Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [XVI]

 

2293089609.14.jpgNous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. Nous sommes ici dans la 2ème partie de cette étude. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

 

2235704335.jpg2ème partie : Une révolution copernicienne 

PLUS DE RICHES POUR AVOIR MOINS DE PAUVRES  

Il serait urgent de s'apercevoir que la seule manière de rendre compétitive notre industrie de production de masse consiste à lui fournir des consommateurs solvables. Payer les travailleurs chassés des ateliers et des bureaux à ne rien faire ou à en faire le moins possible aboutit à écraser les entreprises de charges sociales, donc les empêcher d'investir et elles perdent pied dans la compétition internationale. Il n'y a qu'un moyen de s'en sortir, reconstituer un secteur pré­industriel assez puissant pour fournir à la main d'œuvre disponible du travail, donc des salaires. Nous n'avons pas le choix. Aucun redressement économique n'est concevable avec trois millions de chômeurs permanents.

Il n'est qu'un moyen, c'est de réduire de façon significative l'impôt sur le revenu et de préparer sa suppression définitive. Tout a été dit sur ses défauts. Il est finalement injuste car il frappe surtout les salariés, qui ont moins de possibilités que les autres de dissimuler leurs gains. Il engendre la fraude, les évasions de capitaux ou leur gel. Ce qui entraîne une inquisition fiscale à la fois inefficace, tatillonne et finalement insupportable. Il rapporte peu, compte tenu des frais de recouvrement, provoqués par la charge que représentent 85.000 fonctionnaires et encore en faudrait-il le double pour assurer un rendement satisfaisant. Pour les petits revenus, il coûte même plus qu'il ne rapporte. Mais surtout, il paraît inadmissible de frapper les contribuables sur l'argent qu'ils gagnent. Ce qui nuit à l'émulation. A quoi cela sert-il de se battre pour améliorer ses revenus si l'on sait que parvenu à un certain niveau l'on ne travaillera pratiquement plus que pour le fisc ? Il paraît plus raisonnable de taxer les gens sur la manière, dont ils dépensent leur argent ou investissent. Ce qui permet d'orienter son utilisation en fonction de l'intérêt général.

Néanmoins la suppression de l'impôt sur le revenu suscite des oppositions, dont la principale vient de M. Barre. Le candidat de la finance apatride et du Kremlin réunis à la présidence de la République parle dédaigneusement de promesse électorale. N'étant, ce qui n'est pas son cas, candidats à rien, nous n'avons rien à promettre. Cependant M. Barre a raison sur un point. Il est démagogique de laisser croire aux Français que l'Etat peut, du jour au lendemain, réduire massivement son train de vie. Il devra continuer à soutenir des secteurs vitaux de notre industrie. Même s'il est déraisonnable de s'endetter pour produire de la ferraille, que nous nous procurerions à moindres frais sur le marché mondial, il faudra bien continuer de fabriquer des aciers spéciaux dont ne peut se passer notre industrie d'armement. Nous ne saurions prendre le risque de laisser l'étranger maître de nos approvisionnements. En tout état de cause, les nécessités de la défense nationale supposent de lourdes dépenses. Dans vingt ans, notre force de dissuasion sera périmée. Il nous faut poursuivre la conquête de l'espace. Les impératifs militaires coïncident d'ailleurs avec nos intérêts économiques. Sans la bombe atomique la France n'aurait jamais maîtrisé le nucléaire civil.

Seul l'Etat est en mesure de s'engager pour le très long terme. Certains investissements qu'il faut consentir dès aujourd'hui ne se révéleront rentables que pour nos petits-enfants. Même les Etats-Unis se montrent colbertiens, quand il le faut. La N.A.S.A. est une entreprise nationale. Puisque nous ne saurions sacrifier l'avenir au présent, il faut bien admettre que l'effort financier exigé de notre génération ne souffre pas de relâchement. Certes l'Etat peut faire des économies mais là encore il convient de refuser les illusions. Réduire les effectifs dans la fonction publique, donc une charge salariale devenue insupportable, exige que l'on informatise l'administration. Ce qui coûte cher. De toute façon, la France est si lourdement endettée qu'elle doit se montrer prudente. M. Barre n'a pas tort de le rappeler.

Ce que nous proposons, ce n'est pas un allègement de la pression fiscale qui, de toute façon ne serait qu'illusoire, l'Etat récupérant d'une main ce qu'il accorderait de l'autre. Nous réclamons une réforme de la fiscalité, le manque à gagner étant compensé par l'augmentation de la T.V.A. Serait-il aussi important qu'on le prétend ? L'impôt sur le revenu coûte plus cher à l'Etat qu'il ne lui rapporte, du moins en dessous d'un certain seuil. Près de cent mille fonctionnaires seraient libérés d'une tâche ingrate, qu'il conviendrait de mieux utiliser surtout. Les Français achetant davantage, le produit de la T.V.A. et de l'impôt sur les bénéfices augmenterait. Le coût du chômage se réduirait.

La seconde objection de M. Barre tient à son mode de raisonnement, purement quantitatif, ou, si l'on préfère un vocabulaire plus technique, exclusivement macro­économique. Il craint une « relance par la consommation ». Mais si celle-ci s'est révélée désastreuse ce ne fut que parce qu'elle favorisait les bas revenus, donc entraînait une demande accrue de biens de grande série, que l'industrie française était incapable de satisfaire. D'où une brutale augmentation de nos importations. Autre inconvénient, ce type de relance alourdit les charges salariales des entreprises donc affaiblit leur compétitivité. Par contre, la disparition progressive de l'impôt sur le revenu favorise les entrepreneurs, les cadres, les professions libérales dont le surcroît de disponibilités financières s'orientera vers l'in­vestissement ou la consommation de bien qualitatifs. L'Etat dispose d'ailleurs des moyens d'incitation suffisants. Il en use déjà en accordant des dégrèvements d'impôt en faveur de certaines dépenses. Dans une première phase, plutôt qu'une réduction uniforme qui présenterait des risques moindres, sans doute, que ne semble le penser M. Barre mais que l'on doit prendre en compte dans une période dangereuse, il serait préférable d'utiliser le système des déductions d'impôts afin d'encourager l'achat de biens qualitatifs fabriqués en France et bien sûr l'investissement, surtout à risque. La taxation absurde des « signes extérieurs de richesse » devrait, de toute évidence, disparaître.

Barre traite de la consommation en soi alors qu'en réalité, elle prend des formes très diverses, aux effets économiques parfois opposés. Entretenir un cheval de course et acheter un magnétoscope, c'est toujours consommer mais le cheval de course engendrera des emplois en France et le magnétoscope au Japon. Si distingué que soit le « premier économiste de France », il faut bien reconnaître qu'il demeure prisonnier des thèses de Keynes. Il s'occupe à résoudre la crise de 1929.    A suivre  (A venir : Le règne de la quantité s'achève).

Illustration ci-dessus : Pierre Debray au rassemblement royaliste des Baux de Provence [1973-2005]

Lire les articles précédents ...

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII    IX     X    XI     XII     XIII     XIV     XV

Écrire un commentaire

Optionnel