Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [XIII]

 

2293089609.14.jpgNous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. Nous entamons ici la 2ème partie de cette étude. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

 

2235704335.jpg2ème partie : Une révolution copernicienne 

L'ÂGE DU CHARBON ET DE L'ACIER

Le septennat de M. Giscard d'Estaing fut marqué, à l'inverse, par l'hégémonie du capitalisme financier. Les banques laissèrent péricliter nos entreprises de machine-outil, leur refusant des crédits parce qu'elles ne les rentabilisaient pas assez vite, alors qu'il faut sept à huit ans avant de commencer à dégager des bénéfices. Par contre elles financèrent des « contrats du siècle » en Iran ou en Irak ! La Garantie de l'Etat leur assurait des profits confortables et surtout les protégeait du risque. Tandis que les Japonais s'implantaient, n'investissant que pour s'assurer de fidèles clients, l'argent nécessaire à la modernisation de notre industrie fut dilapidé. Une fois un « contrat du siècle » achevé notre présence commerciale s'évanouissait, comme rose au

Certes les membres de l'Etablissement, qui grouillaient autour de leur Prince, s'enrichirent effrontément au point qu'il fallut se résoudre à liquider M. de Broglie, et le peuple eut droit aux miettes du festin. On lui permit de continuer d'améliorer son niveau de vie. On ne toucha pas à un système de prestations sociales, dont le coût se développait anarchiquement. Les Français dépensaient pour se soigner de plus en plus d'argent, et cet argent manquait à nos industriels.

L'Etablissement savait bien qu'une prospérité artificielle masquait ses pilleries. Quand les socialistes vinrent au pouvoir, ils chargèrent M. Bloch-Lainé et quelques autres membres de la bonne société de dresser le bilan du giscardisme. Les naïfs furent surpris des éloges adressés à la politique sociale de leur adversaire. La gestion scandaleuse de l'Etablissement ne fut pas dénoncée. 11 y a des choses qui ne se font pas.

Pourquoi l'aurait-elle été ? M. Mitterrand veillait. Il n'oubliait pas qu'il avait commencé sa carrière comme employé de M. Schueller, le patron de l'Oréal, qu'il avait protégé des conséquences d'une collaboration qui n'avait pas été seulement économique. L'un des principaux commis de Schueller, Jacques Corrèze, avait été, avant-guerre, l'un des chefs de la « Cagoule », aux côtés de Deloncle, dont un frère de Mitterrand épousera la fille. Les amitiés nouées, du temps où il appartenait à l'extrême droite, firent du petit avocat besogneux un protégé de l'Etablissement. Son ami François Dalle deviendra d'ailleurs le P.D.G de l'Oréal, la société de Schueller dont l'héritière, la femme la plus riche de France, épousera M. Bettencourt, qui fera carrière dans le gaullisme. La famille avait ainsi un pied dans chaque camp.

L'Etablissement qui se doutait qu'un jour ou l'autre le prolétariat intellectuel et la plèbe moderne s'empareraient du pouvoir l'avait d'avance pourvu d'un guide, qui empêcherait les débordements. Cependant d'autres puissances s'intéressaient aussi à M. Mitterrand, lié par les frères Riboud aux supranationales. Les socialistes nationalisèrent le crédit en arguant d'ailleurs d'une excellente raison : l'appareil bancaire n'avait pas assez investi dans la modernisation de l'industrie française, qui se trouvait, après sept ans de giscardisme dans un état de délabrement effectivement inquiétant. Il fallait s'arranger pour que cette mesure profite, en définitive, à l'Etablissement. Ce qui fut fait. Le gouvernement acheta, à grands frais, des coquilles vides. Worms ou Rothschild avaient replié leur haut personnel sur des sociétés financières, emmenant avec eux la clientèle. De même Dassault conservera l'électronique, l'Etat se chargeant de fabriquer les carlingues. L'opération se révéla d'autant plus rentable pour l'Etablissement que les capitaux versés par le gouvernement, comme indemnités de rachat, se placèrent en bourse, provoquant une euphorie artificielle, donc une progression rapide du prix des actions, la demande augmentant tandis que, du fait des nationalisations, l'offre se réduisait. Les fantaisies ruineuses du prolétariat intellectuel mirent la France dans une situation désastreuse si bien que l'Etablissement s'imagina qu'elle ne tarderait pas à-reprendre le pouvoir, grâce à la victoire électorale de l'opposition. Elle n'avait sans doute pas compté sur un phénomène relativement récent, l'apparition de multinationales, qui entendaient bien administrer directement l'Europe. L'Allemagne ou la Hollande l'étaient déjà. En France l'Etablissement, dans la mesure où il gardait des liens de famille avec la bourgeoisie catholique, rechignait. Il fallait des apatrides. On eut Fabius, par sa maman apparenté à la haute banque germano-américaine, liens encore renforcés par son mariage avec une demoiselle Castro. Certes, l'établissement a toujours été cosmopolite du fait de ses composantes juives et protestantes. Mais aussi de son caractère « mondain ». Le rôle des « riches héritières américaines », dans un système fondé sur le matriarcat, n'a jamais fait l'objet d'études sérieuses. En dehors de son aspect romantique, les épousailles de Rainier et de Grâce Kelly manifestent la transformation de la principauté de Monaco en multinationale. Désormais, les carrières ne se fabriquent plus dans les salons parisiens mais au sein d'organismes internationaux, comme la Trilatérale, où se concertent les grands patrons de l'économie mondiale. L'irrésistible ascension de M. Barre, homme de confiance de la Trilatérale précisément, attesté que l'Etablissement ne joue plus qu'un rôle subordonné. Ses membres, un Giscard où ses commis, un Chirac ou un Rocard, ne pèsent plus très lourd, face à un Barre ou à un Fabius.

Mitterrand, lui-même, ne doit pas son destin historique seulement à l'Etablissement mais d'abord à la multinationale Schlumberger, qui emploie 85.000 personnes dans 76 pays. Son patron, Jean Riboud, fils d'un banquier de Lyon, appartient par ses origines à l'Etablissement. Il en fut exclu, du fait de sympathies communistes trop affichées. Son père le casa chez les Schlumberger, jouant des solidarités protestantes. En dépit de ses 430.000 francs de salaire mensuel, il ne craint pas l'impôt sur le revenu ; le siège de la société étant installé à Curaçao, petit paradis fiscal. Jean Riboud qui a conservé un profond ressentiment contre l'Etablissement a utilisé l'entreprise supranationale qu'est désormais Schlumberger pour régler ses comptes. Il a d'abord subventionné « l’Express », afin de lancer l'opération « Monsieur X », qui devait propulser M. Defferre à l'Elysée. Le cheval se révéla un toquard. Il misa alors sur Mitterrand que Defferre, bon prince, porta à la tête du parti socialiste. Dans son numéro du 18 juin 1982, « l’Express » le présentait comme « le P.D.G. de l’Elysée ». Le président, selon cet hebdomadaire n'a rien à lui refuser. Pardi ! Il lui doit tout. Il est permis de se demander si la prise du pouvoir par les socialistes n'en dissimule pas une autre, celle des multinationales. Si l'hypothèse se vérifie, le successeur de M. Mitterrand sera soit M. Barre soit M. Fabius et, plus vraisemblablement d'abord M. Barre, au bénéfice de l'âge, puis M. Fabius. Ce serait la fin des dynasties républicaines, remplacées par les commis apatrides de l'Internationale des grandes affaires.

Quoi qu'il en soit, de ces supputations, une chose est certaine. Le capitalisme financier n'a cessé de compromettre le progrès technique. Il l'a brisé net, à l'aube des temps modernes, il aurait recommencé à la fin du XIXe siècle, sans les artisans de génie qui maîtrisèrent le moteur à explosion. Il a entravé la troisième révolution industrielle en prêtant à tout va au tiers monde. L'argent n'a cessé d'être gaspillé et néanmoins l'appareil bancaire est indispensable pour la collecte des capitaux et leur distribution. Les socialistes se sont imaginés qu'il suffisait de nationaliser le crédit afin qu'il serve à la modernisation de l'industrie. Le seul fait qu'ils ne pouvaient toucher aux banques étrangères rendait vaine l'entreprise. L'intention était bonne, le moyen mauvais.

Cependant, la nationalisation du crédit peut se révéler une opération fort utile. Tout dépendra de la manière dont on dénationalisera. Si l'on saisit l'occasion de subordonner le capitalisme financier au capitalisme industriel, le capital argent au capital machines, il conviendra de lier les banques aux régions et aux professions. Les actions mises en circulation ne pourront être achetées ou échangées qu'à l'intérieur de la région ou de la profession, qui auront reçu la direction d'une banque d'investissements. M. Chevènement, qui a parfois de bonnes idées, avait pensé à une banque d'investissements mais il la concevait au plan national. Ce qui supposait des structures trop lourdes et surtout dirigées de Paris, technocratiquement. Dans ce domaine, il faut décentraliser ni trop ni trop peu.

Il convient, en effet, de prendre conscience de la véritable nature de la crise. Les socialistes, paradoxalement, ont fini par la découvrir. L'économie française n'a pas fait à temps l'effort de modernisation qui s'imposait. L'argument vaut sans doute contre M. Giscard d'Estaing mais il se retourne aussi bien contre eux. N'ont-ils pas, quand ils se trouvaient dans l'opposition, combattu les timides tentatives de restructuration industrielle, que tentaient les gouvernements Chirac et Barre ? Si ceux-ci se sont montrés trop timides ce fut, pour une part, parce qu'ils craignaient des troubles sociaux, déclenchés par la C.G.T. et la C.F.D.T., avec l'appui de la gauche, alors unie. Il n'en est pas moins vrai que les banques n'ont pas fait leur métier, qu'elles fussent nationalisées ou privées, elles se sont révélées incapables de gérer le long terme. Il importe donc de modifier non pas la structure juridique, de peu d'importance, mais le mode de gestion.

Le véritable péché mortel de M. Giscard fut d'attribuer la crise à un accident, les deux « chocs pétroliers ». Il semblait ignorer que le Japon, plus dépendant encore que nous des émirats arabes, s'en tirait sans vrais dommages. La crise n'était pas conjoncturelle comme il le croyait, liée à des circonstances fortuites, mais structurelles. La troisième révolution technologique et l'arrivée sur le marché de nouveaux concurrents exigeaient la transformation de nos structures industrielles. D'où la nécessité du démantèlement de certains secteurs, comme la sidérurgie ou les chantiers navals que nous ne soutenions qu'à coup de subventions ruineuses et d'énormes investissements dans la recherche, pour la modernisation des équipements, pour la formation des hommes. Ce qui supposait des licenciements, une baisse générale du niveau de vie, la libération des prix, une réforme de l'enseignement, une politique rigoureuse de l'immigration.

Rien ne fut fait durant le septennat de M. Giscard d'Estaing et, pendant deux ans, les socialistes firent l'inverse de ce qu'il fallait. Cependant si lourdes que fussent leurs responsabilités, elles ne sauraient dissimuler que l'erreur fatale vient de beaucoup plus loin. Plutôt que d'automatiser notre industrie, le patronat, public ou privé, jugea plus rentable d'attirer des immigrés, par de belles promesses, parfois par des procédés qui rappellent la « presse », en usage autrefois dans la marine. On améliora encore la rationalisation du travail afin qu'il puisse être exécuté par des ouvriers qui n'avaient pas même besoin d'apprendre notre langue. Cette main-d’œuvre que l'on espérait docile, peu coûteuse n'exigeait que de faibles investissements et l'accélération des cadences, aux limites du supportable, permettait des gains de productivité encore que compensés par la médiocre finition des produits qui imposait d'en mettre une partie au rebut ou, en tous cas, d'en dissimuler les malfaçons.   A suivre  (A venir : La machine contre l'homme - machine).

Illustration ci-dessus : Pierre Debray au rassemblement royaliste des Baux de Provence [1973-2005]

Lire les articles précédents ...

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII    IX     X    XI     XII

Commentaires

  • Je me répète :
    Ceux qui auront lu cette étude magistrale seront plus intelligents qu'avant dans l'ordre politique.
    Dommage pour les autres ! Pour ceux qui l'auront négligée, zappée... Voilà tout.
    En tout cas, suivons le fil de ces analyses, attendons la suite ...

  • Exhaustif , et prémonitoire . C'est une heureuse initiative de LFAR de publier cette étude de Pierre Debray et judicieux le choix de la série .
    Concernant cet article, nous sommes passés à 5 millions de chômeurs et celui qui trouve une situation , peut avoir le sentiment , en bien des cas , d' avoir perçu un billet gagnant à la loterie .

  • correctif : commentaire article publié le 1/III/2018 par LFAR .

Écrire un commentaire

Optionnel