UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au hasard des (re)lectures d'été: dédié à Julien Dray, de la part de Jacques Bainville

            Le lyncheur lynché n'en finit plus de se plaindre, et dénonce d'imaginaires complots, pour dissimuler la sordide réalité, qu'il persiste à nier.

            Relisant les Contes de La tasse de saxe, de Bainville, nous sommes retombés sur ce court dialogue. Ne va-t-il pas comme un gant au donneur de leçons, au moralisateur d'hier dont on voit bien qu'il est l'un des Tartuffe les plus aboutis - si l'on peut dire !... - de sa génération ?

            "Mes compliments, mon cher, votre philosophie fait des consciences souples et des idéalistes pratiques. Le parasitisme vous a mené loin. Savez-vous le nom que vous méritez ?"

julien-dray-grosse-definition-1.jpg

 

            Dur retour de manivelle pour le grand manipulateur d'hier; le grand lyncheur d'hier se dit victime de lynchage, aujourd'hui, mais n'est-ce pas, au fond, un juste retour des choses ? Nous avons tous été lynchés par lui et son arme diabolique et scélérate de SOS Racisme lorsque, à chaque fois que nous mettions en garde contre les méfaits de « leur » immigration, "on" nous traitait, entre autres, de nazis.

      

Les commentaires sont fermés.