Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

* Famille de France, Prince Jean

  • Famille de France • Les Princes Gaston et Antoinette de France au ski

     

    Après avoir célébré Noël en Autriche, le Duc et la Duchesse de Vendôme et leurs enfants les Princes Gaston, Antoinette, Louise-Marguerite et Joseph ont pris leurs quartiers d’hiver dans une station de ski du canton de Berne en Suisse. Durant cette semaine le Prince Jean et la Princesse Philomena ont descendu les pistes en famille.

    unnamed10-1.jpg

    La Princesse Antoinette a pris beaucoup de plaisir à s’initier à la pratique des sports d’hiver avec son moniteur.

    unnamed-25.jpg

    unnamed14-1.jpg

    A la fin du séjour le Prince Gaston et la Princesse Antoinette posent avec leur moniteur de ski. (source: Noblesse & Royauté)

  • Famille de France • La princesse Antoinette de France a fêté hier ses cinq ans ... Joyeux anniversaire !

     

    La princesse Antoinette, Léopoldine, Jeanne, Marie, fille de Leurs Altesses Royales le Duc et de la Duchesse de Vendôme, a célébré hier en famille son cinquième anniversaire.

    La petite princesse est née le 28 janvier 2012 à Vienne en Autriche dans un hôpital dont la création avait été décidée par l’empereur Joseph II d’Autriche, frère de la reine Marie-Antoinette.

    La princesse Antoinette de France vit avec ses parents le Dauphin et la Dauphine de France dans leurs résidence du domaine royal de  Dreux, en compagnie de ses frères le prince Gaston de France et le prince Joseph de France, ainsi que sa petite sœur la princesse Louise-Marguerite de France.

    Nous lui souhaitons un Joyeux Anniversaire. Lafautearousseau 

    Source La Couronne

  • Famille de France & Patrimoine • Le domaine royal de Dreux sous la neige

    La chapelle Royale Saint-Louis de Dreux

     

    D’Ouest en Est, la neige a étendu son long manteau royal aux couleurs de la monarchie, sur la France.

    En ce début d’année, nous vous proposons un peu de poésie apaisante grâce à ces photos récentes  et superbes du Domaine royal de Dreux sous la neige.

    Nous pouvons imaginer que nos petits princes, Gaston, Antoinette et Louise-Marguerite de France ont dû s’en donner à cœur joie.   •

    (Copyright photos : Natalia Meliashkevich)

     

    HtaIt4oMAU8.jpg

     Les lieux où résident les Princes

     

    unnamedt-1.jpg

    La statue de Saint-Louis trône dans le parc recouverte de son blanc manteau

     

    1_h6DhsHsfM.jpg

    Les jardins du Domaine Royal de Dreux

     

    15780748_1222267797840285_4199067187628238803_n.jpg

     Les jardins du Domaine Royal de Dreux

     

    unnamedrt.jpg

     Les petits amis à plumes du Prince Gaston sortent du poulailler après l’averse de neige.

    Source : La Couronne

     

  • Vivent nos princes !

    Le duc et la duchesse de Vendôme avec leurs trois premiers enfants, Gaston, Antoinette et Louise-Marguerite. Depuis, le prince Joseph est venu agrandir la famille 
     
    par François Marcilhac 
     

    500021990.3.jpgEn ce début d’année électorale qui verra, au printemps prochain, l’élection d’un nouveau président de la République, et celle d’une nouvelle Assemblée nationale, comment ne pas tourner nos pensées vers nos princes avec encore plus d’attachement et de regret que de coutume ? Le regret, tout d’abord, de leur absence à la tête de l’État, qui débouche sur celui de voir le pays de nouveau livré à ces joutes politiciennes qui lui font tant de mal. Encore ces joutes seraient-elles temporaires et permettraient la nomination d’un président assurant pour les cinq années suivantes une direction ferme du pays dans le seul intérêt des Français : nous pourrions considérer la période qui s’ouvre comme un mal nécessaire. Malheureusement, ce n’est pas le cas. D’autant que le quinquennat n’a fait que raccourcir encore le délai entre deux campagnes tout en conservant le mal inhérent au système que le septennat contenait déjà en lui : confier la charge suprême à celui qui aura su à la fois se montrer le plus habilement démagogue et bénéficier du soutien le plus constant de l’oligarchie.

    Malheur républicain

    Lors de l’intronisation de Philippe VI, un journaliste de la gauche espagnole avait déclaré sur les ondes françaises se sentir frustré, voire humilié de ne pas pouvoir participer au choix du chef de l’État : il nous enviait, nous, qui avions cette possibilité ! Quelle erreur de perspective ! Il avait la chance de voir se succéder dans la continuité la mieux assurée, l’un incarnant après l’autre l’histoire vivante de sa nation, le fils à son père dans ce lien charnel au peuple qu’entretient toute dynastie royale, et c’est nous, Français, qu’il enviait, nous dont la dynastie nationale est la plus ancienne d’Europe, nous, dont le descendant de saint Louis, de Louis XI, d’Henri IV ou de Louis-Philippe, le petit-neveu de Louis XIV ou de Louis XVIII, pourrait présider à notre destinée, et qui sommes contraints de désigner tous les cinq ans à la tête d’un État millénaire un de ces vulgaires politiciens que des partis politiques coupés des Français et indifférents à l’intérêt national auront indiqués à notre vote ! Qui doit se sentir frustré, voire humilié ? Car le beau choix que voilà ! D’autant, qu’en dépit des primaires, mascarade totalement phagocytée par les partis, les Français n’ont que celui de se prononcer entre des personnalités qui, non contentes d’être quasiment interchangeables, leur ont été imposées ! Humiliés, les Français le sont tous les cinq ans, quand ils sont les victimes de cette supercherie électorale qui leur donne l’illusion d’une souveraineté que les partis politiques, la finance internationale et des institutions supranationales, sans compter des médias aux bottes, ont transformée en songe pathétique. Oui, la démocratie est bien le régime des faux-semblants : faux-semblant d’une souveraineté populaire réduite à jouer les utilités d’un système qui verrouille tous les pouvoirs, faux-semblant d’une opinion publique préfabriquée par des médias aux ordres, faux-semblant d’un État qui ne peut plus assumer ses fonctions régaliennes et assurer les conditions du bien commun, déchiré qu’il est entre les intérêts privés et partisans qui le colonisent et la soumission à des structures politiques, administratives et financières supranationales qui lui interdisent toute décision indépendante. Le roi était empereur en son royaume : aujourd’hui que l’Europe a supprimé jusqu’aux frontières nationales, comment la question d’un souverain vraiment indépendant, à l’intérieur, des factions et, à l’extérieur, d’empires de tous ordres, pourrait-elle encore se poser à une république qui est devenue définitivement le règne de l’étranger ?

    Supercherie démocratique

    Le premier qui, ayant inventé le mythe de la Volonté générale, s’avisa de dire : « vous êtes souverains », et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la supercherie démocratique. Oui, la démocratie humilie le peuple. Et doublement : en lui faisant prendre des vessies pour des lanternes et les élections présidentielle et législatives pour un mode de désignation libre et sincère ; en le faisant participer, dès lors, à son propre asservissement.

    Quel qu’il soit, le prochain président appartiendra à une caste politique qui communie dans le renoncement à la France. Car notre inquiétude est décuplée de ce sentiment d’urgence qui nous habite désormais, non pas tant en raison des événements tragiques auxquels la France est confrontée depuis deux ans qu’en raison de ce dont ces événements sont le symptôme : celui de la dislocation progressive de notre nation comme communauté unie, partageant un même héritage et, parfois au cœur même de sa contestation, une même civilisation. Des élites s’autorisant de leur élection démocratique, mais n’en ayant pas reçu le mandat, ont, depuis plusieurs décennies, décidé de changer le visage de la France et largement entamé ce changement.

    Un dogme d’État

    Ces mêmes élites ont progressivement interdit aux Français, par des lois toujours plus liberticides, de s’opposer à leur politique tout en dénigrant, soit en le ringardisant, soit en le criminalisant, l’héritage national. Le multiculturalisme est devenu un dogme d’État tandis que les antiracistes professionnels font preuve d’un racialisme obsessionnel à partir du moment où il vise les Français de souche. Les mêmes, usant des mêmes procédés, violant parfois le vote explicite des Français, ont livré le pays à une administration supranationale tout en s’attaquant aux fondements de la société et en cherchant à interdire, là encore, tout sursaut. Étrangement, l’avortement est revenu au centre du débat politique à la fin de l’année, contredisant les propos de ceux qui, un peu superficiellement, y voient un sujet lunaire. Mais c’est, avec la complicité d’une droite veule et lâche, pour s’attaquer à la liberté d’expression et d’information – une nouvelle loi liberticide qui, si elle est définitivement adoptée avant la fin février, ne sera pas abrogée de sitôt…

    Nous n’avons pas évoqué, en ces premiers jours de janvier 2017, l’actualité politicienne immédiate. Nous en aurons, malheureusement, amplement l’occasion jusqu’au printemps prochain. Nous avons même refusé d’évoquer aucun nom car il s’agissait, auparavant, de rappeler l’essentiel : les conditions de la souveraineté et des libertés, le mal-être du pays, les menaces qui pèsent sur son existence même. Nous avons commencé en parlant de nos regrets. Nous finirons sur notre attachement : il est indéfectible envers nos princes, car ils sont le passé, le présent et l’avenir de la France; son histoire vivante. Sans eux, tout est incertain, leur absence rendant même possible notre disparition comme nation. Avec eux, en revanche, les conditions de la renaissance seront réunies. C’est pourquoi, les vœux que je forme pour la France et pour les Français, je les lui adresse, je les leur adresse à travers ceux que l’Action française, dans son ensemble, forme pour Mgr. le comte de Paris, le dauphin Jean et le jeune prince Gaston. Dans son dernier livre, le Prince écrit : C’est à nous de redonner son rang à notre pays, d’affronter une globalisation que nous n’avons pas voulue. La France millénaire ne peut perdre son identité. Il est encore temps. * L’année 2017 ne nous décevra pas si elle nous rapproche du retour du Roi. À nous d’y travailler sans relâche : ce retour dépend aussi de nous car, conclut le Prince, l’avenir appartient à ceux qui agissent . 

  • Ephéméride du 31 décembre

    Fondé par Henri III le 31 décembre 1578, l'Ordre du Saint-Esprit et, ci-dessus, le prince Jean de France qui s'est porté acquéreur du collier de l'Ordre du Saint-Esprit créé par Ouizille et Lemoine, que porta Louis-Philippe, alors Duc d’Orléans, ancêtre du Duc de Vendôme, lors du sacre de Charles X, autre ancêtre du Prince Jean

     

    406 : Les tribus barbares franchissent le Rhin 

    La tradition rapporte que cela s'est passé dans la région de Mayence, durant la nuit du 31 décembre : cette année-là, en effet, un hiver exceptionnellement rigoureux a gelé le fleuve durablement et en profondeur.

    Mais il a certainement fallu, en fait, beaucoup plus d'une nuit. 

    http://clovis1er.free.fr/lesgrdsinvasions.htm 

    En réalité, cette grande poussée des peuples barbares n'est qu'une conséquence : au fin fond de l'Asie, les Huns ont entamé leur migration vers l'ouest, et chassent les Vandales et les Sarmates, qui à leur tour chassent les goths (wisigoths et ostrogoths) et ainsi de suite, par un effet de domino.

    Le limes rhénan (ci dessous, reconstitution dans la région de Mayence) ne peut plus suffire à contenir la poussée : ce sont les Grandes Invasions.  

    http://danyburn.tv-com.net/Rouromain01/TXTlimes00.htm  

    Lire la suite

  • Famille de France • Le prince Gaston et la princesse Antoinette de France en bergers de la Crèche de Noël à Dreux

    S.A.R le pince Gaston de France

     

    Samedi 10, dimanche 11 et lundi 12 décembre, dans le cadre du marché de Noël organisé à Dreux, les deux enfants aînés du Duc et de la Duchesse de Vendôme, S.A.R le pince Gaston de France et sa petite sœur, S.A.R la princesse Antoinette de France, ont animé avec d’autre enfants de leur paroisse une très belle crèche vivante devant l’église Saint-Pierre. Nos petits princes de France étaient déguisés pour l’occasion en petits bergers. Ils ont pris soin des ânes, des moutons, des poneys et autres animaux de la ferme réunis autour des personnages de la crèche, le temps de cette manifestation. (Copyright photos : Natalia Meliashkevich) 

    15494046_1620001758294443_347378469_n.jpg

    S.A.R la princesse Antoinette de France

    Sources

    Noblesse et Royautés

    La Couronne

  • Après-midi d'exception autour des Princes, samedi dernier à Dreux

    Le Prince Jean de France, lors de son intervention

     

    3578948983.jpgL'Association Gens de France avait invité ses adhérents et leurs amis, amis de la Maison de France, samedi dernier, 10 décembre, à Dreux, pour un après-midi autour des Princes, le Duc et la Duchesse de Vendôme.

    Disons-le très simplement : Leur accueil a fait de cette rencontre un moment particulièrement agréable, joyeux malgré les circonstances que traverse la France, et aussi fort intéressant à raison du programme qui avait été prévu.

    Tous les participants ont remarqué l'accueil, l'attention et le soin particulier de la princesse Philomena envers ses hôtes et pour la réussite parfaite de la journée. Le prince Jean, de son côté, étant, comme toujours, attentif à tous et à chacun.

    L'après-midi s'est ouvert par l'Assemblée Générale de Gens de France, que préside la princesse Philomena. Ce fut l'occasion d'un remarquable rapport moral du Prince Jean. Parmi les diverses et nombreuses activités de la famille princière en 2016, se détache, tout naturellement, le voyage du Prince en Syrie, lors des fêtes de Pâques. L'actualité la plus immédiate souligne, s'il en était besoin, l’opportunité et l’importance toute particulière de ce voyage.

    Après quelques premiers moments de pause, l'Assemblée Générale de Gens de France étant terminée, les participants eurent la chance d'écouter une excellente conférence de Pierre de Meuse : « Le Sacre ». Pierre de Meuse en donnera peut-être un jour une version rédigée pour les lecteurs de Lafautearousseau.

    Vint ensuite le temps d’un grand nombre de conversations particulières avec les Princes ou entre participants à cette rencontre, conversations longtemps prolongées, autour d’un buffet convivial très réussi dont tout le mérite revient à la princesse Philomena.  

    Une délégation de 12 jeunes militants de la Fédération Ile-de-France d’Action française ont aidé à l’organisation de l’ensemble de la réunion et avant le feu d’artifice final, les Princes ont tenu à remercier chacun des volontaires, qui avaient accepté de bousculer leur emploi du temps personnel, estudiantin ou professionnel pour se mettre à leur service.

    Lafautearousseau était bien-entendu au rendez-vous de Gens de France. On notait ainsi la présence de Jean Gugliotta, M. et Mme Jean-Louis Hueber, Paul Léonetti et Gérard Pol, auxquels nous associerons Pierre et Catherine de Meuse qui, tous deux, collaborent à notre site, ainsi que Philippe de Saint Robert qui nous a, en plusieurs occasions, manifesté ses encouragements et son soutien. Outre son œuvre littéraire et politique importante, on sait qu’il fut Commissaire général de la langue française.

    Un magnifique feu d’artifice tiré depuis le Domaine Royal en l’honneur des cinq cents ans du beffroi de Dreux a clôturé cet après-midi autour des Princes que tous ont chaleureusement remerciés.  Lafautearousseau 

     

    IMG_0769 BBB.JPG

    La Princesse Philomena ouvrant l'Assemblée Générale de Gens de France

    IMG_0774 BBB.JPG

    Pierre de Meuse au cours de sa conférence

  • Famille de France • La Famille royale de France à Reims pour une exposition de la princesse Marie

    « Les Princes ont pu échanger ainsi avec l’Archevêque de Reims et les artistes. Ils en ont aussi profité pour faire découvrir la ville des Sacres et sa Cathédrale à leurs enfants le jour des 7 ans du Prince Gaston » 

     

    Dans le cadre de l’Année de la Miséricorde et pour une opération de sensibilisation lancée par l’Archevêque de Reims, Monseigneur Jordan, afin de restaurer l’Église Sainte Geneviève, la Princesse Marie exposait à Reims une de ses œuvres « Le retour de l’enfant prodigue » d’après Rembrandt, avec une vingtaine d’autres artistes.  

    Au vernissage de l’exposition, en présence de Monseigneur Jordan, la Princesse était accompagnée de son époux le Prince Gundakar et de son frère le Prince Jean venu avec sa famille pour l’occasion. Les Princes ont pu échanger ainsi avec l’Archevêque de Reims et les artistes. Ils en ont aussi profité pour faire découvrir la ville des Sacres et sa Cathédrale à leurs enfants le jour des 7 ans du Prince Gaston. Vous pouvez voir les photos de cette journée à Reims sur le site de S.A.R le prince Jean de France.    

    Le site de S.A.R le prince Jean de France

  • Ephéméride du 11 décembre

    Mariage du prince Jean de France et de la princesse Philomena, le 2 mai 2009, à Chantilly, où fut la demeure des princes de Condé

     

    1686 : Mort de Louis II de Bourbon-Condé, dit le Grand Condé 

     

    D'abord duc d'Enghien, il devint Prince de Condé.

    Son influence fut décisive et capitale à un moment lui aussi décisif et capital de notre Histoire. En remportant ses grandes victoires, comment ne pas voir qu'il fut le bras armé de notre politique extérieure et que c'est grâce à ses rares talents militaires que la France dût de voir couronnés les efforts de sa politique et de sa diplomatie...

     

    m505204_02de221_p.jpg

    Lire la suite

  • Famille de France • Aujourd'hui, assemblée générale de « Gens de France » à Dreux, autour des Princes

     Photo B. Rindoff Petroff/Getty images

     

    DERNIERE MINUTE : CHANGEMENT DE LIEU

    POUR DES RAISONS DE SECURITE L'ASSEMBLEE GENERALE PUIS LA CONFERENCE SE TIENDRONT AU MARKET PUB, 19 RUE MERIGOT, DREUX

     

    Aujourd'hui, le Duc de Vendôme et la Duchesse de Vendôme, Présidente de l’Association Gens de France, recevront leurs amis et adhérents de l’Association au Domaine Royal de Dreux. 

    Après l’intervention de la Duchesse de Vendôme, l’assemblée de l’association, l’allocution du Duc de Vendôme, Président d’Honneur de Gens de France et une conférence de Pierre de Meuse, un goûter convivial sera servi aux invités des Princes.

    Les participants pourront alors converser avec les Princes, les membres du bureau de l’association Gens de France et avec les autres membres de l'Association dans une atmosphère amicale.

    A 19 heures, un magnifique feu d’artifice sera tiré depuis le Domaine Royal, en l’honneur des 500 ans du beffroi, et illuminera la ville de Dreux. Ainsi sera clôturé cet après-midi autour des Princes, à Dreux. 
  • Ephéméride du 10 décembre

    L'actuel duc de Vendôme, le prince Jean de France, ici à Dreux

     

    1710 : Victoire décisive de Louis-Joseph de Bourbon, duc de Vendôme, à Villaviciosa 

     

    L'arrière-petit fils d'Henri IV, brillant général qui s'est acquis dans l'Histoire le nom flatteur de « grand Vendôme », avait été envoyé en Espagne par Louis XIV, à la demande expresse de Philippe V, pour redresser une situation qui pouvait sembler à maints égards désespérée : la brillante victoire qu'il remporta à Villaviciosa sur les troupes anglaises du général Stanhope fut décisive, en ce sens qu'elle marqua, enfin, le tournant de cette interminable Guerre de Succession d'Espagne, qui laissait toute l'Europe épuisée : 

     

    http://www.museehistoiredefrance.fr/index.php?option=com_oeuvre&view=detail&cid=137 

     

    L'année précédente, à Malplaquet, bien que vaincue, l'armée française avait infligé de telles pertes aux anglos-prussiens que ceux-ci avaient dû renoncer à envahir la France. Dans quelques mois, le Maréchal de Villars remportera la victoire de Denain...

    10 décembre,villaviciosa,vendôme,guerre de succession d'espagne,prix nobel,cesar franck,panis angelicus

    Le grand Vendôme, par Jean-Gilbert Murat

    C'est Philippe V lui-même qui avait sollicité de son grand-père la présence, à ses côtés, du grand général : le duc d'Anjou, devenu roi d'Espagne, avait alors vingt-sept ans, et il était de robuste constitution; mais, le soir de la bataille, après être resté si longtemps à cheval, il était épuisé : on jeta un manteau sur la neige durcie et il s’y endormit.

    Vendôme fit apporter les 54 drapeaux et les 14 étendards pris aux anglais, hollandais, palatins et catalans. Il en couvrit le dormeur et en pavoisa sa tente. Le lendemain, à l’aube, il dit au roi : « Votre majesté a dormi dans le plus beau lit où jamais roi ait couché ! »

    Don Pedro de Veca alla porter à Marly la nouvelle de cette victoire, qui assurait définitivement la possession du trône d’Espagne à la maison de Bourbon. Louis XIV était à table : « Pour ce surprenant changement dans les affaires d’Espagne, dit-il, il n’a fallu qu’un homme de plus, mais cet homme était Vendôme... »
     
    Jacques Bainville a montré le bien-fondé de cette Guerre de Succession d'Espagne, la dernière du règne, aussi longue et aussi épuisante qu'elle ait été : dans notre album Maîtres et témoins (II) : Jacques Bainville., voir la photo « Un Bourbon sur le trône d'Espagne : le « bon choix ».
     
    2 décembre,pierre puget,le bernin,toulon,louis xiv,fouquet,versailles,milon de crotone,louvre,cour puget,louis le grand,napoleon,louis xvi 

    Lire la suite

  • Au Domaine Royal de Dreux, samedi 10 décembre, réunion & conférence autour des Princes ...

     Le Duc et la Duchesse de Vendôme avec leurs trois premiers enfants, Gaston, Antoinette et Louise-Marguerite. Désormais, le prince Joseph est venu agrandir la famille

     

    DERNIERE MINUTE : ATTENTION, CHANGEMENT DE LIEU :

    POUR DES RAISONS DE SECURITE L'ASSEMBLEE GENERALE PUIS LA CONFERENCE SE TIENDRONT AU MARKET PUB, 19 RUE MERIGOT, DREUX

     

    3970853321.3.jpgA l'issue de l'Assemblée Générale de l'Association Gens de France, qui se tiendra au Domaine Royal de Dreux, samedi 10 décembre, une conférence et un goûter convivial seront ouverts aux personnes qui souhaiteront y participer et s'y seront inscrites.

    L'après-midi débutera à 15 heures autour du Duc et de la Duchesse de Vendôme.  

    Programme :

    A 15 heures : Conférence : « Le Sacre » par M. Pierre de Meuse, Professeur à l'Institut Catholique de Toulouse

    A 16 heures : Goûter et thé convivial

    Les participants pourront alors converser avec les Princes, les membres du bureau de l'association Gens de France et avec les autres membres dans une atmosphère amicale.

    A 19 heures, un magnifique feu d'artifice sera tiré depuis le Domaine Royal, en l'honneur des 500 ans du beffroi, et illuminera la ville de Dreux.

    Ainsi sera clôturée cet après-midi autour des Princes, à Dreux.  •

    Renseignements et inscriptions

    Téléphone : 06 08 31 54 97

    Participation : 35 € - Couples : 50 € - Etudiants ou personnes en difficulté : 10 €

    Règlements : par chèque à l'ordre de Gens de France à adresser à : Gens de France, Domaine Royal, 2 square d'Aumale 28 100 Dreux

    ou par PayPal - ci-dessous - avec mention « DREUX »  

     

  • Rencontre : Quand l'Histoire de France transcende la vie politicienne ...

     

    3578948983.jpgLa rencontre qu'illustre cette photographie date de 2008 et se situe à Québec où le prince Jean de France s'était rendu pour le 400e anniversaire de la fondation de la ville, comme descendant des rois de France.

    Le Prince y avait rencontré l’ensemble de la délégation française présente aux cérémonies. En particulier, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Jean-Paul Huchon alors président du Conseil Régional d’Ile de France, Bernard Accoyer, président de l’Assemblée Nationale et Ségolène Royal. Mais aussi François Fillon, premier ministre,  qui lui a présenté les personnes qui l’accompagnaient.

    Il faut dire que lors de ces rencontres, c’est vers le Prince que convergent les regards et le mouvement de tous ceux qui veulent venir le saluer.  

    Ainsi, l'Histoire de France transcende toujours la vie politicienne, à plus forte raison en la présence du Prince qui l'incarne plus et mieux que tout autre.

    Les choses ne nous semblent guère changées aujourd'hui que François Fillon brigue la présidence de la République, lui qui constatait il n'y a pas si longtemps « toute l’ambigüité d’un pays qui a guillotiné un roi et qui n’a qu’une envie : le remettre sur le trône  » [Entretien au JDD  en septembre 2015]. Nous lui laissons la responsabilité de son propos.  LFAR  •

  • Famille de France • Aujourd'hui anniversaire du prince Gaston

    Photo Nathalia Meliashkevich

     

    A l’occasion du 7ème anniversaire du Prince Gaston de France, aîné des quatre enfants du Duc et de la Duchesse de Vendôme, le site Noblesse et Royautés a notamment publié cette très belle photographie du jeune Prince. Le Prince Gaston, né le 19 novembre 2009 à Paris, est un enfant plein de vie qui aime la nature, la vie au grand air et les animaux ...

    Lafautearousseau souhaite au Prince Gaston un joyeux anniversaire !   •

  • Guy Birenbaum (France Info) : « A la Saint Geoffroy, il ne nous manquerait plus qu'un roi » ...

    Le prince Jean de France pourrait être ce roi ...

     

    Mur-bleu gds.jpg77% des Français doutent de notre démocratie et 18% sont partisans d'un gouvernement autoritaire ...

     

    « T'as vu l'info ? » (On appréciera le style, qui est, comme on le sait depuis Buffon, « l'homme même"...), est un très court rendez-vous quotidien consacré à l'actualité, diffusé sur France info du lundi au vendredi, à 6h55. Chaque jour, Guy Birenbaum, journaliste de la chaîne, propose, juste avant le 7-9 de Fabienne Sintès, de découvrir un événement passé inaperçu dans l'actualité. Et il conclut toujours son propos par un « dicton du jour », parfois alambiqué, souvent sans grand intérêt, mais parfois pertinent.

     

    Ce mardi 8, Guy Birenbaum, même s'il le fait d'une façon semi-sarcastique, a choisi pour dicton la phrase que nous reprenons en titre.

     

    Ecoutez cette minute et cinquante et une secondes : même avec le ton potache que prend le journaliste, cela ne manque pas d'intérêt, et marque, de toute évidence, que, face à l'état pitoyable de notre semble-Démocratie, de notre semble-Etat, de notre semble-gouvernement, l'évolution des mentalités se poursuit et semble même s'amplifier...   

     

    Les Français doutent de leur démocratie par franceinfo