Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Traditions • Culture • Loisirs ...

  • Religion & Société • Le cardinal Vingt-Trois a trop parlé ! Voilà encore de quoi indigner la doxa ...

    Homélie à Notre-Dame, Paris, le 27 juillet 2016

    A lire aussi sur Lafautearousseau ...

    Le cardinal Vingt-Trois a trop parlé ! D'où l'indignation de la doxa ...

    Photographie la plus marquante de la semaine selon le Figaro Magazine : La Messe de Notre-Dame ...

    Vous avez dit « valeurs » ? « Soupçon » ? « Discutables » ... ?

  • Société • L'Islam est étranger à la civilisation française. Pourquoi ne pas l'admettre une fois pour toutes ?

     

    Par Gilbert CLARET

    Un commentaire, reçu sur Lafautearousseau vendredi 29, qui a retenu notre attention parmi ceux de ces derniers jours, nombreux et souvent excellents. Un regard raisonnable, clair, pondéré et néanmoins très ferme, sur le rapport de la société française à l'Islam. Il nous a paru important de le donner à lire au plus grand nombre de lecteurs de Lafautearousseau. Même si l'heure est plutôt à l'affrontement qui nous est tragiquement imposé, qu'à la réflexion sereine. Mais sans-doute faut-il considérer que l'une et l'autre ne s'excluent pas.  LFAR   

     

    L'Islam est étranger à la civilisation française. Pourquoi ne pas l'admettre une fois pour toutes ?

    Cette admission était implicite dans la rupture politique avec le concept d'Algérie française. L'Algérie aux algériens, la France aux français. De Gaule l'avait parfaitement compris et mise en pratique tel un homme d'Etat digne de ce nom..

    Ceci étant posé, la France, fidèle à sa tradition d'ouverture d'esprit universel, pouvait et pourrait encore parfaitement accepter qu'une petite minorité de musulmans vivent sur son sol, disons dans une proportion de 2% ou 3% de la population française, telle une curiosité intéressante permettant de débattre sur les mérites et particularités ou bizarreries de cette religion si peu conforme à nos religions judéo-chrétiennes, mœurs, mentalités et formes de pensée bimillénaires, sans prétendre nier les apports estimables  arabo-berbéro-ottomano musulmans dans les arts, les sciences, l'architecture et la littérature notamment.

    Jacques Chirac, après avoir nié contre toute évidence les racines chrétiennes de l'Europe, a eu l'audace d'ajouter contre la conviction intime des Français, que ses racines étaient autant musulmanes que chrétiennes. Jacques Chirac, parlant au nom de la France, parangon de la haine de soi au sommet de l'Etat ! Il est temps pour la France de recommencer à être elle-même et à s'aimer dans ses racines bimillénaires. Comme l'énonce un sage adage : « soyez vous-même, les autres sont déjà pris ».

  • Livres • Au-delà des droits de l’homme de Alain de Benoist

    Cliquez pour acheter

     

    par Aristide Leucate
     

    3266751844.jpgIl est vivement recommandé de se plonger dans cet essai conséquent ; réédition augmentée d’un livre paru pour la première fois en 2004, qui, au-delà de l’heureuse et optimiste invite de l’auteur à recouvrer « la liberté des Anciens » chère à Benjamin Constant, apporte un précieux argumentaire à opposer aux tenants actuels et nombreux des creuses et débilitantes incantations que sont la République et ses supposées « valeurs ».

    La force du propos réside dans la réfutation exemplaire des droits de l’homme en tant que préceptes incréés, principes transcendantaux, proverbes canoniques a priori préexistant aux hommes. « Aucun État ne saurait les créer, les octroyer ou les abroger, puisqu’ils sont antérieurs et supérieurs à toute forme sociale et politique ». Ce n’est d’ailleurs pas le moindre des paradoxes révolutionnaires que d’avoir voulu extirper Dieu de la conscience humaine pour lui substituer la Raison prétendument « naturelle » éclairée ex nihilo par on ne sait quelle entité démiurgique à laquelle, par exemple, un certain Robespierre vouait un culte sous le nom de l’Être Suprême.

    La Déclaration des droits de l’homme de 1789, parce qu’elle « marque en un sens le triomphe de l’Individu » majuscule, selon l’observation de Louis Dumont, « correspond à une étape fondamentale de la mise en place d’une modernité qui s’est posée comme déconstruction systématique des siècles communautaires », en conclut fort logiquement de Benoist. En cela, l’avènement des droits de l’homme constitue l’épiphanie de la postmodernité qui adviendra, soit, comme l’écrit Pierre le Vigan, « l’intensification de la modernité » se traduisant par un fétichisme fanatique du progrès et l’affranchissement enfiellé de toutes les limites innées et acquises, biologiques et culturelles.

    On saura gré à Alain de Benoist de retracer la généalogie philosophique et politique d’une véritable idéologie dont le caractère protéiforme et l’intarissable plasticité procédurale et discursive consacrent de façon permanente le règne sans partage du relativisme absolu. Tout se vaut à l’aune de sa propre souveraineté individuelle. Le bien commun se dilue dans une volonté générale qui n’est, finalement, que la subsumption des intérêts particuliers forcément égoïstes. La hiérarchie cède le pas au contrat et à ses corollaires : la liberté (et son extrémité libertaire) et l’égalité (et son excroissance antidiscriminatoire). C’est ainsi que l’on parvient à inscrire dans le marbre de la loi la reconnaissance du « mariage » homosexuel, au nom de ce que Heidegger appelle une « métaphysique de la subjectivité ».

    À ce stade de la réflexion, l’on s’interroge sérieusement sur ce que l’on ne peut craindre, désormais, d’appeler la fiction narrative des droits de l’homme, d’autant que l’historicité du concept a emprunté successivement à divers mythes supposés fondateurs (dans l’acception littérale du terme), comme la Raison, la dignité humaine ou l’humanité. « Or, si les droits de l’homme ne peuvent être fondés en vérité, leur portée s’en trouve fortement limitée : ce qu’ils peuvent avoir de juste se trouve ruiné d’emblée par l’incapacité à démontrer la vérité de leurs fondements. Ils ne sont plus que des « conséquences sans prémisses », comme aurait dit Spinoza ». Magistral !

    À la lecture de cet essai, on prend clairement la mesure de cette mystique démocratique (pour parler comme Louis Rougier) aux effets d’autant plus émollients sur l’esprit public qu’il l’a moralement avachi jusqu’à la veulerie. Dès lors, on ne doit guère s’étonner de l’innocuité de son discours face à un islam étendant sereinement son emprise. 

    Docteur en droit, journaliste et essayiste
    [Boulevard Voltaire, 30.07]
  • CULTURE • A Lorient : Culture et histoire dans nos tripes

     

    Le Festival Interceltique de Lorient vu par Pierre Duriot dans Boulevard Voltaire

    Publié le 23 août 2015 - Actualisé le 31 juillet 2016

    Bel article très écrit où tout est bien vu, sur le Festival Interceltique de Lorient, qui se tiendra, en 2016, du 5 au 14 août. Nous avons évoqué ici plusieurs fois ces grands messes magiques de Lorient. Il nous a paru bon d'y revenir cette année. Et de la très bonne manière. 

     

    f1d824392a11163465e4081225695234.jpegLorient… Une marée humaine déferle sur les quais, dans un mouvement concentrique autour des musiciens en costume, au rythme des instruments traditionnels, dans un genre de célébration païenne des racines et du folklore. Les Celtes, nos ancêtres, les morceaux d’histoire, de culture et d’art ont traversé les siècles et les héritiers des peuples du Nord, sculpteurs de Gaule et plus tard de France, s’affichent dans la cité bretonne, brandissant drapeaux, blasons et uniformes de clans aux côtés de notre emblème tricolore, baignés du son puissant des cornemuses qui vous prend aux tripes. Ils ont revêtu leurs atours séculaires, soigneusement cousus, à l’identique au fil des décennies. Des grand-messes et défilés donnent lieu à des danses et communions avec un public à la recherche de son histoire et sans doute de ses repères, dans une période où la dilution de l’identité culturelle semble entamée de la manière la plus insidieuse qui soit. Mais la modernité télescope les partitions d’antan dans des concerts où les instruments à vent celtiques sont mâtinés d’influences et de rythmes actuels. La voilà, cette nouvelle culture aimée du public battant des mains par milliers, en perpétuelle évolution, mais gardant sa fougue, ses sonorités, ses costumes et ses pas de danse, célébrant la femme, le couple et la séduction. Les jeunes, très majoritairement, se sont emparés de la culture de leurs aïeux, apportant un sang neuf et perpétuant un folklore éternellement renouvelé et ancré dans son époque, à contre-courant de la doxa négationniste ambiante et figée par la correction politique. photo-635048244676000738-2.jpe.jpgIls emmènent leurs concitoyens dans d’inoubliables instants où l’atmosphère tout entière ondule par vagues, rythmée par les talons qui claquent au sol, par les rondes collectives, les envolées de jupons et de dentelles. Le festival « off », celui des bars et tavernes, donne toute sa jeunesse à un folklore accueillant guitares électriques, basses, cuivres et dérivant vers un rock celtique puncheur qui fait aussi le bonheur des festivaliers. Des dizaines de milliers de visiteurs, durant la semaine, fréquentent cette extraordinaire ode à une culture bretonne adorée des Français. Les cornemuses lorientaises, comme tant d’autres fêtes régionales, sonnent comme un fantastique pied de nez à nos responsables politiques actuels, lesquels s’échinent à dévaloriser, ringardiser, culpabiliser des pans entiers de la culture de nos régions mises à mal. Dans le feu de la danse traditionnelle constamment entretenu brûlera, à terme, la mince affiche propagandiste plaquée sur les vitrines d’un pays à l’identité puissante qui ne s’accommodera jamais d’une liquidation pure et simple. Les citoyens démentent leurs responsables et manifestent, dans leur engouement pour ce festival mythique, leur attachement viscéral aux siècles qui les ont faits.  • 

     
     - Boulevard Voltaire 
  • Ephéméride du 31 juillet

    Antoine de Saint Exupéry, disparu le 31 juillet 1944

     

    49 Avant J.C. : Seconde victoire de la flotte de César - qui assiège Massalia - sur la flotte Massaliète... 

     

    C'est l'amiral Decimus Junius Brutus Albinus qui commande la flotte de César. Il a établi un blocus maritime de la ville, en prenant position à quelques encablures de l'île de Ratonneau, sur l'archipel du Frioul. La flotte des Massaliotes est pourtant supérieure en nombre (17 navires) et en expérience, et cherche à forcer le blocus; mais après un affrontement extrêmement violent, trois des navires de Massalia sont coulés, et six capturés...

    31 juillet,albi,jacques coeur,etienne marcel,saint exupery,le petit prince,diderot,hachette,jaurès,bainville

     L'archipel du Frioul - où s'était installée la flotte romaine - peut à la fois bloquer et protéger la rade de Marseille. Il se compose de trois îles : Ratonneau, à gauche sur la photo, qui est la première que l'on rencontre en venant du large et que les Grecs appelèrent donc, tout naturellement, "Proté" (qui signifie "premier", en grec); Pomègues, (du grec "Mésé", qui signifie "moyenne"), ici à droite; et If, la plus petite des trois (petit se disant "Hypea", en grec) que l'on voit devant les deux autres.
     
     La première des deux batailles navales du siège de Massalia - le 27 juin - eut lieu dans la rade même, à quelques encablures des murailles de la ville; la seconde - le 31 juillet - eut lieu un peu plus loin, à Saint-Cyr/Les Lecques, à une vingtaine de kilomètres, les Massaliotes ayant réussi à percer le blocus maritime, "profitant d'un vent favorable", dit César...
     
    Sur les raisons de la guerre que mena César contre Massalia, voir notre éphéméride du 19 avril; sur la première victoire navale remportée par la flotte de César sur celle de Massalia, voir notre éphéméride du 27 juin; et, plus généralement, notre évocation : Quand Massalia, la plus ancienne ville de France, rayonnait sur toute la Gaule et, préparant la voie à Rome, inventait avec les Celtes, les bases de ce qui deviendrait, un jour, la France.
     

    Lire la suite

  • Traditions • Culture • Loisirs ...

  • Famillle de France • Baptême de Son Altesse Royale le Prince Joseph de France le 26 juin 2016

    LL.AA.RR. le Prince Joseph et la Duchesse de Vendôme © David Nivière

     

    Nous avons déjà évoqué le récent baptême du prince Joseph de France*. Mais voici que le site Prince Jean de France publie une série de photographies rappelant cet événement, heureux entre tous. Un événement familial, où se retrouvent parents, grands-parents, frères et sœurs, cousins et cousines, princes et princesses ou amis liés à la famille de France, et de nombreux jeunes enfants. Images de la vraie vie, réjouissantes, qui nous changent de tant d'images frelatées et tristes dont la France d'aujourd'hui est abreuvée ad nauseam.  Nous sommes heureux de publier à notre tour ces photographies que les lecteurs de Lafautearousseau découvriront avec joie.  LFAR  •

     

    Le baptême du Prince Joseph à été l’occasion d’heureuse retrouvailles familiales à Dreux. Vous trouverez ici quelques photographies de cette belle journée.

    1-Le-Prince-Joseph-300x200.jpg

     S.A.R. le Prince Joseph 

    3-le-Prince-Pierre-la-Princesse-Eulalia-la-Princesse-Therese-et-le-Prince-Gaston-300x200.jpg

     LL.AA.RR. le Prince Pierre, la Princesse Eulalia, la Princesse Thérèse, et le Prince Gaston 

    4-la-Duchesse-de-Montpensier-et-la-Princesse-Louise-300x200.jpg

     LL.AA.RR. la Duchesse de Montpensier et la Princesse Louise-Marguerite 

    5-la-Duchesse-de-Montpensier-et-les-Princes-Eudes-300x200.jpg

    LL.AA.RR. la Duchesse de Montpensier et les Princes Eudes, François et Jean 

    6-300x199.jpg

    S.A.R. la Duchesse de Montpensier et Madame de Tornos 

    7-200x300.jpg

    LL.AA.RR. le Prince Jean et la Princesse Antoinette 

    8-200x300.jpg

    LL.AA.RR. le Duc et la Duchesse d’Angoulême 

    9-300x200.jpg

    S.A.R. le Prince de Beira, Mademoiselle Maria Magdalena de Tornos, S.A.R. le Prince Nicolas de Roumanie et Monsieur David de Tornos 

    10-300x199.jpg

    S.A.S. le Prince Pierre d’Arenberg, S.A.S. la Princesse Philippe de et à Liechtenstein, S.A.R. la Princesse Atonella de Orleans-Borbon 

    Photos © David Nivière 

    Source : Prince Jean de France 

    A lire aussi dans Lafautearousseau

    Le petit prince Joseph de France a été baptisé dimanche dernier à Dreux

  • Religion & Société • Le cardinal Vingt-Trois a trop parlé ! D'où l'indignation de la doxa ...

    Le cardinal André Vingt-Trois a prié, le 27 juillet à Notre-Dame de Paris, pour le prêtre tué le 26 juillet à Saint-Etienne-du-Rouvray. DOMINIQUE FAGET / AFP

     

    C'est « Le Monde » qui a ouvert la danse contre le cardinal archevêque de Paris et donné écho à l'indignation de la bien-pensance.

    Quelques remarques préliminaires au texte du « Monde » repris ci-dessous : L'homélie du cardinal Vingt-Trois n'a rien d'un sermon fleuve. L'ont-ils seulement écoutée ou lue ? Les indignations dont il est fait état n'ont rien de surprenant, y compris celle de l'inénarrable Roselyne Bachelot. Enfin, l'explication donnée aux médias par l'entourage du Cardinal ne nous paraît en rien édulcorer ou restreindre son propos. Au contraire, elle en élargit le champ et la portée. Le Cardinal aggrave son cas ! L'Eglise n'est autorisée de parole que soumise à la doxa dominante. Sinon, gare ! LFAR  •

     

    « Le Monde », jeudi 28 juillet 2016   

    thRAJ1ZDJO.jpg« Silence des élites devant les déviances des mœurs, et légalisation de ces déviances. » Cette phrase de l’homélie du cardinal André Vingt-Trois prononcée lors de la messe à Notre-Dame de Paris en hommage au prêtre assassiné mardi à Saint-Etienne-du-Rouvray, suscite des remous, jeudi 28 juillet.

    Dans son sermon fleuve de mercredi soir, l’archevêque de Paris s’est élevé contre les « peurs » et « silences » de la société française. « C’est sur cette inquiétude latente que l’horreur des attentats aveugles vient ajouter ses menaces », a-t-il dit.

    Mais ses propos sur « les déviances des mœurs » ont été interprétés comme une allusion au mariage homosexuel, dont le cardinal Vingt-Trois a été l’un des opposants les plus actifs au sein de l’épiscopat avant l’adoption de la loi Taubira en 2013.

    Une « phrase indigne »

    Corinne Narassiguin, porte-parole du Parti socialiste, s’est dite « effarée » que le cardinal « dénonce le mariage pour tous » pendant son « homélie sur l’espérance face au terrorisme ». Esther Benbassa, sénatrice Europe Ecologie-Les Verts, a fustigé une « phrase indigne ». C’est « d’une violence inouïe », a renchéri l’ancienne ministre UMP Roselyne Bachelot, pour qui « le combat continue contre les discriminations ».

    L’entourage du cardinal Vingt-Trois a assuré que cette phrase « visait un ensemble de mesures relatives à la bioéthique, au début et à la fin de vie, à la famille, et se voulait bien plus globale et générale que la question du mariage homosexuel ».

  • Société • Les services traquent… les identitaires

     

    par Louis Anders 

    Alors que la France vient de subir un nouveau massacre islamiste, la DGSI affirme déplacer des ressources pour combattre l’ultra-droite.

     

    Le bilan de l’attaque commise le 14 juillet par un jeune musulman franco-tunisien à Nice fait état de 84 morts et de dizaines de blessés graves. La DGSI – qui regroupe les services de renseignement intérieur et de contre-espionnage – s’attendait à de nouveaux attentats.

    Le 10 mai dernier, à l’Assemblée nationale, son directeur général affirmait que de nouvelles violences islamistes étaient probables, du fait de l’ampleur des candidats potentiels présents sur le territoire national et des complicités passives dont ils disposent.

    Interrogé par la Commission de la Défense nationale et des forces armées sur l’évolution de la menace terroriste, Patrick Calvar avait pourtant conclu son discours* sur la menace que ferait planer … l’ultra-droite.

    « L’Europe est en grand danger : les extrémismes montent partout et nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation. Vous rappeliez que je tenais toujours un langage direct ; eh bien, cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats et elle adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires.

    La tentation des populismes, la fermeture des frontières, l’incapacité de l’Europe à donner une réponse commune, l’incapacité à adopter une législation applicable en tous lieux, nous posent d’énormes problèmes. Et je note, de plus en plus, une tendance au repli sur soi ».

    Où quand la sauvegarde de la société multiculturelle est plus importante que la vie des Français… 

    Le discours et les discussions qui ont suivi peuvent être lues ici :

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cdef/15-16/c1516047.asp

  • Cinéma & Littérature • Tout est bon dans Marcel Aymé : « Un film, un livre »

     

    par Thomas Morales

    Un article pour littéraires et cinéphiles [Causeur, 23.07], un rien nostalgique, qui évoque cette conjonction du livre et du cinéma qui produisait de petits chefs-d'oeuvre, dans une France d'avant l'immigration, d'avant la globalisation, l'Europe de Bruxelles, le grand remplacement, le brassage mortifère ... Une France authentique et populaire que l'on aime toujours, au point, peut-être, d'être capables, un jour, sous des formes certes renouvelées, de la reconstruire. Marcel Aymé, chez qui, en effet, « tout est bon », a eu, pour nous, par surcroit, le mérite d'être de notre famille d'esprit et de goût.  LFAR

     

    90291692_o.jpg« Bourvil pourra y aller de toutes ses bonnes ficelles dans le rôle de Martin, il ne sera qu’insignifiant » écrivait Marcel Aymé (1902-1967) dans une lettre adressée à Claude Autant-Lara, le 8 mars 1956, soit huit mois avant la sortie du film. Personne n’en voulait, ni les producteurs, ni l’auteur de Traversée de Paris, la nouvelle parue dans le recueil Le vin de Paris, en 1947 chez Gallimard.

    Soixante ans plus tard, le tandem Gabin-Bourvil relevé par la prestation boutiquière de Louis de Funès fait le bonheur des cinéphiles. « Monsieur Jambier, 45 rue Poliveau, je veux deux mille francs » reste l’une des plus belles tirades du cinéma d’après-guerre. Claude Lelouch encense ce morceau de choix et Bertrand Tavernier parle d’une œuvre « forte, irrespectueuse et extrêmement inventive ».

     

     

    Aymé tranche dans le lard, les petites gens apparaissent dans leur vérité crue. Leur veulerie explose en pleine face éclairée par quelques lueurs d’humanité. Ça dégouline de mauvais sentiments et de rancœur. La guerre n’adoucit pas les mœurs, elle pousse l’homme de la rue à briser sa carapace, à libérer son moi le plus profond. Les psys peuvent remballer leur divan. La parole n’a plus qu’une valeur symbolique, seuls les actes se payent comptant. L’indignité se propage dans toutes les couches de la société.

    Et, il est parfois bien difficile de lutter contre ce virus. Le héros ordinaire n’est pas le résistant drapé dans sa foi de justice mais le type qui doit gagner sa croute, quitte à traverser Paris, de nuit, jusque sur les hauteurs de Montmartre, avec un cochon emmailloté dans ses valises. Les films sur l’Occupation oscillent trop souvent entre l’hagiographie béate et les crimes imprescriptibles, le tout dans un décor esthétisant. Gross Paris et grosse farce visuelle ! La nostalgie des Traction gazogène, du vélo-taxi ou de la voiture à pédales ne peut émouvoir que les amnésiques de ces temps amers.

    La victoire a le goût acide des compromissions et des génuflexions

    Marcel Aymé, métronome de l’âme parisienne, démonte les mécanismes de la haine qui monte en soi. Entre Martin, le travailleur de l’ombre et Grandgil, l’artiste convoyeur d’un seul soir, la jalousie et la connivence empruntent un chemin chaotique. Plus sombre, le livre ne laisse place à aucune forme de rédemption. Aymé a enclenché le compte-à-rebours de la vengeance. Elle s’est infiltrée dans l’œil de Martin, il n’a pu la retenir. Le film a préféré une « happy end » pour ne pas plonger le spectateur dans un malaise poisseux.

    Le miroir qu’Aymé nous tend en cette fin de guerre tant célébrée, tant vénérée, renvoie pourtant une image peu glorieuse des Français. La victoire a le goût acide des compromissions et des génuflexions. Sans excuser, sans jamais juger, Aymé partage la détresse de ses contemporains. Ce n’est pas l’écrivain moraliste, le théoricien du bien et du mal, mais le prodigieux conteur du quotidien, tout en nuances et perforations qui dépèce patiemment la bête. On ne ressort jamais indemne de sa lecture. La nouvelle fourmille de trouvailles lumineuses comme lorsque Grandgil s’insurge contre ce couple abject de cafetiers.

     

    C’est sublime d’inventions et de poésie : « Voyez le rouge sur les joues de madame : de l’écrasure de punaises pilées dans un fond d’abcès. Le blanc, le violet, le jaune, le gris, quand je les vois sur sa gueule à lui, je peux plus les pifer, je les vomis. Assassins, rendez les couleurs ! » L’adaptation et les dialogues du film exécutés par Jean Aurenche et Pierre Bost gardent cette même verve vipérine. « Salauds de pauvres, et vous affreux, je vous ignore, je vous chasse de ma mémoire, je vous balaie » lâche Gabin dans un accès de colère et Bourvil, tendre et naïf, qui rajoute « affreux » en claquant la porte du bistrot. Une interprétation fabuleuse qui fit changer d’avis l’auteur sur l’acteur. Marcel Aymé reconnaissait s’être trompé, Bourvil était l’homme de la situation. Martin et lui ne faisaient plus qu’un. 

    Le vin de Paris, recueil de nouvelles de Marcel Aymé, Folio.
    La Traversée de Paris, film de Claude Autant-Lara, DVD Studio Gaumont. 

    Thomas Morales
    est journaliste et écrivain...

  • Ephéméride du 30 Juillet

    La ville d'Arles de nos jours

     

    1178 : Frédéric 1er Barberousse est couronné en Arles Empereur du Saint Empire Romain Germanique  

     

    La cérémonie est présidée par l'archevêque d'Arles, Raimon de Bollène.

    A cette époque, la Provence ne faisait pas encore partie du Royaume de France, mais était une province du Saint Empire, lequel avait le Rhône pour frontière. Et la ville d'Arles jouissait d'un prestige certain : favorisée par Jules César, puis par Constantin le Grand, elle accueillit plusieurs Conciles, dont celui qui, en présence de l'Empereur Constantin lui-même, condamna le Donatisme.

    A partir de la chute de l'Empire romain, l'histoire de la région fut marquée par les diverses invasions (wisigoths, ostrogoths, sarrasins...), puis l'intégration à l'Empire de Charlemagne et, à la dislocation de celui-ci, une certaine indépendance, plus ou moins maintenue, jusqu'à l'absorption, en 1032, dans le Saint Empire. 

    En 1365, le 4 juin, un autre empereur germanique, Charles IV, se fera couronner comme son prédécesseur Frédéric Barberousse, roi d'Arles, à la cathédrale Saint-Trophime...

    arles,saint empire,barberousse,mistral,coupo santo,balaguer,éelibrigeEn ce temps-là, les bateliers qui descendaient le Rhône ne disaient pas "à droite/à gauche", ni "babord/tribord" mais, s'ils voulaient aller à droite, "Reiaume" (parce qu'il fallait aller du côté du Royaume de France); ou, s'ils voulaient aller à gauche, "Empèri" (parce qu'il fallait aller du côté du Saint Empire : on trouve là l'origine du nom du Château de l'Empèri, à Salon (ci contre)...

    Il faudra attendre plusieurs siècles pour que la France atteigne sa "frontière naturelle" du côté des Alpes. La première réunion fut celle du Dauphiné, en 1349, réunion à partir de laquelle l'héritier du royaume devait porter le titre de "Dauphin".

    Il faudra attendre Louis XI, en 1481, pour que la Provence devienne française à son tour.

    Enfin, il faudra attendre Napoléon III et les plébiscites de 1860 pour que Nice - détachée de la Provence en 1388 - et la Savoie (le Val d'Aoste ayant été malencontreusement "oublié" par les négociateurs français...) intègrent à leur tour la communauté nationale... 

    SAINT EMPIRE VERS L'AN MIL.JPG

    arles,saint empire,barberousse,mistral,coupo santo,balaguer,éelibrige

    Lire la suite

  • Photographie la plus marquante de la semaine selon le Figaro Magazine : La Messe de Notre-Dame ...

    Dans la cathédrale Notre-Dame, les responsables politiques se sont rassemblés le 27 juillet pour assister à la messe en hommage au prêtre Jacques Hamel, assassiné à Saint-Etienne du Rouvray. Le président de la République, le premier ministre, les présidents de l'Assemblée et du Sénat, les chefs de parti, et 2000 personnes, croyantes ou non, ont tenu à être présents. - Crédits photo : Benoit Tessier/AFP

     

    Tous sont là, en effet, francs-macs ou ex-francs-macs, israélites et musulmans, nationaux et binationaux, athées, anticléricaux farouches et quelques chrétiens, voire quelques catholiques : la France légale, au premiers rangs de l'assistance et le peuple de Paris, rassemblés autour du cardinal-archevêque de la ville, dans cette cathédrale Notre-Dame vers laquelle on s'est porté tant de fois, depuis huit ou dix siècles, dans les grands moments de joie ou de malheur national. Etrange spectacle; étrange coexistence de quelques moments entre, volens nolens, l'anti France, et, par delà, malgré tout, la France.  Lafautearousseau  •  

     

  • Soyons terribles pour éviter au peuple de l’être

     

    par Guillaume Bigot

    Il y a beaucoup de bonnes et intéressantes idées dans cette chronique publiée sur Causeur [26.07]. Certes, il nous est permis de douter, à nous et à beaucoup d'autres, que la République soit capable de la brutalité nécessaire face non seulement au terrorisme mais aussi à l'islamisation de la France. Mais il est vrai qu'aujourd'hui nous ne pouvons l'attendre cette brutalité  - et la réclamer - que de ceux qui occupent le pouvoir, sans trop l'exercer d'ailleurs, on le sait. Nous ne chipoterons pas Guillaume Bigot, sur son opinion, que nous ne partageons pas, selon laquelle De Gaulle serait parvenu à canaliser l'épuration des collabos. C'est aujourd'hui un point d'histoire. La référence finale à l'horrible Danton a-t-elle de quoi nous agacer ? Finalement, non, puisqu'en l'occurrence elle reprend une idée juste. Comme nous paraît juste et bienvenue le fond de cette chronique.  LFAR

     

    Bigot-Guillaume-Ipag.jpgLe sang a à peine fini de sécher sur la Promenade des Anglais. La France a été de nouveau frappée. Bientôt, nous ne compterons plus les attentats islamistes. Que faire pour nous y préparer ?

    Avant tout comprendre la nature de la menace. Ce ne sont pas les attentats qu’il faut redouter, ce sont leurs conséquences qu’il faut anticiper. Les actes de terreur djihadistes, bien qu’épouvantables en eux-mêmes, ne sont pas aussi graves que leurs effets probables.

    Cessons d’ailleurs de poser cette question idiote : que fait la police ? Impossible de mettre un agent de renseignement derrière chaque djihadiste potentiel, on empêche beaucoup, on ne préviendra pas tout. Sortons de notre fantasme du zéro risque ou du caractère prédictif du risque djihadiste. Nous sommes dans la vraie vie, pas dans la série « 24 heures chrono ».

    Il faut ainsi préparer la population à des répliques aussi sanglantes que fréquentes. Nous l’écrivions en 2004 avec Stéphane Berthomet dans Le jour où la France tremblera. A présent que nous y sommes, nous n’allons pas nous dédire : la guerre sera d’usure et nous ferions mieux de nous y préparer.

    Nous n’avons pas de stratégie, nous subissons, pire encore nous amplifions. Lorsque nos médias diffusent des images gores, ils se transforment en service de presse du djihad, amplifiant l’effet de terreur. Cesser de diffuser et de relayer les images les plus anxiogènes et les plus spectaculaires des attentats est essentiel, afin de ne pas participer au djihad psychologique. Les médias, les acteurs de l’Internet et tous les citoyens devraient être mobilisés et appelés à la retenue par un État conséquent qui aurait la juste mesure du défi qui nous est lancé. Mais nos dirigeants peuvent-ils sortir de leur logique de com ? Il est permis d’en douter.

    Ivres de démagogie, rendus fous par la tyrannie de la transparence, la veille de l’attentat de Nice, nos gouvernants allaient jusqu’à rendre publique des projets attentats déjoués, facilitant ainsi la tâche à nos ennemis qui n’ont même plus besoin de réussir leur coup pour faire parler d’eux. N’ayant rien compris, ni rien appris du 11-Septembre et du 13-Septembre, le Premier Ministre, la veille de la réplique, se félicitait de l’absence d’attentats pendant l’Euro accréditant l’idée suivant laquelle nous étions sortis du « pot au noir » djihadiste.

    Nous avons toujours un attentat de retard et notre analyse court après l’événement, sans recul et sans capacité à en saisir la logique d’ensemble et à en cerner la réelle dangerosité.

    Les experts et les politiques constatent que, pour l’instant, tout est calme. Ce calme risque de précéder la tempête. Il est vrai que le peuple français a fait preuve d’une dignité et d’une sérénité exemplaire jusqu’à présent mais c’est sans compter sur l’effet de répétition d’actes qui s’inscrivent dans une guerre d’usure.

    La tragédie qui se prépare…

    Imaginez qu’armé d’une simple fourchette, un forcené vous pique le bras jusqu’au sang. Une fois, deux fois, dix fois. A la onzième blessure infligée, même si vous êtes l’être le plus placide du monde, vous allez à la fois vous en prendre à ceux qui sont censés vous protéger et à ceux dont vous estimez, à tort  ou à raison, qu’ils sont responsables de votre souffrance. Voilà ce qui nous menace. Et ce n’est sûrement pas l’eau tiède du « vivre-ensemble » et du « pas d’amalgame » qui préservera notre concorde.

    Si rien ne change, des Français exaspérés finiront par se faire justice eux-mêmes. Et alors, ce jour là, peu importe qu’ils frappent des musulmans pacifiques, des salafistes antipathiques ou de vrais djihadistes, c’est le monopole de la violence légitime qui sera alors contesté.

    Si cela arrive (et nous sommes bien partis pour), la situation deviendra incontrôlable. Nous serons rentrés dans la spirale du sang. Voilà ce qu’il faut éviter et non faire croire à l’opinion que les attentats pourront être évités, ce qu’il est vain d’espérer.

     

    Nos dirigeants ignorent l’ampleur de la tragédie qui se prépare car ils ne croient pas à l’esprit gaulois. On va hurler au racisme. À tort. Il suffit de relire la Guerre des Gaule pour découvrir que même si nous avons peu de rapport ethnique avec les tribus celtes décrites par César, le peuple français d’aujourd’hui partage bien des traits psychologiques et culturels avec eux. Les beurs et les blacks des cités sont d’ailleurs bien plus gaulois qu’ils ne l’imaginent.

    Or, l’un des traits de la psychologie française, c’est d’être aussi prompts à se diviser qu’à s’unir face à un ennemi commun. Une autre de leur caractéristique, c’est de se montrer très ouvert aux apports extérieurs mais également très intolérants voire très violents à l’égard de ceux qui entendent imposer leur loi chez eux et d’être capables d’accès de fureur incontrôlé. L’histoire de France est jonchée de cadavres de ceux qui ont essayé de briser l’unité et qui ont pactisé avec l’étranger. La haine des Bourguignons, la répression des huguenots, le  massacre des Vendéens et des émigrés, l’épuration des collabos (que De Gaulle parvint à canaliser).

    Ce qui est à redouter par dessus tout, c’est donc que la minorité prosalafiste en France finisse ainsi réprimée dans le sang ou rejetée à la Méditerranée. La valise ou le cercueil, le sinistre programme du FLN risque un jour d’être imposé à ceux qui, Français de souche ou de fraîche date, voudront vivre suivant la charia en France.

    Pour neutraliser ce risque, la République doit se montrer symboliquement brutale à l’égard de cette minorité dans la minorité musulmane et exigeante à l’égard de l’islam. Ce n’est pas le programme de 1901 qu’il faut appliquer à l’islam mais celui de Bonaparte à l’égard du judaïsme.

    Créer des tribunaux d’exception et expulser les étrangers et les doubles nationaux fichés « S ». Expulser en masse et de manière spectaculaire tous les prêcheurs de haine, condamner pour intelligence avec l’ennemi les militants français de la cause. Créer un moratoire sur le regroupement familial. Plutôt la violence symbolique que physique. Obliger toutes les mosquées en France à condamner sans équivoque les actes de leurs coreligionnaires. Imposer aux imams de prévenir eux-mêmes l’amalgame, en se dissociant sans équivoque avec les djihadistes, mieux vaut heurter la susceptibilité des musulmans pratiquants de France que de les voir un jour brutalisés.

    Il faut aussi expliquer qu’espérer vivre suivant des lois et des mœurs étrangères à la France sur son territoire risque de se transformer en cauchemar. Interdire catégoriquement tout prosélytisme islamiste et protéger préventivement les mosquées.

    Danton a parfaitement anticipé ce programme de salut public : soyons terribles, disait-il, pour éviter au peuple de l’être ! 

    Guillaume Bigot
    Membre du Comité Orwell, essayiste

    En 2013 il publie La Trahison des chefs chez Fayard.