UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La Messe pour Chirac à Saint Sulpice : impressions...

    Sous la Restauration, quand on rendit le Panthéon au culte, certains voulurent expulser les restes de Voltaire : "Laissez ! dit Louis XVIII. Il sera bien assez puni d'entendre la messe chaque matin."

    Il est bon qu'une très belle Messe ait été dite par l'excellent archevêque de Paris, Monseigneur Aupetit, pour Jacques Chirac.

    Chirac, Grand Prêtre temporaire de la Nouvelle Religion Républicaine, gardien farouche et sectaire des "Colonnes du Temple", qui est donc venu, dans son cercueil, recevoir les prières de la religion traditionnelle de la France, la religion chrétienne.

    Oui, cela est bon. 

    Comme il est bon qu'un beau Salve Regina ait été magnifiquement chanté pour lui : c'était le triomphe de la vraie religion sur la fausse.

    La présence des Baroin, Schiappa, Larcher, Debré et autres tenants de la haine anti-chrétienne fut bien comme un hommage que le vice rend à la vertu...

    On notera que personne n'est venu communier, sauf... Giscard, le président de l'avortement ! Et que, comme pour Johnny Hallyday, Macron n'a pas béni le cercueil : il a posé la main dessus, geste ridicule et sans aucun sens. Quand il va dans une synagogue, il met une kippa sans problème, mais un signe de croix, vous n'y pensez pas !...

    Paix aux morts, surtout à ceux d'en face : ils ont assez à faire, maintenant que c'est l'apocalypse, pour eux, c'est-à-dire la révélation de ce qui était caché : ils savent maintenant...

    L'Eglise catholique a été dans son rôle en accueillant son ennemi déclaré, l'ancien chef de la Nouvelle Religion Républicaine : "Laissez ! dit Louis XVIII. Il sera bien assez puni d'entendre la messe chaque matin."

  • Chirac "aimait les Français" ? Mais "la famille Chirac" en méprise et rejette plus de dix millions !...

    Radios/télés/journaux nous bassinent depuis sa mort avec Jacques Chirac, dont nous avons, immédiatement connu son décès, dit qu'il était le pire des Présidents, celui qui a touché à mort la France, au coeur...

    Nous n'allons donc pas en rajouter. 

    Juste nous étonner du sectarisme de "la famille Chirac" qui a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas la présence de Marine Le Pen, en tant que personne, ni d'aucun membre du Rassemblement national, en tant que groupe aux obsèques.

    C'est le choix de "la famille", bon, mais cela nous paraît inadmissible et scandaleux : "la famille Chirac" établit donc une différence entre les Français ? Il y aurait donc des "Français fréquentables" et des "français infréquentables" ? Un peu comme, en Inde, la caste des "Intouchables" ? Cela ne serait-il pas un peu comme un premier pas vers une classification des gens dont la conséquence ultime amènerait - horresco referens - au... racisme ?

    "La famille Chirac" va-t-elle demander aux dix millions six cent trente huit mille quatre cent soixante quinze Françaises et Français de porter un signe distinctif ? Cela s'est vu dans l'Histoire : c'était qui, déjà, qui avait fait ça ?...

  • Sur la page Facebook du Comte de Paris...

    Très honoré d'avoir été convié ce samedi au sein de l'ambassade du Japon afin de suivre le Chanoyu, la traditionnelle cérémonie du Thé.

    Photos David Nivière.

    https://www.facebook.com/comtedeparis/photos/pcb.2831633803537866/2831573566877223/?type=3&theater

  • Pour réintégrer Maurras dans le paysage politique français...

    C'est un Finkielkraut sans concession, à la dent dure, qui mène le débat; et qui, pourtant, surtout à la fin, reconnaît des choses fondamentales (l'Action française dans la Résistance, Maurras "meilleur rempart" contre le Fascisme...).

    Voilà exactement le genre de choses que nous aimerions voir se dérouler dans ce Centre culturel dont nous demandons la création à Martigues, dans la Maison de l'un de ses plus illustres enfants (avec Gérard Tenque et le peintre de Louis XVI, Joseph Boze).

    Nous ne faisons pas de Maurras une icone (mot que l'on emploie à tout propos et surtout à tort et à travers aujourd'hui); nous ne disons pas et n'avons jamais dit que nous "sacralisions" l'intégralité de ses propos ou écrits; que nous faisons nôtres la totalité de tout ce qu'il a fait... Et nous acceptons tout à fait une saine "critique", au sens originel du terme, de Maurras et de son oeuvre.

    Ce serait justement - ce sera ?... - le rôle du Centre que nous appelons de nos voeux que de promouvoir ces études maurrassiennes dépassionnées et positives... 

     

    Lire la suite

  • Afrique du Sud: " Les étrangers dehors !", "trop, c'est trop !", la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

    (photo : un policier, seul pour protéger un magasin d' "étrangers" des émeutiers...)

    France info a parlé - le mercredi matin 4 septembre, au matin - de ce sujet, traité deux jours avant par RFI.

    On attend avec intérêt (avec gourmandise ?) la réaction de SOS Racisme, de la Ligue des Droits de l'Homme, de Marlène Schiappa, de Bernard-Henry Lévy...

    Car, à Johannesburg, on n'y va pas de main morte : c'est, carrément, "TROP, C'EST TROP ", "LES ETRANGERS DEHORS !" et les "migrants sont attaqués, pourchassés, volés, tués pour certains (deux cents morts depuis un an)...

    De qui occasionner un étouffement collectif à BFM/TV et dans toutes les radios du même style : pourtant, bizarrement, étrangement : rien ! Vous en aviez entendu parler, vous ? Franchement ?

    En Afrique du Sud, des noirs attaquent, pillent et tuent des étrangers, des migrants, et personne ne dit rien ? Mais où sont donc passé les pseudo humanitaires ? Où est l'intelligentsia bobote du politiquement correct immigrationniste ? Où est BHL ?...

    Et surtout : où est Lilian Thuram ? Pardon, saint Thuram, vous savez, celui qui parle de "les blancs"/"les noirs" et qui explique que "les blancs" sont racistes : là, on a "des noirs" qui tuent "des noirs" (trois à peine pour le moment immédiat, mais deux cents tout de même l'an passé...). Comme le dirait Fernand Reynaud, dans un sketch resté célèbre "Allo, Tonton (Thuram) ? Pourquoi tu tousses ?..."

    Avis de recherche : comme on disait autrefois, si vous apprenez quelque chose, appelez le journal, qui transmettra...

    Voici le scripte de l'émission de RFI.

    Edifiant (si l'on peut dire !)...

    Lire la suite

  • Samedi, à Toulon, on a exalté le riche héritage de la Vendée provençale...

    Ce samedi, mes excellents amis Toulonnais m'ont, une fois de plus, fait le grand honneur et la grande joie de me demander d'être présent parmi eux.

    Il s'agissait de regarder derrière nous, pour voir qui nous étions et d'où nous venions, afin de reprendre des forces pour continuer de l'avant, menant le seul combat qui vaille : une action "étant réellement d'opposition, c'est-à-dire prêchant ouvertement la subversion du régime..." (Léon Daudet)

    Alban_de_Villeneuve-Bargemon.pngJ'ai donc évoqué "la Vendée provençale", depuis ses origines, c'est-à-dire depuis le premier jour de la révolution; raconté (trop) rapidement comment les Conventionnels eux-même nous ont appelé, nous Provençaux, "une autre Vendée"; évoqué le baron de Vitrolles, l'un de ceux qui - Jacques Bainville l'atteste - a permis la Restauration, et aussi Alban de Villeneuve Bargemon, précurseur du magnifique mouvement des royalistes sociaux au XIXème siècle : "Je voudrais avoir autant de Bargemon qu'il y a de départements : j'en ferais 86 préfets !" disait Louis XVIII...

    Puis rappelé la "touche provençale" et son apport immense au royalisme français : Mistral, Daudet, Maurras, bien sûr, mais aussi les grands Rassemblements royalistes, ceux de l'avant guerre - Barbentane, Roquemartine... - puis ceux de Montmajour et des Baux; les présidences du Commandant Dromard, de Pierre Chauvet et de Jean Arnaud, trois personnes dont je voulais symboliquement que les noms fussent prononcés, même et surtout devant des jeunes qui ne les avaient pas connus...

    Rappelé aussi comment, après une sorte de premier essai avec Je suis Français (dont j'assurais une ou deux pages d'échos et, avec Pierre Builly, une grande série d'entretien avec une bonne trentaine de personnalités) j'avais fondé, en 2007, lafautearousseau, le premier quotidien - certes bien plus modeste qu'elle... - dont l'Action française disposa depuis la scandaleuse et ignoble Epuration de 45, qui ne fut qu'une vulgaire re-Terreur...

    De nombreuses et intelligentes questions du public, lui aussi nombreux, et jeune, m'ont permis de terminer cet exposé par un dialogue fructueux et enrichissant...

    Merci à mes amis Toulonnais de m'avoir permis, une fois de plus, d'exercer mon (beau) métier de professeur; et de m'avoir donné l'occasion, une fois de plus, de me retrouver, militant, au milieu de mes amis et frères militants... 

    François Davin

  • A la recherche de l'étude (pas forcément) perdue...

    Lu sur la page facebook de notre "ami" Emmanuel Boutang :

    BOUTANG LA FONTAINE.jpgA quinze ans, Charles Maurras analysait vingt-deux fables de La Fontaine, dans "Les cahiers du Collège d'Aix". Ainsi que le remarquait René Groos en 1967, dans le numéro 22 des "Cahiers Charles Maurras" cela constituerait une excellente base pour un manuel scolaire.
    Alors que mon fils apprend par cœur "le coq et le renard" pour Lundi, je vais tâcher de retrouver l'analyse de ces vingt-deux fables, parmi lesquelles figurent "Le lion et le moucheron", "Le rat des villes et le rat des champs", "La chauve-souris et les deux belettes", "Le bûcheron et Mercure".

    Espérons que vous retrouverez cette analyse, cher Emmanuel : vous feriez à tous un très beau cadeau...

  • SOUTENEZ, PARTICIPEZ ! ACTIVITES DES ROYALISTES ET/OU DU PAYS REEL DANS TOUTE LA FRANCE...

    lfar flamme.jpg

     

    Cette page est ouverte à tous, lafautearousseau se voulant "la maison commune" de tous les royalistes, de toute obédience (RN/CRAF, NAR, GAR, indépendants/"électrons libres"...)

    Aux deux seules conditions que l'on soit dans la double fidélité à l'école de pensée de l'Action française et à notre Famille de France, à laquelle nous sommes particulièrement attachés...

    Envoyez-nous les annonces et/ou les visuels de réunions de rentrée, Cercles d'études et de formation, Cafés politique/actualité/histoire, manifestations diverses etc...

    Lire la suite

  • Demain, ne manquez pas notre Ephéméride du jour...

    5144444-7677643.jpgLe 1er octobre 1793, Lazare Carnot signe son second décret d'extermination de la Vendée et de ses habitants (le premier, il l'avait signé le 1er août). Comme le faisait remarquer Pierre Chaunu, nous ne disposons pas des ordres écrits de Staline ou d'Hitler ordonnant la mise en oeuvre des horreurs qu'ils avaient imaginées. Mais nous disposons des actes authentiques de la folie meurtrière des génocideurs de la sinistre Convention : oui, le Génocide vendéen est le premier des Temps modernes; oui, la Terreur révolutionnaire (Patrick Buisson l'a bien dit) ce sont les Robespierre et Compagnie qui l'ont inventée; aujourd'hui, les héritiers de ces assassins coupables de crime contre l'humanité vivent confortablement dans "le chaos figé des conservateurs du désordre", descendants qu'ils sont du "chaos explosif des révolutionnaires" (Gustave Thibon). Ils ne reconnaissent toujours pas le crime de Génocide, pratiquant à la fois ("en même temps" ?) le crime de négationnisme et celui de mémoricide...

  • Ephéméride du 30 septembre

    1942 : Mort de Jacques-Emile Blanche (ici, son portrait de Barrès) 
     
    1567 : Michelade de Nîmes 

    Lire la suite

  • Bioéthique : l'évêque de Grenoble dit “non” à la PMA et appelle à marcher avec La Manif pour tous

    L'évêque de Grenoble-Vienne (Isère) Guy de Kerimel a affiché son opposition à l'ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules ce mardi. Il appelle également les fidèles à manifester le 6 octobre aux côtés du collectif catholique conservateur La Manif pour tous.

    Lire la suite

  • Tous les articles parus sur lafautearousseau depuis le début de notre campagne "Défendez Maurras ! Sauvez sa maison !"

    "Lanceurs d'alerte" : si la chose est vieille comme le monde, la formulation fait fureur en ce moment. Va donc pour "lancer l'alerte" à propos de la maison de Maurras à Martigues, et pour demander publiquement : que se passe-t-il, au Chemin de Paradis ? Ou : que s'est-il passé ? S'est-il passé quelque chose de grave pour que la Mairie interdise la visite de la maison et même le simple accès au jardin ?

    Lire la suite

  • A écouter demain sur lafautearousseau : l'émission Réplique, de Finkielkraut, consacrée à Maurras...

    ...et que nous intégrons à notre campagne pour sauver la Maison de Maurras au Chemin de Paradis, à Martigues.

    On y entend un Finkielkraut sans concession, et à la dent dure, reconnaître cependant pas mal de choses sur Maurras.

    Notamment, dire ceci :

    "(à la parution de Mein Kampf) Maurras écrivit : "le racisme hitlérien nous fera assister au règne tout puissant de la Horde. Hitler prépare la barbarisation méthodique de notre Europe. Il n'y a pas de plus grand danger national que l'hitlérisme et le soviétisme à égalité et ces égaux-là sont faits pour s'entendre. La carte le confirme, l'avenir le vérifiera..."

     

  • Au cinéma, la chronique de Guilhem de Tarlé : L'homme à la moto

    4059962.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

     

     

     

    Art et essai : L’homme à la moto : un film argentin de Agustin Toscano, avec Sergio Prinal (Miguel) et Liliana Juarez (Elena).

    Lire la suite

  • De Jean Raspail sur le Prince Jean...

    (lu sur la page facebook de Frédéric de Natal)

     

    Dans la série Games of Thrones de France...

    Extrait du prochain livre de Jean Raspail « Le roi au -delà de la mer » en version augmentée qui paraîtra chez Via Romana.

    C’est la deuxième fois cette année, après une interview dans « Valeurs Actuelles », que l’écrivain prend parti en faveur du comte de Paris, Jean d’Orléans, semble t-il ravi par sa personnalité.

    Le romancier à succès, connu de tous, a toujours été jusqu’ici un soutien au prince Louis-Alphonse de Bourbon (comme de son père).

    Il ne cache désormais plus sa déception à l'encontre du duc d'Anjou y compris de son entourage.