UA-147560259-1 UA-147538561-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La République ne reculera jamais » : vraiment ?, par Richard Hanlet.

7.jpg

Telles sont les mâles paroles adressées, samedi, par à un corps enseignant tétanisé par l’abomination de Conflans. Le problème, c’est que reculer, sa « République » le fait tous les jours, et depuis longtemps.

8.pngQuelle meilleure preuve que l’attitude du pauvre Samuel Paty lui-même dont on nous explique, et Philippe Bilger le rappelait, que pourtant il « avait eu l’élégance de ne pas contraindre qui était choqué à assister au cours », précisant que c’était « le début de la fin ».

Le début, vraiment ?

On ne sait pas quand a commencé ce type d’élégances, mais ceux qui étaient lycéens pendant la guerre d’Algérie ont peut-être, comme moi, été obligés d’observer en classe une minute de silence « en hommage aux combattants du FLN tués par les soldats français »… Personne, à l’époque – à commencer par ceux dont les grands frères se faisaient tuer là-bas -, n’avait eu la liberté d’échapper à cette propagande.

Pas plus qu’aujourd’hui, les descendants des « malgré-nous » alsaciens ne peuvent se soustraire à l’enseignement scolaire des horreurs nazies. Quant aux longues heures d’études sur la Révolution, la Convention, le Comité de salut public ou les hautes vertus humanistes de Robespierre, la jeunesse noble ou vendéenne est-elle délicatement invitée à s’en dispenser, au cas où certaines pages leur rappelleraient de douloureux souvenirs familiaux ? À votre avis ?

Force est donc de conclure que, s’ajoutant à d’autres (alimentaires, vestimentaires, etc.), il existait d’ores et déjà un « privilège musulman communautaire de protection de la sensibilité » dans notre enseignement national laïc, gratuit, obligatoire.

Le ministre d’une République qui a déjà tant pratiqué de reculades aura du mal à convaincre qu’il n’y en aura plus d’autres…

 

Richard Hanlet

Médecin
 
 

Commentaires

  • "Nous ne laisserons pas Strasbourg sous le feu des canons allemands" (Sarrault, 1936).
    Quatre ans plus tard, les Chleuhs étaient à Hendaye !

  • La seule chose que nos politiciens sont capable de faire, aujourd'hui, c'est le blablabla ; quant à l'action, ce sont des lâches et des traîtres à la Nation ! J'espère qu'il seront jugés par un tribunal républicain et châtiés comme il le faut !!!!!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel

Le quotidien royaliste sur la toile - ISSN 2490-9580 - SITE OFFICIEL