UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

prince jean - Page 5

  • Le succès d'Un Prince français se confirme....

                Pygmalion a décidé de lancer un nouveau tirage d'Un Prince français. Un fait éloquent, pour un ouvrage dont on ne dispose que depuis début octobre, et qui dit mieux que tout le succès qu'il rencontre.....

                Le déplacement à Vichy a été une réussite : 150 personnes ont participé à l’interview du Prince par Sylvain Beltran, à l’initiative des « Entretiens Publics » de Marc Tiger, et 50 livres ont été dédicacés.

                En Mars, le Prince sera à Toulouse le 2, avec rencontre de personnalités politiques, FR3, Presse et signature chez le libraire, Entretien aux Jeux Floraux, et conférence animation avec HEC.

                A noter aussi 2 conférences du soir à Paris, les 16 et 17, (Bibliothèque Polonaise et Salon Hoche).

                Puis ce sera Dijon, le 24, et, en avril, Orléans le 6, Le Printemps du Livre de Montaigu, à Nantes le 10 (ou le 11), Fontainebleau le 13 (visite d‘École, Mairie, Presse et conférence)..... :

    prince jean couverture.png
    238 pages, 19,50 euros
  • Sur Le populaire.fr, de Limoges on a présenté la venue du prince Jean….

    http://www.lepopulaire.fr/cfc/images/logo_PC_R.gif

    Jean d'Orléans : « Un roi peut jouer un rôle fédérateur » 

     

    prince Jeanlimoge.jpg

    Descendant des rois de France, Jean d'Orléans fera étape à Limoges jeudi 18 février, où il dédicacera son ouvrage "Un prince français".

     

    Si l'on en croit sa biographie, il descend des Capet, a pour ancêtres Saint-Louis, François Ier, Henri IV, Louis-Philippe. Prétendant à la couronne de France (il n'est pas le seul, une autre famille revendiquant l'héritage royal), Jean d'Orléans, 44 ans, s'explique....

     

    Vous avez fondé en 2003 une association, "Gens de France", qui prétend défendre le patrimoine artistique et culturel français, protéger l'environnement, développer la francophonie, promouvoir une économie sociale. Mais concrètement, que faites-vous ? Nous mettons en lumière des gens formidables, qui mènent des actions admirables dans l'ombre, dans le milieu associatif notamment. Nous travaillons également sur l'année Henri IV (mort en 1610). Et nous réfléchissons à des projets.

    N'est-ce pas une manière de promouvoir le rétablissement de la monarchie ? Bien sûr que oui. Nous montrons ainsi que notre famille est présente dans le paysage français. Mais je sais bien que l'espérance d'un régime monarchique se heurte à de nombreux obstacles, dont la volonté des Français.

    La France n'est-elle pas restée monarchiste, compte tenu de son goût pour l'apparat et des pouvoirs exorbitants de son président ? Quelque part oui, mais la réduction du mandat présidentiel à cinq ans n'offre pas de perspective à long terme. Un roi peut jouer un rôle fédérateur, d'arbitre, montrer la voie, mobiliser les énergies.

    Quel regard portez-vous sur le peuple français ? Il y a vraiment quelque chose d'irréductible en lui. Il est insouciant quand tout va bien, et retombe sur ses pieds quand ça va mal. C'est aussi un peuple très généreux, témoin le monde associatif, avec les pieds sur terre, mais aspirant toujours à s'élever.

    Vous portez un regard très sévère sur la politique. Mais votez-vous ? Oui. Il y a de bons serviteurs en politique, mais l'espace public est accaparé par ceux qui parlent le plus fort, alors que dans l'ombre, il y a des gens extraordinaires.

    A l'heure de la mondialisation et de la construction européenne, la nation a-t-elle encore un sens ? Je n'aime guère le terme "nation". Je préfère dire la France. Je dis qu'il faut penser global et agir local. L'Europe actuelle a construit une administration, elle enferme, elle impose ses diktats, ce n'est pas un vrai projet européen. Mais je ne suis évidemment pas anti-européen !

    Laurent Bonilla

    Jean d'Orléans sera à la BFM de Limoges jeudi 18 février à 20 h 30. Il dédicacera son ouvrage, "Un prince français", dans lequel il répond aux questions du journaliste Fabrice Madouas (Pygmalion, 237 pages, 18 euros).

     

    Jean d'Orléan, sa bio express

    1965 Naissance à Boulogne-Billancourt de Jean Carl Pierre Marie d'Orléans.

    1987 Maîtrise de philosophie à La Sorbonne sur "Le bien commun". Suivront une maîtrise de droit sur les relations internationales (Faculté libre de droit, d'économie et de gestion de Paris), et une maîtrise en administration des affaires à Los Angeles. Travaille dans le conseil en management et dans le secteur bancaire.

    2007 Fonde son cabinet de conseil, "Avenir & Patrimoine".

  • Quelques instants en bonne compagnie.....(2/15)

                Pour donner envie à celles et ceux qui ne l'ont pas encore lu, ou acheté... ou qui se demandent si cela vaut le coup...

                Pour nous, c'est sûr, il vaut le coup d'être acheté et lu, car c'est un bon livre...

                Quelques mises en bouche ?.....

    prince jean couverture.png

                                                                                       237 pages, 19,50 euros

    Lire la suite

  • Jeudi 18 février, Limoges: présentation-dédicace d'Un Prince français....

    LimogesBiblio_VueNuit_M.jpg

    jeudi 18 février : Limoges, Médiathèque francophone, Avenue Baudin, 20h30

    prince jean couverture.png

    229 pages, 20 euros

  • Quelques instants en bonne compagnie.....(1/15)

                Pour donner envie à celles et ceux qui ne l'ont pas encore lu, ou acheté... ou qui se demandent si cela vaut le coup...

                Pour nous, c'est sûr, il vaut le coup d'être acheté et lu, car c'est un bon livre...

                Quelques mises en bouche ?.....

    prince jean couverture.png

                                                                       237 pages, 19,50 euros

    Lire la suite

  • Le Journal du Dimanche rend compte du séjour toulonnais du Prince Jean....

                A lafautearousseau, on l'a décidé une fois pour toutes: on se réjouit de tout le bon et de tout le positif dans ce qui arrive, même si, pour le reste, en notre for intérieur, on n'en pense pas moins... Cela nous vaut, régulièrement, d'être appelé blog optimiste, ce qui ne nous gêne pas, à cette nuance près -de taille, tout de même...- que nous préférons le terme d'Espérance, mais, bon...

                 Le dimanche 31 janvier, le motif de satisfaction est venu de la bonne demie page que le Journal du Dimanche a consacrée au séjour toulonnais du Prince (la page 12, pour être précis). Certes, deux ou trois choses, dans l'article, sont ce qu'elles sont. Mais, appliquons notre principe, et ne boudons pas notre plaisir. Il est positif -et révélateur- que le JDD, sans qu'on lui demande rien, ait jugé que la visite du Prince à Toulon méritait qu'on l'évoquât, et qu'on en rendît compte. Et ce qui transparaît, dans cette demie-page, à côté d'un ton parfois moqueur, ironique ou condescendant, c'est que le Prince agit, travaille, va à la rencontre des gens; même modestes, même de ceux qui vivent dans des HLM; et qu'il parle aussi -et qu'il écoute: très important, l'écoute...- avec des animateurs socioculturels....

                Une chose malgré tout, pour Mathieu Deslandes, le journaliste qui a écrit l'article: Nous ne rêvons pas d'un "retour de la Monarchie". La Monarchie de Saint Louis, de François premier, d'Henri IV et de tous les autres rois, la Monarchie appartient à l'Histoire. De la France et de l'humanité. Ce à quoi nous rêvons -et travaillons...- c'est à une ré-instauration de la Monarchie. C'est radicalement différent. Pas de restauration, d'une chose qui est derrière nous; une instauration, ou ré-instauration, de ce qui apparaît de plus en plus comme le recours, quand on voit l'état désastreux dans lequel la république idéologique à mis la France.

                Et, là, la Monarchie n'est pas derrière nous, elle est devant nous. La république idéologique a vieilli, terriblement vieilli, et -surtout- terriblement mal vieilli. Il n'a pas tenu ses promesses, ce merveilleux système au nom duquel les Révolutionnaires ont causé la mort de 700.000 personnes, instauré le Totalitarisme et organisé le premier Génocide des temps modernes, matrice de ceux d'Hitler, de Staline, de Mao, de Pol Pot.... 

                Et c'est parce que nous constatons ce désastre; parce que nous voyons qu'on a fait tout ça, pour ça; que les Bastille se comptent maintenant par dizaines et par centaines; que les féodalités de tous ordres dictent leur loi à un "semble Etat", qui, de toutes façons, n'a plus guère de pouvoir; que les dettes et déficits colossaux du Système font précisément de ce Système un voleur... etc... etc... que nous voulons, non pas restaurer quelque chose d'hier, mais instaurer quelque chose de nouveau, pour aujourd'hui et pour demain.

                Le nouvel Ancien Régime, monsieur Deslandes, c'est aujourd'hui, et c'est cette république idéologique à bout de souffle.

                Comme le dit le Prince Jean , dans son livre, que vous citez: "La Monarchie est une idée neuve en Europe..." (page 214, chapitre XI, Institutions).

    FORAIN CARICATURE.jpg
    La belle jardinière, caricature de Forain

    (1) : Est-ce l'émotion: dans la version internet, pendant quelques heures, ce fut une photo du Prince Eude, avec son épouse Marie-Liesse, qui apparut, sous-titrée Jean d'Orléans ! Là aussi: mais, bon....

    Lire la suite

  • Prochaines présentations-dédicaces, prochains succès !...

                Prenant la suite des précédentes rencontres avec les Gens de France, voici les prochaines présentations-dédicaces de ce bon livre qu'est Un Prince français : à Vichy le 11 février, Limoges le 18 février, Toulouse le 2 mars, Dijon le 24 mars, Orléans le 6 avril, Nantes (Montaigu) le 10 avril, Fontainebleau le 13 avril...

                Les journalistes qui ont rendu compte de ces déplacements jusqu'à présent l'ont bien noté: le Prince rencontre autre chose qu'un succès d'estime. Une vraie dynamique s'est créée, à amplifier encore, et partout: telle est notre tâche à tous, avec ce Prince qui mérite d'être suivi, tout simplement....
    prince jean couverture.png
  • C'est sa fête aujourd'hui: nos premiers voeux au Prince Gaston de France...

    GAST ORDINATION DE SAINT VAAST.jpg
    Ordination de saint Vaast, Paris, XIVe siècle

                En donnant au Prince ce beau nom de Gaston (1), ses parents l'ont placé sous le vocable de celui qui fut choisi par saint Rémy lui-même pour parfaire l'éducation de Clovis. Intellectuelle, certes, mais aussi morale et spirituelle.

                En même temps qu'il nous ramène à nos Racines premières -historiques et spirituelles- ce vocable nous replonge donc également dans l'essentiel, au coeur du coeur: éducation, éduquer, éducateur...

                Est-il plus beau symbole ?...

                Bonne fête, Monseigneur !...

    (1): les autres prénoms du Prince sont Louis, Antoine, Marie.

  • France info évoque l'activité du Prince.....

                Ce matin du 1er février, comme tous les matins, France info fait son tour d'horizon politique. Après avoir parlé de Martine Aubry et de Dominique Strauss Kahn, le journaliste parle de Carla Bruni, de son influence politique (en rappelant François Mitterrand...). Puis il enchaîne sur... le Prince Jean, qui, lui, au contraire, part à la conquête de son royaume, avec deux déplacements par mois pour présenter son livre, et qui était récemment à Toulon, où il a visité des quartiers en difficulté.... 

                 En effet, le Prince Jean parcourt la France. Seul le chiffre est inférieur à la réalité: c'est plus souvent deux déplacements par semaine, pour le Prince, qui se donne sans compter, et qui rencontre bien autre chose qu'un simple succès d'estime.

                 Rien que pour ce mois-ci, un succès à Quimper: 100 personnes, 50 livres, une bonne couverture médiatique, une ambiance chaleureuse, et des participants de tous horizons. Puis quatre jours en Provence: après une Messe pour Louis XVI d'anthologie, à Marseille, trois jours fructueux à Toulon: rencontres avec des personnalités de la région (municipalité, préfet maritime, Mgr Rey...) et visite importante à une association travaillant en quartier difficile. 190 personnes à la conférence et 80 livres vendus. Puis, Lille, beau succès également: 200 personnes, 70 livres, présence et discours du maire de Marcq, presse active.....

  • Le 21 janvier à Marseille (3/3): la messe aux Réformés....

            Cette année, le 21 Janvier 2010, l’évènement est à Marseille, Église des Réformés, à 18h30 : la Messe de Requiem pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution, y est célébrée en présence de S.A.R le prince Jean de France....

            Les mots sont faibles pour rendre compte d'une cérémonie d'une telle intensité, et d'une telle hauteur de sentiments. On aura pourtant un aperçu, en cliquant sur le lien ci-après, de la grandeur du moment -réellement un moment de grâce - qu'il fut donné aux participants de vivre en cette Église des Réformés, ce jeudi 21 janvier. Et l’on en connaîtra l’essentiel, si l’on écoute – ou réécoute – l’homélie du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

             Plus une place de libre dans l'église; des allées latérales remplies de fidèles debout; un nombre de jeunes impressionnant; une communion -pourtant distribuée par trois officiants- qui a duré douze minutes; un Salve Regina de conclusion, et d'anthologie, repris, en un choeur unanime, par la totalité des participants; la trompette de Laurent Friss et l'orgue de Jean-Robert Cain, sans le moindre petit raté, ni chez l'un, ni chez l'autre... oui, vraiment, les simples mots sont trop faibles pour traduire la beauté de cette cérémonie, et la grandeur de l'accueil qu'a reservé la père Michel-Marie Zanotti-Sorkine au couple princier, au petit prince Gaston de France, et à tous ceux qui sont venus -"sans haine et sans ressentiment"- prier pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution.

    Messe pour Louis XVI en présence du prince Jean 21012010
    http://vimeo.com/9028474

  • Le 21 janvier à Marseille (2/3): les interventions de Jean-François Mattéi et du Prince Jean.

                    En définitive, ce sont les idées qui mènent le monde. Mais ce mot peut être pris dans son acception réaliste, c'est-à-dire lorsque les idées se fondent sur les réalités de l’Histoire et de la Nature, lorsque la raison humaine se reconnaît des limites et des fondements, ou, au contraire, il peut être pris – et, malheureusement, vécu - dans son acception purement abstraite, lorsque la raison humaine, déconnectée de ces mêmes réalités, enfante des idéologies et des systèmes qu’elle n’aura de cesse d’imposer, ensuite, par la force totalitaire, aux hommes et aux sociétés, généralement pour leur plus grand malheur.

                 C’est, en tout cas, ce qu’enseigne l’expérience révolutionnaire, notamment de 1789 à nos jours et l’histoire des deux derniers siècles : français, européens et, Jean-François Mattéi a, sans-doute, raison de le dire, mondiaux car la révolution initiée en France à la fin du XVIIIème siècle s’est répandue, en définitive, sur tous les continents ; elle a ensanglanté et meurtri profondément la planète toute entière, l’arrachant à ses racines et à ses équilibres traditionnels, jusqu’au tréfonds des hommes, des personnes, elles-mêmes..

                C’est ce dont on s’est aperçu, peu à peu, dans de très larges cercles intellectuels, comme, aussi, populaires, notamment à dater de 1989 qui, curieusement, fut, à la fois, l’année du bicentenaire de la Révolution française, dont les commémorations furent un échec, et celle de la chute du mur de Berlin, symbole de l’effondrement du dernier grand mythe, du dernier grand système issu des cycles révolutionnaires : la révolution marxiste, qui en était, probablement, l’ultime incarnation …      

                C’est, en particulier, cette prise de conscience, devenue , aujourd’hui, très aigüe et très répandue, qui, à notre sens, explique et fait tout l’intérêt, l’actualité et, aussi, curieusement, l’importance grandissante, par les foules qu’elles réunissent, des commémorations de l’assassinat du Roi Louis XVI, organisées, un peu partout, en France et, même, à l’étranger, chaque 21 janvier.

                Cette année, nous l’avons dit, l’évènement de ce 21 janvier était à Marseille, en raison de la présence du prince Jean de France, de son épouse, la princesse Philoména et de leur premier enfant, né tout récemment, le prince Gaston de France. Et c’est une assistance, vraiment impressionnante, de plusieurs centaines de personnes qui a participé à la Messe célébrée en l’église de Réformés. Il faut en écouter ou en réécouter l’homélie : à la lumière de la foi chrétienne, elle dit, elle aussi, et magnifiquement, l’horreur des meurtres et des destructions que les idéologies révolutionnaires ont opérées, en France et dans le monde.

                Les royalistes marseillais, depuis une dizaine d’années, avec des concours éminents (Jean-Marc Varaut ; Christian Atias ; Jean-François Mattéi ; Jean-Baptiste Donnier) ont voulu que la commémoration du 21 janvier 1793, jour de l’assassinat de Louis XVI, ne soit pas seulement un jour de deuil ou de mémoire ; qu’en tout cas, elle soit, surtout, l’occasion d’une réflexion historique et politique sur la France, l’Europe et le monde, d’après la grande césure de 1789 et 1793, cause, pour l’essentiel, de ce que Chantal Delsol a appelé, bien-sûr, dans son acception forte, « le souci contemporain ».

                Les vidéos que nous vous offrons de regarder et d’écouter, ici, (Messe des Réformés, repas-conférence à la Société Nautique à Marseille avec les interventions de Jean-Baptiste Donnier, Jean-François Mattéi et du prince Jean de France) ) sont les reflets de cette prise de conscience et de cette réflexion, utiles, sans-doute, à la France d’aujourd’hui.

    Repas conférence du 21 janvier 2010 part 2


    http://vimeo.com/8999378

     

     

     

     
  • Les trois jours de Toulon: encore un succès pour le Prince....

                Après le succès des soirées de présentation-dédicace d'Un prince français à Paris, Béziers, Marseille, Bordeaux, Senlis, Lyon, Villefranche etc... Et après le 21 janvier d'exception qu'il a présidé à Marseille, avec la Messe pour Louis XVI aux Réformés et le repas-conférence de la Nautique, le Prince a connu un nouveau succès, et pendant trois jours d'affilée cette fois, à Toulon.
                La qualité de l'accueil qui lui a été reservé par les Toulonnais n'a eu d'égale que celle du programme qui lui avait été préparé: un programme dense et riche, qui a permis au Prince de rencontrer des publics très différents, et de nouer ainsi des contacts d'une grande variété.
                Ainsi, comme nous l'écrivions ici même tout récemment, le Prince trace son sillon, il sème, il va à la rencontre des Gens de France, et de toutes les catégories de citoyens; et cela commence à faire du monde; et cela commence à créer des réseaux, des liens de sympathie; et aussi une certaine notoriété, qui tend de plus en plus à devenir une notoriété certaine.
                Là est la nouveauté, et elle est positive.
                Et, qu'il s'agisse d'une rencontre au séminaire de La Castille, d'une association d'aide à la réinsertion ou de la visite d'un Sous-marin nucléaire d'attaque, il n'est pas anodin de noter que, à chaque fois, l'accueil fait au Prince -qui se déplaçait, cette fois, avec son épouse Philoména et le Prince Gaston de France- a toujours été des plus positifs, voire des plus chaleureux.
                On sait que, dans la Famille d'Orléans, la carrière militaire a toujours été à l'honneur, qu'il s'agisse de l'Armée de Terre ou -avec le prince de Joinville- de la Marine: le prince était donc, en quelque sorte, en pays de connaissance, lorsqu'il rencontrait (ci dessous) le Vice-amiral Tainguy...
    toulon 1.JPG
    Avec le Vice-amiral d'escadre Yann Tainguy, commandant de la zone maritime Méditerranée, commandant de la région maritime Méditerranée, commandant de l'arrondissement maritime Méditerranée...

  • Le 21 janvier à Marseille (1/3): l'intervention de Jean-Baptiste Donnier.

                Après le moment de grâce de la messe aux Réformés, c'est sur le Vieux-Port que se déroule la deuxième partie de la soirée. Sur ce Lacydon des Grecs de Phocée, où sont comme résumées et condensées nos Racines, et nos vingt-six siècles d'Histoire....

                C'est là que la tribu celte des Salyens a reçu et rencontré les Grecs; là que les Romains de César ont incorporé -un peu rudement...- la Massalie grecque à leur Empire naissant; là que le christianisme est arrivé chez nous pour, d'ici, remonter vers les peuples du Nord; là que se sont manifestées les attentions des Rois pour leur grand port sur la Mediterannée, même si l'histoire des rapports entre le pouvoir royal et Marseille n'a pas toujours été comme un long fleuve tranquille.... 

                A la Nautique, on en plein milieu de ce Vieux-Port, le Lakaydon des Grecs, à un jet de pierre des fleurs de lys de l'écusson de la Mairie, sculpté par Pierre Puget en personne; à un jet de pierre aussi de cette basilique de Saint Victor, où se trouve la fameuse Pierre de Volusianus, et qui fut le centre et le point de départ du monachisme en Occident; à quelques dizaines de mètres de la corne du port antique, et des murailles grecques auxquelles César lui-même a rendu hommage: bref, on est, dans cet endroit, en plein coeur de nos Racines, dont ce lieu chargé d'histoire offre comme un saisissant raccourci, en même temps qu'un résumé complet.

                C'était donc bien l'endroit rêvé pour évoquer le thème choisi pour cette soirée: Retrouver le chemin qui conduit chez nous, un thème inspiré par la phrase de Platon , dans son Philèbe, que cite Jean-François Mattéi dans son ouvrage Le regard vide, essai sur l'épuisement de la culture européenne, dont cette phrase de Platon constitue la dernière ligne...

                Voici le premier exposé de la soirée, par Jean-Baptiste Donnier:

                                                      Repas conférence du 21012010 part 1
                                                      http://www.vimeo.com/8993396

    marseille la nautique.jpg
  • 21 Janvier 2010, Marseille, Eglise des Réformés, 18h30: Messe de Requiem pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution, en présence de Leurs Altesses Royales le prince Jean, la princesse Philoména et le prince Gaston de France.

                Cette année, le 21 Janvier 2010, l’évènement est à Marseille, Église des Réformés, à 18h30 : la Messe de Requiem pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution, y est célébrée en présence de S.A.R le prince Jean de France....

                Les mots sont faibles pour rendre compte d'une cérémonie d'une telle intensité, et d'une telle hauteur de sentiments. On aura pourtant un aperçu, en cliquant sur le lien ci-après, de la grandeur du moment -réellement un moment de grâce - qu'il fut donné aux participants de vivre en cette Église des Réformés, ce jeudi 21 janvier. Et l’on en connaîtra l’essentiel, si l’on écoute – ou réécoute – l’homélie du père Michel-Marie Zanotti-Sorkine.

                 Plus une place de libre dans l'église; des allées latérales remplies de fidèles debout; un nombre de jeunes impressionnant; une communion -pourtant distribuée par trois officiants- qui a duré douze minutes; un Salve Regina de conclusion, et d'anthologie, repris, en un choeur unanime, par la totalité des participants; la trompette de Laurent Friss et l'orgue de Jean-Robert Cain, sans le moindre petit raté, ni chez l'un, ni chez l'autre... oui, vraiment, les simples mots sont trop faibles pour traduire la beauté de cette cérémonie, et la grandeur de l'accueil qu'a reservé la père Michel-Marie Zanotti-Sorkine au couple princier, au petit prince Gaston de France, et à tous ceux qui sont venus -"sans haine et sans ressentiment"- prier pour Louis XVI et toutes les victimes de la Révolution.

                "Regardez, mes frères, comme l'âme humaine devient inhumaine lorsqu'on la laisse à ses propres forces, loin de l'Evangile qui la redresse !..."

                 http://www.delamoureneclats.fr/spip/spip.php?article230

    zanotti sorkine.jpg
  • La Provence raconte la visite du Prince Jean à Marseille: Deux colonnes à la Quatre....

                Certes, le fond de l'article aurait pu être différent. Il n'importe: l'intéressant c'est, d'une part, qu'il existe, et qu'il soit vu et lu par des dizaines de milliers de personnes. Et, d'autre part, que le journaliste, et le journal, aient jugé utile, ou normal (ou quelque autre raison que ce soit....) de parler de la visite du Prince en Provence.

                Le Prince trace son sillon, il sème, il va à la rencontre des Gens de France, et de toutes les catégories de citoyens; et cela commence à faire du monde; et cela commence à créer des réseaux, des liens de sympathie; et aussi une certaine notoriété, qui tend de plus en plus à devenir une notoriété certaine. Là est la nouveauté, et elle est positive.

                L'article de La Provence, quel qu'il soit par ailleurs, ne fait que refléter cette nouveauté dans le paysage français

    PJ GAUDIN.png
    PJ GAUDIN 1.jpg

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL