réputé civilisé. Et, le pire, c'est qu'il ne formula jamais le moindre regret, ne renia jamais ses propos et, à fortiori, ne fit jamais rien pour tenter de réparer un tant soit peu...

Qu'on en juge...

Dans un entretien accordé au Figaro, le 26 juillet 1962, il répond aux questions de Camille Gilles (ses mêmes propos seront tenus ailleurs, dans d'autres journaux - notamment Paris-Presse, repris par le quotidien marseillais de droite Le Méridional - et devant d'autres journalistes) :

* (à propos de la scolarité des enfants des Pieds-Noirs) : "Il n'est pas question de les inscrire à l'école car il n'y a déjà pas assez de place pour les petits marseillais..."

* (question) : Voyez-vous une solution au problème des rapatriés de Marseille ?

   (réponse)  : Oui ! Qu'ils quittent Marseille en vitesse ! Ils fuient ? Tant pis ! En tout cas je ne les recevrai pas ici. D'ailleurs nous n'avons pas de place, rien n'est prêt. Qu'ils aillent se faire pendre où ils voudront. En aucun cas et à aucun prix je ne veux des pieds-noirs à Marseille..."

Le moins que l'on puisse dire est que ce représentant éminent du Parti socialiste et de la Gauche française, si volontiers moralisatrice et moralisante, si prompte à donner des leçons de "droits de l'homme" à la terre entière, avait une bien curieuse conception du troisième terme de la devise du Système : "Fraternité" !...

 

23 mai,jeanne d'arc,sampiero corso,helene boucher,dumont d'urville,venus de milo,astrolabe,georges claude,louis le nain,louvre,charles vii,rockefeller

A bord du Ville de Marseille, ce 23 mai 1962, "1068 passagers et 53 enfants de moins de 3 ans", détaille le journal socialiste local Le Provençal. Sur les 700.000 Pieds-Noirs qui gagnèrent la Métropole cette année-là, 450.000 débarquèrent à Marseille...

Les commentaires sont fermés.