Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • DJIHADISME et PAUVRETÉ

    TRAVAUX DIVERS - Largeur +25.jpg

    Notre confrère Péroncel-Hugoz, longtemps correspondant du Monde dans l'aire arabe, a publié plusieurs essais sur l'Islam ; il travaille depuis 2005 pour l’édition et la presse francophones au Royaume chérifien. Il tient aussi son Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs, dont la Nouvelle Revue Universelle a déjà donné des extraits. Nous en faisons autant, depuis janvier 2016, en publiant chaque semaine, généralement le jeudi, des passages inédits de ce Journal.  LFAR   

    EXTRAITS INÉDITS DU JOURNAL DE PÉRONCEL-HUGOZ, DU MAROC ET D'AILLEURS, ANNÉES 1983-1984 et 2013  

    2222227622.jpgCasablanca et Rabat, fin janvier 1984

    Au Plaza, que je trouve un peu plus flapi qu’il y a 10 ans.

    Et cette fois, un goût d’inquiétude, de peur, que cherchent à me communiquer mes interlocuteurs intellos de gauche, lesquels paraissent s’être donné le mot pour décrire un ciel de catastrophe à l’envoyé spécial de leur journal préféré : selon eux, donc, l’intégrisme islamique n’a qu’une cause : la pauvreté, la misère. Je ne manque pas de répliquer à ces messieurs de l’opposition « démocratique » que dans tous les États musulmans où j’ai roulé ma bosse ces dix dernières années les intégristes, sauf exception, se recrutent essentiellement dans la moyenne bourgeoisie éduquée et très rarement parmi les ouvriers ou les paysans. Au Liban, en Égypte, en Jordanie, en Tunisie, au Pakistan, en Malaisie, presque partout où j’ai observé la situation, les « barbus » étaient surtout ingénieurs, enseignants, médecins, fonctionnaires, comptables, etc. Mes interlocuteurs marocains qui, pour la plupart, ont l’air de connaître le populo de leur pays aussi bien que je connais la sociologie des Esquimaux ou des Peuls, récusent tous mon témoignage. L’hypothèse « Misère » est trop facile et ils s’y accrocheront jusqu’à l’absurde car ils ont bourré le crâne à mes confrères de la presse parisienne, lesquels ont donné un semblant de véracité à ladite hypothèse. Je continuerai donc mon cheminement solitaire. J’ouvre Jeune Afrique et, bien sûr, j’y lis aussi que le terrorisme islamique est dû à la « misère »…

    54123_370_221_10.pngEn attendant mes ennemis vont encore dire que je suis « aux ordres du Palais » quand ils sauront, car tout se sait dans cette pétaudière qu’est Rabat, que durant ce séjour j’ai été logé à Témara, plage chic entre Rabat et Casa, chez Paccard le fameux décorateur en chef du roi Hassan II… Issu de la vieille dynastie savoyarde des fondeurs de cloche Paccard, mon hôte, qui est d’ailleurs absent, s’est aménagé cette villa balnéaire quelconque avec un luxe insensé, naïf et même pas confortable. Les édredons à cordage vous étranglent, les étagères trop fines vous coupent, les miroirs partout, suscitent de dangereux télescopages. Les folies esthétiques et techniques des sultans des années 1900, qui s’entouraient d’Européens excentriques, d’inventeurs ridicules, ne sont hélas pas révolues.

    Source0.jpgIl est notoire que Paccard (photo) reproduit chez lui les décors qu’il installe dans les appartements dynastiques… L’héritier des fondeurs a en outre osé, dans sa villa, une fausse porte qui ouvre sur le postérieur très rouge d’une femme  de type européen, le genre de « farce » qui ne risque pas de cadrer avec la décence et la pudeur, deux piliers du caractère marocain.   ■ 

    Retrouvez l'ensemble des textes parus depuis le 14 janvier 2016 en cliquant sur le lien suivant : Journal d'un royaliste français au Maroc et ailleurs.

  • 2018 ... La France sur un volcan ... Plus que jamais, pensez à Lafautearousseau !

    D'avance, merci à ceux qui voudront bien participer. A partir de 5 € ! 

    Remerciements

    Il ne nous est pas possible de remercier individuellement toutes les personnes qui ont bien voulu répondre à notre appel, envoyer leur don. Qu'elles trouvent, ici, l'expression de notre gratitude 

    Aux autres, nous renouvelons notre appel car Lafautearousseau ne doit pas manquer des moyens de se développer, de diffuser nos idées plus largement encore. Merci ! 

    Faute de pouvoir remercier personnellement chaque donateur, voici la liste des localités d'où nous sont parvenus des dons. (106 localités, à ce jour). Ceux et celles qui ont eu la générosité de répondre à notre appel s'y identifieront :
    Aix en Provence – Allauch - Ancenis - Attiches - Aubagne - Barcelonne du Gers – Beauvais – Bellac - Bièvres – Bordeaux - Boulogne-Billancourt - Bourron Marlotte - Caen - Cagnes sur Mer – Calais - Camburat - Carignan de Bordeaux - Castres - Cergy - Chalon sur Saône - Champagne en Mont d'Or – Châtellerault - Chatillon - Chatillon sur Seine – Colayrac-Saint-Cirq - Cormontreuil - Courbevoie - Dammarie-les-Lys - Dignes-les-Bains - Draveil - Eguilles - Eyrans - Feucherolles – Fontaine – Fontainebleau - Fontenay-aux-Roses - Gercy - Gergy - Grenoble - Grosrouvre - Guilherand Granges - Langley - La Seyne sur Mer - Le Hezo - Le Mans - Le Perreux-sur-Marne – Les Aileuds - Les Angles - Lille - Limoges - Lodz (Pologne) - Maisons-Alfort - Manosque – Marcq en Baroeul - Mâron - Marseille – Martigues – Melun - Menton -Méreau - Merigny - Meylan - Montélimar - Montigny les Bretonneux - Montpellier - Moulins - Nans les Pins - Nantes - Narbonne – Nevian - New-York - Pagny sur Saulx - Paris – Plan-de-Cuques - Ploemeur - Pyla sur Mer - Redon - Reims - Rioux - Robiac-Rochessadoule - Roquemaure - Roquevaire - Rueil Malmaison – Saint-Blaise-du-Buis - Saint-Gratien - Saint Ismier - Saint-Nauphary - Saint-Paterne-Racan - Saint-Sulpice-La-Pointe - Sainte-Mère-Église - Samois-sur-Seine - Saverne - Sèvres - Sorcy-Saint-Martin - Spa (Belgique) - Strasbourg - Tarare - Toulon - Toulouse - Tours - Triel sur Seine - Varilhes - Versailles - Vichy - Ville d’Avray - Voreppe. 

    1

  • Le Prince Jean de France : Voeux pour une France apaisée

     

    2293089609.7.jpg

    En ce début d’année, je souhaiterais vous adresser tous mes voeux pour 2019.

    Je ne reviendrai pas sur l’année difficile que notre pays vient d’avoir avec, comme je l’ai écrit dans mon dernier message, un mouvement des gilets jaunes qui cristallise toutes les fractures de notre société mais avec des Françaises et des Français qui restent, me semble-t-il, demandeurs d’un projet social commun sur un socle partagé.

    J’aimerais donner à tout cela de la perspective, en évoquant trois principes qui sont essentiels à la poursuite d’un bien commun social : la paix, la justice et l’autorité.

    La paix – on pourrait dire la concorde – c’est l’effet. Sans paix sociale, sans relations apaisées entre les différentes composantes de notre société, nous ne pouvons avancer. Pour cela nous devons changer de philosophie politique et passer de cette volonté de satisfaire les désirs individuels à une vraie recherche du bien commun en mettant en avant, dans la relation sociale, la confiance et non la défiance comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui.

    La justice c’est la première condition. Sans justice, notamment à l’égard des plus démunis, pas de paix possible, car il y aura toujours le sentiment d’être lésé. Pour y arriver il faut pouvoir s’appuyer sur des règles simples comprises par tous. Le millefeuille de nos lois et règlements est certainement pour beaucoup dans le rejet des réformes nécessaires.

    L’autorité, c’est la deuxième condition. Sans autorité, pas de saine dynamique qui fait avancer les choses. La notion de service doit être remise à l’honneur, le respect des libertés individuelles et publiques doit permettre aux corps intermédiaires d’agir en subsidiarité. Il faut donner au chef de l’Etat un autre rythme institutionnel pour qu’il puisse travailler dans la continuité aux réformes de fond, et cela, sans autoritarisme.

    Voilà quelques principes qui permettraient à notre pays d’avancer vers la paix sociale nécessaire, avec plus de justice à l’égard des Françaises et des Français et avec un Etat qui a retrouvé son autorité. Espérance !

    Bonne et nouvelle année à vous tous vos familles et vos proches. ■   

     

    Jean de France, Duc de Vendôme

    Domaine Royal de Dreux, le 15 janvier 2019 

    Le site officiel du Prince Jean de France

    Pour retrouver les messages du Prince sur Lafautearousseau ...

    Famille de France, Prince Jean de France

  • Brexit • « Deal » ou « No deal », report ou pas, voire maintien dans l'UE : les Anglais tous en lutte pour leurs intérêts !

     

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgLes Britanniques sont simplement nationalistes. Sur tous les plans : économique, financier, militaire, politique et identitaire. Et farouchement souverainistes. Leur souverain est le principe actif de leur souverainisme atavique. Il est le reflet et le ciment de leur unité, de leur identité dans la durée. Le loyalisme, la fidélité bien réels qu'ils lui portent sont aussi loyalisme et fidélité à eux-mêmes.  Mais rien n'empêche : les Anglais sont en même temps largement ouverts sur le monde qu'ils sillonnent et connaissent mieux que quiconque depuis la nuit des temps.  

    Ne nous y trompons pas : leurs affrontements actuels au parlement de Westminster ne sont pas pour ou contre l'utopie européiste. Mais sur les voies et moyens optimum à trouver au service des intérêts de la Grande-Bretagne. Quelle que soit la solution qui sortira de leurs querelles, il y a gros à parier qu'ils sauront en tirer les plus grands avantages. 

    L'Angleterre est après l'Allemagne l'État le plus riche d'Europe et le plus indépendant. La France ferait bien de négocier d'ores et déjà pour son propre compte et son propre intérêt des accords bilatéraux de tous ordres directement avec les Britanniques pour régler les suites du Brexit de facto déjà installé depuis longtemps, en réalité depuis toujours. Nous n'avons que faire des accords éventuels à intervenir entre la Grande-Bretagne et les institutions de Bruxelles. En réalité, chacun des 27 États de l'UE agira pour son compte dans les mois qui viennent et selon ses possibilités. D'une coopération franco-britannique bien négociée, la France, si elle sait être aussi âpre négociatrice que le camp d'en face, aurait sans-doute de nombreux avantages à dégager. Le mirage européiste s'éloigne. La coopération inter-européenne - nations et États - est sans-doute la voie d'avenir. Ne restons pas sur le bord du chemin bruxellois.   LFAR

  • Le Qatar finance la construction d’une église chrétienne au Liban !

    Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï et l’ambassadeur du Qatar, Mohammad Hassan Jaber al-Jaber, représentant l’émir du Qatar.

    Antoine de Lacoste 

    téléchargement.jpg

    Le 31 décembre dernier, le patriarche maronite libanais, Mgr Béchara Raï, a inauguré l’église Saint Jean le Bien aimé, dans le Kesrouan, une région majoritairement chrétienne, au nord de Beyrouth.

    Cette église appartient au couvent du Saint Sauveur, et elle ne constitue que la première partie d’un vaste projet qui comprendra une bibliothèque, un amphithéâtre, des logements, le tout sur 1700 m2.

    L’inauguration s’est faite en présence de l’ambassadeur du Qatar au Liban, ce qui est bien le moins, car tout cela est financé par l’émir du Qatar.

    Sans-titre-1-5.jpgEn avril dernier, le même Mgr Raï (photo) posait la première pierre d’une autre église, dédiée à Saint Charbel, le grand saint libanais, mais au Qatar cette fois, sur un terrain offert par l’émir. Trente mille libanais travaillent au Qatar il est vrai, mais de là à offrir un terrain pour une église chrétienne…

    Pour comprendre un processus aussi improbable, il faut remonter à juin 2017 : le nouvel homme fort de l’Arabie saoudite, Mohamed Ben Salmane, décide un blocus contre le Qatar, blocus auquel se joignent les Emirats arabes unis et Bahrein. Motif invoqué : le Qatar finance le terrorisme international (venant du régime le plus islamiste de la planète c’est tout de même assez cocasse) et surtout il entretient de bonnes relations avec l’Iran.

    Le Qatar proteste, appelle au secours l’allié américain qui, bien évidemment, ne bouge pas. Depuis quand Washington contrarie Riyad ?

    Derrière ces différends récents (la relation avec l’Iran notamment), se cache un contentieux plus ancien. Les deux pays les plus riches de la péninsule arabique sont en concurrence depuis des décennies et la vaste offensive de charme du Qatar vis-à-vis de l’Occident se traduisant par des investissements considérables dans le sport ou la culture, ont agacé l’Arabie. Le statut des femmes et des autres religions chez cette dernière ont dégradé son image et le royaume wahhabite est aujourd’hui vu comme un régime totalement rétrograde et intolérant, alors que le Qatar veut échapper à cette image.

    1a91389de2019fcc6006a883a0c0c.jpgLors de la mise en place du blocus, la Turquie avait volé au secours du Qatar et envoyé des soldats dans l’émirat à titre d’avertissement pour Ryad. La bonne entente des deux pays s’explique notamment par leur proximité commune avec les Frères musulmans. Rassuré sur sa sécurité, l’émir qatari (photo) met depuis les bouchées doubles pour se démarquer en tout du voisin honni saoudien. Il a ainsi cessé tout soutien aux milices islamistes en Syrie alors que l’Arabie garde un pied là-bas, et continue à entretenir de bonnes relations avec l’Iran, le grand Satan chiite.

    Le soutien actif à la communauté maronite et sa grande tolérance vis-à-vis des chrétiens jusque sur son sol, constituent un des points d’orgue de la politique qatarie.

    Tant mieux pour les chrétiens d’Orient qui, pour une fois, sont aidés par un puissant voisin. Que ne ferait le Qatar pour contrarier son nouvel ennemi ? ■

    Retrouvez l'ensemble des chroniques syriennes d'Antoine de Lacoste dans notre catégorie Actualité Monde.

  • Marseille & Région, lundi 21 janvier, conférence-débat avec André Bercoff ... A ne pas manquer !

    Programme du lundi 21 janvier 2019 à Marseille

    À 19h, Messe à la mémoire du roi Louis XVI et des victimes de la Révolution, en la Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado. La Messe, chantée, avec musique et orgue, sera célébrée par Monseigneur Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique. L'homélie sera donnée par le père Antoine Deveaux. 

     A 20h30, conférence-débat avec André Bercoff, invité exceptionnel 2019 : « SITUATION EXPLOSIVE DE LA FRANCE ET DU MONDE ». 

    Inscriptions urgentes

    Lieu de l'événement : Maison des Travaux Publics & du Bâtiment, 344 bd. Michelet - 13009 Marseille (Parking gratuit)

    Conférence-débat et buffet-dînatoire : 25 € - Jeunes 15 €

    Renseignements par courriel, texto ou téléphone 

    Courriel : urp@outlook.fr  - Téléphone : 06 08 31 54 97

    Règlements de préférence par PayPal (Noter : « 21 janvier »)

     

    Le nombre de places étant limité, il est conseillé de s'inscrire au plus tôt.

    A noter qu'il ne sera pas envoyé d'invitations par poste. Pour s'inscrire ou se renseigner, prière d'utiliser téléphone ou courriel.

    A faire suivre, diffuser, transmettre ... Merci.

  • LOUIS XVI 2019 ! Annonces ... Être présent !

     

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpg

    Nous publierons ici chaque jour la liste des messes, cérémonies, conférences et manifestations qui nous seront signalées, liste toujours très longue, mise à jour au fur et à mesure que nous en aurons connaissance.

    Par souci d'exactitude, nous n'y intégrons que les annonces complètes avec heure et la localisation exacte.

    Les organisateurs peuvent d'ores et déjà nous informer. 
    Courriel : lafautearousseau@outlook.fr  

    3142979974.jpgAnnonces 

    VENDREDI 18 JANVIER

     Épinal : 18h30, Église Saint Antoine, 12, rue Armand Colle.   

    SAMEDI 19 JANVIER

    Lyon : 10h30, Sanctuaire Saint- Bonaventure, 7 Place des Cordeliers (2ème).

    ■ Toulouse : 10h30, Chapelle Saint-Jean-Baptiste, 7 rue Antonin Mercié. Métro Capitole ou Esquirol ou Parking Esquirol. Messe de requiem célébrée par le chanoine Thibaut d'Aviau de Ternay.  

    ■ Lanvallay (Côtes d'Armor) : 11h, Chapelle du Sacré-Coeur, Prieuré Sainte-Anne.

    Vion, La Chapelle du Chêne (Sarthe) : 12h15, Messe en la Basilique Notre-Dame du Chème, suivie d'un déjeuner-débat avec Guillaume de Thieulloy. Renseignements : 06.64.91.52.45 - 02.43.98.43.44 - 09.86.25.43..27.

    ■ Amiens : 18h30, Chapelle Saint Vincent de Paul, 54 ter rue Jules Barni.

    ■ Équemauville (Calvados): 10h, Eglise Saint Pierre. .

    ■ Fontaine-les-Dijon (Côte d'Or) : 17h, Basilique de la Maison natale de Saint Bernard, Place des Feuillants.    

    DIMANCHE 20 JANVIER

    ■ Paris

    → 10h30, Chapelle Expiatoire, Square Louis XVI, 62 rue d'Anjou (8ème).

    ■  Biarritz : 10h, Église Saint-Martin, 4 Rue Saint-Martin.

    ■ Quimper : 10h30, Église Saint Mathieu, rue du Chapeau rouge.

    ■ Villejuif : 10h30, 24 rue Leon Moussinac.

    ■ Montargis : 10h Chapelle du Château. 

    Aix-en Provence : 10h, Chapelle des Pénitents gris, dits Bourras, 15 rue Lieutaud.

    ■ Calais : 8H45, Chapelle Sainte Victoire, Hames Boucres (Près de Guines)

    ■ Bayonne : 10h30, Église Saint Amand, 52 Avenue Maréchal Soult.

    ■ Reims : 10h30, Église Sainte Jeanne d'Arc rue de Verdun

    ■ Limoges : 10H45, Chapelle Saint-Antoine, rue des Papillons.

    ■ Plouay (Morbihan) : 10h30, Chapelle expiatoire, 6 rue du Haras.

    ■ Belloy-en-France : 11h, Église paroissiale.

    LUNDI 21 JANVIER

     Paris

    → 10h, Rassemblement Place de la Concorde, devant la statue de Rouen, côté Hôtel Crillon, Ambassade des Etats-Unis. 
    → 12h, Saint-Germain-l'Auxerrois, paroisse des Rois de France, Messe célébrée à la demande du Cercle de l’Oeillet Blanc pour le repos de l’âme du roi Louis XVI, en présence des Princes de la Maison de France. 
    → 18h30, Saint Nicolas du Chardonnet, 23 rue des Bernardins (5ème). Métro Maubert-Mutualité ligne 10.
    → 19h, Eglise Saint Eugène - Sainte Cécile, 4 Rue du Conservatoire (9ème arrdt).

     Marseille 

    19h, Basilique du Sacré-Coeur, 81 avenue du Prado. La Messe, dite à la demande de l'Union Royaliste Provençale (Action Française) et du Souvenir Bourbonien, sera célébrée par Mgr. Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique. L'homélie sera donnée par le père Antoine Deveaux. Une soirée conférence-débat suivra avec André Bercoff, invité exceptionnel 2019.

    ■ Lyon : 18h30, Église St Georges, quai Fulchiron. 

    Toulouse : 18h30, Chapelle du Férétra, 116 Rue du Férétra.  

    ■ Toulon : 18h30, Église Saint François de Paule, Place Louis Blanc. 

    ■ Novéant-sur-Moselle : 18h30, Église de Novéant.

    ■ Montpellier : 18h, Chapelle des Pénitents bleus, rue des Étuves (06 81 72 31 11).

    ■ Grenoble : 18h, Collégiale Saint André, ancienne Chapelle Royale, place Saint André.

    ■ Bayonne : 18h30, Église Saint Amand, 52 Avenue Maréchal Soult.

    ■ Biarritz : 18h, Église Saint Joseph, 9 Avenue Victor Hugo. 

    ■ Poitiers : 18h30, Église Notre Dame la Grande.

    ​​■ Chandai (Orne) : 10h30, Monastère Syro-Orthodoxe Notre-Dame de Miséricorde. 

    ​​ Béziers : 19h, Chapelle des Pénitents bleus, 4 rue du 4 septembre.

    ​​​■ Montauban : 18h, Église Saint -Jacques. 

    ​​​Tulle : 18h30, Cathédrale Notre-Dame. Messe à la mémoire du Roi Louis XVI et de sa famille. Seront associées à cette prière toutes les victimes de la barbarie humaine. 

    ​​​■ ​Fontainebleau : 19h. messe pour Louis XVI en l'église du Carmel 16 bis rue du Maréchal Foch. (Et le 26 janvier, à 14h30, Galette des rois à l'hôtel de l'aigle Noir, Place du Général de Gaulle).

    ■ Carcassonne : 11h, Basilique des saints Nazaire et Celse.

    ■ Vannes : 18h30, Église Saint-Patern.

    ■ Brest : 18h30, Chapelle sainte Anne, 43 rue Bruat.   

    ■ Chambéry : 19h, Cathédrale, place Métropole. 

    ■ Sées (Orne) : 18h30, Chapelle de l'Institut Croix des Vents, 55 rue d'Argentré.

     Perpignan

    → 18h30, Église Saint-Mathieu, Rue Grande la Monnaie.
    → 18h30, Prieuré du Christ-Roi, 113 avenue Joffre.

    Tarbes : 18h30, Maison Saint-Paul 51 Rue de Traynes.

    ■ Nantes : 20h, Église Saint Clément.

    ■ Bordeaux
    → 19h, Église Saint-Bruno, 5 Place du 11 Novembre.
    ​→ 18h30, Grosse Cloche, rue Saint-James.

    ■ Caen : 18h45, Église Saint-Sauveur, place Pierre Bouchard.

     Unieux (Loire) : 16h30, 31 rue Holtzer.

    ÉTRANGER

    ALLEMAGNE

    ■ Sarrelouis : 18h30, Eglise Saint Pierre Canisius, Stifstrasse 18, Saarlouis.  

    BELGIQUE

    ■ Tournai : 11h, Cathédrale Notre-Dame.

    MONACO

    ■ 18h30, Église du Sacré-Coeur, 14 chemin de La Turbie.

    SAMEDI 26 JANVIER

    Versailles : 19h, Chapelle Royale du Château de Versailles. Requiem de Cherubini, à la mémoire de Louis XVI. 

    ■ Nîmes : 11h, Église Saint Baudile,

    ■ Caumont-sur-Durance : 18h30, Eglise Saint Symphorien.

    DIMANCHE 27 JANVIER

     Nancy : 10h30, Église Marie-Immaculée, 33 Avenue du Général Leclerc. A partir de 12h30, Fête des Rois de l'USRL et de La Lorraine Royaliste : repas à l'Auberge de Maître Marcel, angle route de Martinvaux et Maron-Chaligny (Renseignements : lalorraineroyaliste@yahoo.fr ou 06 65 64 73 17). 

    Sur le sens à donner à ces activités, lire : 

    LOUIS XVI 2019 ! Mémoire et acte politique fort : marquer le début de notre décadence
  • 2018 ... Plus que jamais pensez à Lafautearousseau !

    D'avance, merci à tous ceux qui voudront bien participer. A partir de 5 € ! 

    Remerciements

    Il nous sera sans-doute difficile de remercier individuellement toutes les personnes qui ont déjà bien voulu répondre à notre appel, envoyer leur don. Qu'elles trouvent, ici, l'expression de notre gratitude 

    Aux autres, nous renouvelons notre appel car Lafautearousseau ne doit pas manquer des moyens de se développer, de diffuser nos idées plus largement encore. Merci ! 

    Faute de pouvoir remercier personnellement chaque donateur, voici la liste des localités d'où nous sont parvenus des dons. (106 localités, à ce jour). Ceux et celles qui ont eu la générosité de répondre à notre appel s'y identifieront :
    Aix en Provence – Allauch - Ancenis - Attiches - Aubagne - Barcelonne du Gers – Beauvais – Bellac _ Bièvres – Bordeaux - Boulogne-Billancourt - Bourron Marlotte - Caen - Cagnes sur Mer – Calais - Camburat - Carignan de Bordeaux - Castres - Cergy - Chalon sur Saône - Champagne en Mont d'Or – Châtellerault - Chatillon - Chatillon sur Seine – Colayrac-Saint-Cirq - Cormontreuil - Courbevoie - Dammarie-les-Lys - Dignes-les-Bains - Draveil - Eguilles - Eyrans - Feucherolles – Fontaine – Fontainebleau - Fontenay-aux-Roses - Gercy - Gergy - Grenoble - Grosrouvre - Guilherand Granges - Langley - La Seyne sur Mer - Le Hezo - Le Mans - Le Perreux-sur-Marne – Les Aileuds - Les Angles - Lille - Limoges - Lodz (Pologne) - Maisons-Alfort - Manosque – Marcq en Baroeul - Mâron - Marseille – Martigues – Melun - Menton - Méreau - Merigny - Meylan - Montélimar - Montigny les Bretonneux - Montpellier - Montreuil - Moulins - Nans les Pins - Nantes - Narbonne – Nevian - New-York - Pagny sur Saulx - Paris – Plan-de-Cuques - Ploemeur - Pyla sur Mer - Reims - Rioux - Robiac-Rochessadoule - Roquemaure - Roquevaire - Rueil Malmaison – Saint-Blaise-du-Buis - Saint-Gratien - Saint Ismier - Saint-Nauphary- Saint-Paterne-Racan - Saint-Sulpice-La-Pointe - Sainte-Mère-Église - Samois-sur-Seine - Saverne - Sèvres - Sorcy-Saint-Martin - Spa (Belgique) - Strasbourg - Tarare - Toulon - Toulouse - Tours - Triel sur Seine - Varilhes - Versailles - Vichy - Ville d’Avray - Voreppe. 

  • Remerciements ...

     

    Courriel : lafautearousseau@outlook.fr 
    Chèques à l’ordre de : Les Amis de Lafautearousseau,
    Envois : 48 rue Sainte-Victoire, 13006 Marseille
    En ligne (en toute sécurité) : Via PayPal  
     
  • Lafautearousseau c'est une équipe, un ensemble d'auteurs ... Il est bon de le faire savoir !

     On voudra bien nous signaler les éventuels oublis ... Toujours possibles.

  • Inscrivez-vous ! La Lettre de Lafautearousseau est gratuite, vous pouvez la recevoir tous les matins

     

    La lettre de Lafautearousseau est gratuite. Elle est adressée tous les matins  à la totalité des inscrits. Si ce n'est déjà fait, inscrivez-vous !

    Pour s'inscrire, il vous suffit de vous reporter à la rubrique Newsletter de notre page d'accueil, puis d'inscrire votre adresse de messagerie dans la case email et de cliquer sur Envoyer. (Colonne de droite, en partie haute).

    Ainsi, vous ne pourrez pas oublier de lire chaque jour nos nouvelles publications.

    Saisissons l'occasion pour remercier celui qui, tous les matins, vers 6h45 lance le processus d'envoi de La lettre de Lafautearousseau qui vous est destinée. Vous la recevrez assez tôt dans la matinée.

    Bien-sûr, il vous est de toute façon possible de lire Lafautearousseau au quotidien, quand vous le souhaitez, en l'intégrant à vos favoris ou en le recherchant sur Google. Bonne lecture à tous !   

    Lafautearousseau   

  • Ephéméride du 16 janvier

    Lérins, aujourd'hui

     

    430 : Mort d'Honorat d'Arles 

    Egalement appelé Saint Honorat, ou Honorat de Lérins, il est le fondateur de l'Abbaye de Lérins (vers 400-410). 

    16 janvier,saint simon,vauban,louis xiv,versailles,le régent,louvois,memoires de saint simon

    Juste en face de Cannes (ci-dessous) les îles de Lérins abritent un monastère florissant, autrefois protégé par une forteresse aujourd'hui en partie ruinée (ci-dessus).

    16 janvier,saint simon,vauban,louis xiv,versailles,le régent,louvois,memoires de saint simon

    http://www.abbayedelerins.com/ 

    http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/synaxaire/stHonorat.htm  

    16 janvier,saint simon,vauban,louis xiv,versailles,le régent,louvois,memoires de saint simon

    Lire la suite

  • Mathieu Bock-Côté : « Éloge de l'héritage »

    « La grande obsession de Terra Nova est de liquider le vieux monde, comme si nos sociétés devaient renaître en abolissant le principe de continuité ». [Palais du Louvre]

    Par Mathieu Bock-Côté 

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpg

    Terra Nova vient de publier un rapport qui préconise une hausse massive de l'impôt sur les successions. Mais favoriser une fiscalité confiscatoire sur les héritages a sans-doute pour but et aura pour effet de sectionner les liens entre les générations et de lacérer le lien social. De cet article de Mathieu Bock-Côté [Le Figaro, 12.01] nous extrayons trois idées-force qui se rattachent directement à notre école de pensée : « Une société en guerre contre l'héritage est en lutte contre elle-même » ; « Il fallait liquider une France nostalgique de son identité passée et en faire naître une nouvelle, mieux adaptée aux appartenances hybrides, à la fluidité identitaire et à la mondialisation » ; « Un homme ne devrait plus se soucier de sa lignée ou chercher à transmettre plus qu'il n'a reçu ». LFAR

    tile00x02.jpg

    Terra Nova s'est fait connaître depuis 2008 à la manière d'un think-tank à l'avant-garde du progressisme.

    On lui doit d'avoir théorisé la stratégie invitant la gauche française à rassembler les différentes minorités identitaires et les élus de la mondialisation dans une nouvelle majorité politico-idéologique, censée convertir la France d'hier au génie de la société diversitaire. Les classes populaires devenues culturellement conservatrices étaient abandonnées. Il fallait liquider une France nostalgique de son identité passée et en faire naître une nouvelle, mieux adaptée aux appartenances hybrides, à la fluidité identitaire et à la mondialisation. Telle serait apparemment la loi de l'hypermodernité: rien ne devrait plus être comme avant.

    Il faut garder cela à l'esprit quand on se penche sur la nouvelle contribution du think-tank à un « grand débat » dont les termes demeurent étrangement incertains. Terra Nova vient ainsi de proposer dans un rapport une augmentation massive de l'impôt sur les successions, comme le notait Virginie Pradel le 8 janvier dans Le Figaro . Je n'entends pas ici revenir sur les aspects techniques de la proposition de Terra Nova, mais sur l'arrière-fond philosophique qui pousse les « progressistes » à favoriser une fiscalité confiscatoire en matière de succession au nom de la lutte contre les inégalités.

    Dans la perspective progressiste, un monde juste serait un monde mis à plat régulièrement, empêchant que ne se forment au fil des générations des hiérarchies toujours condamnables. On trouve ici une utopie qui sans cesse se recompose, celle d'une société capable de remettre le compteur à zéro à chaque génération, autrement dit qui parvienne à faire table rase en étendant sans cesse l'application du principe égalitaire. On comprend que la grande obsession de Terra Nova est de liquider le vieux monde, comme si nos sociétés devaient renaître en abolissant le principe de continuité.

    Faut-il le dire, c'est aussi dans cet esprit qu'on a assisté, depuis plus d'un demi-siècle, à la déconstruction progressive de l'école et de l'éducation. Selon le vocabulaire consacré, il fallait abolir la figure de l'héritier, comme si la modernité devait correspondre à une perpétuelle nuit (d'abolition) des privilèges. On connaît le résultat: plutôt que relever le niveau culturel des milieux défavorisés, c'est l'idée même de culture générale qu'on a fait exploser. Une société en guerre contre l'héritage est en lutte contre elle-même, et se prépare à se confier à des planificateurs sociaux à l'imagination hasardeuse.

    Mais c'est la nature humaine qu'on heurte ainsi. Le progressisme se laisse aller à une agression anthropologique. Il réduit le désir de transmettre à une forme d'égoïsme pathologique, lié à la persistance de valeurs familiales régressives qui rendraient l'homme étranger au bien commun. Un homme ne devrait plus se soucier de sa lignée ou chercher à transmettre plus qu'il n'a reçu. Il ne devrait plus travailler pour céder un monde meilleur à ses descendants puisqu'il contribuerait ainsi à l'injustice sociale. Pour le dire autrement, il ne devait travailler qu'à l'horizon de sa propre vie. La modernité, ici, révèle sa tentation nihiliste.

    Une véritable ascension sociale

    La transmission du monde est la condition de sa sauvegarde, et rien ne dure sans le désir de durer. Qui veut sectionner les liens entre les générations lacère en fait le lien social. Dès lors, on ne saurait œuvrer consciemment à la neutralisation programmée de la transmission familiale sans condamner la société à un double mouvement de collectivisation aliénante et d'individualisation abstraite. L'individu détaché de ses appartenances, coupé de sa communauté, éloigné de sa famille, se retrouve finalement bien seul devant une administration qui prétend mieux savoir que lui comment gérer sa vie et le voit comme un pion dans son système. Cette société planifiée quadrillant tout le réel pour éviter que quoi que ce soit ne lui échappe est au fond d'elle-même hostile aux libertés les plus fondamentales.

    La lutte contre les inégalités est essentielle et la colère révélée par les « gilets jaunes » rappelle que la réactivation de l'ascenseur social est une nécessité vitale. Le combat pour la justice sociale rappelle aux hommes qu'ils forment une communauté où chacun est appelé au bien commun et qui donne aux enfants de tous les milieux l'occasion d'une véritable ascension sociale. Nul n'est assez bête, non plus, pour croire qu'elle repose sur le seul mérite individuel, sans que ne pèsent sur elle de puissants déterminismes sociaux. Chacun doit contribuer selon ses moyens à la construction d'institutions valables pour tous.

    Mais rien de tout cela ne doit obligatoirement se penser à l'aune de l'utopie de la table rase, qui pousse la quête égalitariste à jeter à terre tout ce qui l'entrave, en créant une horizontalité morne, qui rapetisse l'homme en croyant le libérer.   

    Liens
    Les classes populaires devenues culturellement conservatrices
    Virginie Pradel le 8 janvier dans Le Figaro
    Mathieu Bock-Côté 
    Le-nouveau-regime.jpgMathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise. Il est l'auteur d'Exercices politiques (éd. VLB, 2013), de Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (éd. Boréal, 2012) et de La dénationalisation tranquille (éd. Boréal, 2007). Ses derniers livres : Le multiculturalisme comme religion politiqueaux éditions du Cerf [2016] et le Le Nouveau Régime (Boréal, 2017). 
  • Sérotonine, de Michel Houellebecq. Le Oui et le Non à la vie

     Par Javier Portella

    blue-wallpaper-continuing-background-wallpapers-bigest-images - Copie.jpgJusqu'ici Javier Portella nous avait remarquablement éclairés sur les événements d'Espagne, nous permettant d'ajouter ses réflexions très documentées aux nôtres. Mais nous constatons qu'il a bien des cordes à son arc. Voici en effet qu'il vient de produire un article superbe et profond [Boulevard Voltaire, 13.01] sur le dernier livre-événement de Michel Houellebecq. Nous avons déjà dit que nous reviendrions sur ce dernier opus. Et nous n'en avons pas fini car son importance n'est pas - si l'on peut dire - seulement littéraire. Lisez donc !    LFAR

     

    77dae4cee53d71a6de676a118bdb1379.jpeg.jpg

    Il m’a laissé à la fois heureux et accablé, le dernier roman d’Houellebecq. Heureux ? Non. Quel bonheur peut apporter une histoire qui, aussi réjouissants que soient ses sarcasmes à l’encontre des bobos, baigne dans une tristesse si épaisse ? Oublions le bonheur, le plus usé (et faux) des mots. Ce que cette histoire m’a apporté, c’est la plénitude déchirée – ce n’est pas pareil : c’est infiniment mieux – qu’apporte tout grand chef-d’œuvre.

    Et celui-là en est un. C’est peut-être la plus grande des œuvres qu’Houellebecq nous a offertes. C’est, en tout cas, la plus déchirée et décharnée, la plus nihiliste et désespérée. Nul espoir n’y est permis. Cent ans de solitude, disait García Márquez. Pas cent ans, cent siècles, semble dire Houellebecq, en songeant surtout au nôtre : au siècle dont les hommes tombent plus seuls et plus nus que jamais dans l’abîme où halètent échec, ruine et décomposition.

    Et pourtant…

    Si ce n’était que cela ; si Houellebecq se bornait à cela ; si tout se réduisait à un plaidoyer sur la noirceur du monde et le non-sens de la vie, ni ce livre n’aurait rien à voir avec l’art, ni je ne m’y serais plongé à fond. C’est toujours la même chose qui m’arrive avec Houellebecq – et avec Céline aussi, cet autre génie auquel il ressemble à tant d’égards.

    En un sens, je suis profondément en désaccord avec ses idées. Ma sensibilité, si différente, ne peut que se soulever face à une vision tellement désolée du monde. Comment pourrais-je y adhérer quand, tout en souffrant et tout en combattant cette désolation, je fais mien l’amor fatinietzschéen : l’acceptation – non résignée : offensive – des desseins du sort ; le grand vitalisme qui conduit Nietzsche à s’exclamer : « Je veux en toute circonstance être celui qui dit Oui »« le grand Oui à toutes les choses élevées, belles, téméraires, le grand, le sacré Oui à la vie ».

    2051844117.jpgEt face à cela, le grand Non à la vie que balbutient les personnages d’Houellebecq, notamment ce Florent-Claude Labrouste dont les actions… ou non-actions charpentent Sérotonine. Ce qui se passe, c’est que le Non d’Houellebecq n’est jamais univoque. Il l’exprime avec un tel humour et un tel art qu’à travers lui grouille toute la contradictoire complexité d’une vie qui, avec ses mille tendresses et mesquineries, ses mille amours et désamours, ses mille bontés et méchancetés, souffle et se débat face au grand Néant qui prétend l’engloutir.

    À l’occasion – et elle est cruciale –, la vie souffle même en prenant la hauteur d’un combat politique où Houellebecq manifeste toutes ses sympathies. Elles vont à l’ancienne et aujourd’hui dépossédée aristocratie rurale, ainsi qu’aux paysans – les seuls à se sauver du grand désastre postmoderne – en butte à la spoliation entreprise par Bruxelles et par les grandes entreprises du capitalisme mondialisé.

    Non, le désarroi qui anéantit les personnages d’Houellebecq n’est pas seulement un désarroi psychologique, intime, individuel. Ou, s’il est individuel, c’est dans la mesure où il est individualiste. Ce qui les accable, c’est le désarroi qui fait chavirer les hommes dépourvus d’amour érotique, et d’attaches familiales, et des liens d’un peuple, et de l’enracinement dans des traditions, et de la fermeté d’un ordre donnant un sens à la vie vouée à la mort.

    S’il en est ainsi, si se déploient dans l’œuvre les deux moteurs qui, s’affrontant, poussent le monde – le Oui et le Non, la vie et la mort –, qu’importe alors que la littéralité de l’œuvre privilégie celui des deux moteurs qui ne serait peut-être celui qu’on tendrait à privilégier ? ■  

    Écrivain et journaliste espagnol

  • Découvrir, lire, le numéro de janvier de Politique magazine et pourquoi pas ? s'y abonner ...

    Au sommaire de ce nouveau numéro ...

    Les noires humeurs de Macron. 

    Dossier : Immigration et terrorisme. 

    France : Que faire des étrangers délinquants ? 

    Monde : Rien ne va plus dans la « Davocratie » !

    Et aussi dans ce numéro…  54 pages d’actualité et de culture !

    vignette-176-429x600.jpg

    Sommaire du mois

    S’abonner à Politique magazine