UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ephéméride du 30 juin

    1998 : fondation des American friends of Versailles

     

    1470 : Naissance du futur Charles VIII 

    Il n'aura qu'un règne très court, durant lequel il sera, en quelque sorte, conduit par les modes et l'air du temps, notamment l'esprit d'aventure qui soufflait sur la France d'alors (en pleine pré-Renaissance, si l'on peut dire) dont a parlé Jacques Bainville :

    CHARLES VIII.jpg

    Lire la suite

  • Ephéméride du 29 juin

    1949 : Pierre Sabbagh lance le premier journal télévisé

     

    1694 : Exploit de Jean Bart au Texel 

    En cette année 1694, la France est en guerre contre la ligue d'Augsbourg. Le 29 juin, dans le but d'affamer la population française, des vaisseaux chargés de blés achetés aux Norvégiens sont capturés par des navires hollandais au large de l'île néerlandaise du Texel. Jean Bart, corsaire au service du roi, est chargé de les récupérer.

    Il faut dire que ce Capitaine de vaisseau, loup de mer aguerri, est déjà une célébrité : capturé en 1689 par les Anglais, il s'était évadé de sa prison et avait traversé la Manche… à la rame !

    Ce 29 juin 1694, au large de l’île hollandaise de Texel, il aperçoit à l’horizon le convoi français d’une centaine de voiles qui venait d’être capturé par les Provinces-Unies.

    Les Français sont inférieurs en tout aux hollandais (330 canons contre 380 pour les navires hollandais), mais pourtant Jean Bart fait hisser successivement le pavillon rouge (à l’attaque !) et le pavillon bleu (à l’abordage !).

    Le résultat est sans équivoque : 16 morts chez les Français contre plus de 300 chez les Hollandais.

    Alors qu’il avait été fait chevalier de l’Ordre de Saint-Louis par Louis XIV en 1690, la bataille de Texel lui vaut l’anoblissement par le roi. 

    29 juin,nantes,vendéens,grande armée catholique et royale,convention,robespierre,renault,pierre sabbagh,journal télévisé,napoleon

     Plus d'information sur Jean Bart dans notre Ephéméride du 21 octobre.

     
    24 juin,loi d'exil,orléans,du pont de nemours

    Lire la suite

  • Marion Maréchal invitée par le Medef, puis desinvitée sous la menace...

    A LA FOIS UNE HONTE ET UN SCANDALE !

    "ILS" S'AFFIRMENT REPUBLICAINS, MAIS "ILS" NE SONT QUE DES CENSEURS ET DES INQUISITEURS...

    "ILS" S'AFFIRMENT DEMOCRATES, MAIS "ILS" NE SONT QUE DE VULGAIRES TOTALITAIRES DE LA PENSEE UNIQUE...

    "ILS" ONT REUSSI A TERRORISER CE PAUVRE PRESIDENT DU MEDEF, QUI AURAIT PEUR DE SON OMBRE, ET QUI A ANNULE L'INVITATION FAITE A MARION...

    "LIBERTE", DISENT-"ILS", TOUS CES TARTUFES : OUI, LIBERTE DE PENSER COMME EUX, DE FAIRE CE QU'ILS ONT DECIDE, D'ALLER LA OU ILS VEULENT NOUS OBLIGER A ALLER...

    LA BELLE LIBERTE QUE VOILA !

    IL A BELLE MINE, NOTRE SYSTEME A BOUT DE SOUFFLE, OU REGNE LE CONFORMISME LE PLUS ABSOLU, POURVU QU'IL SOIT DANS LE SENS DE LA DILUTION DE TOUT CE QUI FAIT LA FRANCE, DEPUIS MILLE ANS...

    ELLE EST A BOUT, CETTE REPUBLIQUE IDEOLOGIQUE, QUI NE TIENT PLUS DEBOUT QUE PAR LA SEULE FORCE D'INERTIE - (DU FAIT QU'ELLE EST INSTALLEE...) - ET PAR LE SEUL TERRORISME, MÊME PAS INTELLECTUEL, MAIS IDEOLOGIQUE...

    QUE L'ON NE S'ETONNE PAS, OU PLUS, QUE FACE A UN TEL SYSTEME AUSSI EVIDEMMENT VERMOULU NOUS SOYONS ROYALISTE !

    ET ROYALISTES "REELLEMENT D'OPPOSITION, C'EST-A-DIRE PRÔNANT OUVERTEMENT LA SUBVERSION DU SYSTEME" (Léon Daudet)

  • Ephéméride du 28 juin

    1919 : signature du calamiteux Traité de Versailles

     

    Célébration de saint Irénée, Primat des Gaules, mort en 202 

    Né à Smyrne, vers 130, Irénée arrive en Gaule en 157, et rejoint Pothin, à Lyon, dont il devient le deuxième évêque, puisqu'il succède à ce même Pothin, premier évêque de la ville - et même des Gaules - et qui fut victime (avec Blandine et ses compagnons) de la grande persécution de Marc-Aurèle en 177 (voir l'Ephéméride du 2 juin).

    Saint Jérôme et Grégoire de Tours affirment qu'il serait, lui aussi, mort martyr, durant la persécution de Septime-Sévère.             

    Lire la suite

  • Ephéméride du 27 juin

    1998 : mort de Pierre Boutang

     

    49 avant J-C : Première victoire de la flotte de César - qui assiège Massalia - sur la flotte Massaliète 

    Depuis le 19 avril, César assiège Massalia. Il n'arrive pas à vaincre militairement la ville, abritée derrière ses murailles infranchissables et remarquablement armée, et décide donc d'établir un blocus total de la cité, aussi bien sur terre que sur mer.

    Le 27 juin, la flotte massaliète - avec 17 navires - tente de briser le blocus maritime et attaque la flotte romaine - forte de 12 navires seulement - commandée par Decimus Junius Brutus Albinus.

    Ne pouvant passer plus de temps devant une ville qui lui résistait avec tant d'énergie, et comprenant bien que seule la famine - donc, le temps... - lui livrerait la cité, César part combattre Pompée en Espagne, laissant le commandement des opérations terrestres à Caius Trebonius, et des opérations navales à Albinus. 

    31 juillet,albi,jacques coeur,etienne marcel,saint exupery,le petit prince,diderot,hachette,jaurès,bainville

    L'archipel du Frioul - où s'était installée la flotte romaine - peut à la fois bloquer et/ou protéger la rade de Marseille. Il se compose de trois îles : Ratonneau, à gauche sur la photo, qui est la première que l'on rencontre en venant du large et que les Grecs appelèrent donc, tout naturellement, « Proté » (qui signifie « premier », en grec); Pomègues, (du grec « Mésé », qui signifie « moyenne »), ici à droite; et If, la plus petite des trois (petit se disant « Hypea », en grec) que l'on voit devant les deux autres.
     
    La première des deux batailles navales du siège de Massalia - le 27 juin - eut lieu dans la rade même, à quelques encablures des murailles de la ville; la seconde - le 31 juillet - eut lieu un peu plus loin, à Saint-Cyr-Les Lecques, à une vingtaine de kilomètres, les Massaliotes ayant réussi à percer le blocus maritime, « profitant d'un vent favorable », dit César.
     
    Sur les raisons de la guerre que mena César contre Massalia, voir notre Ephéméride du 19 avril; sur la seconde victoire navale remportée par la flotte de César sur celle de Massalia, voir notre Ephéméride du 31 juillet; et, plus généralement, notre évocation : Quand Massalia, la plus ancienne ville de France, rayonnait sur toute la Gaule et, préparant la voie à Rome, inventait avec les Celtes, les bases de ce qui deviendrait, un jour, la France. 

    Lire la suite

  • Avec ou sans papiers ?...

    Il fut un temps où Jean Ferrat, grand marxiste-léniniste devant l'Eterrnel, célébrait - magnifiquement, d'ailleurs... - "La Montagne...
    Dans sa très belle chanson - véritable ode au Terroir, et donc très traditionaliste, n'en déplaise à ses amis du PCF... - il posait "la" bonne question : "...Il faut savoir ce que l'on aime..."
    Ici et aujourd'hui, en l'occurrence, ce serait plutôt : "il faut savoir CEUX que le Système aime...

  • Le Cardinal Sarah nous renvoie aux origines de la crise du Christianisme en France et en Europe

    De l'incendie de Notre-Dame de Paris à la Nouvelle religion républicaine, qui s'est fixé comme but unique d'abattre le christianisme : le Cardinal Sarah nous renvoie aux Encyclopédistes et aux racines révolutionnaires de la décadence de l'Eglise, de la France et de l'Europe...

    "...Il y a quelques heures j’étais à la cathédrale Notre-Dame de Paris. En entrant dans cette église éventrée, en contemplant ses voûtes effondrées, je n’ai pu m’empêcher d’y voir un symbole de la situation de la civilisation occidentale et de l’Eglise en Europe. Oui, aujourd’hui de tout côté, l’Eglise semble être en flamme. Elle semble ravagée par un incendie bien plus destructeur que celui de la cathédrale Notre-Dame. Quel est ce feu ? Il faut avoir le courage de lui donner son nom. Car, « mal nommer les choses, c’est augmenter le malheur du monde. »

    Ce feu, cet incendie qui ravage l’Eglise tout particulièrement en Europe, c’est la confusion intellectuelle, doctrinale et morale ; c’est la couardise de proclamer la vérité sur Dieu et sur l’homme et de défendre et transmettre les valeurs morales et éthiques de la tradition chrétienne ; c’est la perte de la foi, de l’esprit de foi, la perte du sens de l’objectivité de la foi et donc la perte du sens de Dieu. 
    ...Une Eglise qui ne serait pas orientée vers Dieu est une Eglise qui meurt et s’effondre. La flèche de la cathédrale de Paris s’est effondrée : ce n’est pas un hasard ! Notre-Dame de Paris symbolise tout l’Occident. A force de se détourner de Dieu, l’Occident s’effondre. Elle symbolise la grande tentation des chrétiens d’Occident : à force de ne plus être tournés vers Dieu, à force de se tourner vers eux-mêmes, ils meurent.
    Je suis persuadé que cette civilisation vit une crise mortelle. Comme à l’époque de la chute de Rome, les élites d’aujourd’hui ne se soucient que d’augmenter le luxe de leur vie quotidienne et les peuples sont anesthésiés par des divertissements de plus en plus vulgaires. Comme évêque, je me dois de prévenir l’Occident ! L’incendie de la barbarie vous menace ! Et qui sont les barbares ? Les barbares sont ceux qui haïssent la nature humaine, Les barbares sont ceux qui bafouent le sens du sacré, Les barbares sont ceux qui méprisent et manipulent la vie et veulent « augmenter l’homme » ! 
    ...La civilisation occidentale est en profonde décadence et en ruine, malgré ses succès scientifiques et technologiques fantastiques et les apparences de prospérité ! Comme la cathédrale Notre-Dame : elle vacille. Elle a perdu sa raison d’être : montrer Dieu et conduire à Dieu. 
    ...Si Dieu perd son caractère central et son primat, l’homme perd sa juste place : il ne trouve plus sa place dans la création, dans les relations avec les autres. Le refus moderne de Dieu nous enferme dans un nouveau totalitarisme : celui du relativisme qui n’admet aucune loi si ce n’est celle du profit. Il faut briser les chaînes que cette nouvelle idéologie totalitaire veut nous imposer ! Si l’homme refuse et se coupe de Dieu, il ressemble à un fleuve immense et majestueux, mais coupé de sa source, tôt ou tard, il sèchera et disparaîtra.
    ...La crise spirituelle que je décris concerne le monde entier. Mais elle a sa source en Europe. Le rejet de Dieu est né dans les consciences occidentales. L’effondrement spirituel a donc des traits proprement occidentaux. […] »

    (extraits de la conférence prononcée le 25 mai à Paris par le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements).

     

    NRR 2.jpg

  • Ephéméride du 26 juin

    2005 : le site de Cadarache est retenu pour la construction du réacteur expérimental Iter

     

    363 : Mort de Julien l'Apostat 

    S'il fut seul maître de l'Empire romain pendant deux ans - de 361 à sa mort, en 363 - il fut aussi gouverneur et César en Gaule pendant six ans, à partir de 355.

    Il y fut envoyé par Constance II, car la pression des Barbares aux frontières devenait intenable : les Francs s'étaient même emparés de Cologne. Julien rétablit la situation, reprit Cologne aux Francs et, par la suite, écrasa et refoula les Alamans, en remportant la brillante victoire de Strasbourg (Argentorate) en 357 (voir l'Ephéméride du 15 août). Il mena même, par la suite, trois expédition militaires en Germanie, sur la rive droite du Rhin. Il ramena ainsi la paix et la sécurité en Gaule.

    Il se plaisait à résider dans sa chère Lutèce, dont il avait fait son quartier général, et où, disait-il, l'eau est bonne à voir et à boire ! Mais c'était en 355 ! 

    26 juin,rivarol,tokamak,cadarache,iter,tore supra,fusion,fission,julien l'apostat 

    http://www.herodote.net/Julien_l_Apostat_331_363_-synthese-628.php 

    24 juin,loi d'exil,orléans,du pont de nemours

    Lire la suite

  • Selon que vous serez pompiers ou bien... "migrants" (pardon : envahisseurs !)...

    PAS D'ARGENT POUR LES POMPIERS, URGENTISTES, INFIRMIERES... EN GREVE MAIS, CURIEUSEMENT, LE SYSTEME TROUVE TOUJOURS, CHAQUE ANNEE, DES MILLIARDS POUR DES ENVAHISSEURS REBAPTISES "MIGRANTS" DE PLUS EN PLUS NOMBREUX...

     

     

     

  • Ephéméride du 25 juin

    864 : Création de La Monnaie de Paris (illustration : l'Hotel de la Monnaie, aujiurd'hui)

     

    841 : Bataille de Fontenay en Puisaye 

    Elle se déroule en Bourgogne, entre les petits-fils de Charlemagne.

    Charles le Chauve et Louis le Germanique, alliés pour la circonstance, battent leur frère aîné, Lothaire, et se partagent son royaume, la Lotharingie (de Lorthringen, Lothaire).

    Il faut voir dans ces partages incessants des royaumes, à la mort de chaque souverain, l'une des deux causes majeures de l'échec des deux premières dynasties franques, la Mérovingienne et la Carolingienne, malgré leurs débuts brillants et prometteurs : « Les partages étaient l'erreur inguérissable de ces dynasties d'origine franque. », dit Jacques Bainville.

     

    La deuxième raison fut la poursuite de la chimère impériale.     

     

    C'est essentiellement parce qu'ils bornèrent leur action au territoire de la seule France, et parce qu'ils supprimèrent la règle du partage des territoires à chaque décès du roi, que la troisième dynastie, celle des Capétiens, fut la bonne.

     

    Et qu'elle réussit (sur huit siècles tout de même) à construire la France. 

    25 juin,lotharingie,charlemagne,capétiens,mérovingiens,carolingiens,cadoudal,chouans,terreur,paris

    La victoire des deux frères alliés contre le troisième se concrétisera, huit mois plus tard, par le Serment de Strasbourg (voir l'Ephéméride du 14 février). 

    24 juin,loi d'exil,orléans,du pont de nemours

    Lire la suite

  • Ephéméride du 24 juin

    Après abrogation de la Loi d'exil, la Famille de France retrouve son pays

     

    1245 : Ouverture du premier Concile de Lyon, dont le but est de déposer Frédéric II, Empereur du Saint Empire 

    Cet épisode marque le point culminant de la lutte entre les Empereurs du Saint Empire Romain Germanique et la papauté, qui durait depuis longtemps déjà. En l'occurrence, la Papauté cherchait - et trouvait... - un appui et un allié de taille dans le France du roi Louis IX, futur Saint Louis.

    Après avoir été excommunié une seconde fois, en 1239, par Grégoire IX, mort en 1243, l'empereur avait espéré que l'élection du nouveau pape Innocent IV viendrait modifier la position de l'Église.

    Mais le nouveau pape ne changea pas d'avis par rapport à son prédécesseur : la réunion du premier Concile de Lyon fut décidée dans le but exprès de déposer l'Empereur.

    24 juin,loi d'exil,orléans,du pont de nemours

    C'est dans la cathédrale Saint Jean de Lyon (dite aussi Primatiale Saint Jean) que se tinrent les sessions du Concile qui devait, entre autres, déposer l'empereur d'Allemagne, Frédéric II. 

    http://archive.is/g7B7n 

    24 juin,loi d'exil,orléans,du pont de nemours

    Lire la suite

  • Ephéméride du 23 juin

    1940 : Hitler à Paris...

    1148 : Fondation de l'Abbaye de Sénanque

    23 juin,jean anouilh,pierre de coubertin,olympie,jeux olympiques,mirabeau,chateaubriand,louis xvi,révolution,varennes,palais des papes,avignon,d'aviler,peyrou

    https://www.senanque.fr/

    Notre-Dame de Sénanque est la troisième abbaye cistercienne fondée en Provence, après Le Thoronet et Silvacane : on les appelle "les trois soeurs provençales"...

    Reportez-vous à notre article du dimanche 4 août, pour un très rapide aperçu de l'histoire mouvementée de ce splendide monument, et des causes aberrantes qui l'ont mise en danger réel d'écroulement, à partir de 1970...

    23 juin,jean anouilh,pierre de coubertin,olympie,jeux olympiques,mirabeau,chateaubriand,louis xvi,révolution,varennes,palais des papes,avignon,d'aviler,peyrou

    Lire la suite

  • Ephéméride du 22 juin

    1922 : Discours de Léon Daudet à la Chambre, en défense des "Humanités" (illustration : les "Budés", collection de textes d'auteurs Grecs et Latins)

     

    1763 : Naissance d'Etienne Méhul  

     

    22 juin,napoléon,cent jours,waterloo,québec,niemen,1812,russie,grande armee,bonaparte,chateaubriandSi le grand public le connaît essentiellement pour son Chant du Départ, l'ensemble de l'oeuvre de Méhul - qui fut l'un des premiers musiciens dits « romantiques » - mérite d'être découverte.

    Comme en témoigne par exemple sa Symphonie n° 1 : 

     

     

    https://www.musicologie.org/Biographies/mehul.html 

    22 juin,napoléon,cent jours,waterloo,québec,niemen,1812,russie,grande armee,bonaparte,chateaubriand

    Lire la suite

  • Ephéméride du 21 juin

    1791 : Louis XVI et les siens quittent Paris...

    1476 : Défaite de Charles le Téméraire à Morat 

    Alliés à Louis XI, les membres de la Confédération Helvétique infligent à Charles le Téméraire une cuisante défaite à Morat.        

    Le Duc René II de Lorraine était présent avec sa cavalerie, pour aider les Suisses contre Charles le Téméraire, ce qui explique que les Suisses viendront, par la suite, aider les forces lorraines à reprendre Nancy et vaincre définitivement "le bourguignon", le 4 janvier 1477...
     
    Pour le duc de Bourgogne, cette défaite de Morat succède à celle de Grandson quelques mois plus tôt, et précède donc la déroute de Nancy, où il perdra la vie, très peu de temps après.
     
    Louis XI et la France triompheront ainsi de leur adversaire - pourtant, au départ, bien plus puissant - et verront disparaître l'une des menaces les plus sérieuses qui aient pesé sur la nation depuis les débuts de sa lente construction (sur les causes lointaines de l'opposition entre les deux Maisons, de France et de Bourgogne, au début amies et alliées, voir l'Ephéméride du 27 avril). 
     
    CHARLES LE TEMERAIRE.jpg 

    21 juin,louis xi,charles le téméraire,observatoire de paris,louis xiv,colbert,académie des sciences,cassini,varennes,louis xvi,du perier

    Lire la suite

  • Ephéméride du 20 juin

    1828 : première présentation du Cadre Noir en public

     

    451 : Bataille des Champs catalauniques 

    Attila et ses Huns sont écrasés près de Châlons-en-Champagne, aux Champs Catalauniques, par une armée romano-barbare.

    C'est le premier échec militaire d'Attila, surnommé « le Fléau de Dieu ». L'Empire des Huns, venus des steppes de l'Asie, s'étend alors de la Hongrie à l'Ukraine et de la Pologne à la Serbie. Cependant, sa défaite en Gaule, n'abattra pas la puissance d'Attila : c'est sa mort, en 453, qui provoquera la désagrégation de son Empire. 

    huns.JPG
     
     

    20 juin,huns,attila,musee des arts premiers,troyes,nathan rothschild,alexandre yersin,peste,calmette,institut pasteur,napoléon,waterloo

    Lire la suite