Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La France se défait [1]

 

En deux mots.jpg

Que la France se défait, c'est une évidence. Elle défait ce qui est sa substance propre.

Elle s'emplit d'un nombre tout à fait déraisonnable d'étrangers. Et d'étrangers au sens fort parce qu'issus d'une civilisation autre, voire antagoniste ou même franchement hostile.

En même temps, la France se vide peu à peu de sa population autochtone, parce que la natalité y est en déclin ; mais elle se vide aussi de sa richesse, de ses industries, de ses paysans, ruinés, de sa culture ignorée, méprisée ou même niée ... Etc.

Et ce drame se déroule dans cette sorte de paix civile très relative, de molle inconscience, de renoncement et d'irresponsabilité dont les politiques et les médias enveloppent méthodiquement notre peuple. Au besoin en l’infantilisant, en l’avilissant.

Que vaut dans ce contexte ce vent de jeunesse, d'optimisme, de volontarisme et d’autorité, dite verticale ou jupitérienne, qu'Emmanuel Macron tente de faire souffler sur un pays mi-illusionné et mi-sceptique ? Combien cela durera-t-il ? Probablement ce que vivent les roses. Les sondages de ces tout derniers jours nous en préviennent. 

Retrouvez l'ensemble de ces chroniques en cliquant sur le lien suivant ... 

En deux mots, réflexion sur l'actualité

Commentaires

  • Article net et concis . Pour E.Macron , il relève davantage de la promptitude que de la durée ; qu'il se " prenne des vestes " après avoir aéré les pièces du château est , au fond , de peu d'importance .
    Plus sérieux sont les 3 problèmes évoqués et qui perdurent ; installation massive d'étrangers , dénatalité , enfin - et c'est peut être le point crucial - l'avilissement . Ne sont ils pas avilis en effet , les jeunes principalement , ceux qui sont acculturés , asservis aux écrans , consommateurs de la m.... américaine : Hand Burger , sauce K avec les frites surgelées , sédentarité en baskets . ( bonjour l'obésité ! ) .
    Mais avec la dépénalisation de la chnouf , cela leur deviendra indifférent ; et ceux qui résisteront seront les maîtres . Pauvre France mais aussi pauvre jeunesse tarée .

  • En deux mots, à peine plus en réalité, beaucoup de choses sont ainsi dites par LFAR. Ils sont peu nombreux ceux qui osent les dire et les écrire d'une façon aussi claire et nette. La France semble anesthésiée contre toute capacité de lucidité face à ses actions et ses inactions qui lui forgent un avenir pour le moins périlleux.

  • La France disparaît, enfin celle que j'avais dans mon coeur. Ne jetez pas le discrédit sur les jeunes,s'ils en sont là, c'est que toute une génération s'est appliquée pour les neutraliser. Qui des anciens se sont offusqués des discours, il y en a eu deux, en Algérie, de notre président. Nôtre silence nous rend coupable du crime contre l'humanité. Et si vous écoutez les jeunes à la télé, nous sommes des Nazi, et pour ce faire nous les vieux coûtons trop cher , alors il faut nous eutanasier, ça c'est du Nazisme mesdemoiselles médiatisées, vous vieillirez vous aussi. .
    Ce ne sont pas les jeunes les coupables, ce sont les anciens qui ont repoussés la culture , la religion, le respect des ancêtres. Nous sommes nous Français fâchés avec l'histoire. Les mensonges bien dosés nous mènent au trépas. Combien de Français savent que les deux accusateurs et acteurs de la torture du Christ sont morts en France, Hérodoté le roi juif de Judée, à Saint Bertrand de Comminges, Haute Garonne, Ponce Pilate le préfet Romain à Vienne , pendu à Lyon jeté dans un puits au sud de Vienne, au mont Pila. Qu'à cette époque les empereurs Romain à Rome concernés étaient Tibère et Caligula. Tout ça pour dire que la France est attachée qu'elle le veuille ou non , à la crucifixion du Christ, que l'on croit ou que l'on ne croit pas. C'est l'histoire écrite et vérifiée.
    La république ne vit que sur des mensonges, 14, 39; Indo, Algérie.Ce n'est pas du fait des jeunes, par contre ils ont à leur service Internet, et ça c'est une force populaire qui fera son chemin. Nous avons et nous sommes fiers d'avoir de supers intellectuels fabriqués par l'ENA, qui se prennent pour des êtres supérieurs, et qui doucement ont décidé de décortiquer la France pour leur folie mondialiste, Mille vaches, mille cochons, productivité mondialistes, conduira à une production toujours plus chère par rapport aux grandes surfaces d'outre mer, faire mieux moderne et sain, de qualité serait la sortie du chômage agricole.et industriel.

  • Je voudrais corriger l'humeur pessimiste de ma première réaction dans mon précédent commentaire, à la lecture de l'article de LFAR. On dit généralement que le désespoir en politique est une sottise. Bien, mais il faut aussi être lucide et savoir en toute objectivité et avec réalisme où nous, français, allons en tant que nation, certes multiple et riche d'un immense passé et d'une grande diversité mais néanmoins unie dans une certaine sensibilité commune que l'on soit chrétien, juif, athée, libre penseur, adepte de religion ésotérique, agnostique, communiste, socialiste, capitaliste, royaliste, républicain, bonapartiste, nationaliste, européen et j'en passe car au fond chacun se sent partie prenante de tout ou partie de la très longue histoire de la France.

    Le grand défi civilisationnel (néologisme) qui est fait aujourd'hui à la France ne peut pas se confondre avec les divers problèmes politiques, économiques et sociaux qui font l'objet de luttes et querelles diverses, et que reflètent et amplifient avec délectation les médias dont la diffusion assourdissante de l'information en continue constitue un fonds de commerce tellement fructueux et captivant pour les oisifs de tous ordres. Les problèmes en question affectent d'ailleurs tous les pays du monde et à des degrés divers. La France n'est donc pas une exception à cet égard.

    LFAR a raison de souligner au début de sa chronique, le danger que représente le changement progressif de population que connaît le pays avec l'introduction grandissante depuis plusieurs décennies de populations extra-européennes amenant avec elles et pour une large part un islam exogène avec ses croyances, sa culture, ses mœurs, ses rites, ses normes, ses utopies et ses luttes qu'elles sont de plus en plus enclines à confronter au besoin de façon violente au reste de la population.

    Qui peut raisonnablement croire ou espérer que la situation va s'arranger ? Faut-il considérer comme des optimistes béats ceux qui le croient ou l'espèrent et qui ne font rien pour arrêter un processus délétère et funeste voire l'encouragent même ?

    Que faire contre ce processus en cours sans risquer la diabolisation de l'islamophobie qui neutralise immédiatement et irrémédiablement ceux qu'elle vise ?

  • Les commentaires ci-dessus sont tous intéressants. Merci !
    Nous tiendrons compte dans de prochaines chroniques du souci exprimé par Gilbert Claret, in fine. Et tenterons d'y répondre.

Écrire un commentaire

Optionnel