Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

barroso

  • Une Europe de patries, de Nations, d'Etats, ou les rêveries mortifères de José Manuel Barroso

    S’il est des institutions et des personnalités qui n’auront pratiquement pas compté dans les difficultés gravissimes que traverse l’Europe, c’est bien la Commission européenne, le Parlement de Strasbourg, Herman Van Rompuy,José Manuel Barroso et consorts. A tel point qu’il n’est pas déraisonnable de se demander si leur suppression ou leur renvoi à leur pays d’origine ne serait pas à mettre au répertoire des économies qu’il ne serait pas préjudiciable de décider. Car tout ce monde ne coûte pas peu … et, tous comptes faits, ne sert à rien.

     

    Il n’empêche : José Manuel Barroso continue de nous faire la leçon et contre toute apparence, tout sens du réel, il vient de déclarer ce qui suit, devant les parlementaires européens :

     

    « Renationaliser les décisions de la zone euro n'est pas la bonne méthode (…) Seule la méthode communautaire européenne permettra de résoudre les problèmes ».

     

    Qu’est-ce donc « la méthode communautaire » ? S’en remettre à la Commission ? Au Parlement ? A Monsieur Barroso soi-même ? Mais qui accorderait crédit à leurs décisions ? Qui obéirait à leurs injonctions dès lors que des intérêts vitaux sont en jeu ? Dès lors, par exemple, qu’il s’agit de payer ?

     

    L’Europe a été bâtie sur les sables de l’idéologie et, dès lors que des situations graves surgissent, les institutions idéologiques qu’elle s’est données finissent pas compter pour moins que rien.

     

    L’Europe historique est constituée de Patries, de Nations, d’Etats et, si grand que soit leur affaiblissement, face aux « Marchés », ce sont les Chefs d’Etat ou leurs ministres qui doivent se réunir pour tenter de prendre les bonnes décisions, lorsqu’il en apparaît de possibles, ce qui, dans toute cette affaire, n’est peut-être déjà même plus le cas.

     

    C’est sur un dialogue institutionnel entre Etats que l’Europe aurait du se construire et c’est le contraire qui a été tenté. Peut-être est-ce un malheur, mais la communauté européenne en soi, n’existe qu’à partir des Etats. Si leur consensus n’existe pas, elle n’a pas plus de réalité que la prétendue Communauté internationale qui n’en a, à vrai dire, aucune.

     

    Pour l’Europe, dans ces heures difficiles, c’est la convergence entre Etats, à commencer par les deux plus grands d’entre eux, qu’il faudrait, si elle est possible, rechercher avec sérieux et réalisme. Les rêveries de José Manuel Barroso sont mortifères.   

  • Adhésion de la Turquie: le député qui veut nous rasurer......

              On le sait, l'enfer est pavé de bonnes intentions. On vient d'en avoir une nouvelle illustration avec cette surprenante déclaration du député UMP Frédéric Lefebvre (député des Hauts de Seine et porte parole de l'UMP).

               Il part d'une bonne intention, puisqu'il veut nous "rassurer sur la Turquie". On ne peut que lui savoir gré de ses bontés pour nous; on ne peut qu'approuver aussi sa démarche; mais au bout du compte (et outre le fait qu'entre-temps le référendum obligatoire a été voté par les députés, et inscrit dans la Constitution...) quelle usine à gaz il va imaginer !.....

    Lire la suite

  • Cocasse, Barroso ? Oui, mais bien pire que cela aussi...

              Il n'a en effet pas craint de déclarer, presque martial : "J'ai confirmé que l'Union européenne est attachée à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de la Chine et cela naturellement s'applique au Tibet"

    Lire la suite

  • Mais on est déjà convaincus !...

               "La Turquie devra convaincre l'Union Européenne de l'intérêt de son adhésion", a estimé lundi à Lisbonne le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, à quelques jours d'une visite officielle dans ce pays.

               Lors d'une conférence à la Faculté de lettres de Lisbonne sur le thème de "L'Europe et les défis de la mondialisation", M. Barroso a enfoncé le clou, en déclarant: (la Turquie) "va devoir convaincre l'Europe qu'il est de son intérêt de l'intégrer en son sein".

    Lire la suite