Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Dizaine de MAGISTRO...

     * MAGISTRO, une tribune libre et indépendante d'information civique et politique, en ligne depuis 2008 : Présentation de Magistro par François Georges Dreyfus.pdf

* Liens : - http://www.democratiedirecte.fr/  (Yvan Blot)   

             - http://www.henrihude.fr/ (le Blog de Henri Hude)   

 

* Chantal DELSOL, de l'Institut : Comment aider les mal-logés ?
* Sophie de MENTHON, Chef d'entreprise, Présidente du Mouvement ETHIC : Exil de patrons : arrêtons le massacre !
* Maxime TANDONNET, Haut fonctionnaire : Deux poids, deux mesures
* Denis TILLINAC, Ecrivain : En attendant Sarkozy 

* François JOURDIER, Officier, contre amiral (2S) : Nous ne pouvons intervenir en Syrie
* Ivan RIOUFOL, Journaliste politique : La paix sociale au prix fort 

* François JOURDIER, Officier, contre amiral : Un curieux procès d’intention

Texte (complet) du Jourdier, Nous ne pouvons intervenir en Syrie (auquel nous réagirons incessamment sous peu, en proposant un Budget militaire à... 4% !"):

        Un récent article du général Fleury, ancien chef d’Etat-major de l’armée de l’air (Le Monde du 24 août 2012), affirme que nous n’avons pas les moyens d’intervenir en Syrie, il est donc inutile de jouer les Matamore.
        "Pour la Syrie, la chanson n'est pas la même. Son armée de l'air totalise environ 500 avions de combat, soit deux fois plus que la nôtre ; bien qu'une partie d'entre eux seulement soit moderne, leur nombre et la qualité d'un entraînement conduit en vue d'une guerre éventuelle avec Israël en font un adversaire sérieux. Nous ne sommes pas de taille à l'affronter."
        Voilà où nous ont conduit les réductions continues des crédits militaires : Il nous a fallu l’aide des Américains et des Anglais pour venir à bout de la Libye, pour la Syrie nous sommes impuissants.
"Pour venir à bout aujourd'hui de l'aviation de Bachar Al-Assad, il faudrait employer toute la machine de guerre américaine et utiliser les aéroports de Grèce et de Chypre, voire du Moyen-Orient."
        En particulier la défense aérienne Syrienne s’est montrée très efficace en abattant un chasseur turc venu la tester.
        En 1991 au cours de la première guerre du golfe l’armée de l’air française alignait 450 avions de combat, le livre blanc en vigueur prévoit maintenant 230 Mirage 2000 ou Rafale. Les budgets militaires sont passés de 3% du PIB à 1,5%.
        Et voilà la conclusion du général Fleury :
        "Mais il est impossible aujourd'hui aux pouvoirs publics de proclamer cette faiblesse : la conclusion serait immédiate, le budget de la défense deviendrait prioritaire ce qui serait contradictoire avec les engagements du président de la République. Alors, finalement, le "niet" de Vladimir Poutine est bien pratique : il évite de poser les vraies questions."

Les commentaires sont fermés.