UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

democratie - Page 2

  • Mistralisme et royalisme.

                « Seigneur, nous voulons devenir des hommes ».

     

                Cette fière imploration de Mistral dans son Psaume de la pénitence, écrit après la défaite de 1870, éclaire toute l’oeuvre du poète de la renaissance provençale. Car l’idée maîtresse de Mistral est que pour devenir des hommes, il faut savoir qui l’on est et d’où l’on vient : « Sian Gau-Rouman e gentilome » ; c’est cette identité qui fonde l’humanisme mistralien, mais aussi la haute politique qui se dégage de toute l’oeuvre du Maillanais. Médiation du particulier vers l’universel, la Provence de Mistral est à la fois patrie charnelle et patrie de l’âme, le lieu poétique de l’incarnation d’un projet politique ouvert sur la transcendance.

     

    MISTRAL 7.jpg
    Frédéric Mistral

    Lire la suite

  • Maroc : La leçon faite au Monde.

    tel quel.jpg
    une des "Une" de Tel Quel....

    On connaît l’arrogance des journalistes et le crédit qu’il convient d’accorder à une information qu’ils contribuent autant à créer qu’à diffuser. On sait aussi en quoi consiste l’inquisition des esprits aux mains des grands prêtres de la démocratie et l’inclination de ces derniers pour l’opinion publique, celle justement que contribuent à façonner les journalistes. L’« affaire » du sondage récemment interdit de publication au Maroc vient illustrer de façon caricaturale la prétention des uns et des autres à diriger les consciences en disant le bien et le mal.

    L’édition du 4 juilllet du journal Le Monde a été interdite au Maroc, le magazine marocain Tel Quel ayant lui-même été mis au pilon. Les bonnes âmes crient au scandale. Comment ? On n’a pas le droit d’écrire ce que l’on veut ? On n’a pas le droit de publier un sondage ?  Et Mohamed VI d’être condamné pour entrave à la prétendue libre circulation de l’information. Florence Beaugé, la journaliste qui signe l’article « Maroc : le sondage interdit » ajoute ce qu’elle doit penser être le coup de pied de l’âne (de l’ânesse devrait-on dire puisqu’il faut toujours « féminiser ») : « Le plus étonnant est que le résultat de ce sondage est extraordinairement favorable à Mohamed VI ».

    Les autorités marocaines avaient pourtant, par avance, répondu à toute critique en donnant comme motif de l’interdiction que « la monarchie ne peut être mise en équation, même par la voie d’un sondage ». D’ailleurs, qu’est ce qui autorise Madame Beaugé, intellectuelle « parisienne » à faire la leçon aux Marocains ? Mais sa foi en la démocratie, bien sûr. Elle y croit et a donc divisé le monde en deux : les élus et les damnés.

    Ce qu’elle feint sans doute de ne pas comprendre et qu’elle se garde bien de dire, c’est l’essentiel : quelle que soit la proportion de Marocains qui se diraient satisfaits de leur roi, celui-ci ne saurait être considéré comme une marque de yaourt ou une chaîne de télévision. Car c’est de cela qu’il s’agit : donner aujourd’hui la bénédiction démocratique à Mohamed VI pour mieux lui reprocher demain une éventuelle baisse dans les sondages. Le baiser qui tue, en quelque sorte.

    Mais madame Beaugé a oublié une chose : son idéologie se heurtera toujours au principe de réalité, lequel en l’occurrence tient en quelques mots : de par sa dimension historique et religieuse, le souverain chérifien n’a que faire de l’onction des étrangers, son pouvoir est véritablement enraciné dans la terre et la population marocaines. Alors, Madame Beaugé, on n’a pas besoin de vous au Maroc. Retournez à vos casseroles, qu’elles aient nom Ségolène ou Nicolas et sondez, sondez, sondez tant que vous pourrez.

     Louis-Joseph Delanglade 

    MarocLasurpriseduMonde.pdf

  • la démocratie idéologique, c'est l'absurde et c’est l’art du mensonge

                Nous publions ci-dessous, in extenso, pour que tous nos visiteurs puissent les lire, deux commentaires d’Antiquus, excellents, comme ils le sont très souvent, parce que, sur chacun des deux sujets traités, ils nous ramènent à l’essentiel qui est bien notre critique de la démocratie idéologique.

     

                Même si le second commentaire conteste l’actualité de notre première réaction dans l’affaire de Tibehirine, nous ne pouvons qu’être d’accord avec l’analyse qu’il en donne et, naturellement, avec sa conclusion.

     

                Que ce soit en matière d’art, ou en matière de politique étrangère, la démocratie idéologique est bien le règne de l’absurde et du mensonge, qui, l’un et l’autre, détruisent notre nation et, par delà, notre civilisation.

     

                Voici donc ces deux commentaires :

    Lire la suite

  • Intégration de la Turquie : Le sophisme de Baylet...

                En réponse aux propos de Nicolas Sarkozy, réitérant son opposition à l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne, Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche, a réitéré à son tour sa vieille idée (?) : l'intégration de la Turquie dans l'Union européenne est "une priorité si on souhaite que la démocratie se fortifie dans ce grand pays musulman et moderne".

     

    BAYLET.jpg

    Lire la suite

  • A Marseille et à Paris, avec Gérard Leclerc et Bernard Bourdin...

                Aujourd'hui, deux rendez-vous importants, l'un à Marseille, l'autre à Paris. Il nous a paru intéréssant de relever cette coïncidence pour deux raisons.

                D'abord parce que, bien que très différents l'un de l'autre, les deux sujets aborderont cependant tous les deux le thème du religieux. Gérard Leclerc mènera une réflexion à Marseille (1) sur Politique et doctrine de Benoît XVI et, à Paris, dans le cadre des Merdredi de la Nar (2), Bernard Bourdin, professeur à l'Université Paul Verlaine de Metz, traitera de La genèse de la politique moderne.

    Lire la suite

  • "Une crise de civilisation qui, d'une certaine façon, a commencé dans les années 60..." : Yvan Blot a analysé "la crise" a Marseille.....

                La Fédération Royaliste Provençale a reçu Yvan BLOT, le 11 mars, à Marseille,pour une remarquable conférence : « Crise économique ou crise de l’Occident ? », que nos lecteurs pourront entendre en cliquant sur les liens ci dessous.

                Haut fonctionnaire, homme politique, ancien député aux parlements français et européen, co-fondateur du Club de l’Horloge, écrivain, Yvan Blot possède une large expérience dans les domaines économiques, politiques et sociaux.

                Le but de sa conférence a été de montrer que, au-delà de l’actuelle crise financière et économique dont les causes et les mécanismes sont maintenant bien connus, il existe une crise beaucoup plus profonde des bases et des fondements mêmes de nos sociétés, sur lesquelles un capitalisme générateur de progrès a pu s’épanouir mais sans lesquelles ce même capitalisme s’effondre.

                Ce sont, on l'entendra, les premiers mots d'Yvan Blot : "....(cette crise) Je voudrais en parler d'une façon un peu différente de ce qu'on entend d'habitude... C'est une crise de civilisation qui, d'ailleurs, aurait commencé d'une certaine façon dans les années 60, vers 1968...."

                Ainsi, dès la Renaissance, puis du XVIIIème au XXème siècle, le capitalisme se développe sur des bases sociales et politiques, sur un ensemble de traditions et de valeurs qui ne sont pas d’ordre économique (Analyses de Schumpeter).

    CIMG0934.JPG

    Lire la suite

  • Le principe même (et l'idée même) de la démocratie mis à mal, en direct, sur France info.....

              Passionnant début de journal sur France info, ce vendredi 12 décembre, à 6h30. Passionnant et surtout totalement inattendu. On s'attend à quelque chose d'assez habituel, mais le journaliste commence par annoncer que les irlandais vont finalement devoir revoter, car leur gouvernement a obtenu suffisamment de garanties, de concessions et d'avantages de la part de Bruxelles.

               Et là, bien plus qu'à un traditionnel journal d'information,  on a droit, pendant les presque deux minutes que va durer le sujet, à quelque chose qui va s'apparenter beaucoup plus à une sorte de cours ou de débat genre Sciences-Po....

    Lire la suite

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL