Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

petrole

  • Pas de tribunal de Nuremberg pour la Force Brute. Vae victis … par Champsaur (II/II)

    etats-unisDes milliers de pages ont été écrites sur ce sujet depuis que la supercherie a été éventée, mais c’est le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz qui a certainement été le plus synthétique, le plus documenté et le moins complaisant.

    La plupart de ses papiers sont traduits en français et publiés dans les Échos.

    Quelques liens : 

    http://archives.lesechos.fr/archives/2011/LesEchos/21014-76-ECH.htm?texte=stiglitz

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/dossier/0201613015822-le-11-septembre-dix-ans-apres-215191.php

    http://archives.lesechos.fr/archives/2011/LesEchos/21013-31-ECH.htm?texte=stiglitz

    http://archives.lesechos.fr/archives/2008/LesEchos/20161-68-ECH.htm?texte=stiglitz

    http://archives.lesechos.fr/archives/2008/lesechos.fr/03/11/300248711.htm?texte=stiglitz

    Lire la suite

  • Pas de tribunal de Nuremberg pour la Force Brute. Vae victis … par Champsaur (I/II)

    "Il n’y a pas plus lieu de sacraliser que de diaboliser cette fédération de marchands enivrée de sa grandeur et résolue à nous imposer ses standards, ses coutumes, son idéologie, ses produits en tous genres, bref ses canons dans les deux sens du mot.

    ... par la guerre ou dans la paix, les Etats Unis ne supportent plus et brisent tout ce qui leur résiste, qu’ils usent ou qu’ils abusent des droits que leur donne la force et que cette force même les conduit à prétendre dire le droit..."

    Dominique JAMET (America über alles) 


    "... il n’est de justice entre les hommes que lorsqu’ils traitent à force égale, tandis que les plus puissants exécutent tout ce qu’ils peuvent se permettre et les faibles s’y soumettent". Les Méliens continuant à repousser ce raisonnement et les propositions des Athéniens sont massacrés ou dispersés...

    Thucydide (dans "La guerre du Péloponnèse" 400 avant J.C.)


    etats-unis2 Octobre 2002

    Il n’est venu à l’esprit de personne de célébrer cet anniversaire. Mais quelques parlementaires américains ont rappelé le désastre et la honte de leur pays car ce jour-là Georges Walker Bush et sa camarilla déposait au Congrès (les deux chambres) une résolution pour partir en guerre contre l’Irak. Vote obtenu le 10 Octobre.

    Lien : http://uspolitics.about.com/od/wariniraq/a/jt_resolution.htm

    Aux États Unis même il n’y a eu aucun élan particulier pour soutenir cette équipée. Les résultats des votes furent les suivants :

    Lire la suite

  • Histoire du Pétrole, l'or noir, par Champsaur (II/III).

    Europe, Moyen-Orient, Bakou …

    En Asie l’huile se présente à fleur de terre. En Perse des savants allemands repèrent le naphte mais personne ne s’offre pour l’exploiter.

    En Europe quelques exploitations démarrent ou subsistent : en Allemagne, dans les Carpathes, en Galicie, en Roumanie.

    Et le Caucase est prêt à donner la réplique à la Pennsylvanie. A Bakou où la terre forme une couche peu épaisse sur un sol rocailleux. Les flammes s’élèvent facilement. Longtemps les tsars se sont désintéressés du pétrole. L’État russe a le monopole de son exploitation, ce qui est l’assurance qu’il ne sera pas exploité … L’Azerbaïdjan tout entier est une terre de feu. A Bakou l’extraction est concédée à des Arméniens, les frères Mirzoïefs, qui fondent une première société pétrolière en 1856. Au fond des alambics se dépose une sustance plus lourde que le pétrole lampant, que les Tartars appellent masul ou mazude. Ce résidu gardera le nom de mazout. Les Américains ayant ouvert la voie du forage, les Russes ne veulent plus se contenter de l’huile de surface et se mettent à creuser. En 1872 la Russie renonce à son monopole et met aux enchères des terres imprégnées. Et les charpentes de derrick se multiplient autour de Bakou. La production bondit de 5.000 tonnes annuelles vers 1860 à 4 millions de tonne en 1890. Autour des champs pétroliers de Bakou, un jeune arménien de 22 ans fera parler de lui dans l’histoire du pétrole, Calouste Sarkis GULBEKIAN. 

    petrole,or noir 

    Lire la suite

  • Histoire du Pétrole, l'or noir, par Champsaur (I/III).

    Un peu d’histoire …

    Une histoire du pétrole couvre aisément 1.000 pages. C’est le cas de l’ouvrage d’un chercheur américain, Daniel Yergin avec son « The Prize, The epic quest for oil, money and power, 1991». Tenter d’en extraire les évènements cruciaux conduit à des choix forcément subjectifs. Si la liste est très loin d’être exhaustive, au moins les épisodes rapportés furent ils déterminants dans cette aventure de l’Humanité qui dure encore et dont la fin est loin d’être atteinte malgré certaines prévisions apocalyptiques très mal documentées. 

     

    L’huile de pierre dans les religions

    Pendant très longtemps les hommes n’ont pas soupçonné l’existence de gisements profonds de produits pétroliers. La seule connaissance de cette substance mystérieuse parvint par les affleurements. Pourquoi engendre-t-elle le feu ? Il faut remarquer que le culte du feu fut d’une grande importance dans ce Moyen-Orient où les réserves enterrées sont les plus riches du monde. Il revient aux Perses d’en avoir fait l’objet suprême d’un culte. Sur la rive occidentale de la Caspienne le gisement de pétrole qui traverse la région jusqu’au littoral opposé est ici à fleur de terre. Il suffit d’une étincelle pour l’enflammer. Il flambe depuis le déluge disent les fidèles, et ne s’éteindra qu’à la fin du monde. C’est là que Zoroastre, huit siècles avant notre ère a instauré le culte mazdéen. Le feu naturel de la terre devient feu surnaturel pour les hommes. A travers la Perse les siècles passent sans que s’éteignent les feux sacrés. 

    petrole,or noir

    Azerbaïdjan, Lokbatan (ci-dessus), et Yanargad (ci-dessous) : avec les grandes réserves de gaz et pétrole dans le sous-sol de l’Azerbaïdjan et de la mer Caspienne, et les émanations gazeuses qui en résultent, des "flammes perpétuelles" habillent les collines environnant Bakou... 

    petrole,or noir 

    Lire la suite

  • "Frapper" la Lybie ? D'accord avec... Patrice de Plunkett.....

            Lu sur son Blog, le vendredi 18 mars, sous le titre :

            Une guerre "occidentale" en Lybie : avec quels objectifs ?... et dans quels intérêts ?

            La Lybie n'est pas un "pays" : c'est une confédération de clans, soumise à leurs alliances ou à leurs ruptures. D'où la possibilité d'une scission.

    kadhafi,lybie,pétrole,sarkozy

    Certes, il ne s'agirait que de frappes aériennes et pas d'une intervention terrestre, comme en Irak, dont le lamentable fiasco devrait malgré tout faire réfléchir et inciter à la plus extrême prudence : intervenir pour "quoi" ? pour mettre qui, et quoi, à la place ?...

    Lire la suite

  • Ainsi va le monde: Gazole très cher ! Ce n’est pas une crise : c’est le début d’une révolution copernicienne de l’économie…..

    448681285.jpg          Lu le 6 juin sur le blog de Patrice de Plunkett (toujours excellent...):

              "...Le pétrole est devenu très cher. Il va le rester. Ce choc est irréversible, parce  que  le  pic  de  production  est  là et que les stocks décroissent. Le productivisme mondialisé est donc condamné. Il faut repenser toute l’économie : révolution copernicienne ! (Le productivisme aura bientôt l’air aussi obsolète que le géocentrisme). Dans cette perspective, la frénésie des transports routiers apparaîtra comme l’un des symptômes du passé.

    Lire la suite