UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

action francaise - Page 2

  • Pierre BOUTANG - L'horizon politique : Le Prince chrétien

                Ceux qui écouteront la conférence que nous publions aujourd’hui – qui a été prononcée, à Marseille, le 31 mars 1988 - y trouveront ou y retrouveront la personnalité de Pierre BOUTANG dans sa totalité.

              Normalien, agrégé de philosophie à 20 ans, grand métaphysicien, universitaire, il terminera sa carrière - interrompue par la guerre et les conséquences qui s’en suivirent pour lui, notamment à raison de sa fidélité à Charles MAURRAS – comme professeur émérite à la Sorbonne, titulaire de la chaire de métaphysique, où, malgré les turbulences nées du sectarisme de l’intelligentsia de gauche, il succédait à LEVINAS, qui, d’ailleurs, s’en félicitait.

              Pierre BOUTANG, c’est aussi le jeune lecteur de l’Action française quotidienne, le militant royaliste, le collaborateur et l’ami de Charles MAURRAS, qu’il remplaça, parfois, à la Revue de Presse du quotidien, alors qu’il avait vingt-quatre ans … Qu’il retrouva, ensuite, après le désastre de l’année 40, pour de longs entretiens, dans les dernières années de sa vie.

              Pierre BOUTANG, c’est le commentateur érudit et profond de Charles MAURRAS et le royaliste à l’espérance raisonnable, toujours maintenue, toujours renaissante d’époque en époque. 

              Cette conférence se situe à la veille de l’élection présidentielle de 1988 et BOUTANG indique : « Tout le monde s’occupe justement de ce qui n’est pas mon souci ». Son souci, c’est l’horizon du prince chrétien, né pour unir, non pour diviser. Il le désigne, déjà. Le prince chrétien s’incarne dans la personne du prince Jean de France qu’il décrit – déjà – avec une précision remarquable, sous les traits que nous lui connaissons aujourd’hui.

              Par bien des côtés, cette admirable conférence – non préparée, dit-il – reste d’une remarquable actualité. Qu’il s’agisse des évolutions qui peuvent nous paraître positives, comme des illusions, des « risques majeurs » que court notre société nationale et, d’ailleurs, aussi, européenne.

  • "Maurras: le chaos et l'ordre", de Stéphane Giocanti.

                On nous demande d'où (et de qui...) vient l'expression Maurras est un "continent"....

                Il s'agit d'une expression -fort heureuse au demeurant- employée par Stéphane Giocanti, auteur du volumineux Maurras : le chaos et l'ordre (Flammarion, 575 pages, 26 euros).

    2022759116.jpg
                En guise de réponse à votre question, nous vous avons préparé une sorte de mini dossier, contenant:
                - le résumé qu'en donne l'éditeur;
                - l'enregistrement des 27 minutes (consultable sur Dailymotion) pendant les quelles Stéphane Giocanti parle de Maurras et de son ouvrage, sur France inter;
                - une note de lecture, par Olivier Tort.

    Lire la suite

  • GRANDS TEXTES XII : la Préface de "Mademoiselle Monk", d'André Malraux

     

    MALRAUX 1.JPG
     
     
    Il n’y a pas eu, entre Malraux et Maurras, le dialogue qui - sans doute - eût été possible, si Maurras avait eu le goût de s’y prêter.
    Dialogue ne signifie pas accord général. Et Maurras ne le niait pas, lui qui a dépensé tant d’énergie et de patience, par exemple, à son dialogue avec Marc Sangnier, dont plus grand monde ne se souvient.
    Maurras était un combattant, qui avait ses objectifs, et un dialogue qui n’aurait pas servi ou, a fortiori, qui aurait desservi sa stratégie du moment ne le retenait pas.
     
    Ainsi furent manqués, ratés ou interrompus des rencontres, des convergences, dont on regrette aujourd’hui qu’elles n’aient pas été cultivées. Ainsi fut manqué le dialogue avec Péguy, avec Bernanos, avec Maritain et quelques autres grands esprits qui, par la discussion avec Maurras, auraient sans-doute pu être plus utiles à la France qu’ils ne l’ont été. Malgré les conseils d’Henri Massis et, plus tard, de Pierre Boutang, Maurras n’a pas reconnu comme sérieuses et intéressantes certaines des analyses étonnantes et profondes d’André Malraux dont ils lui apportaient les textes, dans ses prisons d’après-guerre. Il ne sert, sans-doute à rien, d’en tenir une quelconque rigueur à Maurras. Ce fut ainsi.
     
    Aujourd’hui, il demeure néanmoins intéressant, d’évoquer ces convergences qui auraient pu se produire et, surtout, sur quels fondements elles l’auraient pu. Le texte que nous publions ci-dessous est une préface d’André Malraux à l’ouvrage de Maurras, Mademoiselle Monck, dans son édition de 1922, Malraux ayant alors 21 ans. A-t-il vraiment changé par la suite ? Certainement, en surface, par son action politique d’entre les deux guerres et maints aspects, en fait négatifs, plus tard, de son action de ministre de la culture.
     
    Il suffirait pourtant de relire son discours de la salle Pleyel, en 1948 (« Appel aux intellectuels », postface des Conquérants) pour mieux comprendre ce qui a pu, ou aurait pu, le relier en profondeur à la pensée et à l’œuvre de Charles Maurras.     

                                                 

    MALRAUX A PNOM PEN 1923.jpg

                                         (à Phnom Penh , 1923)

    Lire la suite

  • Le maurrassisme et la culture

                Jeudi dernier, 19 mars, nous avons évoqué le Colloque qui s'ouvre aujourd'hui : Le maurrassisme et la culture. L'Action Française. Culture, Société, Politique (III).

                Nos amis des Epées donnent le lien grâce auquel on aura tous les détails nécéssaires :

                http://centre-histoire.sciences-po.fr/centre/colloque/lemaurrassisme_et_la_culture.html

    colloque.gif

                Sous la direction d'Olivier Dard, Michel Leymarie et Neil McWilliam.
               Colloque organisé dans le cadre du Centre d'histoire de Sciences Po avec le concours de l'Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHIS), du Centre Régional Universitaire Lorrain d'Histoire (CRULH, Metz) et de Duke University.

  • Colloque Le Maurrassisme et la Culture

    olivier dard.jpg           Le site Maurras.net ( http://maurras.net/ ) rappelle que, sous la direction d’Olivier Dard, Michel Leymarie et Neil McWilliam, se tiendra à l’I.E.P. de Paris du 25 au 27 mars prochain le troisième colloque « L’Action française - Culture, société, politique » sous le titre

    Le Maurras­sisme et la Culture.

                 On trouvera sur le site un compte-rendu du premier de ces colloques, ainsi que la façon de se procurer les Actes du deuxième colloque (Charles Maurras et l’Étranger, l’Étran­ger et Charles Maurras), publiés chez Peter Lang.

  • Génération spontanée, ou échec(s) de la république ?...,

                  A un journaliste qui lui posait la question suivante: "Le livre blanc sur la nouvelle politique de défense nationale n'obéit-il pas davantage à une logique comptable qu'à une logique militaire et stratégique", le ministre Hervé Morin a répondu ceci: "Non, et cela même si nous vivons dans un contexte budgétaire difficile, qui fait que le deuxième budget de la république est aujourd'hui celui du remboursement des intérêts de la dette.....". La question du journaliste était pertinente, la réponse franche et honnête. Elle appelle cependant, à notre très humble avis, quelques réflexions..... 

    Lire la suite

  • Le 21 mars 1908 paraissait le premier numéro de l'Action Française quotidienne...

    1654856633.jpg

              Un siècle a passé depuis la parution de ce premier numéro de l’Action Française quotidienne et soixante quatre ans depuis sa disparation, en août 1944.

    Lire la suite

  • Jacques Bainville sur France Info....

    Pour écouter l'intégralité de la chronique, cliquez ci-dessous.

    podcast

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL