UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cocasse, Barroso ? Oui, mais bien pire que cela aussi...

          Il n'a en effet pas craint de déclarer, presque martial : "J'ai confirmé que l'Union européenne est attachée à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de la Chine et cela naturellement s'applique au Tibet"

          Se croit-il si bien placé pour parler d'intégrité territoriale ? A-t-il déjà oublié le peu de cas qu'il a fait de celle de la Serbie, dont il a approuvé et en quelque sorte parrainé le récent dépeçage ? Le Kosovo c'est déjà de l'histoire ancienne pour lui ! Il devrait pourtant méditer cette parole de Bismarck : "On écrase une Nation, on ne l'humilie pas..."

          Mais revenons-en à sa rodomontade. Son explication semble claire : "on" est inflexible devant les "petits", mais "on" s'écrase lamentablement devant les "gros". Il n'y avait pas grand-chose à craindre de la petite Serbie, ruinée par ses cinquante années de communisme et achevée par le "règne" désastreux du dictateur marxiste Slobodan Milosevic. Avec la Chine c'est différent. Il y a des coups à prendre, si on fait des remontrances; Mais du fric à gagner, si on s'écrase. Beaucoup de fric...

          Et là, quand la peur se combine à l'esprit de lucre, on ne réfléchit plus. C'est l'aplatissement généralisé à tous les niveaux ! Le syndrome de la carpette, mais alors en grand, en très grand...

Commentaires

  • La chancellerie allemande ne s'est pas écrasée et ne se coordonne avec personne sur la Chine (et ailleurs).
    Les Teutons sont redevenus de grands garçons.

Les commentaires sont fermés.