UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Douce France républicaine... ou chronique de l'insécurité ordinaire (7)

          Dédié a Jacques Chirac et à son immortelle déclaration "Ce sont les enfants de la République". C'est sa folle politique de "regroupement familial" qui a fait venir chez nous des voyous pareils.......(1)

          Une semaine après les émeutes de Villiers-le-Bel, les policiers dénoncent l’explosion de violence sur Internet et demandent des poursuites.

          Des jeunes des cités qui brandissent un flash-ball dérobé à des policiers, d’autres qui insultent sans ménagement les forces de l’ordre ou les narguent lors de rodéos improvisés. Ces images chocs, souvent des vidéos soigneusement montées, circulent chaque jour sur des sites Internet accessibles à tous, comme Dailymotion et YouTube. Le phénomène s’est même amplifié depuis les nuits d’émeutes de Villiers-le-Bel. Au point que les syndicats de policiers, comme l’Unsa-police (majoritaire) tirent la sonnette d’alarme et réclament au ministère de l’Intérieur des poursuites contre les auteurs de ces «provocations». Leur hantise : que cette surenchère sur la toile n’alimente encore le cycle de la violence contre les policiers. Certains passages constitueraient même, selon eux, des éléments de preuve si la justice voulait y donner suite.

          Dans une vidéo réalisée le 26 novembre, au deuxième jour des émeutes, on aperçoit ainsi un adolescent encapuchonné sortir d’un supermarché les bras remplis de T-shirts. Une fois dehors, il dépose soigneusement son butin puis invite un de ses amis à retourner à l’intérieur. «Vite, vite cousin, on nique tout. Vas-y charge. Ouais gros. Nique la France. On va rentrer gratuitement». La direction générale de la police nationale réfléchit actuellement aux réponses à apporter à ce type d’affaires et l’Inspection générale de la police nationale est attentive à ce qui passe par le Web quand la police est concernée.

          «Filme-les, ces fils de pute»

          Chez les jeunes voyous qui se mettent en scène sur la toile, c’est à qui frappera le plus fort. Les vidéos nourrissent des commentaires sur Internet entre membres de diverses bandes qui se lancent des défis. «On doit trouver un moyen efficace d’arrêter cela. Il faut que les modérateurs des sites fassent leur travail et que l’on recherche les auteurs de ces images menaçantes pour les forces de l’ordre», s’alarme Jean-Claude Delage, le secrétaire général d’Alliance.

          La colère des policiers est compréhensible : sur la toile les exemples ne manquent pas et ils font froid dans le dos. Dans un rush du 22 février dernier baptisé Muro mortier dans les keuf, on voit ainsi des CRS charger des émeutiers et recevoir de plein fouet une bombe agricole. Plusieurs garçons immortalisent le moment avec leurs téléphones portables. L’un d’eux s’emporte : «vas-y, filme-les, ces fils de pute. Enculés de vos mères, baisez vos mères !» Dans une autre vidéo intitulée Argenteuil, un individu crève deux pneus d’un camion de police, avant de prendre la fuite avec son complice. On les entend se congratuler : «Pouh, magnifique !»

          Un clip du 17 septembre 2007, nommé Chicag contre la Bac – Le Havre 76, montre aussi des individus lançant des feux d’artifices contre une patrouille de police.

          Le «fléau» de la provoc en vidéo n’est pas propre à la banlieue parisienne. À Toulouse, l’Unsa-police a alerté le préfet. Le syndicat dénonce la mise en ligne de plusieurs séquences. Celles-ci concernent les quartiers sensibles de Bagatelle, du Mirail et de la Reynerie et montrent des jets de projectiles, des poursuites, des dégradations. «Je suis tombé des nues devant ces scènes surréalistes. L’État doit empêcher la publication de ces images», proteste Didier Martinez, responsable régional de l’Unsa à Toulouse

Notre très court commentaire: tout à fait d'accord avec ce policier; mais là comme ailleurs ne faut-il pas remonter aux sources? et surtout poser le problème dans sa globalité?.....

(1): source: "Le Figaro", 6 novembre 2007;

Commentaires

  • Le bouc émissaire , une recette vieille de 2000 ans qui fait toujours führer . Les parents de ces jeunes ont été bien utiles aux patrons de droite, et la moindre des choses aurait été d 'intégrer leurs enfants : pas facile, bien sûr , mais avec des moyens c ' était possible. Mais ces jeunes ne servent-ils pas à cacher les magouilles gigantesques de la clique ( de droite comme de gauche ) au pouvoir ? LE VRAI COUPABLE , C' EST SARKO , qui orchestre ce désordre aux dépens de la police , des jeunes ... et à son profit. Si on parlait plutôt des requins qui gravitent autour de lui ? comme le pdg de LVMH qui gagne 13.000 euros PAR HEURE ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL