UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gouguenheim, les nations, les identités...

            Nous avons déjà évoqué l'intéressant entretien qu'a mené Jean Sévillia avec Sylvain Gouguenheim, dans Le Figaro Magazine du 12 septembre.

 
            Celles et ceux qui s'intéressent à Jean-François Mattéi, et qui suivent la publication des extraits de son  magistral Le regard vide, que nous avons débutée en septembre, n'ont sûrement pas manqué de voir comment Gouguenheim se rapproche, dans cet entretien, des préoccupations de Mattéi. 
 
GOUG.jpg 
 
            A un moment, la discussion débouche sur la notion de civilisation. Voici ce que dit Gouguenheim :
             "Nombre d'historiens, d'anthropologues et d'ethnologues ont réfléchi à cette notion. Il est possible d'hésiter sur les frontières qui délimitent une civilisation, ou de se demander quelles différences on peut établir entre civilisation et culture. Il reste que les civilisations sont des créations de l'espèce humaine à travers l'histoire.
 
             Si vous allez au Japon, vous voyez bien que vous n'êtes pas en Europe, et que ce n'est pas qu'une simple question de culture, de langue ou d'écriture: vous êtes confrontés à des différences qui ne sont pas de l'ordre du quotidien, mais relèvent de phénomènes de très longue durée. 
 
             Les civilisations échangent entre elles, mais parfois se ferment: une civilisation se marque par ses emprunts, mais aussi par ses refus.
 
             Je comprends que l'on discute sur la définition d'une civilisation, parce que ce n'est pas un être biologique et que sa définition est subtile, mais pas que l'on conteste cette notion en soi, qui est un fait..."

Les commentaires sont fermés.

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL