Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

juan carlos

  • A propos du "Juan Carlos" de Philippe Nourry : l'Espagne, la Monarchie, la République.....

            Dans un récent article du Figaro , Pierre Rousselin a choisI de s'arrêter sur la biographie que consacre Philippe Nourry au roi d'Espagne, Juan Carlos.

            Il part du constat, simple et évident, que "l'Espagne tangue" et que "le royaume vit un de ses moments les plus critiques depuis le rétablissement de la démocratie". On pourrait ouvrir une polémique, en demandant quand, où, comment et par qui la fameuse "démocratie" aurait été installée en Espagne (puisque Pierre Rousselin parle de son rétablissement, ce qui suppose, en bon français, qu'elle existait "avant"...) : mais cela nous éloignerait du sujet....

    juan carlos nourry.jpg

    Editions Tallandier, 485 pages, 23 euros

    Lire la suite

  • JMJ/Madrid : deux ou trois réflexions générales, alors qu'un Roi reçoit un Pape...

           ...sur fond d'effondrement général des valeurs réputées, un temps, celles de la modernité....

           Commençons d'abord par le plus immédiat, ce qui se voit, s'entend, se perçoit en premier, mais qui n'est pas le plus important. Péniblement, et à grand peine, 140 Associations, à grand renfort d'aides venues de partout, notamment bien sûr des ondes, ont réussi l'exploit de ne réunir que 4.000 personnes à Madrid pour protester contre les JMJ !

            En face, si l'on peut dire, une véritable marée humaine de centaines de milliers de jeunes (on en attend jusqu'à deux millions, dit-on...), polis, calmes, souriants et sympathiques. Les commerçants eux-même en témoignent : pas de vitrines brisées ni de boutiques saccagés, pas de bagarres, ni d'agressions, ni d'abribus ou mobilier urbain détérioré : des sourires et de la joie partout, au contraire.

            Mais cela ne fait rien: les journalistes mesquins et bas de plafonds ont choisi de commencer, à chaque fois, leur sujet par évoquer le quarteron de hargneux qui "manifestent" contre le Pape. Laissons-les, tous ces tristes sires, à leur triste nullité : ils ne comprennent rien à ce qui se passe, tant pis pour eux..... 

    benoit xvi,jules ferry,pape,roi d'espagne,juan carlos,jmj,madrid

             Venons-en, maintenant, à quelques réflexions sur le fond. Dans l'état actuel des choses, qu'un Roi reçoive un Pape - cauchemar posthume pour Jules Ferry et consorts, mais cauchemar bien réel pour leurs héritiers.... - cela signifie-t-il quelque chose ? Cela a-t-il, et aura-t-il de l'importance et des repercussions, que l'on espère, évidemment positives ?....

             Certes, les monarchies d'aujourd'hui ont bien "pâli", par rapport à celles "d'hier", et l'on peut légitimement émettre des réserves ou des doutes sur la valeur intrinsèque - en l'occurrence - de la Royauté espagnole, sur sa force ou son influence réelle sur la Société. La papauté aussi, par rapport à "autrefois", a bien perdu de son influence réelle. Quant à certains aspects de son discours parfois "mondialisateur" - dans le mauvais sens du terme - malgré toute l'estime que nous avons pour Benoît XVI, et tout le respect qu'il mérite, nous ne perdons jamais une occasion, dans ce Blog, de marquer notre désaccord avec les propos de tel ou tel Prince de l'Eglise, voire du Pape lui-même, lorsqu'ils nous paraissent - dans l'ordre et le domaine du politique - dangereux pour la stabilité et la perennité de nos Sociétés européennes.. Notamment dans le domaine sensible de l'immigration...

            Cependant, la remarque est réversible : l'idéologie révolutionnaire elle aussi est dans un triste état, et elle ne ressemble plus guère au courant dévastateur qu'elle a été jadis. Elle est essoufflée, elle a failli partout et, pour de nombreuses décennies semble-t-il, les résultats concrets de l'action de ceux qui ont prétendu organiser l'humanité sans Dieu et sans Roi  - comme le disait Jules Ferry... - ne plaideront pas, ou plus, en leur faveur...

            Même chez des personnalités de qualité, qui restent fidèles à leurs idéaux de jeunesse, comme Edgar Morin, on ne veut plus employer le terme de Révolution, à cause de toutes les horreurs qu'elle a engendrées; on admet qu'il était fou de proposer le meilleur des mondes, alors qu'il fallait se contenter d'oeuvrer humblement pour un monde meilleur; on rejette la croyance naïve en un progrès linéaire et indéfini...

            Alors, dans cet effondrement général et cataclysmique des certitudes qui ont cru orgueilleusement, un temps, remplacer les fondements traditionnels de la Société, il reste quoi, pour reconstruire ? Le Père Javier Igea, présenté un peu partout comme l'une des chevilles ouvrières des JMJ de Madrid met le doigt sur l'essentiel lorsqu'il explique à la presse : "...La Révolution française a constitué une lutte titanesque entre la Tradition et les Lumières". 

            L'avant-dernier Éditorial de Politique  magazine s'intitulait Dieu et le Roi.... 

  • Espagne, 23 février 1981.....

            Soirée du 23 février : un Golpe (1) est en cours. Le récent et fragile roi d'Espagne Juan Carlos Primero, Gardien des institutions, fait échec au putsch militaire en ordonnant aux généraux de rester - ou de rentrer... - dans leurs casernes...

             En les tutoyant tous, car le Roi d'Espagne tutoie.....

    juan carlos tejero.jpg

            Ce fait appartient maintenant à l'Histoire, mais il n'est pas inutile de rappeler qu'aujourd'hui, en 2011, l'Espagne - sous le règne de ce même souverain - vient de connaître, depuis 1939, sa soixante douzième année de paix: 36 ans, de 1939 à 1975, sous Franco et jusqu'à sa mort, et encore 36 ans depuis l'avènement de Juan Carlos, voulu par le même Franco.

            Pour qui connaît l'histoire de l'Espagne depuis l'invasion napoléonienne de 1808, ce n'est pas rien, et c'est très loin d'être négligeable.... 

    (1) : coup d'état, en espagnol; on disait aussi pronunciamiento, au XIXème siècle et aux débuts du XXème...  

    Lire la suite

  • Anniversaire du Roi d'Espagne

    JUAN CARLOS.JPG

                C'est aujourd'hui l'anniversaire de Juan Carlos Primero de Borbon y Borbon, né le 5 Janvier 1938.

                "Soyez bon espagnol, c'est présentement votre premier devoir. Mais souvenez-vous toujours que vous êtes né français..."avait dit Louis XIV à son petit-fils, le duc d'Anjou, devenu Philippe V, Felipe Quinto, suite à l'acceptation du testament de Charles II, dernier roi Habsbourg mort sans descendance en 1700.

                Nous saisirons cette occasion pour préciser notre point de vue sur la monarchie espagnole. Nous le ferons en deux temps : aujourd'hui, nous affirmerons que, les choses étant ce qu'elles sont, il vaut mieux pour l'Espagne et l'Europe qu'il y ait un roi à Madrid, et qu'il a mieux valu - et de beaucoup - voir un roi succéder à Franco, plutôt que d'assister à un retour de la funeste République espagnole.

               Mais nous verrons, demain, que cette monarchie n'est pas celle que nous attendons pour la France, et que nous avons un projet bien différent pour notre pays ...

  • Sciences-po censure Yves-Marie Adeline...

              On a pu lire ceci, qui se passe bien évidemment de commentaires (les faits parlant d'eux-mêmes...) sur le blog d'Yves-Marie Adeline, le 6 mars dernier (http://www.alliance-royale.com)

    Lire la suite

  • Espagne: de 1975 à 2007.......(1/4)

               Le Roi d'Espagne est descendu dans l'arène, pour défendre la Monarchie.

               Avant de parler de cette action inédite du Roi, essayons, en quatre notes, de dresser à grands traits le tableau général de l'évolution de l'Espagne depuis 1975, et de voir comment on en est arrivé à la situation d'aujourd'hui....

    Lire la suite