Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pivot

  • Ephéméride du 10 janvier

    Le monastère de l'Escorial, au nord de Madrid, où sont ensevelis les rois et infants d'Espagne

     

    1660 : Louis XIV visite le Pont du Gard...

     

    Le 28 juillet 1659, Louis XIV a quitté Paris pour Saint Jean de Luz : l'une des clauses du Traité des Pyrénées, en cours de signature avec l'Espagne, stipulait en effet que le Roi de France devait épouser la fille du Roi d'Espagne.

    En réalité, les pourparlers et la signature du Traité traînant en longueur - le mariage espagnol manquant même d'échouer, et le Roi étant presque sur le point d'épouser une autre princesse !... - le voyage durera presque un an, le Roi ne rentrant à Paris, avec sa jeune épouse Marie-Thérèse, que le 13 juillet 1660.

    La Cour quitta d'abord Fontainebleau pour Bordeaux, où elle resta du 19 août au 5 octobre; elle alla ensuite à Toulouse, du 14 octobre au 27 décembre, puis à Montpellier, du 5 au 8 janvier 1660; elle arriva à Nîmes le 9 janvier, et le Roi visita le Pont du Gard le lendemain, 10 janvier. Ensuite, le 17 janvier, la Cour arriva à Aix-en-Provence, où elle resta 12 jours, avant de se rendre à Toulon, pour douze jours également.

    Louis XIV en profita pour aller en pèlerinage à Cotignac, pour témoigner sa reconnaissance à Notre-Dame de Grâce, à qui il devait sa naissance. Le 2 mars, le Roi entra dans Marseille, mais pas par la porte de la Ville : il fit ouvrir une brèche dans le rempart, afin de punir l'indocilité des habitants (le 17 octobre précédent, un Ordre du Roi avait en effet été déchiré en pleine séance à l'Hôtel de Ville : voir l'Ephéméride du 11 février)...  

    Le 27 mars, le Roi était à Orange : c'est là que, visitant le Théâtre antique, il eut le mot fameux : "Voici la plus belle muraille de mon royaume !..." (voir l'Ephéméride du 27 mars).

    Enfin, les choses finissant par se dérouler comme prévu, au départ, et le mariage espagnol se précisant, après avoir manqué d'échouer, le Roi, avec toute la Cour, se rendit à Saint Jean de Luz, pour s'y marier, le 9 juin 1660 (voir l'Ephéméride du 9 juin), avant de retourner à Paris, presque un an après l'avoir quittée...

     

    10 janvier,cressent,trudaine,ponts et chaussees,sacré coeur,tintin,apostrophe,pivot,hergé,baron de batz

    Classé par l'UNESCO au Patrimoine mondial de l'Humanité, l'une des plus belles constructions du monde :

    http://www.pontdugard.fr/fr

     

    10 janvier,cressent,trudaine,ponts et chaussees,sacré coeur,tintin,apostrophe,pivot,hergé,baron de batz

     

    Lire la suite

  • Comme le dit Pierre Boutang : "...parler de Maurras comme de tout le monde... c'est un homme politique comme tous les autres hommes...(1/2)

            Voici un document d'archive qui, comme tant d'autres, peut, et doit, nous servir de guide aujourd'hui, du moins en ce qui concerne Maurras, sa personne, la façon de l'aborder etc...

           Il s'agit de l'émission d'Apostrophes du 31 janvier 1981. Ce soir-là, Bernard Pivot a réuni quatre personnalités fortes, autour du thème La politique, un art du cynisme ? Il y a là Alfred Grosser, Jean-Paul Jouary et André Glicksmann, qui vont écouter le quatrième, Pierre Boutang, qui démarre très fort...

            Il faut dire que Boutang est invité pour parle de son La Fontaine politique, et que Pivot lui dit qu'il y a de la provocation à ouvrir un livre pareil en parlant de la Lettre-préface de Charles Maurras.

            Boutang en profite pour dire, tout simplement comment on doit, et on peut, parler de Maurras aujourd'hui....

    boutang,maurras,pivot,ina  

    La politique, un art du cynisme ? Apostrophes - 30/10/1981 - 01h15min26s   

     

    Lire la suite