Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

notre dame des landes

  • D'accord avec... Patrice de Plunkett : Najat Vallaud-Belkacem glose sur l'UMP; c'est l'arrogance parlant du néant

     ( Note du 27 novembre du Blog de Patrice de Plunkett ) 


    Najat Vallaud-Belkacem semble persuadée d'avoir le sens de la formule. Sur Canal+, ce matin, à propos de l'UMP en proie au néant, elle s'est crue autorisée à dire : "les Français détestent deux choses en politique : l'absence de transparence et l'absence d'idées, et l'UMP réussit ce pari fou de cumuler les deux." La phrase était inopportune, venant d'un gouvernement qui ne sait visiblement plus quoi faire en général (absence d'idées), et qui fourgue sans aucun débat (absence de transparence) des décisions redoutables ou indéfendables : le sabordage du code civil ou Notre-Dame-des-Landes.

    Au chapitre de l'absence de transparence, chaque matin qui se lève apporte d'ailleurs un fait nouveau. Par exemple le second cadeau – en six mois – d'1,2 million d'euros aux révolutionnaires syriens, décision prise elle aussi sans débat...

    Paris fait des économies sur tout, sauf sur les erreurs géopolitiques. Et sauf sur l'arrogance.

  • Ayraultport : le "bon" mot de Thomas Legrand, sur France Inter...

    fabius,legrand,nantes,notre dame des landesCe mercredi 28, Thomas Legrand pose une question pertinente -et impertinente... - à Laurent Fabius, qui vient de parler de "responsabilité", d' "urgence", de "gravité"... à propos du sommet sur le climat de l'ONU à Doha.

    En substance, la question est : comment conciliez-vous cela avec vos propos en faveur de l'aéroport Notre-Dame des Landes (alors qu'il est de notoriété publique que l'actuel aéroport de Nantes est loin, très loin de la saturation...). Et, peut-on indéfiniment continuer l'orgie de carburant fossile ?

    Devant le "blanc" de Fabius, ce qu'au théâtre on appellerait un trou de mémoire (mais, au théâtre, il y a le petit trou du "souffleur"...) Thomas Legrand prend la chose du bon côté, et rigole un bon coup, ce qui n'en fait que plus mal : "Puisque les réponses se font de plus en plus courtes, on va arrêter là."

    On connaissait Pépin le Bref. On vient à peine de découvrir François normal que voici le petit dernier dans la famille "le bref", Laurent le bref : on vit décidemment une époque épatante !