UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité Monde - Page 6

  • L’assaut est donné contre le dernier carré de Daech

    Antoine de Lacoste 

    téléchargement.jpg

    Cette fois ça y est : « La bataille a commencé » a indiqué à l’AFP Mustefa Bali, le porte-parole des FDS, cette milice arabo-kurde encadrée et armée par les Etats-Unis.

    Depuis samedi, les fantassins des FDS ont repris leur progression vers le dernier réduit territorial de Daech. Ils l’avaient interrompue depuis une semaine afin de laisser se rendre les civils qui affluaient par milliers, fuyant, non Daech dont ils étaient des soutiens convaincus, mais la faim et la soif. Les FDS estiment qu’ils ont ainsi évacués vers le nord de la Syrie plus de 20 000 personnes.

    isis-flag-20150629-1728x800_c-1050x600.jpg« Entre 500 et 600 terroristes » se trouveraient encore dans les quelques kilomètres carrés à reconquérir a ajouté le porte-parole. Des centaines de civils s’y trouvent également, refusant d’abandonner les combattants. Ces derniers sont surtout étrangers, mais on ne connait pas encore leur répartition par pays.

    Donald Trump, de son côté, a confirmé qu’il s’agissait de l’assaut final : « L’annonce formelle que nous avons repris 100% de califat devrait intervenir la semaine prochaine » a-t-il déclaré samedi.

    Depuis le début de l’offensive, lancée en septembre, les différents acteurs estiment qu’environ 1200 djihadistes ont été tués contre 700 combattants FDS, essentiellement kurdes rappelons-le.

    Cela étant, la chute inévitable de ce dernier réduit ne signifie pas que la Syrie en aura fini avec Daech. Certes, le califat est détruit et il n’a maintenant aucune chance de resurgir. Les pays occidentaux ont fini par abandonner les milices islamistes qu’ils avaient, pour notre honte, activement soutenues au début de la guerre, et c’est sur ce terreau que Daech a pu être créé en 2014.

    syrie-assaut-sur-le-dernier-bastion-de-daech-20190211-2150-5615ed-0@1x.jpgMais tous les combattants ne sont pas morts ou prisonniers. Des poches restent actives dans des zones désertiques, notamment entre Palmyre et Der ez-Zor. Cette zone se situant à l’ouest de l’Euphrate, elle est sous contrôle de la Syrie et l’armée va essayer de la réduire dans les prochaines semaines.

    Restera le problème des cellules dormantes. Elles sont probablement nombreuses dans tout le pays, notamment sur l’ancien territoire du califat qui fut tout de même assez vaste. Ainsi, plusieurs dizaines d’islamistes viennent d’être arrêtés par les FDS à Raqqa, l’ancienne capitale de l’Etat islamique. Ils sont soupçonnés de faire partie d’une de ces cellules.

    Par ailleurs deux attentats se sont produits à Damas ces dernières semaines. Ils ont fait peu de victimes et n’ont pas eu lieu dans des zones stratégiques, mais cela démontre que la capacité de nuisance de Daech perdure.

    invaders-male-germany.jpgMais comme on s’en doute, il n’y a pas que la Syrie qui n’en n’a pas fini avec Daech : les pays occidentaux non plus. Combien sont-ils les islamistes qui ont rejoint la France, l’Allemagne ou d’autres pays à la faveur de la grande invitation d’Angela Merkel et du laxisme de ses partenaires de l’Ouest ? Sans la révolte salvatrice des pays d’Europe centrale et de l’est, le flot aurait été plus important encore.

    Madame Merkel a commis là un crime contre notre civilisation. Il restera impuni bien sûr mais nous ne devrons jamais l’oublier.  

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

  • Incohérence dangereuse

    par Louis-Joseph Delanglade 

    sinistra-italiana_una-nuova-proposta-il-documento_sfondo-rosso-170204 - Copie.jpg

    Oubliant les insultes de M. Macron contre la « lèpre » illibérale, nationaliste et populiste, le Quai d’Orsay vient d’accuser l’Italie de « provocations » et d’« ingérences ».

    Le piquant de l’affaire est que M. Macron fait l’objet de la même accusation de la part de M. Maduro. Or, si France et Italie sont tellement proches depuis toujours qu’elles peuvent bien se disputer, le Vénézuéla nous est terre lointaine, en termes géopolitiques et économiques, et cela même si nos Antilles ne sont qu’à quelques centaines de kilomètres de Caracas. Nous faisons donc nôtre l’analyse de M. Aliot, selon laquelle il ne faut pas confondre les régimes et les Etats : on pense ce qu’on veut (et plutôt du mal, en l’occurrence) du régime de M. Maduro mais ce qui se passe au Vénézuéla est « une affaire qui ne nous concerne pas » (BFMTV et RMC, mardi 5 février). 

    5EE89F20-A533-4AF9-9DD7-8AEA7EF51DC3_cx14_cy7_cw86_w1023_r1_s.jpgCependant, eu égard à « la violation des principes de démocratie, de l’état de droit et des droits de l’homme », en accord avec d’autres pays européens et avec la bénédiction de l’U.E., la France de M. Macron a cru intelligent de se prévaloir d’un prétendu droit d’ingérence qualifié d’« humanitaire » et de «  démocratique » pour lancer un ultimatum à M. Maduro. Ultimatum dont le rejet prévisible a souligné l’incohérence de la démarche. En effet, il faut se rappeler que les Européens, dont la France, à qui personne ne demandait rien, avaient d’abord posé aux médiateurs entre MM. Guaido et Maduro en créant un « groupe de contact » (huit pays européens et cinq latino-américains) afin d’aider à l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle. Groupe dont la réunion de jeudi dernier à Montévidéo a accouché des habituels voeux pieux de circonstance. Or, en prenant de front M. Maduro, les Européens, dont la France, se sont de fait ralliés à M. Guaido. 

    Mais pas seulement à lui et notre incohérence fait les affaires de gens plus cohérents. C’est que les difficultés de M. Maduro constituent pour les Etats-Unis une belle occasion de remettre la main sur le Vénézuela : M. Trump évoque même sans ambiguïté la possibilité d’une « intervention militaire ».

    painting-of-officials-creating-monroe-doctrine-by-clyde-o-de-land.jpgLa politique américaine dans la région a, elle, le mérite de la constance : fondée sur une interprétation impériale de la doctrine de Monroe (1823), elle fait de la mer des Caraïbes une chasse gardée en raison de son importance stratégique. Avoir secondé l’hégémonisme américain, quel beau succès en perspective pour la diplomatie française ! Mais ce n’est pas tout et il y a pis encore. Le simple bon sens montre en effet que le précédent vénézuélien pourra servir à toute remise en cause de tout régime, partout dans le monde, donc là où nous avons encore quelque influence et beaucoup d’intérêts (politiques, économiques, militaires et culturels). Ce serait par exemple le cas pour le Congo ex-Léopoldville où la récente élection présidentielle a sans doute manqué de transparence. En attendant le reste, ou presque, de l’Afrique. 

    En se mêlant de ce qui ne la regarde pas vraiment, la France a pris deux risques : celui de favoriser un impérialisme américain forcément hostile dans une région où elle possède encore quelques territoires et celui de se mettre elle-même en grande difficulté dans certaine(s) région(s) où elle est directement impliquée.  ■

  • Société & Islam • « L’Islam à la conquête de l’Occident. La stratégie dévoilée »

    Par Annie LAURENT  

    1214153452.jpg

    Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate (PCD), publie un livre « explosif » révélant un document stratégique adopté en 2000 par les États musulmans pour installer en Occident une « civilisation de substitution ». Explications.

    poisson-islam-conquete-occident-757x1024.jpgVotre livre examine un document intitulé « Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique », qui a été élaboré par l’ISESCO, département culturel de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), regroupant 57 Etats musulmans. Dans quelles circonstances avez-vous découvert ce texte dont personne ne parle et pour quels motifs avez-vous décidé d’en faire connaître le contenu au plus grand nombre ? 

    C’est en lisant un livre de l’universitaire libanaise Lina Murr Nehme (Tariq Ramadan, Tareq Obrou, Dalil Boubakeur – Ce qu’ils nous cachent, ed. Salvator) que j’ai découvert le titre de ce document auquel elle faisait référence. Ma curiosité a fait le reste : je suis allé le consulter sur internet (il est disponible sur le site isesco.org) et sa lecture m’a édifié. Il n’est pas fréquent que la deuxième plus importante organisation d’Etats au monde, en l’occurrence l’OCI, élabore un document stratégique visant purement et simplement à assurer la domination de sa civilisation sur le reste du monde, et le disant ouvertement. L’origine de ce texte, son caractère officiel et son objectif universaliste me sont apparus comme autant de raisons de le faire connaître au grand public… et aussi aux responsables politiques français ! On ne sait jamais… 

    Pouvez-vous esquisser rapidement les principes énoncés dans cette Stratégie ? 

    Chaque musulman a le devoir de protéger et de fortifier partout sa communauté (l’Oumma) et d’assurer la propagation de tous ce qui la constitue. Il y a une vingtaine d’années, les Etats islamiques constataient que les communautés musulmanes occidentales n’étaient plus en situation de transmettre l’Islam dans de bonnes conditions aux nouvelles générations, et donc de répondre à cette double obligation. La Stratégie culturelle islamique vise donc d’abord à ré-enraciner les musulmans occidentaux dans leur culture et leur foi, pour qu’ils soient acteurs de l’islamisation universelle. La déréliction actuelle de l’Occident, le vide que représente la société de consommation, ont évidemment, aux yeux des responsables musulmans, vocation à ouvrir la voie au seul projet de civilisation qui soit à la fois exigeant et profitable à l’homme : l’Islam. Le document que je commente dans mon livre planifie ce remplacement. Il évoque lui-même la volonté « d’installer une société islamique pure et saine » en Occident. Difficile d’être plus clair ! 

    Selon vous, pourquoi ce document, malgré son caractère officiel, n’a jamais été pris en considération par les dirigeants politiques occidentaux, français en particulier, et par les élites en général, depuis sa publication en 2000 ? 

    D’abord la majorité des responsables politiques français considèrent l’islam comme une sorte de christianisme des Arabes. Et qu’il évoluera donc comme le christianisme – à leurs yeux tout au moins – a évolué, c’est-à-dire dans le sens d’un adoucissement, pour ne pas dire d’un affadissement progressif de ses principes. En un mot, ils ne connaissent ni ne comprennent la nature profonde de l’islam. Ensuite, beaucoup d’entre eux sont tout de même biberonnés aux bienfaits du multiculturalisme, consciemment ou non. Et cette doctrine, qui est le premier moment de la conquête de l’Europe par l’Islam, entre facilement en résonance avec ce que souhaite ce dernier. Enfin, il y a le pire : la couardise, face à un phénomène – la progression de l’islam en France – qu’ils renoncent à traiter dans le débat public, à cause de la pression médiatique qui existe sur ce sujet. Tout cela est en train de changer un peu, mais très lentement. 

    Vous affirmez sans ambages, preuves à l’appui, que l’islam est porteur d’un projet conquérant. Votre position est rarissime chez les responsables politiques occidentaux. Comment expliquez-vous leur passivité face à cette menace, que je qualifierais volontiers d’« existentielle », alors que tant d’études sérieuses sur ce sujet ont été publiées par des experts ? 

    Aux raisons que je viens d’évoquer s’ajoute une stratégie de la réduction au silence menée par les Frères musulmans, en particulier contre leurs opposants. J’ai rencontré récemment un historien spécialiste de l’antisémitisme islamique qui subit procès sur procès dans le but de le faire taire : les musulmans français l’empêchent de dénoncer ce qui est une évidence pour tous. À l’intérieur même de la communauté musulmane, les promoteurs de l’islamisation de la France et de l’Europe exercent une forme de terreur, parfois physique, sur ceux qui voudraient les critiquer ou les empêcher de remplacer la loi française par la charia. Quant aux intellectuels musulmans, en France comme ailleurs, qui sont conscients des impasses de la doctrine islamique et du danger de son application politique, ils sont eux aussi réduits au silence, en particulier parce qu’en France, l’État ne les aide pas à prendre la parole et à promouvoir leurs travaux. 

    Vous estimez que le dialogue des responsables musulmans avec les non-musulmans s’inscrit dans le cadre d’un rapport de forces destiné à lever la méfiance des Occidentaux. Sur quoi repose cette conviction ? 

    Il n’y a pas à proprement parler de dialogue dans la conception islamique. Plutôt, l’islam ne reconnaît la légitimité du dialogue avec les non-musulmans que pour s’assurer leur conversion ou leur soumission. De sorte que, du point de vue de la doctrine islamique, il n’y a que deux issues au dialogue : l’islam (qu’on s’y convertisse ou qu’on s’y soumette) ou la mort (qu’elle soit purement et simplement physique ou qu’elle prenne la forme du bannissement). Tout cela s’explique d’ailleurs parfaitement : dans la mesure où l’Islam se perçoit comme la religion naturelle des hommes, la seule voulue par Dieu, on ne voit pas pourquoi ses fidèles perdraient leur temps à discuter avec des personnes qui croient dans des ersatz de religion, dépourvus de valeur. Le Coran est très clair sur le sujet : il appelle à combattre les adeptes d’autres religions ou les incroyants, pas seulement en situation de légitime défense mais du simple fait qu’ils ne sont pas musulmans.

    Le projet conquérant de l’islam est simple : dominer culturellement et juridiquement l’Europe et convaincre les Européens non musulmans d’agir en sa faveur. Il s’agit de rééditer la stratégie et l’œuvre de Mahomet, en sa double qualité de chef politique et militaire, qui sut utiliser les ressources des peuples conquis ou asservis. L’islam veut soumettre l’Occident à la dhimmitude, statut juridique qui autorise les juifs et les chrétiens à conserver leurs croyances moyennant le versement un impôt per capita. Tel est le sort des « mécréants » en pays musulman. En attendant que cette soumission s’instaure en Occident, nos pays sont très vivement priés de laisser s’installer sur leur sol les communautés musulmanes régies par leur droit propre et disposant de leurs écoles. Cette logique séparatiste n’est pas seulement destinée à conforter l’identité des musulmans occidentaux, elle vise aussi à fracturer nos sociétés pour permettre à l’islam de s’y installer plus facilement. Telle est l’essence même du projet politique de la Stratégie. 

    On est donc en train de passer du multiculturel au multi-juridisme ? 

    Oui, et c’est d’ailleurs ce passage qui fait la différence entre le communautarisme et le séparatisme. Indéniablement, il existe dans le projet de l’OCI la volonté d’installer une justice interne à la communauté musulmane, et par conséquent complètement séparée des institutions judiciaires françaises. Cette séparation existe d’ailleurs d’ores et déjà au Royaume-Uni. Avec elle, on transforme une communauté en un quasi proto-Etat, dont la vocation consiste à se débarrasser de la tutelle du pays-hôte. Cette transformation, à la fois juridique et politique, prouve que les motivations des musulmans – du moins leurs représentants et leurs militants - ne sont pas que religieuses mais qu’ils sont bel et bien dans une démarche de conquête du pouvoir. 

    Depuis quelques années, les souffrances endurées par les chrétiens ressortissants de pays musulmans, au Proche-Orient mais aussi en Afrique et en Asie (cf. le cas d’Asia Bibi au Pakistan), semblent avoir réveillé la conscience des Français sur des réalités de l’islam qu’ils ne voyaient plus. Ce réveil serait-il dû, selon vous, à la présence croissante de musulmans dans nos pays, ou bien lui attribuez-vous d’autres causes plus désintéressées ? 

    La générosité habituelle des Français lorsqu’il s’agit de soutenir des opprimés partout dans le monde se vérifie envers les chrétiens d’Orient. Mais si l’expansion de l’islam dans notre pays a pu favoriser la solidarité envers les chrétiens orientaux, je ne reconnais pas dans cet intérêt pour eux la cause que j’aimerais y voir : la conscience de partager un héritage civilisationnel commun et par conséquent le devoir strict de tout faire pour que ne disparaissent pas du Levant les traces de cette civilisation. Il reste, malgré tout, que les injustices et les cruautés que les chrétiens d’Orient ont subies dans l’histoire, et qu’ils endurent encore, sont très certainement une marque de ce dont l’islam est capable envers les non-musulmans. Cette dimension interroge sans doute nos compatriotes et accroît leur mobilisation. 

    En réfléchissant aux probables adaptations de la loi de 1905 envisagées par le président Emmanuel Macron, vous suggérez des révisions compatibles avec l’esprit de cette loi. Le contrôle des associations cultuelles que vous préconisez ne risque-t-il pas de conduire à un contrôle identique de l’Etat sur l’enseignement dispensé dans les institutions chrétiennes, si celui-ci contredit les évolutions législatives, notamment en matière de droit de la famille ou de bioéthique ? 

    Ce n’est jamais sans risque qu’on encadre une liberté. Toutefois, il existe une différence importante entre les associations cultuelles islamiques relevant par nature de la loi de 1905, et les écoles relevant par nature de la loi de 1901.
    Et par ailleurs, il est tout de même difficile, même avec la plus parfaite mauvaise foi, de considérer qu’une opinion différente de la pensée unique sur les questions de bioéthique, par exemple, a le même statut politique et représente pour la cohésion sociale le même risque qu’un discours ouvertement anti-occidental, fondé sur la violence et le mensonge comme des outils légitimes ! Le problème, pour la puissance publique française, n’est pas d’apprendre à traiter avec la plus grande fermeté les doctrines considérées comme adversaires. Elle le fait déjà. Le problème est de considérer que l’Islam comme doctrine fait partie de ces adversaires. Or, nous en sommes très loin. C’est pourquoi toutes les démarches pédagogiques portant sur le contenu et les stratégies de l’islam sont bienvenues : il s’agit d’éclairer autant que possible le peuple français comme ses responsables.
     

    Vous-même, en tant qu’homme politique, que préconisez-vous comme mesures politiques concrètes face à l’extension de l’islam en France ? 

    Poisson©F.Ayroulet-620x330.jpgLe document de l’ISESCO montre que l’islamisation de la France relève d’une volonté stratégique portée par des Etats, agissant sur le champ culturel, et soutenue par des moyens financiers importants. Par conséquent, si la France veut y répondre, elle doit le faire sur ces trois plans.

    D’abord, faire de l’islamisation un enjeu de politique publique, porté par le gouvernement, et ne pas laisser les maires se débrouiller seuls. Il est aussi impératif de réinvestir le champ culturel par la promotion de notre civilisation, notamment à travers les réformes des programmes de l’Education nationale, en histoire comme en français. Il faut réapprendre à nos jeunes la fierté d’un héritage si beau malgré ses imperfections et ses dérives. Enfin, des moyens conséquents doivent servir cet objectif afin de répondre d’égal à égal aux pays musulmans qui, au moins sur ce plan, sont nos adversaires. Nous ne pouvons pas accepter que les Etats du Golfe continuent d’acquérir les plus beaux fleurons de notre hôtellerie et de nos châteaux, ou nos clubs de football – pour ne citer que ces exemples.

    Ensuite, l’islamisation relève d’un « gagne-terrain » favorisé par le renoncement de la puissance publique à appliquer la loi française, dans sa lettre et son esprit. Ainsi, même s’il n’est pas illégal de réserver des horaires de piscine aux musulmanes, une telle pratique est violemment contraire à l’esprit d’égalité et de confiance dans la personne humaine qui est la marque de notre civilisation. Il convient donc, là aussi, de réaffirmer la force de l’Etat.

    Enfin, tout doit être fait pour soutenir notre démographie. Il y a longtemps que, pour le bien commun de notre pays, nous réclamons un contrôle strict des flux migratoires, la suspension du droit du sol pour l’acquisition de la nationalité française et le renforcement de la politique familiale. Ces dispositions ne portent pas directement sur la contention de l’islam, mais leurs effets permettraient de lutter contre le déséquilibre démographique alimenté par sa progression. Evidemment, la dénonciation sans réserve du Pacte de Marrakech sur les migrations que la France a récemment signé, s’inscrit dans cette perspective.  

    Article paru dans La Nef, n° 310 – Janvier 2019. 

    FIC129731HAB40.jpg

    L'ISLAM, Annie Laurent,
    Editions Artège, 285 p., 19,90 €

    Annie Laurent
    Spécialiste du Proche-Orient, des chrétiens d’Orient et de l’islam, Annie Laurent est à l’origine de l’association Clarifier et est l’auteur notamment de L’Islam, pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore) (Artège, 2017), L’islam peut-il rendre l’homme heureux (Artège, 2012), Les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître ? (Salvator, 2017). 
  • Médias & Actualité • Éloge du mur

    Mur d'Hadrien

    De Guillaume Roquette

    Nous ne sommes pas toujours d'accord. Son libéralisme droitier n'est pas le nôtre. Pas plus que son conservatisme selon nous trop complaisant envers la modernité. Mais quand nous sommes d'accord, nous sommes d'accord. Pourquoi ne le dirions-nous pas ? Ici, il ne s'agit pas d'accord sur des broutilles. Comme Régis Debray a fait l'éloge des frontières, Guillaume Roquette fait dans cet article du dernier Figaro magazine l'éloge du mur. N'en déplaise au pape à qui il n'hésite pas à dire son fait. L'éloge du mur, ce n'est pas rien. C'est peut-être même l'essentiel. Et nous sommes d'accord.   LFAR

    XVM0e3451c0-d466-11e7-8428-569ae9712d9b.jpgLes applaudissements ont été immédiats.

    Emmanuel Macron s'est taillé un beau succès cette semaine en expliquant, lors d'un déplacement en banlieue, qu'il ne croyait pas aux gens qui font des murs. « Ça marche pas » (sic), a-t-il expliqué à un public conquis. Quelques jours plus tôt, le pape François affirmait pour sa part que « ceux qui construisent des murs sont dans la peur et dans la crainte ». L'un et l'autre pensaient évidemment à Donald Trump, ce grand méchant loup que toutes les belles âmes de la planète se plaisent à sermonner ad nauseam.

    Chacun pensera ce qu'il voudra des analyses psychologiques de François, mais on peut en tout cas soutenir qu'Emmanuel Macron se trompe. En Hongrie, Viktor Orbàn a réduit drastiquement l'immigration clandestine en rendant étanches ses frontières. En Italie, les demandes d'asile ont baissé de 58 % depuis l'arrivée au pouvoir de Matteo Salvini. Et aux Etats-Unis, il est pour le moins prématuré de nier l'efficacité du mur voulu par Donald Trump puisque celui-ci n'existe pas encore. Les démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants, font d'ailleurs tout ce qui est en leur pouvoir pour en retarder la construction. Par peur de devoir en reconnaître l'efficacité ?

    Il n'en reste pas moins, n'en déplaise à l'estimable corporation des maçons, que les murs ont mauvaise presse ces temps-ci. Chez les élites, le grand déménagement du monde est considéré comme le progrès ultime. L'enracinement est devenu haïssable, comme si l'un des premiers droits de l'homme n'était pas de pouvoir vivre chez lui. Comme si nous n'avions pas le devoir de dissuader, y compris par des barrières physiques, les immigrants non éligibles au droit d'asile qui rêvent de venir dans nos pays. Culpabilisés par le souvenir du mur de Berlin, biberonnés à l'universalisme, nous feignons de croire que les migrations sont devenues inéluctables, alors qu'il nous appartient de les réguler.

    L'hospitalité est une magnifique vertu, mais il faut être chez soi pour héberger l'autre. L'accueil ne se conçoit que de manière volontaire : s'il est subi, c'est une intrusion, voire un envahissement. C'est bien pour cela que les accords de Schengen, en abolissant les frontières intérieures sans sécuriser les entrées dans l'Union, ont provoqué un rejet inédit du projet européen chez tous les peuples du continent. Les électeurs « populistes » ne sont pas devenus racistes, ils veulent simplement contrôler qui entre chez eux.

    Une question pour finir : avez-vous déjà visité la maison Sainte-Marthe, résidence du pape au Vatican ? Non, et pour cause : elle est jalousement protégée par des gardes suisses empêchant d'approcher quiconque n'a pas montré patte blanche. Et c'est la même chose à l'Elysée : en plus de ses hauts murs, le palais présidentiel est même cerné désormais par une clôture de barrières grises solidement fichées dans le sol. Personne ne reproche au pape ou à notre président de vouloir se protéger. Mais pourquoi auraient-ils droit à des murs et pas nous ?  

    IMG.jpg

     

  • Les Occidentaux doivent-ils planifier leur suicide démographique pour le bien de la planète ?

    Par  Mathieu Bock-Côté 

    Un commentaire critique vigoureux et pertinent des propos et plus encore des idées d'Yves Cochet, leader écologiste d'esprit extrême ou, si l'on préfère, radical. Au point d'en devenir hideux à force de haine de notre civilisation. Comme souvent cette chronique du Journal de Montréal [6 janvier] est aussi un un cri d'alarme.  LFAR 

    501680460.5.jpg

    Retour sur un entretien d’Yves Cochet.

    Un leader écologiste français invite les peuples occidentaux au suicide démographique. 

    Ancien ministre de l’Environnement français, Yves Cochet n’a rien d’un marginal.

    C’est un écologiste dont la parole est sollicitée. Et dans le plus récent numéro de L’Obs, il livre ses réflexions à propos de la logique de la décroissance, qu’il croit nécessaire pour sauver la planète à l’heure des changements climatiques. Et cette décroissance, selon lui, devrait être démographique. Il faudrait prendre les mesures nécessaires pour limiter les naissances, notamment en cessant de financer la natalité. « Faire des enfants n’est plus seulement une question personnelle. C’est devenu un choix politique. Ne pas faire un enfant supplémentaire, c’est le premier geste écologique. Les enfants qui attendent un foyer sont déjà bien assez nombreux ». 

    1608804_3_28dd_yves-cochet-eurodepute-eelv_55a43c5e69a28a6d0b52eb6e78b3f31f.jpgOn ne saurait dire assez à quel point un telle perspective est mortifère, en plus d’être philosophiquement glaçante. C’est l’instinct de vie de l’humanité qu’on entend ainsi étouffer, et l’élan qui pousse les hommes et les femmes, d’une génération à l’autre, à se reproduire pour la suite du monde. On aura compris que les hommes et les femmes ne devraient plus voir dans leurs enfants la suite de leur lignée – un tel principe serait probablement tribal, archaïque, et pourquoi pas, réactionnaire – mais plutôt s’inscrire à un pool collectif d’adoption mondialisé. On aurait envie de répondre que si l’adoption est une grâce et un acte d’une générosité inouïe, elle ne saurait, à l’échelle d’une civilisation non plus que pour la plupart des hommes et des femmes, se substituer à ce qu’on appellera pudiquement la manière traditionnelle d’avoir des enfants. 

    Mais là où Cochet devient carrément effrayant, c’est lorsqu’il tire les conséquences politiques de sa vision du monde.

    immigres5.jpgLorsque la journaliste de L’Obs lui demande si c’est la France qui doit faire le plus d’efforts, il répond : « je précise que je ne vise pas les pays les plus pauvres, qui font plus d’enfants que les autres. Au contraire. Les pays riches sont les premiers à devoir décroître démographiquement. Ce sont eux qui ont le mode de vie le plus polluant. Par ailleurs, limiter nos naissances nous permettrait de mieux accueillir les migrants qui frappent à nos portes ». La dernière phrase est ahurissante mais est révélatrice de la tentation nihiliste d’un certain écologisme, qui carbure à l’aversion pour l’Occident et fantasme sur sa disparition. 

    En gros, les peuples occidentaux, coupables d’avoir saccagé la planète, devraient faire pénitence et planifier leur propre extinction démographique. Ils devraient plus exactement s’effacer pour faire de la place à des populations nouvelles, venues du tiers-monde, et qui veulent s’établir chez eux. En cédant la place à de nouveaux peuples et en se suicidant démographiquement, les peuples occidentaux pourraient enfin connaître une certaine rédemption à l’échelle de l’histoire, comme si on pouvait se grandir en s’abolissant soi-même. Il n’est pas certain que cet appel au suicide civilisationnel vertueux soit de nature à enthousiasmer les peuples auxquels il est destiné. Il a néanmoins la vertu de révéler le fond idéologique hideux d’un certain écologisme qui cache derrière sa prétention à la vertu des sentiments profondément haineux pour notre civilisation.   

    Mathieu Bock-Côté

    Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (VLB éditeur, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) de La dénationalisation tranquille (Boréal, 2007), de Le multiculturalisme comme religion politique (éd. du Cerf, 2016) et de Le Nouveau Régime (Boréal, 2017).  
  • Le dernier carré de Daech résiste encore près de la frontière irakienne

    Antoine de Lacoste 

    téléchargement.jpg

    L’offensive actuelle des FDS (Forces Démocratiques Syriennes) devrait être la bonne.

    C’est en tout cas ce qu’affirment ses combattants, kurdes pour la plupart, armés et financés par les Américains.

    Des annonces péremptoires de ce type ont déjà été faites ces dernières semaines, mais cette fois il se pourrait qu’elles se concrétisent. En effet, depuis plusieurs jours, des milliers de civils liés à Daech fuient la zone des combats et se rendent aux FDS.

    Les témoignages recueillis auprès de ces réfugiés sont à peu près les mêmes : Daech nous a trahis, ses combattants se moquent de nous et il n’y a plus rien à manger. Femmes et enfants affluent donc et si les dirigeants de l’Etat islamique acceptent de les laisser partir c’est pour ne plus s’encombrer de bouches inutiles.

    Alors chacun pour soi avec un souci commun : minimiser son rôle et son engagements auprès du « Califat ». Les Kurdes accueillent tout ce beau monde, les interrogent et les regroupent dans des camps, plus au nord.

    Le problème majeur est posé par les hommes disséminés dans ces convois : combattants de Daech ou pas ? « Lorsque nous interceptons ces convois, il est impossible sur le moment de distinguer parmi eux les civils des combattants. Ce qui est sûr, c’est que Daech cherche à disséminer ses cellules dormantes dans d’autres parties de la région. On peut être certain qu’il y a aujourd’hui dans ce convoi des combattants déguisés en civil. » affirme une combattante kurde au journal libanais l’Orient le Jour.

    Ce jour-là, beaucoup de caucasiens figurent parmi les réfugiés : Russes, Ouzbeks, Kazakhs. Les autres, comme d’habitude, Syriens et Irakiens. Ce sont eux les plus critiques : « Il n’y a plus ni eau, ni nourriture dans les territoires de Daech, plus rien. Les combattants étrangers gardaient tout pour eux. » dit Fatma à un officier FDS.

    Certains allument une cigarette pour montrer leur mépris des consignes de Daech. Mais Aram, un officier FDS, ne croit guère à leur innocence et affirme au journal libanais : « Tous les civils que vous voyez aujourd’hui, y compris les vieux, les femmes et les enfants, ce sont des partisans de Daech. »

    Selon l’Etat-Major des FDS, Daech ne détient plus que quatre kilomètres carrés dans ce désert, tout à fait à l’est de la Syrie. Les combattants ne seraient pas plus de 2000, dont beaucoup d’étrangers. Combien de Français parmi eux ? Impossible de le savoir avec précision, mais leur présence est à peu près certaine.

    AFP_QH99H-840x450.jpgLe mystère plane aussi sur le sort du chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi. Donné mort ou blessé à plusieurs reprises, aucun élément récent n’est venu confirmer ces rumeurs. Son dernier message audio date du mois d’août.

    En tout état de cause, l’échéance se rapproche, mais ce dernier carré se défend avec acharnement et, malgré les bombardements américains, les fantassins kurdes ne progressent que très lentement. Les derniers combats seront rudes.

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

  • Vers l’effondrement monétaire du Système pour éviter le krach boursier

    Par Marc Rousset    

    3890715347.jpg

    Au Japon, le GPIF, le plus gros fonds de pension au monde (celui des retraites des fonctionnaires japonais, dont la capitalisation boursière est de plus de 10.000 milliards de dollars), a perdu, fin 2018, la modique somme de 136 milliards de dollars, suite à des placements en actions à la Bourse de Tokyo.

    On peut imaginer ce qui se passerait dans le monde en cas de krach…

    Les banques centrales, par leur politique monétaire laxiste, ne savent que prolonger la vie des États malades dont l’hyper-endettement devient de plus en plus incurable. En 1958, la dette américaine s’élevait à 280 milliards de dollars. Elle a été, depuis cette époque, multipliée par 75 (par 31 depuis 1981, tandis que les recettes fiscales n’étaient multipliées que par 6) pour atteindre, aujourd’hui, 22.000 milliards de dollars.

    La dette est, en réalité, une maladie mondiale, nonobstant la bombe potentielle des produits dérivés bancaires. En Chine, la dette totale est passée de 2.000 milliards, en 2000, à 40.000 milliards de dollars. Le Japon, avec une dette publique de 250 % du PIB, ferait défaut si les taux d’intérêt augmentaient de seulement 0,5 % ! On comprend mieux pourquoi le Japon ne peut pas revenir en arrière dans sa politique monétaire. Et partout dans le monde, le système bancaire, avec un effet de levier des capitaux propres de 10 à 50, sera bien incapable de rembourser les déposants en cas de krach. Quant à l’État français, il faut savoir que sa dette de 2.000 milliards d’euros représente plus de deux fois la valeur de son patrimoine public et de ses actifs.

    images.jpgAux États-Unis, la Fed est en train de capituler et de faire marche arrière face au risque imminent de krach, d’où les cocoricos triomphants des médias sur l’envolée récente à Wall Street, qui repose en fait sur du sable. La Fed met fin à la politique annoncée de l’augmentation des taux d’intérêt actuellement à 2,25 %-2,50 % et envisage même, l’année prochaine, l’arrêt de la politique d’assouplissement quantitatif monétaire à l’envers, voire même, si nécessaire, une reprise de la création monétaire et, donc, de l’augmentation de ses actifs. La Fed a acheté des centaines de milliards d’obligations de 2008 à 2015, au point d’avoir quintuplé, à 4.500 milliards dollars, la taille de son bilan. Face aux « contre-courants » possibles évoqués par Jerome Powell, la Fed, comme au Japon, n’hésitera pas à condamner la monnaie, à réduire les taux d’intérêt pour prolonger la vie du Système et éviter le krach boursier, jusqu’au jour où, suite à la perte subite de confiance, tout explosera !

    Et en zone euro avec Mario Draghi, rebelote et même dilemme qu’aux États-Unis, qu’au Japon ! La BCE s’est engagée à maintenir « un degré élevé de soutien monétaire ». Les taux d’intérêt négatifs pour les banques pourraient passer, fin 2019, du taux ridiculement bas de -0,4 % à un taux maximum tout aussi ridicule de -0,2 %… en visant 0 % en 2020 ! La politique d’assouplissement quantitatif monétaire à l’envers n’est même pas envisagée. L’emprunt OAT français est à 0,58 %, le Bund allemand à 0,18 % et le taux italien à 10 ans à 2,66 %. La BCE envisage même des opérations de refinancement LTRO à 4 ans pour les banques dans une situation délicate, ce qui aura aussi pour conséquence d’accroître la masse monétaire et de faire baisser les taux d’intérêt sur les marchés.

    La politique économique électoraliste et laxiste des populistes italiens ne fait qu’aggraver la récession, ce qui rend furieux le patronat italien Confindustria. La banque Monte dei Paschi a eu besoin de 8 milliards d’euros, mais il a fallu que l’État italien trouve encore 400 millions d’euros pour sauver la banque Carige. L’Italie ne pouvait compter, jusqu’à fin 2018, que sur la BCE pour acheter ses obligations, d’où la nécessité pour l’Italie d’émettre maintenant des obligations libellées en dollars, alors que les investisseurs étrangers ont vendu, entre mai et novembre 2018, pour 70 milliards nets d’obligations italiennes.

    image.pngLe bitcoin, c’est fini, avec une crypto-devise à 4.000, contre 20.000 dollars fin 2017 ! Les banques centrales, un signe qui ne trompe pas, se sont ruées sur l’or et ont acheté 4.315 tonnes d’or en 2018, les réserves actuelles de la Chine s’élevant probablement à 17.100 tonnes, soit deux fois celles des États-Unis. À Londres, l’once d’or vient de franchir le seuil psychologique de 1.300 dollars. ■  

    41LRKbfMFHL._SL300_.jpg

    Économiste
    Ancien haut dirigeant d'entreprise
  • Quand l’islam 2.0 fascine les Latino-américaines [2/2]

    Mexique: 300 Indiens tzotzils se sont convertis à l'islam

    Par Sylvie TAUSSIG

    Islam Sudamérique.jpgNous proposons (...) à nos suiveurs un article fouillé de S. Taussig paru récemment dans la revue internationale en ligne The Conversation. Créée en 2011 en Australie, ce site est vite devenu le rendez-vous de la fine fleur de l’intelligentsia universitaire mondiale, et il dispose maintenant d’une version francophone, d’où nous avons ramené cet article. Bonne lecture !  Péroncel-Hugoz 

     

    AVT_Sylvie-Taussig_4260.jpgRecherche du « vrai » islam 

    Le plus surprenant est sans conteste la recherche, pour les femmes, de l’homme musulman indépendamment de sa personnalité. Cette quête est en outre encouragée dans les milieux musulmans qui prônent voire prêchent un islam conservateur du point de vue des mœurs, sur la base de l’affirmation répétée que « le mariage est la moitié de la religion ». 

    file-20181113-194485-g5mnct.pngLes conversions à l’islam concernant principalement les femmes, la convertitis crée chez les nouveaux croyants le zèle du néophyte et le désir d’un respect intégral de ce qui leur est présenté comme le vrai islam. (Photo : Site Facebook, sur l’homme idéal et le mariage « musulman ». Facebook, Author provided)  

    Comme l’islam est une nouvelle religion dans la région – bien que l’arrivée de musulmans dans les Amériques depuis Christophe Colomb soit attestée, l’islam a été à peu près oublié jusqu’à sa réactivation dans les années 1980 – sa définition est bouclée par ceux qui en font la prédication, la dawah, et qui en proposent une version essentiellement déculturée. 

    La communication virtuelle de l’islam est supervisée par un magistère islamique parfois autoproclamé parfois adoubé par des autorités religieuses des pays majoritairement musulmans, parfois dotées de diplômes en sciences islamiques parfois appartenant de façon plus ou moins informelle à une organisation internationale (comme l’organisation IslamInSpanish). 

    Tahar Ibn Ali, prédicateur d’origine marocaine ayant une certaine popularité en Amérique latine

    Ce magistère singulier, pour une religion qui théoriquement n’en connaît pas, mais indispensable pour guider de nouveaux fidèles et les mettre dans la communauté – selon le principe de formatage du nouveau croyant de la part de l’institution religieuse démontré par Loïc le Pape, énonce des règles et avertissements au sujet des dangers potentiels du mariage et procède à la reconfiguration d’une figure classique, le wali, ou tuteur. 

    Celui-ci, qui est un acteur secondaire dans cet acte civil qu’est le mariage dans les pays musulmans, réglés le plus souvent par un code personnel musulman, crée dans les pays d’Amérique latine le mariage musulman comme un mariage religieux et a une action performative : par l’obligation d’avoir un tuteur, les femmes deviennent des mineures, de majeures qu’elles étaient suivant la définition laïque du mariage. 

    Le wali peu à peu n’est plus seulement le témoin du mariage ; il peut être l’entremetteur (pour une musulmane qui cherche un mari musulman et ne veut pas passer par des sites de rencontre) ; s’il ne présente pas le fiancé, il mène une enquête de moralité, c’est-à-dire de « musulmanité » sur le promis. 

    Quant à la cérémonie même, ce tuteur peut n’avoir une présence que virtuelle, via WhatsApp, et si ceux que j’ai interrogés affirment que leur intervention n’est pas rétribuée, l’activité doit cependant être lucrative car les wali se multiplient sur les réseaux. Il faut néanmoins noter que ce phénomène demeure ultra minoritaire à l’échelle des pays, cette activité étant invisible pour la société en général. 

    Cette reconfiguration du rôle du wali illustre également le paradoxe des cours d’endoctrinement via des chaînes YouTube vendant un islam rigoureux qui interdit le marivaudage, le flirt et le sexe en dehors du mariage. Le site « noviazgo y fornicación » en est un exemple. 

    Connaissances religieuses prémâchées 

    Les réseaux sociaux sont devenus le principal moyen de prédication et de diffusion du savoir, où se mêlent toutes sortes de traditions. Les nouveaux musulmans trouvent toute une gamme de doctrines dans des articles, des vidéos et des publications qui leur permettent d’obtenir leurs connaissances religieuses dont ils mesurent mal à quel point elles sont prémâchées. 

    Les formats numériques, qui impliquent une information simplifiée pour une lecture rapide et sont prêts au « partage », sont très largement utilisés par les initiatives de dawah à côté de la distribution des prospectus sur le modèle des religions évangéliques et postchrétiennes, et du travail social. 

    Ces médias sont fondamentaux pour la formation religieuse islamique en Amérique. Les stéréotypes des femmes musulmanes attachées aux traditions les plus conservatrices de l’islam sont diffusés et présentés comme des pratiques acceptables et souhaitables, voire comme une obligation pour une bonne pratique religieuse, telles que le mariage de gré à gré (mariage à la fatiha), l’utilisation de la hijab et parfois la polygamie. 

    Islam New Age 

    À l’autre extrémité de cette pratique, nous trouvons les groupes qui diffusent une version new age de l’islam, mélangée à des pratiques chamaniques, des rituels autochtones, des rites de guérison, qui proviennent principalement des États-Unis et ont trouvé un moyen idéal de diffusion sur le Web. 

    Ces groupes fonctionnent parfois comme des étapes initiatiques dans la conversion religieuse, car certains convertis commencent leur chemin dans des groupes de méditation, poursuivent avec un groupe du philosophe et ésotérique George Gurdjieff, puis se rapprochent de l’islam par une branche soufie plus ou moins orthodoxe, par exemple, respectivement, Yerrahi et Naqshbandi. 

    Certains de ces groupes tolèrent des pratiques telles que l’homosexualité, la consommation de drogue et d’alcool. Cependant, une partie des femmes qui approchent ainsi l’islam adopte par la suite des pratiques plus conservatrices telles que l’utilisation du hijab et le mariage à un musulman. 

    « Empowerment » des femmes 

    Malgré la propagande dont témoigne ces sites, certains sont parfois occupés par des femmes qui ont eu des désillusions avec des musulmans en tant que tels et qui s’emploient par leurs commentaires et récits à dissuader celles qui sont tentées de faire venir leur habibi dans leur pays. 

    D’autres répondent par la description idyllique de leur mariage, et rappellent que leur mari serait un excellent wali. La diffusion d’un islam orthodoxe passe par l’empowerment des femmes. 

    Lire ces pages demande un certain recul et une connaissance des acteurs, pour discriminer le récit sincère du propos du troll ou du prosélyte. À l’inverse, des sites créés pour l’expression de la douleur de la trahison sont parfois trollés par des acteurs qui font un travail de dawah. On pense ainsi à Isa Garcia, un prédicateur d’origine argentine célèbre, traducteur du Coran désormais installé en Colombie, et dont la moindre expression circule aussi vite que l’éclair. 

    L’analyse effectuée sur les paroles des femmes, prises dans cet enchevêtrement entre désirs d’islam et désirs amoureux, outils numériques et prosélytisme, montre aussi une certaine logique de la part d’acteurs précis, souvent lointains, tendant à créer des conflits de loyauté dans un pays où l’État n’est pas régi par des lois islamiques.    [Série, suite et fin].

    Sylvie Taussig
    Chercheuse, CNRS, Institut français des études andines

    Voir dans Lafautearousseau ...

    De Péroncel-Hugoz : Sylvie TAUSSIG, de Gassendi à l’islamisation via le roman moderne et Richelieu…
    Quand l’islam 2.0 fascine les Latino-américaines [1]
  • Quand l’islam 2.0 fascine les Latino-américaines [1]

    Jeunes femmes autochtones priant à San Cristobal de Las Casas, État du Chiapas, Mexique, 2016

    Par Sylvie TAUSSIG

    Islam Sudamérique.jpgNous proposons (...) à nos suiveurs un article fouillé de S. Taussig paru récemment dans la revue internationale en ligne The Conversation. Créée en 2011 en Australie, ce site est vite devenu le rendez-vous de la fine fleur de l’intelligentsia universitaire mondiale, et il dispose maintenant d’une version francophone, d’où nous avons ramené cet article. Bonne lecture !  Péroncel-Hugoz 

     

    AVT_Sylvie-Taussig_4260.jpgLes réseaux sociaux jouent un rôle considérable dans tous les domaines de la mondialisation, y compris la spiritualité, la religion et la foi. Le pape s’exprime par tweet, le dalaï-lama donne des cours en ligne, et le phénomène des imams sur le web est bien étudié. 

    Il existe cependant une réalité musulmane encore peu étudiée pour l’Amérique latine, mais bien vivante, et qui prospère d’autant plus que la population musulmane y est clairsemée. De fait l’implantation musulmane est faible dans la plupart des pays (voir l’étude du Pew Research Center pour une estimation totale) mais structurée par les grands courants prosélytes depuis les années 1980. Nous sommes dans bien des cas dans un islam de deuxième génération, qui prétend à une certaine visibilité. Je me limite ici aux pays principalement hispanophones, le Brésil présentant un cas particulier d’islam plus local.

    Documentaire de Vice sur les musulmans mexicains. 

    La structuration de ces musulmans en Amérique hispanophone passe le plus souvent par une connexion forte soit avec les pays d’origine, soit avec des groupes très actifs aux États-Unis (et l’un n’empêche pas l’autre), et donc par la circulation de prédicateurs et de biens symboliques. En marge de ces connexions transrégionales, il existe de façon surprenante des sites de rencontre spécifiquement musulmans, spécialement conçus pour mettre en contact des hommes vivant dans des pays musulmans avec des femmes latino-américaines, dans le but de contracter un mariage temporaire ou permanent, via l’immigration. 

    Dans certains cas, Internet réalise la projection de la sociologue marocaine Fatima Mernissi, à savoir que l’amour, facilité par Internet, permet de dépasser le fossé entre islam et occident ; dans d’autres cas, l’abus de confiance est caractérisé. 

    Habibi latino 

    Alors que les courants musulmans orthodoxes remettent en question le caractère haram (illicite) des relations virtuelles entre hommes et femmes non mariés, et argumentent moins sur la dimension éthique que sur des concepts de légalité islamique et de relation entre les sexes. Certains sites Web (où les usagers communiquent en espagnol et parfois en anglais) et pages Facebook, parfois des « groupes secrets » et réservés aux femmes (Musulmanas latinas por un matrimonio halal, Enamorada De Un Musulman, CUÉNTANOS TU HISTORIA (TENGO PAREJA MUSULMANA), Amor Arabe Enamorada, Casada de un Arabe o Musulman, Quien es mi habibi) ont spécifiquement ouvert un nouvel espace de réflexion sur la violence contre les femmes.

     

    Enamorada de un musulm

    Un mariage religieux plutôt que laïque 

    Ces pages poursuivent différents types d’objectif – soit facilitation de la rencontre en vue du mariage, soit expression de doléances, soit vérification que le « habibi » en vue n’est pas déjà le « habibi » d’une autre, soit enquête informelle sur la sincérité du galant –, et elles ont souvent une durée de vie limitée car elles sont à un moment ou un autre « trollés » et investis par des officines prosélytes ou des individus voulant vendre tel ou tel type de services. 

    Les pages Facebook de femmes latino-américaines – interdites aux hommes sur la base d’un questionnaire d’entrée- racontent leurs terribles histoires de tromperie et désillusion, où se font jour de nombreux éléments de la violence faite aux femmes. Les femmes racontent comment elles ont été abusées par leur habibi, qui parfois en drague plusieurs à la fois ; parfois elles leur ont envoyé de l’argent pour qu’il vienne les rejoindre et n’en ont jamais vu la couleur ; certaines se sont même rendues dans le pays du habibi, où elles se sont vu retirer leur passeport et ont vécu des choses qui relèvent du crime. Elles viennent raconter, informer, dissuader, conseiller ou simplement pleurer pour se reconstruire par l’écoute. On constate que ces hommes s’attaquent plus facilement à des personnes fragiles (par leur âge, leur physique, leur situation de famille, etc.) 

    C’est particulièrement le cas lorsque les mariages ne sont célébrés que par religion et non sous une forme civile. Ces sites ouvrent aussi une fenêtre sur des pratiques moralement douteuses, soit des hommes qui draguent plusieurs femmes en même temps, soit des femmes qui tâchent de s’emparer des « habibis » des autres, dont elles savent tout via l’indiscrétion virtuelle. 

    Dans ce cas, alors que les pays d’Amérique latine exigent, comme en France, un mariage civil, cette problématique montre comment les exigences religieuses peuvent s’opposer à la normativité juridique laïque. Ainsi certains religieux en font même un instrument prosélyte. 

    Le wali pakistano-péruvien que j’ai rencontré affirme que l’islam constitue une meilleure protection pour les femmes que l’État de droit qui, pour un croyant, crée une culpabilité morale intérieure et génère une loyauté divisée (tension par rapport à ce qu’on doit à Dieu). En effet, le mariage « islamique » où la femme est nécessairement accompagnée de son témoin garantirait selon lui une protection supérieure au mariage civil. 

    L’Arabe glamour de la télénovelas 

    Le vaste travail de terrain que j’ai mené, principalement au Mexique, au Pérou et au Chili met d’abord en lumière la manière dont se constitue et se véhicule une image de l’Arabe idéal, à travers les telenovelas et sur la série el clon et son succès au Brésil et les réseaux sociaux, sur la base d’un goût « oriental » déjà ancien. 

    Trailer de « El clon » (le clone) série diffusée depuis 2010. Met en scène une histoire d’amour entre Lucas, son clone et une belle jeune femme exotique car « arabe », Jade.

    Prince sur son cheval, émir du pétrole, bellâtre caractérisé par son romantisme et sa douceur avec les femmes, par opposition au machiste latino – la violence conjugale est effectivement un thème majeur – l’arabo-musulman jouit d’une représentation favorable (à côté de formes non moins certaines de xénophobie). 

    Cette dernière est encouragée par les réussites spectaculaires d’un Carlos Slim et autres hommes d’affaires d’origine du Levant, que l’on retrouve d’un pays à l’autre, en politique ou dans le mécénat. Ceci est aussi répercuté par les sites musulmans. 

    La valorisation, qui part d’une ambivalence liée à la mise en avant d’une source arabe de l’identité espagnole des Latinos, va jusqu’à la « glamourisation ».   [Série suite et fin demain].

    Sylvie Taussig
    Chercheuse, CNRS, Institut français des études andines

    Voir dans Lafautearousseau ...

    De Péroncel-Hugoz : Sylvie TAUSSIG, de Gassendi à l’islamisation via le roman moderne et Richelieu…
  • Sylvie TAUSSIG, de Gassendi à l’islamisation via le roman moderne et Richelieu…

    929029399.jpgIncroyable, indéfinissable, inclassable Sylvie Taussig, ce petit bout de femme française, cette mère de famille moderne mais rangée, et qui est bonne sur tous les sujets qu’elle aborde !

    Cela, évidemment, ne lui donne pas que des amis, surtout dans le monde universitaire, incroyablement envieux envers ceux qui, en ce milieu, sortent des clous par leur singularité. 

    Jésus et Épicure

    PierreGassendi.jpgSylvie Taussig a d’abord forgé sa plume avec Gassendi (Photo), ce philosophe méridional du Grand Siècle qui voulait (et pourquoi pas ?) montrer que Jésus et Épicure étaient compatibles ; elle a ensuite publié des romans oniriques à l’écriture décoiffante ; elle nous a donné un plus classique Richelieu mais débordant de vie et qui montrait également que le grand cardinal-ministre de Louis XIII, fut, en toute discrétion, un bon prêtre ; ensuite elle contribua à soulever le voile, c’est le cas de le dire, sur l’islamisation de moins en moins rampante qui avance inexorablement dans notre pays, depuis plus de 30 ans ; elle joua alors un  rôle moteur dans un hors-série de la revue Cités, en 2004, l’Islam en France (une nuée de contributaires les plus divers dans un volume de 725 pages qui a fait date) ; sur cette lancée islamologique, Sylvie Taussig est partie comme chargée de mission du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), en Amérique latino-amérindienne, basée dans la province mexicaine puis à Cuzco, au cœur du Pérou inca. Elle a opéré, sous ces latitudes, des découvertes absolument inattendues sur le recul du catholicisme*, non seulement devant les évangéliques, bras armé et financé par l’hégémonie étatsunienne dans la région (cela on le savait)** mais désormais, et ça c’est la découverte de S. Taussig, l’Islam grignote aussi l’ex-monopole catholique sud-américain. 

    L’Islam coranisateur

    Et l’Islam coranisateur, en Amérique du Sud, attire une majorité de femmes. Pourquoi, alors que la religion de Mahomet passe pour être « anti-femmes » ? Parce que les ultra-féministes  latino-américaines ont massivement tapé sur le machisme latin, qui n’est en fait qu’un mot dépréciatif pour désigner cette vertu qu’est la virilité. Voulant de « vrais hommes », nombre de Sud-américaines se sont tournées vers des mâles arabes… Merci mesdames Bachelet, Kirchner, Roussef et cie !

    Francois-rencontre-Mohammed-Issa-secretaire-general-Ligue-mondiale-musulmane-Vatican-20-septembre-2017_0_729_486.jpgSur ce phénomène inédit et passablement inquiétant pour l’Eglise (que fait notre pape italo-argentin ? Il vante l’accueil des musulmans en Europe !) 

    Nous proposerons demain à nos suiveurs un article fouillé de S. Taussig paru récemment dans la revue internationale en ligne The Conversation. Créée en 2011 en Australie, ce site est vite devenu le rendez-vous de la fine fleur de l’intelligentsia universitaire mondiale, et il dispose maintenant d’une version francophone, d’où nous avons ramené cet article. Bonne lecture !   [Série à suivre demain et après-demain].

    *  Voir l’article de S. Taussig sur « la théologie musulmane de la libération » in les Temps modernes N° 700, octobre-décembre 2018.
    ** Voir notamment notre Petit journal lusitan (Domens 2001, Privat-Le Rocher  2007)

    Mini-glossaire arabe

    Habibi: Mon chéri
    Fatiha: Sourate d’ouverture du Coran servant à marier des couples musulmans; Fatiha est aussi un prénom féminin assez répondu parmi les mahométans.
    Hidjab: voile complet des femmes musulmanes.
  • Les islamistes contrôlent la province d’Idleb au nord-ouest de la Syrie

    Antoine de Lacoste 

    téléchargement.jpg

    La province d’Idleb est la dernière province que l’armée syrienne n’ait pas reprise.

    Elle avait été conquise par le Front al-Nosra il y a plusieurs années, puis a servi de réceptacle aux islamistes qui acceptaient de se rendre sur les différents fronts syriens.

    C’est ainsi que plus de 50 000 hommes armés avec leurs familles se sont agglutinés dans cette zone de 3 millions d’habitants, devenue un véritable chaudron islamiste.

    Certains ont contesté cette stratégie russe consistant à négocier la fin plus rapide d’un combat en échange de la vie sauve et surtout du transport sécurisé de plusieurs centaines d’islamistes à chaque fois. Ils se demandaient comment résoudre le problème d’Idleb par la suite. La question est en effet pertinente mais il faut reconnaître que cela a permis de purger la presque totalité du sol syrien des poches islamistes qui étaient multiples. De plus, de nombreuses vies de soldats syriens ont ainsi été économisées.

    La donne a changé après l’invasion par la Turquie du nord de la Syrie afin d’empêcher les Kurdes de se tailler un territoire autonome trop important en plus de celui sous contrôle américain. L’armée syrienne avait auparavant massé des troupes au sud d’Idleb et n’attendait plus que le feu vert russe, indispensable pour l’appui aérien, pour lancer son offensive.

    Mais les pays occidentaux, Américains en tête,  avaient alors prévenu qu’ils interviendraient pour éviter une « catastrophe humanitaire » en cas d’offensive syrienne. Grandeur d’âme touchante surtout après que les Américains aient rasé Rakka, capitale de Daech, faisant des milliers de morts civils. Mais quand c’est le camp du bien qui bombarde, on appelle cela des « dégâts collatéraux.. »

    Erdogan, peu désireux de voir l’armée syrienne reconquérir Idleb, a alors proposé à Poutine de prendre le contrôle de la zone avec ses 50 000 miliciens issus d’anciens groupes djihadistes passés sous contrôle turc. De plus, il ferait reculer l’ensemble des groupes islamistes de 10 km à l’intérieur de la zone, permettant de faire cesser les bombardements, notamment sur Alep. L’installation de postes d’observation turcs et russes était en même temps décidée pour éviter toute déflagration imprévue.

    Poutine avait accepté afin de supprimer tout prétexte aux occidentaux pour intervenir.

    Mais HTS (Hayat Tahrir al Sham), le nouveau nom d’al-Nosra, n’a jamais tenu compte de cet accord. Pire : ses combattants viennent de déloger, sans trop de mal finalement, les hommes d’Ankara de leur zone.

    De ce fait, HTS contrôle maintenant la quasi-totalité de la province, où la charia s’applique bien sûr. Cette situation, humiliante pour Erdogan qui a montré son incapacité à contenir les islamistes, ne saurait durer.

    Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, l’a confirmé en conférence de presse le 18 janvier : « Il est impossible de maintenir indéfiniment ce dernier foyer de terrorisme sur le territoire syrien. »

    Les choses vont bientôt bouger à Idleb. ■

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

  • L'Union Royaliste Provençale* a rudement bien fait d'inviter André Bercoff pour une conférence-débat brillante ce 21 janvier 2019 !

     

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgParticipants nombreux, salle pleine, ambiance chaleureuse ; assistance captivée par un André Bercorff au parler vrai, direct, nature, informé de tout, plein d'humour et même de drôlerie ; un débat sur la situation explosive de la France et du monde nourri par de nombreuses questions, une excellente organisation de la soirée, un riche buffet où les conversations se sont multipliées, pour clôturer la rencontre ... Nous n'en dirons pas davantage sur cet événement qu'une vidéo mise en ligne dans les prochains jours fera revivre intégralement, notamment pour nos lecteurs qui souhaiteront la regarder en France et ailleurs. Voilà de la bonne besogne, à l'honneur de l'Action Française.  Lafautearousseau

    En attente de la vidéo, nous nous contenterons ici de mettre en ligne les photos qui suivent, précédées de celles de la Messe célébrée auparavant en la Basilique du Sacré-Coeur - église comble - par Monseigneur Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique tandis que l'homélie - belle et profonde - était donnée par le père Antoine Deveaux.  

    Messe en la basilique du Sacré-Coeur

    IMG_5147.jpg

    IMG_5150.jpg

    IMG_5149.jpg

    Conférence-débat 

    IMG_5156.jpg

    André Bercoff - Jean Gugliotta, président de l'Union Royaliste Provençale

    IMG_5151.jpg

    Vue partielle de l'assistance [1]

    IMG_5154.jpg

    Vue partielle de l'assistance [2]

    50754099_1873088336134583_2303890057519431680_n.jpg

    Un groupe de jeunes d'A.F. avec André Bercoff,  J. L. Hueber et G. Bertran de Balanda 

    1939836_498902073553223_1794630765_n - Copie.jpg* L'Union Royaliste Provençale est la fédération régionale du Centre Royaliste d'Action Française, 10 rue Croix-des-Petits-Champs 75001 PARIS

  • La voie étroite

    par Louis-Joseph Delanglade 

    sinistra-italiana_una-nuova-proposta-il-documento_sfondo-rosso-170204 - Copie.jpg

    On se rappelle qu’à la suite de l’échec de la conférence de Rambouillet (6 février - 22 mars 1999), l’Otan avait déclenché une campagne de frappes aériennes pour faire plier la Serbie et lui faire accepter l’inacceptable indépendance du Kosovo.

    Preuve était faite que l’organisation, ayant perdu son essentielle raison d’être depuis la fin de l’Union soviétique, n’était plus qu’une force au service de la politique étrangère américaine. Dix ans après, M. Sarkozy, dit « l’Américain », commettait la faute impardonnable, puisque rien ne le justifiait au regard de notre intérêt national, de nous faire revenir dans le commandement intégré de l’Otan. 

    15581327.jpgAujourd’hui, ironie de l’Histoire, voilà que les Etats-Unis, par la bouche de leur erratique président, semblent remettre en cause leur propre appartenance à l’Otan. Cette organisation, ce sont les Etats-Unis plus vingt-huit autres Etats membres. Les arguments comptables de M. Trump sont parfois contestables mais, finalement, il est exact que ce sont bien les Etats-Unis qui financent l’Otan pour l’essentiel (25% du budget de l’organisation et jusqu’à 70% de ses dépenses d’intervention). Arguant de cet état de fait, M. Trump vient donc d’évoquer la possibilité d’un retrait pur et simple si les autres membres ne se décident pas à payer davantage. Cela aurait pour première conséquence de laisser les Européens en tête-à-tête avec la Russie de M. Poutine : inutile de préciser que cette perspective ne déclenche pas de ce côté-ci de l’Atlantique les habituelles moqueries médiatiques à l’encontre du président américain. Il s’agirait en fait d’un véritable séisme géopolitique résultant de la simple mise à nu de la vérité : il n’existe pas de défense européenne, l’Union ayant toujours été incapable de sortir de sa matrice commerciale et financière. Plus de « parapluie nucléaire » américain donc, sauf pour la France et la Grande-Bretagne. 

    star-wars-1728x800_c (1).jpgIl faut toutefois comprendre que cet éventuel retrait américain, ou pas, de l’Otan est l’option basse et qu’existe aussi une option haute car, avec M. Trump, les choses ne sont pas aussi simples que peuvent le penser les simplistes commentateurs de la presse française. En réalité, en bon manager, M. Trump menace un peu pour peut-être obtenir encore plus : il vient en effet d’annoncer également son intention de relancer la fameuse « guerre des étoiles », cette idée de feu M. Reagan, abandonnée après la chute de l’URSS car jugée chère et inefficace. Ce serait la seule option stratégique propre à protéger efficacement les Etats-Unis et… les alliés qui accepteraient de payer encore davantage que pour la seule appartenance à l’actuelle Otan. Option basse ou option haute, l’alternative pour la France est la même : en passer par les exigences de M. Trump ou envisager une solution plus conforme à l’idée que nous pouvons nous faire de l’indépendance nationale.

    Force-de-dissuasion-nucleaire-quel-est-le-projet-de-Hollande.jpgLa voie est étroite et c’est au pouvoir politique qu’est dévolue la tâche essentielle de conjuguer au mieux alliances et souveraineté. Pour l’instant, l’Allemagne reste l’horizon indépassable de l’Elysée. M. Macron retrouvera ainsi Mme Merkel à Aix-la-Chapelle, demain, 22 janvier, pour la signature conjointe d’un nouveau traité franco-allemand, cinquante-six ans après celui de l’Élysée (on n’a pas beaucoup avancé depuis). Ce énième traité est très critiqué alors qu’on nous le certifie avant tout « symbolique » ; sa seule innovation résiderait dans la création d’un Parlement franco-allemand, un parlement sans pouvoir (tant mieux) mais un parlement de plus (à quoi bon ?). M. Macron devrait au plus vite se  rappeler que, s’il n’est ni Jupiter ni Louis XIV, il reste le chef de l’Etat français et qu’à ce titre il est le chef des armées et le décisionnaire ultime et quasi monarchique en matière de dissuasion nucléaire, ce qui l’ « oblige » en quelque sorte. ■

  • Le krach dès 2019 plutôt que l’effondrement ultérieur du Système

    Par Marc Rousset    

    3890715347.jpg

    Les investisseurs broient à nouveau du noir et anticipent un scénario très négatif de ralentissement de la croissance mondiale.

    Le CAC 40 perd environ 10 % depuis le début de l’année, tandis que le DAX allemand affiche une chute de l’ordre de 20 %. Les valeurs plus petites et moyennes à la Bourse de Paris ont chuté, elles aussi, d’environ 20 %, avec des baisses spectaculaires de plus de 50 % pour Vallourec, Pierre et Vacances, Derichebourg, Marie-Brizard. Quant à l’indice PMI manufacturier de la zone euro, il est au plus bas depuis août 2016, Allemagne incluse.

    Un indicateur suggère que l’activité américaine et mondiale est davantage susceptible de ralentir que d’accélérer : l’inversion de la courbe des taux conduit généralement à la récession. Tout récemment, le taux d’intérêt à cinq ans sur la dette des États-Unis est passé en dessous de celui à trois ans. L’écart entre le taux d’intérêt de la dette à dix ans (2,952 %) et à deux ans évolue à son plus bas niveau depuis 2007. Les taux à trente ans ne s’élèvent qu’à 3,22 %. James Powell, le président de la Fed, a déclaré que les taux d’intérêt actuels se trouvaient juste en dessous de leur position neutre, ce qui laisse penser qu’il va encore augmenter les taux à court terme en décembre 2018, mais sans doute arrêter de les relever ou moins les relever en 2019, contrairement aux annonces précédentes.

    Donald Trump, malgré ses taxes punitives sur les marchandises importées, fait face à un déficit commercial record depuis dix ans, en octobre 2018, de 55,5 milliards de dollars, dont 38,18 avec la Chine et 15,05 avec l’Union européenne. Trump juge ridicules les nouvelles hausses de taux de la FED et s’inquiète des banques américaines en difficulté. L’action Goldman Sachs a baissé de 35 % depuis son plus haut historique de février 2018. Le cours de Bourse moyen des 24 plus grandes banques américaines a baissé de 22,5 % depuis le 26 janvier 2018, tandis que celui des petites banques régionales a plongé de 22,3 % depuis le 8 juin 2018.

    La Commission européenne a adopté une recommandation visant à promouvoir une utilisation plus large de l’euro dans les transactions internationales et les secteurs stratégiques clés tels que l’énergie, mais tout cela semble relever de vœux pieux, avec un manque de détermination géopolitique. Les ambitions de Macron semblent contrariées puisque le MES (mécanisme européen de stabilité) pourra porter secours à une banque européenne menacée de faillite ou à un État en crise en 2024 au plus tard, avec faculté d’agir en moins de 24 heures, sans attendre un feu vert du Bundestag ; mais les krachs bancaires, boursiers et immobiliers auront lieu bien avant…

    Quant à un autre outil européen « anti-crise », le système européen de garantie des dépôts bancaires, il a été reporté, faute d’unité des pays membres. Enfin, de nombreux États restent hostiles au projet de mini-budget de « stabilisation » sur la zone euro, cher à Macron. Trois schémas semblent prévaloir, après les élections européennes de mai 2019 : soit l’Italie met de l’eau dans son vin et se « grecquise », la France la suivant dans la roue, soit l’Italie sort de l’union monétaire, soit l’Allemagne sort de l’union monétaire.

    La zone euro est l’objet d’inquiétudes suite à la situation des banques et de l’Italie. Qui achète de la dette italienne depuis 2015 ? Essentiellement la BCE, qui détient aujourd’hui environ 280 milliards d’obligations, tandis que les investisseurs italiens désinvestissaient. 3.000 chefs d’entreprise de la Confindustria viennent de faire savoir à Turin qu’entre la réforme des retraites et le revenu de citoyenneté, le budget coûtait 18 milliards d’euros et « ne faisait rien pour la croissance »« Ça suffit, la campagne électorale permanente et les politiques qui pénalisent notre capacité à investir ! Basta ! » Un défaut de l’Italie serait dix fois plus grave que la faillite de Lehman et de la Grèce.

    Autrefois la France et l’Italie, sans l’euro, auraient fait fonctionner encore davantage la planche à billets et tout serait déjà terminé depuis longtemps par une gigantesque dévaluation qui aurait ruiné tous les épargnants. Macron aurait mieux fait de dire qu’avec l’euro, à défaut de baisser la dépense publique et d’arrêter net l’immigration, l’enjeu de la fiscalité écologique était en fait un faux alibi pour éviter la faillite de la France.. ■  

    41LRKbfMFHL._SL300_.jpg

    Économiste
    Ancien haut dirigeant d'entreprise
  • Le Qatar finance la construction d’une église chrétienne au Liban !

    Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï et l’ambassadeur du Qatar, Mohammad Hassan Jaber al-Jaber, représentant l’émir du Qatar.

    Antoine de Lacoste 

    téléchargement.jpg

    Le 31 décembre dernier, le patriarche maronite libanais, Mgr Béchara Raï, a inauguré l’église Saint Jean le Bien aimé, dans le Kesrouan, une région majoritairement chrétienne, au nord de Beyrouth.

    Cette église appartient au couvent du Saint Sauveur, et elle ne constitue que la première partie d’un vaste projet qui comprendra une bibliothèque, un amphithéâtre, des logements, le tout sur 1700 m2.

    L’inauguration s’est faite en présence de l’ambassadeur du Qatar au Liban, ce qui est bien le moins, car tout cela est financé par l’émir du Qatar.

    Sans-titre-1-5.jpgEn avril dernier, le même Mgr Raï (photo) posait la première pierre d’une autre église, dédiée à Saint Charbel, le grand saint libanais, mais au Qatar cette fois, sur un terrain offert par l’émir. Trente mille libanais travaillent au Qatar il est vrai, mais de là à offrir un terrain pour une église chrétienne…

    Pour comprendre un processus aussi improbable, il faut remonter à juin 2017 : le nouvel homme fort de l’Arabie saoudite, Mohamed Ben Salmane, décide un blocus contre le Qatar, blocus auquel se joignent les Emirats arabes unis et Bahrein. Motif invoqué : le Qatar finance le terrorisme international (venant du régime le plus islamiste de la planète c’est tout de même assez cocasse) et surtout il entretient de bonnes relations avec l’Iran.

    Le Qatar proteste, appelle au secours l’allié américain qui, bien évidemment, ne bouge pas. Depuis quand Washington contrarie Riyad ?

    Derrière ces différends récents (la relation avec l’Iran notamment), se cache un contentieux plus ancien. Les deux pays les plus riches de la péninsule arabique sont en concurrence depuis des décennies et la vaste offensive de charme du Qatar vis-à-vis de l’Occident se traduisant par des investissements considérables dans le sport ou la culture, ont agacé l’Arabie. Le statut des femmes et des autres religions chez cette dernière ont dégradé son image et le royaume wahhabite est aujourd’hui vu comme un régime totalement rétrograde et intolérant, alors que le Qatar veut échapper à cette image.

    1a91389de2019fcc6006a883a0c0c.jpgLors de la mise en place du blocus, la Turquie avait volé au secours du Qatar et envoyé des soldats dans l’émirat à titre d’avertissement pour Ryad. La bonne entente des deux pays s’explique notamment par leur proximité commune avec les Frères musulmans. Rassuré sur sa sécurité, l’émir qatari (photo) met depuis les bouchées doubles pour se démarquer en tout du voisin honni saoudien. Il a ainsi cessé tout soutien aux milices islamistes en Syrie alors que l’Arabie garde un pied là-bas, et continue à entretenir de bonnes relations avec l’Iran, le grand Satan chiite.

    Le soutien actif à la communauté maronite et sa grande tolérance vis-à-vis des chrétiens jusque sur son sol, constituent un des points d’orgue de la politique qatarie.

    Tant mieux pour les chrétiens d’Orient qui, pour une fois, sont aidés par un puissant voisin. Que ne ferait le Qatar pour contrarier son nouvel ennemi ? ■

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.