Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 5 août

 

58 Avant JC : Fin de la bataille de l'Ochsenfeld 

César refoule Arioviste et ses Germains au-delà du Rhin : il s'agit de la deuxième bataille majeure de la Guerre des Gaules, après celle de Bibracte contre les Helvètes...

Jules César avait déjà été appelé à l'aide une première fois par les Gaulois, lorsque les Helvètes avaient décidé de quitter leurs montagnes pour s'installer dans l'Ouest de la Gaule :  il les écrasa à Bibracte, les obligeant à retourner dans leurs montagnes (voir l'éphéméride du 28 mars).

Un autre peuple était également entré en Gaule, sans que les Gaulois ne réussissent à le chasser : Arioviste et ses Germains avaient traversé le Rhin vers 72 avant JC, emmenant avec eux les Suèves, les Harudes, les Marcomans, les Triboques, les Vangions, les Némètes et les Sédusiens, soit, peut-être, environ 120.000 personnes... 

froshdorf,comte de chambord,comte de paris,legitimistes,orleanistesEduens, Arvernes et Séquanes, tous alliés pour l'occasion, furent écrasé le 15 mars 60, à la bataille d'Admagetobriga : ils demandèrent donc, de nouveau, l'appui de Rome. Jules César décida de repousser Arioviste, craignant qu'une fois la Gaule soumise, les Germains ne représentent un danger pour Rome même, comme les Cimbres et les Teutons - défaits par son oncle, Caius Marius (ci contre)... - quelque quarante années auparavant (voir notre éphéméride/évocation du 17 janvier).

Arioviste se mit en marche en direction de Vesontio (Besançon), la capitale des Séquanes. Mais César, à marche forcée, réussit à l'y précéder et à s'y fortifier.

Début août, César reprit sa progression vers Arioviste, qui se trouvait à une quarantaine de kilomètres. Des escarmouches eurent lieu pendant les premiers jours du mois, jusqu'à l'affrontement final entre les six Légions romaines (environ 35.000 hommes) et l'armée d'Arioviste, largement supérieure en nombre (probablement 70.000 guerriers, voire plus...). C'est par leur tactique et leur habileté que les Romains triomphèrent de cet adversaire largement supérieur en nombre : comme son oncle Marius l'avait fait pour les Cimbres et les Teutons, César augmenta la panique de ses adversaires en massacrant les femmes et les enfants qui étaient en arrière, dans le camp ennemi...

Son armée totalement anéantie, Arioviste n'eut d'autre solution que de repasser le Rhin : certains historiens disent même que, dans sa déroute, il dût le franchir... à la nage !  

Quatre mois à peine après son intervention victorieuse contre les Helvètes - appelé par les Gaulois - César remporte donc, dans la foulée - et toujours appelé au secours par les Gaulois... - une seconde victoire retentissante en Gaule : cette fois-ci, et malgré les difficultés qu'il va encore y rencontrer (révolte de Vercingétorix...) il n'en partira plus, du moins avant d'y avoir assis son pouvoir, et celui de Rome, sur la totalité des quelques soixante tribus ou peuplades gauloises qu'il nomme lui-même dans ses Commentaires, le De Bello Gallico.  

 

froshdorf,comte de chambord,comte de paris,legitimistes,orleanistesC'est dans la plaine d'Alsace, entre Mulhouse et Aspach, près de Cernay, qu'eut lieu la bataille de l'Ochsenfeld : 

http://bataillescelebres.hebergratuit.net/ochsenfeld/index.html?ckattempt=1

 

9 aout,charles ix,edit de roussillon,premier janvier,lotharingie,charlemagne,carolingiens,france,allemagne

 

1873 : Entrevue de Froshdorf

 

Elle scelle, officiellement, la réconciliation entre le Comte de Chambord et le Comte de Paris, qui deviendra, à sa mort, Philippe VII.

Philippe VII, et non pas Louis-Philippe II, ce qui aurait marqué la persistance de la division entre les deux branches de la famille des Bourbons : "Les Orléans sont mes fils...", dira le Comte de Chambord, lors de cette entrevue.

Malgré cela, malgré le fait que la France ait, comme en 1848, envoyé à la Chambre une majorité royaliste en 1871, la monarchie ne se fit pas...

 

BAINVILLE MOMENTS DECISIFS 8.jpg

  

 

C'est que les choses, en réalité, étaient beaucoup plus compliquées qu'une simple querelle de personnes, et qu'il fallait chercher beaucoup plus loin, et beaucoup plus profond, l'origine d'une véritable scission, qui devait avoir des effets catastrophiques, et incalculables...

Une fois de plus, si l'on veut comprendre et expliquer ce qui s'est passé, et pourquoi, c'est vers Jacques Bainville qu'il faut se retourner :

Un mois avant sa mort, Jacques Bainville a écrit un tout petit livre : "Voici sans doute le dernier ouvrage du regretté Jacques Bainville", écrit Maurice Donnay, lui aussi de l'Académie, qui écrit l'Avant-propos de l'ouvrage de son confrère :

 

Les moments décisifs de l'Histoire de France.

 

Ce très court ouvrage ne contient que huit chapitres, eux-mêmes très courts :

 

"On dit que parfois un homme qui va mourir revoit toute sa vie, en une seconde, comme dans un éclair. Ainsi, on dirait que, dans un de ces instants où abandonné de tout espoir, il savait, il sentait qu'il allait mourir, Jacques Bainville a vu, comme dans un éclair, cette Histoire de France qui était toute sa vie... et qu'il en avait saisi, comme dans un éclair, avec son admirable clairvoyance, les points décisifs. De là ces huit chapitres qu'il a écrits et qui nous montrent depuis la Gaule romaine jusqu'à la scission de 1830, les points singuliers de notre Histoire..."

 

Ces huit chapitres sont : 

 

La Gaule romaine; 

La chance des Capétiens;

• L'ouvrage de Jeanne d'Arc; 

Le dévouement de Henri III;

 La vérité sur le siècle de Louis XIV;

Louis XVI, auteur de la révolution;

La Révolution et la Belgique;

La scission de 1830.

 

C'est ce dernier chapitre qui nous intéresse ici, que vous pourrez lire en ouvrant le document ci-dessous :

 

J. Bainville - La scission de 1830.pdf

 

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

2015 : Dédicace de Notre-Dame de Longefont : le prieuré fontevriste du XIIème siècle retrouve son église...

 

Erigée au début du XIIème siècle, pillée, arasée et laissée à l'état de ruine sous la Révolution, l'église de l'Abbatia Longi Fontis (Abbaye de la Grande-Fontaine) était un prieuré féminin, fondé par Robert d'Arbrissel, fondateur de l'Ordre de Fontevraud.

Acquise et sauvée par François et Agnès Chombart de Lauwe, elle fut intégralement restaurée après huit ans d'un travail immense, et des dépenses s'élevant à plus d'un million d'euros.

La messe, célébrée ce 5 août 2015 par l'abbé de Notre-Dame de Fontgombault, et chantée en grégorien par les chantres de la cathédrale de Bourges marqua la résurrection de ce joyau du pays d'Oulches, dans le Berry.

 

  La restauration de ce chef d'oeuvre, et la passion admirable de ses propriétaires pour lui, racontées dans Le Figaro Magazine (du 14 octobre 2016) :

http://immobilier.lefigaro.fr/article/la-renaissance-d-une-eglise-plus-belle-restauration-de-l-annee_f5b84e08-9212-11e6-82dc-007c24377e3c/

 

froshdorf,comte de chambord,comte de paris,legitimistes,orleanistes

 

3 janvier,sainte geneviève,paris,pantheon,attila,gaule,puvis de chavannes,huns,saint etienne du mont,larousse,joffreCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

 

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

Commentaires

  • OUI 'la masse et bien elle avance et rencontre des lectures découvre qu'elle ne peut pas tout savoir mais la fin d'un régime se ponte car on n'arrive à rien de construire sur la violence et la vengeance alors faisons des économies remettons à l'honneur 'LE BENEVOLAT que l'on a traficoter pour remplir des caisses et donner des impressions de pouvoir alors que l'on malmène le FELEXIBLE DROIT au motif que l'on doit tout changer POUR CELA UNE MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE
    oui nous avons UN COMTE DE PARIS et sa descendance cessons les querelles et sachons dialoguer car chaque REPUBLICAIN est SUR DE SA RECETTE même JOSE BOVE est obligé de reconnaître qu'il est dépassé par l'ETHIQUE

  • Gigi, sûr, elle est bien gentille; mais elle envoie des commentairest déjantés. Grave ! Elle est trop perso; et c'est hyper confus. Un peu mystico-dingo. C'est ce que disent les plus àgés, comme expression. Gigi, elle est très sympa, mais, bon .... Mais je ne veux pas la peiner.

Les commentaires sont fermés.