Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

violences urbaines

  • La république danse sur un volcan...

              Lu dans "La Provence" du lundi 16 juillet (1): "Des voitures retournées en flammes, en guise de remparts. Des grappes d'individus, le visage sous une cagoule ou une capuche, armés de cocktails Molotov dans une main et de pierres dans l'autre. Des barrages de poubelles incendiées....Dans plusieurs quartiers marseillais, samedi soir, la Fête nationale avait des allures de "révolution urbaine" avec un goût amer de déjà vu...En milieu de nuit, vers 3 heures du matin, une quarantaine de véhicules et quelques 150 poubelles avaient été incendiées. Les marins-pompiers ont en outre traité 200 feux d'herbe et 13 feux de détritus..." L'article évoque les 602 appels et 585 interventions concernant les pompiers, victimes d'une trentaine de "caillassage", les cinq feux urbains, les 12 arrestations opérées par les 200 policiers, appuyés par 96 "municipaux", tandis que les CRS, pour la troisième année consécutive, ont dû intervenir à la Cité Air Bel "pour calmer et refroidir les esprits" (sic!). Voilà pour Marseille...

              En France, on n'a recensé "que" la bagatelle de 199 véhicules incendiées et 76 arrestations, autant dire rien, puisque la république nous a donné l'habitude de vivre habituellement avec des choses que nos ancêtres n'auraient pas admis à leur époque, et nous non plus il y a une vingtaine ou une trentaine d'années: mais on s'habitue à tout, n'est-ce pas? surtout lorsque l'opinion, à qui l'on ne dit pas tout -quand on ne lui ment pas carrément- est quotidiennement anesthésiée par les mensonges de la "vérité officielle" et le bourrage de crâne opéré par le parti immigrationniste...Et pendant ce temps là, l'arbre des délinquances et des Mafias pousse ses racines, silencieusement mais inexorablement; il prend toute sa place et s'installe confortablement et efficacement; il prospère, et la république accepte l'inacceptable; elle tolère l'intolérable; elle "gère la délinquance", elle n'y répond absolument pas: comment le pourrait-elle, d'ailleurs, puisque c'est elle qui, en trente ans, a opéré ce prodigieux transfert de population qui est directement à l'origine de l'apparition de ces cités, dangereuses aujourd'hui, explosives demain....

    (1): page 4: "Le 14 juillet, prétexte pour mettre le feu dans les cités."