Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ephéméride du 27 janvier

La Cité de Carcassonne

 

1814 : Naissance d'Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc 

 27 janvier,viollet le duc,saint denis,sainte chapelle,saint sernin,carcassonne,vezelay,notre-dame de paris,lassus,victor hugo,chateaubriand,louis philippe,merimee 
Félix Nadar, Goupil & Cie, Viollet-le-Duc, vers 1879, Paris, musée d’Orsay

Comme restaurateur l’œuvre de Viollet-le-Duc est si considérable qu’elle a éclipsé ses activités d’architecte et de théoricien.

Viollet-le-Duc a lui-même dirigé des dizaines de restaurations. Il reste comme l’architecte du XIXème siècle dont les interventions sur les édifices anciens auront été les plus nombreuses :  il se vit chargé de sauver Saint-Denis (1846), la Sainte Chapelle, Saint-Sernin de Toulouse (1845), la cathédrale d'Amiens (1849), la salle synodale de Sens (1851), la Cité de Carcassonne...

Vézelay (ci dessous) fut le premier grand chantier qui lui fut confié, en 1840 :

 

250px-Vezelay-Basilique-Nef.jpg

https://www.histoire-image.org/etudes/viollet-duc-restauration-monumentale

 

 

Cependant, c'est surtout sur le gigantesque chantier de Notre-Dame, où il fut appelé avec son associé Jean-Baptiste Lassus, à partir de 1844, qu'il donna la pleine mesure de ses capacités (ci dessous, la nouvelle flèche de la cathédrale). Marcel Aubert donne une description saisissante de l'état de délabrement de Notre-Dame en 1802 :

 

"Rien n'est triste comme cette grande façade, avec ses bas-reliefs mutilés, ses sculptures écrasées, ses niches vides et ses socles sans statues, avec ses vitres défoncées, ses fenêtres bouchées par des murs de plâtre, ou des cloisons de bois, et tout en haut les grands abat-sons qui pendent dans les hautes baies des tours muettes."

 

fleche notre dame.jpg

 La nouvelle flèche, restituée par Viollet-le-Duc : 500 tonnes de bois, 250 tonnes de plomb, une hauteur de 93 m. 

Le coq situé au sommet de la flèche contient trois reliques : une parcelle de la Sainte Couronne d’épines, une relique de saint Denis et une de sainte Geneviève.

           

 

Mais, pourquoi fallut-il un Viollet-le-Duc ? Et comment en était-on arrivé là ?

Il convient de retracer, à grands traits, l'évolution des mentalités et des goûts du public en France, afin de situer correctement Viollet-le-duc et son action, et de bien comprendre comment et pourquoi l'un et l'autre furent rendus nécessaires, puis possibles.

La Renaissance, d'abord, (c'est d'elle que vient l'appellation méprisante de "style gothique" donnée à ce grandiose Art ogival, ou Art français), puis le rationalisme du siècle des Lumières avaient, on le sait, rejeté le Moyen Âge dans les ténèbres.

Les saccages de la Révolution, durant laquelle les vandales s'en donnèrent à coeur joie - si l'on peut dire... - ne furent, en quelque sorte, qu'une conséquence ("Les Vandales du Vème siècle n'ont jamais brisé tant de chefs-d'oeuvres...", disait Alexandre du Sommerard, qui tenta, lui aussi, de réparer une partie des dégâts, en créant les Musées de Cluny et d'Ecouen : voir l'Ephéméride du 31 août)...

C'est le mouvement romantique qui réhabilita le Moyen-Âge, permettant ainsi à la France de renouer avec son plus lointain passé.

Chateaubriand fut le premier, avec son "Génie du Christianisme" (1802), à redécouvrir et réhabiliter le passé médiéval (voir l'Ephéméride du 14 avril), suivi par Hugo, qui publia en février 1831 la première édition de "Notre-Dame de Paris".

 

CHATEUABRIAND GENIE DU CHRISTIANISME.jpg

            

Un roman, certes, mais Hugo prévient qu' "il n'est pas inutile d'étudier la pensée d'esthétique et de philosophie cachée dans ce livre". Il y lance un appel en faveur de l'art médiéval, "cet art merveilleux, jusqu'à présent inconnu des uns, ou, ce qui est pire encore, méconnu des autres... Conservons les monuments anciens. Inspirons, s'il est possible, à la nation l'amour de l'architecture nationale. C'est là, l'auteur le déclare, un des buts principaux de ce livre; c'est là un des buts principaux de sa vie."

 

HUGO.jpg

            

Le retentissement des oeuvres de Chateaubriand et d'Hugo (qui, à cette époque, était encore royaliste...) fut considérable, et l'enthousiasme du public pour le patrimoine médiéval ne devait plus retomber.

En 1837, le roi Louis-Philippe créa la Commission des monuments historiques, confiée à Mérimée (voir l'Ephéméride du 23 septembre).

Lequel confia à Viollet le Duc, son meilleur ami, les travaux que l'on vient d'évoquer : Paris célébra comme il se devait la fin de la restauration de "sa" cathédrale, en 1864 (voir l'Ephéméride du 31 mai)

 

27 janvier,viollet le duc,saint denis,sainte chapelle,saint sernin,carcassonne,vezelay,notre-dame de paris,lassus,victor hugo,chateaubriand,louis philippe,merimee

 

1852 : Naissance de Fulgence Bienvenüe

 

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, il est le père du Métro de Paris.

 

BIENVENUE.JPG
 
 
 
 
           
Après l'adoption, en en juillet 1897, du projet de réseau de Fulgence Bienvenüe, les travaux furent lancés le 4 octobre 1898. La première ligne ( Porte de Vincennes - Porte Maillot) fut ouverte au public le 19 juillet 1900, afin de desservir les épreuves des Jeux olympiques d'été au Bois de Vincennes.
           
La mise en place du métro fut décidée en commun par l'Etat et la Ville de Paris pour pallier l'insuffisance des transports de surface, en particulier en prévision de l'Exposition universelle de 1900. Le projet initial comportait une ligne circulaire Etoile - Nation - Etoile et deux lignes transversales, une Nord - Sud ( Porte de Clignancourt - Porte d'Orléans ) et une Est - Ouest ( Avenue Gambetta - porte Maillot ).
 
 
paris metro en 1905.jpg
Le réseau Métropolitain en 1905...
 
 
          
Deux compagnies existaient alors : la CMP, Compagnie du métro parisien, et la Société Nord-Sud, utilisant des décorations différentes pour leurs stations. Des stations différentes portaient le même nom sur les deux lignes (deux stations Grenelle, par exemple).
 
En 1913, le métro comportait déjà 10 lignes : huit de la CMP et deux de Nord-Sud ( les actuelles lignes 12 et 13 ). De 55 millions en 1901, le nombre de voyageurs est passé à 467 millions en 1913.
 
 
PARIS METRO 1914.jpg
...et en 1914.
 
 
          
Le réseau continue à s'agrandir pendant la première Guerre mondiale. Pendant l'entre deux-guerres, les lignes 9, 10 et 11 seront ouvertes, et les deux compagnies fusionneront en une seule.
 
Il faudra ensuite attendre le 15 octobre 1998 pour que soit ouverte une nouvelle ligne, la ligne 14, initialement entre Madeleine et la bibliothèque François Mitterrand, puis étendue pour couvrir la gare Saint-Lazare. La ligne 14 est une ligne très moderne, à conduite automatisée et à temps d'attente très réduit.
 
 
METRO D'HIER.JPG
 
 
 27 janvier,viollet le duc,saint denis,sainte chapelle,saint sernin,carcassonne,vezelay,notre-dame de paris,lassus,victor hugo,chateaubriand,louis philippe,merimee
 
 
 
1967 : Mort d'Alphonse Juin
 

27 janvier,viollet le duc,saint denis,sainte chapelle,saint sernin,carcassonne,vezelay,notre-dame de paris,lassus,victor hugo,chateaubriand,louis philippe,merimee

http://www.histoiredumonde.net/Alphonse-Juin.html

 

  Avec Leclerc et de Lattre, Juin fut le dernier Maréchal de France : voir l'Ephéméride du 8 août...
 
 

3 fevrier,philippe auguste,paris,esther,racine,boileau,lully,phedre,louis xiv,simone weil,thibon,mauriac,stofflet

 

3 janvier,sainte geneviève,paris,pantheon,attila,gaule,puvis de chavannes,huns,saint etienne du mont,larousse,joffreCette Ephéméride vous a plu ? En cliquant simplement sur le lien suivant, vous pourrez consulter, en permanence :

la Table des Matières des 366 jours de l'année (avec le 29 février des années bissextiles...),

l'album L'Aventure France racontée par les cartes (211 photos),

écouter 59 morceaux de musique,

et découvrir pourquoi et dans quels buts lafautearousseau vous propose ses Ephémérides  :

 

Ephémérides de lafautearousseau.pdf

Les commentaires sont fermés.