UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Précisions sur le brulôt "France anti-jeunes"...

          Notre commentaire du livre de Grégoire TIROT "France anti jeunes" sous-titré "Comment la société française exploite sa jeunesse" a surpris certains de nos lecteurs, en particulier la conclusion de cet ouvrage sur « les grandes lignes de ce qui pourrait devenir un contrat social équitable entre les générations, pourvu que les politiques aient le courage de s'attaquer aux privilèges de la vraie classe dominante : "les plus de 50 ans et les retraités"...

          En effet, est-il possible de généraliser ? Tous les plus de 50 ans et tous les retraités sont-ils des privilégiés constituant une unique classe dominante ? Évidemment non. Bien des retraités arrivent tout juste à joindre les deux bouts et vieillissent dans des conditions parfois très difficiles.

          Il n’en est pas moins vrai que cette génération, celle des plus de 50 ans et des retraités d’aujourd’hui, a bénéficié au cours de sa vie active de conditions économiques particulièrement favorables, notamment pour la constitution de ses retraites, dont les jeunes générations seront bien loin de bénéficier. Il est vrai aussi qu’elle a collectivement creusé des dettes, consommé des richesses, accumulé des avantages dont, non sans un certain égoïsme, elle laissera la charge aux générations futures.

          Cela aussi est peut-être tout simplement le mouvement naturel de la démocratie…

Les commentaires sont fermés.