Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray [XV]

 

2293089609.14.jpgNous poursuivons la publication d'une série qui devrait faire date ; qui forme un ensemble à lire en entier : une étude de Pierre Debray parue en novembre 1985 dans le mensuel Je Suis Français, sous le titre Une politique pour l'an 2000. Nous sommes ici dans la 2ème partie de cette étude. La lecture de ces textes expliquera aux lecteurs qui ne l'ont pas connu le rôle intellectuel important de Pierre Debray à l'Action Française dans les années 1950-2000.  Cette analyse politique, économique, sociologique et historique, menée méthodiquement, à la maurrassienne, comporte de multiples enseignements, utiles aujourd'hui à notre école de pensée. Comme un stimulant de notre réflexion sur la situation présente de la France et sur l'action que nous avons à y mener. Même si le lecteur devra tenir compte des événements et des faits intervenus au cours des trois dernières décennies.  LFAR

 

2235704335.jpg2ème partie : Une révolution copernicienne 

LE TRAVAIL NE MANQUE PAS MAIS L'ARGENT POUR LE PAYER

La grande sottise de notre temps consiste précisément à s'imaginer que l'on peut créer des emplois. Encore que le recours au vocabulaire de la théologie paraisse choquant, on peut dire des emplois qu'ils sont engendrés, non pas créés. Ils procèdent d'un processus naturel, qu'il convient seulement d'amorcer. Ce n'est pas le travail qui manque. Il suffit de considérer les besoins non satisfaits. C'est l'argent pour le payer. Nous disposons d'une pléthore de main d'œuvre inutilisée, ce qui représente un gaspillage intolérable de force de travail. Nous savons bien qu'elle ne retrouvera, que pour une petite partie, un emploi dans l'industrie, les bureaux ou le grand commerce. Par contre nous manquons de capitaux. Ainsi que l'a démontré Alfred Sauvy, il ne subsiste qu'un moyen de venir à bout du chômage, développer la consommation de produits ou de services qui incorporent beaucoup de main d'œuvre et peu de capital. Ce n'est pas, malheureusement, Alfred Sauvy que le prince de l'Etablissement désigna comme « le premier économiste de France ». L'auteur du meilleur manuel aurait suffi. Il ne s'agit pas d'un hasard. Le professeur Barre raisonne en termes de macro-économie, de grands équilibres, calculés en masse. Ce qui n'est pas faux mais insuffisant en un temps où tout se jouera au niveau de la micro-économie, par le jeu de ce que Sauvy nomme l'effet de déversement. La modernisation des entreprises supprimera sans doute plus d'emplois qu'elle n'en engendrera mais elle entraînera des gains de productivité donc des profits, dont une partie se diffusera dans tout le corps social sous forme de revenus — dont bénéficieront les actionnaires et les salariés, qu'ils investiront et dépenseront. Ces investissements et ces dépenses engendreront des emplois, et, si l'on s'y prend convenablement, plus que n'en supprimera la modernisation. Tout le problème consiste à les orienter de façon à lutter de façon efficace contre le chômage structurel.

En réduisant l'écart entre les revenus, l'idéologie égalitaire développait le pouvoir d'achat de la masse plus vite que celui de l'élite — l'élite ouvrière comprise. Ce qui a provoqué un prodigieux essor de la consommation, donc de la production des biens quantitatifs. On peut s'en réjouir ou, à l'inverse déplorer la chute brutale de la qualité de la vie, la corrosion des valeurs morales par l'économie marchande, l'écrasement de la bourgeoisie au profit de l'Etablissement. Au-delà de ces jugements contradictoires, il convient de considérer les faits. A partir du moment où la production de masse produit plus vite et mieux avec moins de travailleurs, il devient nécessaire de renverser la tendance. De toute façon, elle se renversera toute seule et si, par aveuglement idéologique nous cherchons à freiner une évolution désormais irréversible, nous en perdrons la maîtrise. Le monde du travail se coupera en deux. Une aristocratie de techniciens, se constituera, bien payée, parfaitement intégrée à l'entreprise, jouissant de la stabilité de l'emploi tandis que se multiplieront des travailleurs occupés aux tâches subalternes, gardiennage, nettoiement ou manutention, automatisables mais qu'il semblera moins coûteux de sous-traiter à des sociétés de service, qui se livreront à une concurrence acharnée et devront, pour survivre, rogner sur les salaires. D'ores et déjà, ces sociétés de service prolifèrent. Ce sont les seules qui embauchent, puisant dans la masse des chômeurs une main d'œuvre résignée.

Une telle situation existe déjà au Japon. Les récits des journalistes ou les commentaires des économistes occultent d'ordinaire cette réalité. Quand ils évoquent les ouvriers, munis à 90 % de l'équivalent du baccalauréat, pris en charge par l'entreprise, de l'école secondaire à la retraite, il ne s'agit que d'une minorité. Dans l'ombre, des millions de travailleurs tentent de subsister férocement exploités, livrés à l'arbitrage de petits patrons, eux-mêmes menacés de résiliation de leur contrat, donc d'élimination au premier faux pas. Cette « société duale » convient aux Japonais. Elle s'inscrit dans leurs traditions féodales. L'absence d'immigration contraint d'ailleurs le petit peuple à accepter des emplois que les Français rechigneraient à prendre. Au train où vont les choses dans deux ou trois ans, compte tenu de l'augmentation de la durée du chômage, ils se précipiteront pour les obtenir et, entrant en concurrence avec les immigrés, s'efforceront par des moyens politiques de les éliminer. La société duale conduit à l'explosion du racisme.

Le problème ne consiste pas à empêcher la mise en place d'une société inégalitaire mais de la rendre moins inhumaine, conformément à nos propres traditions plus respectueuses de l'individu que les japonaises. C'est pourquoi il convient non de diminuer le niveau de vie de la masse, les socialistes s'en chargent, mais de rétablir la hiérarchie des revenus, en stabili­sant les plus faibles et en permettant aux revenus moyens de croître rapidement, afin de leur permettre de se procurer des biens qualitatifs, artisanaux et semi-industriels, fabriqués à l'unité ou en petites séries. Cela va d'un dîner dans un meilleur restaurant à l'achat d'un voilier, d'une voiture de sport ou d'une résidence secondaire. Sauvy remarque que dix couverts de plus dans un grand restaurant, c'est un emploi supplémentaire. Dans un fast-food ou une cantine, ce n'est rien, qu'un surcroît de fatigue pour le personnel. Le luxe est réservé aujourd'hui à une minorité de privilégiés, beaucoup trop étroite. Il importe d'élargir, autant qu'on le pourra, sa clientèle puisque c'est elle qui provoquera la création d'emplois assez nombreux pour éviter que les travailleurs qui n'accéderont pas à la classe des techniciens ne soient refoulés dans des tâches subalternes de façon automatique.

L'on nous reprochera de revenir au passé. Il ne s'agit pas de cela mais au contraire de construire un avenir acceptable, en maîtrisant ses contraintes. Beaucoup de Français se sont laissés influencés par l'industrialisme au point de mépriser notre tradition d'artisanat d'art, de grande cuisine, de bons vins. Nous ne contestons nullement la nécessité des industries de pointe. Il faut former des informaticiens, investir dans la recherche. Il se trouve que nous avons hérité d'une réputation de goût. La France fut, au XVIIIe siècle puissante et riche parce que ses artisans, ses cuisiniers étaient recherchés par l'Europe. Il en est resté quelque chose. Nous aurions grand tort de ne pas en profiter, puisque la situation nous devient favorable dans ce domaine. Nos technocrates sont bien contents que nos ventes de champagne et de parfums corrigent partiellement le manque à gagner de la grande industrie. Les Japonais viennent en France apprendre le secret de fabrication de nos cuisiniers et de nos couturiers et déjà, ils rivalisent avec eux, en attendant de leur disputer le marché. Eux savent que c'est aussi sur ce terrain-là que la partie se jouera. D'ores et déjà, ils se rendent maîtres de la production de disques de musique classique en formant des centaines d'instrumentistes tandis que nous semblons incapables de comprendre que les « industries culturelles », au siècle prochain, occuperont plus de monde que la chimie ou la sidérurgie.    A suivre  (A venir : Plus de riches pour avoir moins de pauvres).

Illustration ci-dessus : Pierre Debray au rassemblement royaliste des Baux de Provence [1973-2005]

Lire les articles précédents ...

Une politique pour l'an 2000 de Pierre Debray     

I     II     III     IV     V     VI     VII     VIII    IX     X    XI     XII     XIII     XIV

Écrire un commentaire

Optionnel