Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

assad

  • La Dizaine de MAGISTRO...

         * MAGISTRO, une tribune libre et indépendante d'information civique et politique, en ligne depuis 2008 : Présentation de Magistro par François Georges Dreyfus.pdf

    * Liens : - http://www.democratiedirecte.fr/  (Yvan Blot)   

                 - http://www.henrihude.fr/ (le Blog de Henri Hude)   

     

    * Chantal DELSOL, de l'Institut : Comment aider les mal-logés ?
    * Sophie de MENTHON, Chef d'entreprise, Présidente du Mouvement ETHIC : Exil de patrons : arrêtons le massacre !
    * Maxime TANDONNET, Haut fonctionnaire : Deux poids, deux mesures
    * Denis TILLINAC, Ecrivain : En attendant Sarkozy 

    * François JOURDIER, Officier, contre amiral (2S) : Nous ne pouvons intervenir en Syrie
    * Ivan RIOUFOL, Journaliste politique : La paix sociale au prix fort 

    * François JOURDIER, Officier, contre amiral : Un curieux procès d’intention

    Texte (complet) du Jourdier, Nous ne pouvons intervenir en Syrie (auquel nous réagirons incessamment sous peu, en proposant un Budget militaire à... 4% !"):

    Lire la suite

  • Une information/confirmation intéressante, venue de Syrie.....

               Le ministre syrien de l'Education a annoncé, le lundi 19 juillet, que les étudiantes ne pourront plus porter le voile intégral dans les universités publiques du pays. Il affirme que cette décision est une réponse à une demande d'étudiants et de parents.

                Ghiyath Barakat explique également que le port du voile intégral va à l'encontre des valeurs académiques et des traditions des universités syriennes. De tradition musulmane (90% de la population environ), la Syrie est un pays laïc qui garantit la liberté de culte. Le port du voile simple ou du voile intégral y connaît une recrudescence depuis plusieurs années.

                Il ne s'agit bien sûr pas, ici, en notant ce fait, de s'ingérer dans les affaires intérieures d'un pays souverain; ni de se faire des illusions sur la nature du régime syrien.

                Mais ceci confirme ce que nous avons écrit plusieurs fois ici-même, en ce qui concerne n'importe quel pays de la nébuleuse islamique, même si l'on parle aujourd'hui, en l'occurrence, de la Syrie....

    assad-syrie_21.jpg
    Ne se faire aucune(s) illusion(s) sur certains régimes ou certains dirigeants du monde musulman,
    mais éviter de faire de ce monde un bloc,
    et faire fond, plutôt et malgré tout, sur les régimes laïcs...

    Lire la suite

  • Mieux connaître, pour mieux comprendre et mieux évaluer... : Regards croisés sur l'Islam (VII)

                 Voici l'avant-dernière note de notre série Regards croisés sur l'Islam : il s'agit d'un extrait tiré de L'islamisation de la France, de Joachim Véliocas (1):  Islam, islamisme, une opposition artificielle.....

                 Redisons d'abord rapidement quelques réflexions souvent écrites ici-même...

                 Il ne faut surtout pas faire de l'Islam et de la nébuleuse des pays islamiques un bloc, que l'on imaginerait totalement uni ou totalement monolithique. Il l'est, certes, en partie, voire en grande partie. Mais ses divisions sont réelles et notre intérêt n’est certainement pas de les coaliser. Bien au contraire, il est d’éviter absolument de souder entre elles, en les rejetant indistinctement, toutes les composantes du monde musulman.

                Il est absolument évident qu'il y a, en terre(s) d'Islam, des gens raisonnables et/ou mesurés, avec qui l'on peut - et l'on doit - discuter. Leurs préférences religieuses, leurs débats internes ne sont pas ce qui doit orienter notre politique à leur égard. Ce qui nous importe, c’est leur attitude envers nous, leur politique dans leur relation avec nous : amicale ou hostile, compatible, ou non, avec nos intérêts nationaux. Le reste serait, de notre part, une inutile – voire nuisible – politique d’ingérence.

                L'erreur de trop de gouvernants occidentaux (et de ceux des USA en particulier) est d'avoir -d'une façon quasi constante- fait fond sur les mouvements islamistes plutot que nationalistes arabisants laïques. Les USA ont, par exemple, cru malin de mettre Ben Laden en selle pour contrer les Russes, envahissant l'Afghanistan: beau manque de perspicacité ! Au risque de surprendre, et peut-être même de choquer, n'aurait-on pas mieux fait -et ne ferait-on pas mieux- de soutenir, au contraire, des régimes laïques ? Nasser hier, en Egypte, ou les Assad en Syrie, et même... Saddam Hussein en Irak ? Et, bien sûr, Ben Ali en Tunisie ?

                Tous régimes, certes, très imparfaits, voire voyous pour certains, mais qui au moins ne cherchaient pas (et ne cherchent toujours pas, en Syrie, en Tunisie...) à lancer une guerre politico-religieuse contre nous, et s'occupaient (s'occupent toujours, en Syrie, en Tunisie...) de contenir les islamistes ?.....

    BEN ALI ASSAD.jpg
    Le président Syrien Bashar-el-Assad et son homologue tunisien Zine El Abidine Ben Al,
    invités controversés -pour certains...- de Nicolas Sarkozy au défilé du 14 juillet 2008.

    Lire la suite

  • Ces "monarchies" que l'on instaure...

    bongo.jpg
     
                Et dire que, chez nous, ce pauvre Besancenot persiste à penser et à dire que Ce qu'il nous faut, c'est une bonne vieille révolution !... Mais comment ne voit-il pas que partout, dans le monde, des régimes essayent de se perpétuer en retrouvant au contraire les "bonnes vieilles" habitudes de l'hérédité ou de la cooptation, ce qui lui ressemble malgré tout assez (dans l'Empire romain, on appelait cela l'adoption) ?...
                Et le piquant de la chose est que, bien souvent, cette énormité est le fait de régimes prétendument progressistes voire carrément révolutionnaires. L'exemple le plus achevé en est l'extra-ordinaire monarchie marxiste de la dynastie des Kim en Corée du Nord, pays martyr qui, après la mégalomanie du père Kim Il Sung, doit encore se frapper la cinglerie du fils, Kim Jong Il, héritier biologique du roi marxiste-léniniste son père ! Et que dire des Castro à Cuba, des Assad en Syrie, des Khadafi en Lybie (où tout est près pour "après") ? Le "progressisme" (auto-proclamé...) mène à tout !...
     
                Il ne s'agit bien sûr que d'une ressemblance uniquement formelle avec les apparences extérieures de la monarchie, et on ne voit pas ces régimes créer ce qui fut chez nous un système politique avantageux, bénéfique et protecteur pour le Peuple et la Nation, oeuvrant sur le long terme dans la recherche du Bien commun. Il ne s'agit au contraire que de continuer à confisquer, pour la classe dirigeante, un pouvoir qu'elle a conquis et qu'elle n'entend pas rendre; il ne s'agit que d'un égoïsme de caste, dur égoïsme pratiqué par de durs petits esprits.
     
               Il n'empêche, si l'hypocrisie est bien un hommage que le vice rend à la vertu, cette transmission "monarchique" du pouvoir est bien un hommage que les mouvements révolutionnaires idéologiques rendent au pragmatisme de ces bonnes vieilles monarchies qu'elles ont cru pouvoir abolir...

  • Cuba : De bonnes nouvelles en provenance de la monarchie marxiste...

                  Voici ce qu'on pouvait lire, fin août, sur le fil AOL:

    castro 2009.jpg
    Dialoguant avec des étudiants vénézuéliens, le 22 août 2009....

    En tenue de sport, visiblement détendu, discutant de manière animée avec un groupe de jeunes gens : pour sa première apparition télévisée en 14 mois, Fidel Castro s'est montré en bonne forme. Les images diffusées dimanche à Cuba (23 août, ndlr) ont été tournées, semble-t-il, samedi matin (22, ndlr) lors d'une discussion de plus de trois heures du leader cubain avec des étudiants de l'université vénézuélienne de Carabobo venus le rencontrer chez lui. Avant cela, les dernières images vidéo de Fidel Castro diffusées par la télévision cubaine remontaient au 18 juin 2008. Il y apparaissait au côté du président vénézuélien, son allié et ami Hugo Chavez.

    Lire la suite