Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

albi

  • Ephéméride du 24 novembre

    Assassinat de Philippe Daudet, le 24 novembre 1923

     

    1248 : Effondrement du Mont Granier 

    Le Granier, sommet des Alpes françaises, limite au nord-est le massif de la Chartreuse. Il domine la vallée du Grésivaudan et la combe de Savoie de sa face est, et la cluse de Chambéry avec sa majestueuse face nord : cette falaise de près de 900 m de haut apparut dans la nuit du 24 au 25 novembre 1248, suite à un gigantesque éboulement faisant disparaître une partie de la montagne. 

    Il s'agit peut-être, là, du plus grand éboulement connu de l'histoire de l'Europe : on estime à environ 5.000 le nombre de ses victimes. 

    Montagne calcaire, le Granier possède un réseau de grottes et de galeries creusées par l'eau (341 gouffres de 10 à 560 m de profondeur, 66 km de galeries...). Il est également entaillé par de nombreuses failles. Ces réseaux constituent le point de faiblesse de la montagne, celui qui, combiné avec des pluies abondantes, a provoqué la catastrophe de 1248 : un volume d'éboulis estimé à 500 millions de m³, et une accumulation sur certaines zones de plus de 40 m d'éboulis, la catastrophe provoquant, on l'a vu, la mort d'environ 5.000 personnes...

    Cinq paroisses ont été entièrement détruites par ensevelissement : Cognin, Vourey, Saint-André, Granier et Saint-Pérange (ou Saint-Péran); et deux ont été partiellement détruites : Myans et Les Murs (ou Les Marches)...

    24 novembre,pont des arts,louvre,institut,albi,toulouse lautrec,institut pasteur,sabin,tourville,poliomyelite,calendrier republicain

    Le Mont Granier et son vertigineux à-pic, état actuel

    25 novembre,jacques coeur,orion,fabre de peiresc,bourges,charles vii,calypso,cousteau,chevert

     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 31 juillet

    Antoine de Saint Exupéry, disparu le 31 juillet 1944

     

    49 Avant J.C. : Seconde victoire de la flotte de César - qui assiège Massalia - sur la flotte Massaliète... 

     

    C'est l'amiral Decimus Junius Brutus Albinus qui commande la flotte de César. Il a établi un blocus maritime de la ville, en prenant position à quelques encablures de l'île de Ratonneau, sur l'archipel du Frioul. La flotte des Massaliotes est pourtant supérieure en nombre (17 navires) et en expérience, et cherche à forcer le blocus; mais après un affrontement extrêmement violent, trois des navires de Massalia sont coulés, et six capturés...

    31 juillet,albi,jacques coeur,etienne marcel,saint exupery,le petit prince,diderot,hachette,jaurès,bainville

     L'archipel du Frioul - où s'était installée la flotte romaine - peut à la fois bloquer et protéger la rade de Marseille. Il se compose de trois îles : Ratonneau, à gauche sur la photo, qui est la première que l'on rencontre en venant du large et que les Grecs appelèrent donc, tout naturellement, "Proté" (qui signifie "premier", en grec); Pomègues, (du grec "Mésé", qui signifie "moyenne"), ici à droite; et If, la plus petite des trois (petit se disant "Hypea", en grec) que l'on voit devant les deux autres.
     
     La première des deux batailles navales du siège de Massalia - le 27 juin - eut lieu dans la rade même, à quelques encablures des murailles de la ville; la seconde - le 31 juillet - eut lieu un peu plus loin, à Saint-Cyr/Les Lecques, à une vingtaine de kilomètres, les Massaliotes ayant réussi à percer le blocus maritime, "profitant d'un vent favorable", dit César...
     
    Sur les raisons de la guerre que mena César contre Massalia, voir notre éphéméride du 19 avril; sur la première victoire navale remportée par la flotte de César sur celle de Massalia, voir notre éphéméride du 27 juin; et, plus généralement, notre évocation : Quand Massalia, la plus ancienne ville de France, rayonnait sur toute la Gaule et, préparant la voie à Rome, inventait avec les Celtes, les bases de ce qui deviendrait, un jour, la France.
     

    Lire la suite

  • Ephéméride du 23 Avril.

    La Cavalerie, aujourd'hui. Ici, au Mali

     

    vers 305 , en Palestine, au temps de Dioclétien : Martyr de Saint Georges

            

    Selon un reprise médiévale des mythes grecs et du combat de l'archange saint Michel contre la bête de l'Apocalypse, saint Georges aurait terrassé un dragon en Libye pour délivrer une malheureuse princesse. Plus qu'une légende, il s'agit d'une allégorie du combat contre le paganisme et les forces du Mal.

    Cela lui vaut d'avoir été choisi par l'Armée française pour être le saint patron de la cavalerie, qui a adopté comme cri de ralliement  "Et par Saint Georges, vive la cavalerie !".

    Saint Georges est aussi le saint patron de la Catalogne.

     

    saint georges.jpg
     
    Saint Georges terrassan le dragon, mosaïque portative byzantine, première moitié du XIVème siècle, Musée du Louvre.
     
    23 avril,saint georges,albi,sainte cecile,catalogne,vatel,condé,louis xiv,chantilly,madame de sévigné,ozanam,parc des princes,saint vincent de paul,belgrand
     

    Lire la suite

  • Patrimoine, Racines, Traditions : Balade en France: Albi, la belle !.....

                       Albi joyau Unesco (02).pps

  • Coup double pour le Patrimoine : Albi et la Réunion 34ème et 35ème sites français inscrits au patrimoine mondial.....

                C’est le 34e site classé de la France. La cité épiscopale d'Albi a été ajoutée, le samedi 31 juillet, à la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco.

                Entrent dans cette classification la cathédrale Ste-Cécile - une église fortifiée en briques ocre apparentes construite entre 1282 et 1480 -, ainsi que le palais de la Berbie - une forteresse avec un donjon massif et une enceinte fortifiée, l'église collégiale Saint-Salvy et son cloître, le Pont Vieux, plusieurs édifices classés monuments historiques, et une partie des berges du Tarn.

    ALBI CITE EPISCOPALE AUTOUR CATHEDRALE SAINTE CECILE.jpg

    Lire la suite