Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le forum de Davos "et nous, et nous, et nous", les révolutionnaires...

    argent roi.jpgLa dernière "édition" du rituel Forum de Davos demanderait de longs développements, et nous y reviendrons un peu plus longuement la semaine prochaine. Disons seulement quelques mots là-dessus dès maintenant...

    Dire sottement "Mon ennemi, c'est la finance !..." ? Crier, encore plus sottement "A bas l'Argent !" ? Voilà qui ferait peut-être "plaisir" à certains, qui croiraient faire oeuvre utile en éructant de telles sornettes, alors que la seule chose à faire, le seul service à rendre, n'est pas de critiquer l'Argent, qui, comme tout - et on le sait depuis la langue d'Esope... - peut être la meilleure ou la pire des choses; mais d'expliquer à l'opinion comment et pourquoi nous en sommes arrivés à l'Âge de fer que nous vivons aujourd'hui, c'est-à-dire à la toute puissance des forces de l'Argent. Et à proposer la révolution qui consisterait à remettre l'Argent à sa place, en rendant le pouvoir à ce que Maurras appelait les forces du Sang : voilà la seule révolution qui vaille, et d'ailleurs la seule révolution qui soit, et c'est nous, les royalistes, et nous seuls, qui en sommes les tenants. 

    Lire la suite

  • Ecole, l'essentiel : apprendre vraiment, et bien, et pour toujours, au lieu de "pédagogiser" et de "genderiser"!...

    METHODE SYLLABIQUES.jpg

    méthode syllabique.jpg

    http://www.editionsdelamartiniere.fr/ouvrage/les-methodes-de-lecture-de-notre-enfance/9782732455730 

  • Les tweets du jour...

    ( pour consulter "l'Intégrale" - 220 tweets... - c'est ici, ou sur la colonne de droite de la Page d'Accueil, en-dessous de la page Facebook...) :

     

    1. Le Système a fait entrer de 10 à 15 millions d'étrangers depuis 75, pas tous terroristes, mais beaucoup oui: il a organisé notre insécurité

    2. "Toulousains", "Avignonaise" les ados djihadistes ? Non! Immigrés et terroristes, à déchoir de la nationalité et à expulser vite fait...

  • Dans "Breizh info", entretien avec Augustin Debacker, organisateur des Cafés politques de Vannnes

    1535520_710415702313833_267950325_n.jpg

    Nous les annonçons régulièrement dans nos colonnes, ouvertes à tout ce qui se fait d'utile dans le pays : les Cafés politiques de Vannes ("Du grain à moudre"), organisés par Augustin Debacker et Nicolas Jullien ont été présentés par Augustin Debacker dans les colonnes de Breizh info :

    http://www.breizh-info.com/7448/actualite-politique/vannes-rencontre-avec-augustin-debacker-organisateur-des-cafes-politiques/ 

  • Sur le Blog La Couronne - Le duc et la duchesse de Vendôme : 3ème naissance attendue

    La famille royale de France

     

    "Nous avons le plaisir et la joie de vous annoncer que son Altesse Royale, Madame la duchesse de Vendôme, est dans l'attente d'un heureux événement pour cet été.

    Le bébé de la princesse Philoména et de S.A.R. le Prince Jean de France sera le 10e petit-enfant du Chef de la Maison Royale de France, Monseigneur le  Comte de Paris et de Madame la Duchesse de Montpensier, il sera également le 152e descendant de feu le Comte et la Comtesse de Paris. 

    Le blog de la Couronne adresse toutes ses sincères félicitations au duc et à la duchesse de Vendôme et leurs souhaite beaucoup de bonheur pour les mois à venir". 

     

    lafautearousseau s'associe de grand coeur à ces voeux.

  • Images du 21 janvier 2014, à Paris, Lyon (avec les Princes de la Maison de France) et à Marseille

    untitled-16.jpg

    Le 21 janvier, à Paris et à Lyon,  a été commémoré en présence des Princes de la Maison de France

     

    = A Paris, à Saint Germain l'Auxerrois, autour de Mgr le Comte de Paris

    21_janvier_2014.jpg

     Au cours de la Messe, célébrée à la demande de l'Oeillet Blanc et présidée par Dom Philippe Piron, père Abbé de Kergonan, le Chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris a rédigé et lu avec beaucoup d'émotion les intentions de prières pour le Roi Louis XVI, pour la Reine Marie-Antoinette et bien sûr pour Louis XVII, mort seul et abandonné dans un cachot du Temple*.

    Compte-rendu plus détaillé sur La Couronne 

     

    = Le prince Jean de France, duc de Vendôme, commémore le roi Louis XVI à Lyon 

    Le Prince et Stéphane Blanchonnet

    Le prince Jean de France, duc de Vendôme a assisté à la messe célébrée en mémoire du roi Louis XVI en l’église Saint-Denis de la Croix-Rousse à Lyon. La messe plus suivie que d’habitude en raison de la présence du prince Jean était célébrée par l’abbé Jérôme Billioud.

    A l’issue de la cérémonie religieuse, le Prince a salué la figure de Louis XVI dans la sacristie et a participé avec joie à la traditionnelle galette des rois. 

    Le duc de Vendôme a ensuite conversé avec les convives en évoquant ses engagements et a répondu en toute simplicité à ceux d'entre eux qui lui lui demandaient des nouvelles de la princesse Philoména et des jeunes princes.

    Compte-rendu plus détaillé sur La Couronne

     

    = A Marseille, la Messe pour Louis XVI a été célébrée dans la basilique du Sacré-Coeur, en présence d'une assistance nombreuse

    Assistance 1.jpg   Assistance 2.jpg

     Mgr ELLUL.jpg

    Monseigneur Jean-Pierre Ellul préside la cérémonie

    DSC04127.jpg

     La Fédération Royaliste Provençale et le Souvenir Bourbonien 

    untitled.jpg

     A la sortie de la Messe, de jeunes militants d'Action française proposent exemplaires de "L'Action Française 2000" et tracts sur le colloque qu'ils organisent le 8 février.

     

    Lire la suite

  • Délinquance et journalistes : Question à un centime d'euro : comment s'appelle-t- "il" ?....

    Adlmirable, amusant et... scandaleux à la fois cet article de Romain Luongo, dans un numéro de la Provence, page 4 (1): Un voleur de voitures roule sur un homme de la Bac. A La Rose, le policier échappe miraculeusement à la mort. Le suspect en fuite. :

    A LA ROSE.jpg 

    A LA ROSE PHOTO.jpg

    Lire la suite

  • Jean-François Mattéi invité du prochain Café Actualité d'Aix-en-Provence

    Le prochain Café Actualité d'Aix-en-Provence aura lieu mardi 4 février

    La crise des principes de notre civilisation

    avec   

    Jean-François MATTÉI

    de L'Institut Universitaire de France, Philosophe et écrivain

    matteiA.jpg

    A 18h45, Café Le Festival, 67 bis rue Espariat (Bas du Cours Mirabeau, en face de la Rotonde).

    Renseignements: 06 16 69 74 85 (Une vidéo de ce Café Actualité est prévue)

  • 2014 : turbulences à venir, par François Reloujac*

    Un contexte international compliqué, où le faible cours du dollar influe directement sur les mauvais chiffres de l’exportation française, des expatriations par dizaines de milliers... Cette nouvelle année s’annonce mal si aucune bonne résolution n’est prise par le gouvernement.

     

    En ce début d’année 2014, la France fait face à une situation économique et financière difficile. Le gouvernement actuel n’en est pas le seul responsable, loin s’en faut ! Mais le salut ne peut pas plus venir d’une dénonciation facile des errements passés que de la publication d’indicateurs chiffrés soigneusement sélectionnés. En fait, il n’y a pas d’autre solution pour remonter la pente que de « faire de la bonne politique », tant sur le plan international qu’au niveau national… et, pour cela, il faut du courage.

    AIRBUS A 330.jpg

    Pour survivre dans sa bataille avec Boeing, Airbus est obligé de vendre à perte...

    Lire la suite

  • La faim de Valérie

    1318608586296.jpgSi les aventures de Flamby étaient une BD comique, j'en achèterais tous les albums. Mais c'est, hélas, la triste réalité de la France hollandienne et cela ne fait rire personne.

    Dans le dernier épisode, la presse a relayé docilement la communication élyséenne sur la fin de la séquence « Valérie à l'Elysée ». La pauvresse serait désormais dans la misère et aurait besoin de trouver un travail. Tiens tiens... Paris-Match ne lui verserait-il plus son salaire de journaliste ? Et le papa banquier n'avait-il rien prévu pour sa fille ? Apparemment non et la pauvre Valérie ne doit plus rien avoir à se mettre sous la dent puisque Action contre la faim a jugé nécessaire d'intervenir en urgence. Les « grands » médias nous le rabâchent en boucle, c'est cette association humanitaire qui finance le voyage en Inde de Cosette, son séjour là-bas et tous les frais annexes.

    Tenaillée par la faim, on comprend mieux pourquoi la pauvre ex-première dame de France aurait piqué une grosse colère à la vue des croissants apportés à la belle Julie, dès potron-minet, par son chevalier servi, heaume au vent sur son fringant cheval-vapeur.

    En tout cas, pour ma part, je ne donnerai pas un sou à une association humanitaire qui choisit ses causes avec aussi peu de discernement...

  • Ubu roi ! : en visite officielle en Turquie, le président d'un pédalo qui coule parle avec un autre président qui coule de son entrée dans une Europe qui coule...

    Le peuple Français sera de toutes façons consulté par référendum, dit notre Président, sans rire, en parlant, toujours sans rire, de l'adhésion de la Turquie à cette pauvre Union européenne, dont l'état lamentable dans lequel elle se trouve devrait inciter à parler de tout, sauf de l'intégration (!) de la Turquie...

    turquie ue non.jpg

  • La Patte à Catoneo - Jim Crow, Wazza ?

    CATONEO 1.jpgJ'avais prévu quelque chose pour le 10 mai, journée officielle d'hommage aux victimes de la Traite atlantique, mais passablement agacé par les lices du penser-droit qui cantonnent toute réflexion, j'ai décidé d'en mettre un grande aux négriers tout de suite.

    Claque ou quenelle ad libitum.

    C'est en fait l'audition d'une émission de France Culture, qui pendant une heure, lundi dernier 20 janvier, a laissé parler Eric Mesnard et Catherine Coquery-Vidrovitch au sujet de l'esclavage, qui m'a décidé à l'ouvrir. Ces gens connaissent leur sujet à fond. Ils ont réponse à tout. Ils n'appellent pas à faire pénitence. Ils expliquent (1). Merci, cela devenait rare.

    Depuis une quinzaine d'années, l'élite politique et morale de ce beau pays nous somme de nous repentir de la mise en esclavage du peuple noir loin de chez lui, à nous faire croire que nous avons bâti ce que nous possédons sur le Code noir de Colbert. D'autres répondent que le bois d'ébène a été acheté sur les stocks des comptoirs maritimes africains et revendu aux Caraïbes et Louisiane ; et qu'en plus, on occulte à dessein les chaînes de nègres qui remontaient l'Afrique à pied vers les paradis musulmans.

    Cela ne me concerne pas.

    Je n'ai à me repentir de rien et des millions de Français de souche non plus. La Traite n'est pas notre affaire. En affaires, nous n'étions pas conviés. Nos ancêtres étaient pour la plupart attachés à la glèbe, dans les deux sens du terme, et pas toujours par choix mais pour assurer l'ordinaire. Ils ne profitèrent jamais des plantations du Nouveau Monde, ne buvaient pas de rhum, que du marc de raisin ou au nord, de l'alcool de grain, ni du café mais de la chicorée, ignoraient les bananes et le sucre de canne. Ces gens qui formaient l'assiette de la dîme, de la taille, de la capitation, vivaient à l'horizon de leur bailliage, ou de leur province pour les meilleurs marcheurs, sans grandes économies, cultivant la terre et la morale dans la monotonie des travaux et des jours. Ils s'arrangeaient pour ne rien devoir à la fin quand ils rendaient le "cadeau" de leur vie au Créateur. La famille alors louait des fleurs comme à Chaminadour et un cercueil à fond-charnière pour les enterrer dignement derrière un mauvais cheval qui tirait les affligés vers le pré de l'église.

    Coller la honte de la Traite sur tous les Français, sur tous ceux qui ont construit le royaume de France à la sueur de leur front, est une vaste saloperie. 

    Par contre, on a tous les noms ! Tous les cahiers. Tous les plans. Tous les registres. Les minutes du Greffe.

    On sait qui crût et embellit jadis dans le commerce triangulaire.

    A Bordeaux et Nantes naquirent des fortunes mondiales. Bridées au XIXème siècle, elles furent réinvesties aux colonies, plus tard dans l'industrie, mais la gloire d'exportation s'afficha sur toutes les belles avenues de nos ports. Certaines familles existent encore. Les descendants se sont peut-être jetés maintenant dans la dénonciation des marchands d'esclaves ou des planteurs pour faire diversion, mais... je vous laisse réfléchir. Nous les gueux, manants et autres tiers, nous sommes innocents de ces crimes. Que la justice passe, ailleurs, à Bordeaux, Nantes, Lorient et j'en oublie ! Qu'on élève des piloris de mémoire en place publique financés sur la taxe foncière, sur lesquels seront gravés les noms des négriers, si ça les amuse. Même pas !

    Mme Taubira a peut-être un problème avec les trafiquants nantais, les rois du Dahomey, les planteurs de Guyane, mais aucun problème qui me concerne en Rouergue ou dans mes Cévennes. Solidarité ? N'ayant pas une vocation de pleureuse universelle, je l'encourage respectueusement à retourner à ses racines. Moi, je ne me repens de rien !

    Les nôtres ont payé cher déjà la "continuation" des équilibres sociaux au privilège de la Fortune triomphante dans les deux siècles passés, tant dans les guerres que dans les manufactures et les mines au bénéfice de la Banque et de a Forge.

    Les négriers ? Ce qu'il en reste ? A la lanterne des ports et comptoirs incriminés. Dieu triera ! Qu'on les y pende l'hiver, ça sentira moins mauvais.

     

    (1) Etre esclave. Afrique-Amériques, XVème-XIXème siècle, Edition La Découverte (2013).

  • François ("les galipettes") se souviendra longtemps de ce jour de la saint François où il a rendu visite à François (le pape)...

    pape-francois-time-magazine.jpgGrossier comme un plouc ? Aussi finaud qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine ? Ou, plus prosaïquement, les deux à la fois, et utilisant le langage d'un porteur de boite à outils, dont il a lui-même employé l'image ? François Hollande a cru bon de déclarer (texto) : "Le Pape peut être utile sur plusieurs sujets". On appréciera le style, qui n'est évidemment pas du Chateaubriand, mais on ne peut pas trop lui en demander, semble-t-il : il doit être comme cela, notre "François normal", plus doué en gallipettes qu'en style élégant...

    Que se sont dit les deux hommes, dont l'un - François-le-Pape - est "l'homme de l'année" pour le magazine Time, et dont l'autre - François-les -galipettes - est en un sens lui aussi (mais dans un autre genre et un autre registre, bien sûr !) l'homme de l'année ? Evidemment, nul n'en sait rien, et il faut se contenter soit des vaticinations des correspondants spéciaux - souvent ignares - soit des images vues à la télé.

    Eh, bien, justement, parlons-en de ces images vues à la télé (le soir même, aux deux JT de TF1 et de France 2, et donc les mêmes pour toutes les autres chaînes). Un Pape François visiblement peu chaleureux en début d'entretien, plus souriant au sortir dudit entretien : au moment de l'échange des cadeaux, on vit notre François normal offrir au Pape une vie de saint François d'Assise. Voulait-il, par là, se racheter une conduite, se présenter comme bien "lisse", comme un gentil petit garçon bien élevé ? Toujours est-il que l'on a très distinctement entendu le Pape, voyant le cadeau, lui dire, en souriant cette fois de bon coeur : "C'est votre saint Patron..."

    Tout le monde connaît la célébrissime Mule du Pape, d'Alphonse Daudet, et sa non moins inoubliable dernière phrase : "Je ne connais pas de plus bel exemple de rancune écclesiastique !"

    En l'occurence, tout était dans le non-dit, mais insinué suffisamment pour qu'il ne soit pas nécessaire de le dire carrément, ce que l'usage et les bonnes manières interdisaient de toutes façons;  on nous permettra de penser que, grand sourire à l'appui, la réflexion de François à François sonne comme un conseil à prendre modèle sur la vie de ce François, offerte en cadeau, et apparaît ainsi, non comme un exemple de "rancune écclesiastique", mais comme une magistrale leçon de "vacherie diplomatico/éclesiastique"...

  • Vannes, ce mercredi, à 20 heures : Café politique...

    Ce mercredi 29 janvier, à 20h00, Café l'Océan à Vannes (Porte Saint-Vincent), animé par Simon Alain : 
     
     

    1535520_710415702313833_267950325_n.jpg

  • Attention, fantôme ! par Louis-Joseph Delanglade

    Leur européisme paraîtra naïf à certains, sympathique à d’autres. Mais personne ne peut dire encore si les manifestants de Kiev obtiendront quoi que ce soit... Or, dans un accès de moraline aigu, M. Fabius, se disant « inquiet et indigné », vient de convoquer l’ambassadeur d’Ukraine pour lui signifier sa condamnation de l’attitude des autorités ukrainiennes. Ministre des Affaires étrangères, il devrait plutôt se préoccuper de déterminer, dans cette affaire, une ligne politique conforme aux intérêts de la France.  

    eurasie.JPG

     "...comment établir avec Moscou une alliance capable de faire contrepoids aux mastodontes chinois et américain."

     

    On peut, certes, avoir de l’Ukraine une image quelque peu romantique – Benoist-Méchin lui-même ne pensait-il pas que le second conflit mondial constituait une nouvelle et déterminante occasion de ressusciter ce « fantôme de l’Europe », Hitler réussissant là où Napoléon et, avant lui, Charles XII, avaient échoué ? Mais, en politique plus qu’ailleurs, il faut savoir raison garder. Même M. Guetta l’a compris qui admet que, dans le meilleur des cas (à ses yeux, bien entendu), la solution de compromis passerait par une sorte de neutralisation du pays. « Existante et inexistante à la fois, aux limites insaisissables », l’Ukraine est la preuve que, en dépit du prétendu sens de l’Histoire, les réalités géo-historiques fondées bien évidemment sur des rapports de force sont souvent déterminantes.  

    Et le rapport de force est plutôt à l’avantage de la Russie de M. Poutine. Peut-on, de toute façon, reprocher sérieusement à ce dernier de refuser catégoriquement l’installation, aux frontières de son pays, d’un Etat affilié à l’Union européenne et membre de l’Alliance atlantique ? On voit mal  par ailleurs pourquoi il renoncerait à l’Ukraine, véritable berceau de la Russie orthodoxe et pièce maîtresse de son projet d’Union eurasienne. De fait, n’en déplaise à ces messieurs du Quai d’Orsay, la Russie entend demeurer maîtresse dans son pré carré et rester une puissance internationale de premier plan. Et, sommes-nous tenté de dire : heureusement. 

    En effet, on peut raisonnablement penser que, derrière les manifestations de Kiev, se profile l’ombre de l’impérialisme des Etats-Unis d’Amérique. Ces derniers, obnubilés par la fulgurante montée en puissance de la Chine, paraissent bien décidés à rayer la Russie de la carte des grandes puissances. D’où leur présence militaire agressive, directe ou indirecte, en ex-Europe de l’Est ou dans les ex-républiques soviétiques d’Asie ; d’où leur orchestration de campagnes de dénigrement aux prétextes variés (écologistes, femen, homophobie…), etc.  

    La bipolarisation sino-américaine qu’on nous promet ne serait évidemment pas de nature à permettre à la France, ni à l’« Europe » d’ailleurs, de « manœuvrer ». Seule, la Russie paraît en mesure de faire échec à ce scénario. Dans ces conditions, la portée des événements de Kiev dépasse largement les aspirations des manifestants et ce n’est pas en se plaçant sur ce terrain-là que M. Fabius sert les intérêts du pays. Il ferait mieux de se demander comment établir avec Moscou une alliance capable de faire contrepoids aux mastodontes chinois et américain.