UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les droits de l'homme, selon monsieur Cali...

          Si les mots ont un sens, il semblerait bien que pour le chanteur engagé Cali (engagé à gauche évidemment, sinon les médias n’en parleraient pas une seconde.) le premier des droits de l’homme soit celui de vivre dans l’illégalité et l'irrespect des lois.

cali.JPG

 

          Eh oui, c’est bien ce qu’a dit, noir sur blanc, cet indéfectible soutien de Ségolène Royal (qui appréciera….) lors d’un passage sur LCI :

          « …L’espoir de voir partir ce ministre Hortefeux… c’est une horreur avec ses quotas pour virer les sans-papiers de notre pays… moi j’ai envie de faire partie encore du pays des droits de l’homme… »

          Enrobé dans une vulgarité et une grossiéreté populacière dont Cali semble avoir le secret, le fond du message n’est-il pas très clair : les droits de l’homme, ce n’est pas d'abord et avant tout laisser les citoyens accomplir leurs devoirs, et les mettre dans les meilleures conditions pour cela; non, c’est respecter ceux qui fraudent, et surtout leur ficher la paix.

          A quand la Légion d’Honneur obligatoire et d’office pour les hors la loi ?...

     

Commentaires

  • Le socialiste François Hollande est dans un avion.
    Soudain, le moteur explose.
    Une seule solution pour sauver sa peau, sauter en parachute !
    Malheureusement dans sa précipitation (non, personne ne l'a poussé),
    François oublie le parachute, et le voilà tombant comme un caillou vers le sol à 250 km/h .
    Soudain, le defunt Charles de Gaulle lui apparaît et lui dit :
    « François, crie Vive l'UMP et tu seras sauvé. »
    François refuse : « Ca va pas non ?? »
    De Gaulle revient encore et dit :
    « François, regarde le sol comme il se rapproche vite...
    crie "Vive l'UMP" et tu seras sauvé .»
    François refuse toujours mais à 100 mètres du point d'impact fatal, il hurle de toutes ses forces « VIVE L'UMP !! VIVE L'UMP !! VIVE L'UMP !!!!!! »
    De Gaulle le prend alors par dessous les aisselles et le dépose
    délicatement sur le sol.
    L'émotion est telle que François tombe dans les pommes.
    Quand il se réveille enfin, de Gaulle a disparu, mais Ségolène Royal est là, qui le regarde méchamment et qui lui dit :
    « Non seulement tu dors pendant les réunions, mais en plus tu gueules des conneries.

  • L'institutrice présente à la classe un nouvel élève: Sakiro Suzuki.
    .
    .
    Le cours commence.
    .
    L'institutrice :

    - Bon, voyons qui maîtrise l'histoire de la culture franco-américaine.

    Qui a dit : DONNEZ-MOI LA LIBERTE OU LA MORT?

    Pas un murmure dans la salle. Suzuki lève la main

    - Patrick Henry, 1775, à Philadelphie.

    L'institutrice :

    - Très bien Suzuki! Et qui a dit : L'ETAT EST LE PEUPLE, LE PEUPLE NE PEUT PAS SOMBRER?

    Suzuki lève la main :

    - Abraham Lincoln, 1863 à Washington.

    L'institutrice :

    - Excellent, Suzuki! Maintenant, qui à dit : Je vous ai compris?

    Suzuki lève la main et dit :

    - Charles DE GAULLE!

    L'institutrice regarde les élèves et dit :

    - Honte a vous! Suzuki est Japonais et il connaît l'histoire française et américaine mieux que vous!

    On entend alors une petite voix au fond de la classe :

    - Allez tous vous faire f..., connards de Japonais !

    - Qui a dit ça ? S'insurge l'institutrice.

    Suzuki lève la main et sans attendre, dit :

    - Général Mc Arthur, 1942, au Canal de Panama et Lee lacocca, 1982, lors de l'assemblée générale de General Motors..

    Dans la classe plongée dans le silence, on entend un discret :

    - Y'm'fait vomir...

    L'institutrice hurle :

    - Qui a dit ça ?

    Et Suzuki répond :

    - George Bush Senior au premier Ministre Tanaka pendant un dîner officiel à Tokyo en 1991.



    L'institutrice reprend :


    Qui a dit : Sus à SADDAM


    -Bill Clinton dans le bureau ovale à Monica Lewinsky

    Un autre élève lui hurle alors :

    - Suzuki, espèce de merde !

    Et Suzuki de répondre : Valentino Rossi, lors du Grand Prix de Moto en Afrique du Sud en 2002...

    La salle tombe littéralement dans l'hystérie, l'institutrice perd connaissance, la porte s'ouvre et le directeur de l'école apparaît :

    - MERDE, je n'ai encore jamais vu un bordel pareil!


    Et Suzuki :

    - Chirac, quand il repasse à l'Elysée.

  • L'institutrice présente à la classe un nouvel élève: Sakiro Suzuki.


    Le cours commence.

    L'institutrice :
    - Bon, voyons qui maîtrise l'histoire de la culture franco-américaine.
    Qui a dit : DONNEZ-MOI LA LIBERTE OU LA MORT?

    Pas un murmure dans la salle. Suzuki lève la main
    - Patrick Henry, 1775, à Philadelphie.

    L'institutrice :
    - Très bien Suzuki! Et qui a dit : L'ETAT EST LE PEUPLE, LE PEUPLE NE PEUT PAS SOMBRER?

    Suzuki lève la main :
    - Abraham Lincoln, 1863 à Washington.

    L'institutrice :
    - Excellent, Suzuki! Maintenant, qui à dit : Je vous ai compris?

    Suzuki lève la main et dit :
    - Charles DE GAULLE!

    L'institutrice regarde les élèves et dit :
    - Honte a vous! Suzuki est Japonais et il connaît l'histoire française et américaine mieux que vous!

    On entend alors une petite voix au fond de la classe :
    - Allez tous vous faire f..., connards de Japonais !

    - Qui a dit ça ? S'insurge l'institutrice.

    Suzuki lève la main et sans attendre, dit :
    - Général Mc Arthur, 1942, au Canal de Panama et Lee lacocca, 1982, lors de l'assemblée générale de General Motors..

    Dans la classe plongée dans le silence, on entend un discret :
    - Y'm'fait vomir...

    L'institutrice hurle :
    - Qui a dit ça ?

    Et Suzuki répond :
    - George Bush Senior au premier Ministre Tanaka pendant un dîner officiel à Tokyo en 1991.



    L'institutrice reprend :


    Qui a dit : Sus à SADDAM


    -Bill Clinton dans le bureau ovale à Monica Lewinsky

    Un autre élève lui hurle alors :
    - Suzuki, espèce de merde !

    Et Suzuki de répondre : Valentino Rossi, lors du Grand Prix de Moto en Afrique du Sud en 2002...

    La salle tombe littéralement dans l'hystérie, l'institutrice perd connaissance, la porte s'ouvre et le directeur de l'école apparaît :
    - MERDE, je n'ai encore jamais vu un bordel pareil!

    Et Suzuki :
    - Chirac, quand il repasse à l'Elysée.

Les commentaires sont fermés.