Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

legrand

  • Ayraultport : le "bon" mot de Thomas Legrand, sur France Inter...

    fabius,legrand,nantes,notre dame des landesCe mercredi 28, Thomas Legrand pose une question pertinente -et impertinente... - à Laurent Fabius, qui vient de parler de "responsabilité", d' "urgence", de "gravité"... à propos du sommet sur le climat de l'ONU à Doha.

    En substance, la question est : comment conciliez-vous cela avec vos propos en faveur de l'aéroport Notre-Dame des Landes (alors qu'il est de notoriété publique que l'actuel aéroport de Nantes est loin, très loin de la saturation...). Et, peut-on indéfiniment continuer l'orgie de carburant fossile ?

    Devant le "blanc" de Fabius, ce qu'au théâtre on appellerait un trou de mémoire (mais, au théâtre, il y a le petit trou du "souffleur"...) Thomas Legrand prend la chose du bon côté, et rigole un bon coup, ce qui n'en fait que plus mal : "Puisque les réponses se font de plus en plus courtes, on va arrêter là."

    On connaissait Pépin le Bref. On vient à peine de découvrir François normal que voici le petit dernier dans la famille "le bref", Laurent le bref : on vit décidemment une époque épatante !

  • Pourquoi il ne peut pas y avoir de "bonne république" en France....

            Il n'y en a pas, de "bonne république", et il n'y en aura pas plus demain qu'hier ou aujourd'hui, tout simplement parce qu'il ne peut pas y en avoir. Ce n'est pas nous qui l'affirmons, autistes ou bornés que nous serions, ce sont des gens comme Philippe Val ou Thomas Legrand qui en font régulièrement la démonstration.

            A tour de rôle, l'un et l'autre, idéologues impénitents, ont exposé (toujours sur France inter...) leur conception folle de la nouvelle Nation, héritée de la Révolution et de la République idéologique.

            Pas besoin, donc, de savantes démonstrations théoriques ni de réfutations non moins savantes : il suffit, tout simplement d'écouter France inter, accaparée - comme on en el sait que trop... - par un certain courant de pensée.....

    Lire la suite

  • Maintenant, Legrand commence à nous "fatiguer" sérieusement...

    Deux reproches au père Augustin Legrand, qui semble vouloir persister à jouer au zorro, sauveur du monde.

    Le premier, subjectif convenons-en: c'est quoi ces noms bizaroïdes d'associations qu'ils prennent tous maintenant, ampoulés et passablement ridicules ? Récemment, l'autre allumé de Breteau, avec sa copine non moins allumée que lui, Lellouch, appelait son organisme -qui ne faisait ni plus ni moins que de la traite des noirs...- L'Arche de Zoé. Là, Legrand appelle son truc Les enfants de Don Quichotte. Peut-être que, pour lui, la filiation est évidente avec celui qui - voyez Unamuno... - luttait pour l'Esprit. Force est de constater, cependant, que la lecture très spéciale et très réductrice qu'en fait le sieur Augustin le ramène au ras des pâquerettes (et encore, on est gentils...); et que vu sous l'angle Legrand, il ne reste pas grand-chose du héros de Cervantès, un peu comme si on avait passé à la machine un tissus très délicat genre Cachemire, programme long, 90 degrés et, pour finir, essorage 1.200 tours minute...

    Le deuxième, objectif celui-là: Legrand s'affirme chrétien. Il devrait méditer le célébrissime passage de Saint Paul:

    "La charité ne se vante pas, ne s'enfle pas ; elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche pas son propre intérêt...  (Saint Paul, 1 Corinthiens 13)
    LEGRAND 2.jpg
    Montées par surprise le vendredi 15, en fin d'après-midi, sur les berges de la Seine près des Tuileries à Paris (Ier) pour "rendre visibles" les mal-logés, une centaine de tentes des Enfants de Don Quichotte ont été démontées sept heures plus tard par la police.